Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 18:38

                                         
Le premier choc passé, il faut se rendre à l'évidence, remonter les pieds sur terre pour mieux regarder la réalité en face.

Sur le plan européen, nous allons être représentés par une quasi majorité de conservateurs dont le complément sera assuré, n'en doutons pas, par les nationalistes et fascistes de quelques pays en mal de dictateurs ou peuplés d'un grand nombre de xénophobes. Là, c'est quelque chose qui n'a jamais trop gêné le conservatisme, pourvu que ça permette de conserver … les pouvoirs ou les prérogatives, voire les deux.

Donc, le PPE dans lequel siègent nos 29 représentants UMP ou cousins, est composé de 263 membres qui devront, pour obtenir une majorité, faire au moins alliance avec les "Autres" (si, si, c'est un groupe de 96 extrémistes de droite qui se nomme ainsi), à moins qu'ils ne trouvent appui auprès du groupe de 80 "démocrates et libéraux" où siègent les amis de Bayrou, mais comme ce ne sera pas suffisant, il faudra ajouter une pinces de fachos des autres groupuscules d'extrême droite.

Voyons maintenant de plus près nos heureux élus UMP et associés. Bien sûr, la majorité des 29 est issue de l'UMP dont certains sont auparavant passés par le PR, DL, UDF, CPNT,  etc… mais on y trouve également en vrac des gens de la "gauche moderne" (super ! la droite est à gauche, prière de ne pas monter en voiture avec eux), du nouveau centre, des jeunes centristes (re-super ! le centre est à droite), du parti radical, le tout, bien évidemment estampillé UMP.

Quelques curiosités  notoires et surtout tues ou non aux électeurs, en vrac : Ancien président de la fédération nationale bovine de 90 à 99 pendant les histoires de vache folle, suppléante du maire de Troyes qui pourra retrouver sa mairie, envoyé de chez DEXIA (ils le mettront aux finances certainement),  on a même une noble de grande lignée qui sera probablement chargée de défendre les masses populaires et enfin des ministres ou aspirants ministres. Ces derniers se voient réservé un traitement spécial.

Le Roisident  (ou Présiroi) a décidé d'envoyer au parlement européen les ministres dont il voulait se débarrasser, les prétendants qu'il voulait éliminer (certains anciens iront créer une télé euro-visionneuse) et même faire "prendre l'air" à un copain. Avec lui, d'ailleurs, il est bien ennuyé, il va falloir lui trouver une excuse pour ne pas l'envoyer à Strasbourg où il ne veut pas aller car il s'était mis sur une liste uniquement pour la booster (bonjour le respect pour le citoyen lambda).

Je ne sais pas si la gauche présente autant de diversité, mais on a le sentiment qu'entre la honte d'avouer les véritables origines de certains, la volonté d'éliminer les gêneurs et l'obligation d'inscrire certains noms sur les listes, le cher man (pardon chairman) a voulu remplir la poubelle, si, celle de l'Europe, celle où l'on envoie les vieux emmerdeurs ou les jeunes apprentis.

En tout cas ce patchwork  devra défendre l'agriculture, l'élevage, l'industrie, le tourisme, les services, la fonction publique … enfin, surtout les femmes et les hommes qui souhaitent vivre grâce à tout cela; mais je suis confiant, ces messieurs dames vont réélire Barroso.

On ne risque plus rien les amis !

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 15:40





Comme vous pourrez le voir dans la réponse (qui n'est autre que la déclaration suite aux résultats), Martine Aubry a fait une analyse plus ou moins exacte de la situation, mais on attend toujours les mesures draconiennes qui devraient être appliquées pour que vraiment le peuple se retrouve dans le PS, quant à avoir compris le message, il me semble qu'elle se leurre.

A vous de juger.

 

Bonjour,
Vous trouverez ci-joint la déclaration de Martine Aubry, Première secrétaire
Les Français se sont exprimés et quand ils s'expriment il faut les entendre. Je veux tenir ici, ce soir, le discours de la lucidité et de la vérité.


- Ces élections ont lieu dans une période de crise profonde en France comme en Europe. Le premier message de ce scrutin, c'est que malheureusement l'Europe n'est pas apparue comme une solution. Les électeurs se sont massivement abstenus.
Chacun doit en assumer sa part de responsabilité :

- responsabilité collective des partis politiques qui n'ont pas su montrer la force du message européen, de l'idéal qu'il représente ;

- responsabilité de ceux qui portent le libéralisme en Europe, avec les conséquences que l'on mesure aujourd'hui : dérégulation, financiarisation qui installe la loi du plus fort et le développement des injustices, associés à une grande inefficacité économique. L'Europe éloigne les peuples quand elle s'éloigne des peuples.

Deuxième leçon de ce scrutin : si la liste UMP arrive en tête, c'est que Nicolas Sarkozy n'a pas dit ses intentions et le vrai projet libéral européen qu'il porte avec ses alliés. Il a de fait utilisé dans la campagne le thème de la sécurité, sur lequel il a pourtant échoué en France. C'est au prix d'un renforcement de la droite extrême et de l'extrême droite.

Mais 70% des électeurs se sont portés sur des listes qui dénoncent sa politique injuste et inefficace. Face à ce résultat, et face à l'abstention des catégories populaires et des classes moyennes touchées par la crise, je demande ce soir au Président de la République de prendre enfin les mesures à la hauteur de la situation et de renoncer à un nouveau tour de vis social.

Lucidité et vérité aussi sur nous-mêmes, socialistes et forces de gauche. La droite de M. Sarkozy n'est plus crédible, mais nous ne le sommes pas encore. De nombreux électeurs de gauche ont porté leurs voix sur les listes Europe-Ecologie. Ce vote est un appel vers un projet qui tourne le dos à la société dans laquelle nous sommes. La question environnementale en est un élément majeur, qui pour nous est inséparable de la question sociale.

Je prends toute la mesure de la responsabilité du Parti Socialiste dans le score qui est le sien ce soir.

Je l'ai dit dès ma prise de fonction comme premier secrétaire et je le redis ici.

Notre Parti Socialiste a souffert de ses batailles internes et de ses divisions. Je mets toutes mes forces pour le rassembler. Il faut poursuivre avec détermination.

Le Parti Socialiste a besoin d'une profonde rénovation. Il doit ne plus vivre en circuit fermé et doit s'ouvrir sur la société.

Unité, rénovation des idées et des pratiques, rassemblement de la gauche, ce sont les tâches majeures auxquelles nous allons nous atteler dès demain.

Je veux m'adresser ce soir aux Français qui s'inquiètent des jours qui viennent. Aggravation de la crise, inquiétudes pour l'avenir, crainte d'un tour de vis social. Je les assure que les socialistes seront à leurs côtés, les militants comme les élus qui font un formidable travail quotidien qu'ils reconnaissent.

Je voudrais dire aux Français que je comprends leur message, que je le partage.

Je mettrai toute mon énergie à poursuivre le chemin de ces derniers mois et tout mon engagement et mon enthousiasme pour leur redonner l'espoir. Je leur demande de garder confiance dans le Parti Socialiste et dans la gauche.

Vous en souhaitant bonne réception,
Bien cordialement
L'équipe de campagne
http://www.parti-socialiste.fr

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 17:49

                                                 

 Chère Martine, chers camarades,

 

La défaite que vous avez subie hier à l'occasion des européennes m'attriste profondément. Passé le temps de l'étourdissement, une nuit de réflexion et une matinée d'analyse, je me décide à vous écrire cette supplique.

Je n'ai jamais voté pour vous que par discipline républicaine, mais je l'ai toujours fait sans état d'âme et sans me poser de questions, toutefois, si cette élection avait eu lieu à deux tours, je me serais longuement interrogé avant de prendre une décision quant à l'apport de ma voix. Pourquoi ?

Voici ma réponse, et j'espère qu'elle vous aidera dans la réflexion sur votre futur.

Vos divisions internes comptent beaucoup dans le désintérêt manifesté par vos habituels soutiens, mais j'enfonce là une porte ouverte. L'analyse que je fais de ces divisions se résume à un seul mot court dans son orthographe et long dans sa signification : EGO. Votre entourage, vous peut-être également, avez un ego démesuré, si démesuré que vous vous révélez incapables de trouver un consensus politique tant pour formuler un programme national qu'un objectif européen.

A qui la faute ? Bien évidemment à l'autre.

Je sais, vous rétorquerez qu'il existe des courants dans ce parti et qu'il faut tous les ménager pour conserver l'unité. Ok, mais regardez les choses en face, les courants commencent à s'éparpiller, les uns sont carrément partis, les autres se posent des questions sur le rapprochement avec le centre.

Il vous faut définir une ligne claire, portée par des têtes nouvelles, une ligne qui tende à s'opposer à la politique néo libérale que tout le monde ne dénonce pas chez vous, ce qui sème le trouble chez les électeurs. Déjà, le partage entre le oui et le non à la constitution européenne était une marque de déstabilisation qui s'est un peu noyée dans la masse car le non qui l'a emporté était fait de voix politiques totalement discordantes allant d'une extrême à l'autre. Ce que vous auriez dû faire à ce moment là n'est pas mon propos mais il est temps que vous réagissiez aujourd'hui.

Prenez exemple sur la droite qui n'a pas hésité à se remettre en cause et à se ranger derrière un seul homme, bien que ce dernier ait apparemment fait un coup de force pour rafler la mise. Eux, la discipline républicaine, ils connaissent, aucune voix dissonante ne se fait entendre dans les moments délicats et importants. De plus, ils ont fait l'effort de balayer chez eux les anciennes équipes pour les remplacer par de nouvelles têtes. Vous n'avez pas fait cela jusqu'à présent et nous voyons et entendons des gens qui étaient déjà là  en 1981 puis en 1988. C'est fini, on est en 2009, les gens présents depuis 20 ou 30 ans ne peuvent plus représenter l'avenir aux yeux de électeurs s'ils avaient déjà 40 ans en 1981.

Votre parti à vocation à être de gauche, proche des travailleurs, même si une grande partie de ses soutiens vient de ceux que l'on nomme les bobos, en clair les classes moyennes.

Définissez une fois pour toute une stratégie ancrée à gauche, refusant le libéralisme, dénonçant clairement les abus de la droite tant en matière financière (privatisations) qu'en matière sociale (retraites, sécu, etc)  avec des promesses de retours en arrière sur ces points précis, dévastateurs de votre électorat. Mettez en demeure de ralliement  tous ces nageurs en eaux troubles que sont les DSK, Lang et autres, quitte à les exclure en cas de refus, sachant qu'ils ne vous enlèveront que quelques dizaines de voix que vous regagnerez par ailleurs.

Recherchez dès à présent des alliances avec le Front de gauche, peut-être quelques écologistes pour élaborer une plateforme de gouvernement basée essentiellement sur le peuple et non sur la poignée d'industriels, banquiers et médias qui dictent leur loi au plus grand nombre.

En d'autres termes, bâtissez autour de jeunes femmes et hommes (et vous en avez autour de vous) un vrai parti qui laisse de côté le soutien à telle ou telle sensibilité pour s'appuyer sur les électeurs et non sur des personnalités qui pour la plupart ont fait leur temps.

Dans cette hypothèse, et seulement dans cette hypothèse, les électeurs vous reviendront.

Cordial salut d'un camarade libre de tout parti politique et de toute attache syndicale.

L. AYMARD

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 14:17

                                              

Bon ! La nuit porte conseil et j'y vois un peu plus clair aujourd'hui. Cela ne veut pas dire que je reviens sur mon analyse d'hier soir, mais simplement je voudrais la compléter.

Hormis les abstentionnistes, le grand gagnant de ce scrutin n'est pas l'UMP, pas plus que sa coalition inavouée, mais c'est bel et bien le Président Sarkozy (aujourd'hui, j'ai choisi le respect … pour cette phrase … faut pas déconner non plus) et lui seul.

La raison en est toute simple, il occupe le devant de la scène depuis une semaine à propos de tout et de rien et l'actualité, aussi triste soit-elle, est venue l'aider dans son dessein.

Les choses ont commencé il y a environ 6 mois lorsque la date des européennes a été fixée. Pensez-vous que ce soit un hasard que de décider du 7 juin, lendemain du D-Day et jour de la fête des mères ? Si oui, vous êtes bien naïfs. L'anniversaire du débarquement était l'occasion rêvée de se servir de la popularité d'Obama qui souhaitait venir fêter le 65ème anniversaire du débarquement, pour parader à ses côtés et se faire passer pour le "roi du monde" qui se permet de distribuer à de nombreuses reprises des tapes amicales dans le dos du Président des USA.

Le lendemain, tout le monde sait combien les français sont attachés à la fête des mères, particulièrement dans les classes moyennes et populaires. Bien des gens soient partis à des kilomètres de chez eux pour voir maman (en général, les passages "obligés" sont Noël/Jour de l'An et la fête des mères), il ne restait plus qu'à persuader ces électeurs potentiels qu'aller voter ne servait pas à grand-chose, les jeux étaient faits d'avance et pour cela, il suffisait de faire commencer la campagne 15 jours avant le vote et hop !

Il restait un écueil : la gauche, mais heureusement elle était divisée. Alors, l'entourage du Roi (ça y est, je peux pas m'en empêcher) a repensé à Mitterrand. Lui, pour tomber la droite, il avait promu le FN, eh bien eux, vont faire la même chose. Ils ont donc promu le MODEM à grands renforts de sondages et de claps sur Bayrou, puis ils ont été encore plus vicieux que le Tonton, ils ont bombardé les médias d'une pub effrénée sur le film HOME. La peur, toujours la peur, voilà ce qui fait avancer les minables, si bien que lorsque j'entends le patron de la SOFRES raconter que la projection du film n'a en rien agi sur le vote pour les verts, je me demande s'il ne se paye pas la tête du peuple. Ce n'est qu'un point d'orgues cette diffusion, le travail a bien été fait en amont par le battage médiatique et les extraits diffusés. D'ailleurs il est notoire que YAB et Luc Besson ne sont pas des hommes de gauche car si tel avait été le cas, ils auraient refusé de s'acoquiner à une quelconque parodie de démocratie.

Je dois dire tout de même que ces manœuvres ont eu le mérite de réduire à sa plus simple expression la bête immonde qui montait depuis des années et dont le reflux était entamé à la présidentielle. Le FN est mourant et sa réminiscence vendéenne ne sévit que dans un tout petit morceau de l'ouest.

Que nous reste-t-il ?

Continuer à porter la bonne parole des gens de la rue, ceux que l'on licencie, que l'on exploite, que l'on opprime de plus en plus, ceux pour lesquels l'Etat fait des promesses sans lendemain, ceux à qui l'on ôte les petits bonheurs et que l'on brime socialement par les déremboursements Sécu, la privatisation des hôpitaux, l'alignement de la retraite par le bas, etc …

Continuer à vouloir le bonheur des gens malgré eux. Voilà qui doit nous encourager.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 23:32

                                                                                     

Je suis, comme pas mal d'entre vous, je dirai même beaucoup d'entre nous, sous le choc.

J'analyserai demain plus finement les résultats de cette élection, mais dès ce soir, à chaud, il me semble que le vainqueur n'est autre que l'UMP (Union des Mauvais Perdants).

En effet, comme vous pouvez le calculer facilement, sur 45.000.000 d'électeurs, seuls 40% sont allés voter, soit : 18.000.000.

Sur ces 18.000.000, 28% se sont ralliés au parti de la majorité (qu'ils disent) mais en réalité à l'ensemble des partis de la majorité. Ceci nous donne, grosso modo 5.040.000 voix soit 11,2% des inscrits. Il faut vraiment que les interprétations soient bricolées pour voir là une majorité de français (Hortefeux dixit), un renforcement de la majorité (Boutin dixit) ou une approbation de ceux qui n'ont parlé que de l'Europe (Bertrand dixit).

En fait, comparé aux 27.000.000 de "pêcheurs à la ligne", le nombre total d'habitants des 8 premières villes de France (sans leurs agglomérations) soit Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Nantes, Strasbourg et Montpellier, au total 5.042.900, ne représentera jamais que le quart des villes de plus de 100.000 habitants. C'est vrai que la pêche ne se pratique pas dans les ruisseaux des grandes villes mais dans la campagne profonde sauf lorsqu'il s'agit de pêche aux voix.

Allons, mesdames et messieurs les valets du sarkozysme, arrêtez votre cocorico, il est mal placé et mal venu lorsque seuls les abstentionnistes ont gagné car eux ont augmenté leur nombre de voix et sont restés chez eux, pour la plupart, non par désintérêt de l'Europe, pas plus que par manque d'informations sur cette élection comme j'ai pu l'entendre de vos bouches, mais tout simplement parce qu'ils n'ont pas aimé que vous les preniez pour des cons en remettant sur la table la constitution qu'ils avaient rejetée.

D'autre part, si vous additionnez les voix de tous ceux qui n'ont pas voté pour vous, donc qui vous rejettent, vous aurez honte de regarder ces 12.960.000 âmes droit dans les yeux avant de leur dire comme l'ex ministre des reconduites en frontière "là, il n'y a pas de deuxième tour".

Parce que je suis démocrate, je le souhaite vivement qu'il n'y en ait pas un de deuxième tour, car si tel est le cas, ça risque d'être celui de la révolution et des têtes se promèneront au bout de baïonnettes.

Vous nous faites des cocoricos, mais vous n'êtes que des cocos bricos.
                                                                                  

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 15:37

Je sais, je ne ferai pas l'unanimité sur cet article, mais je m'en moque, sachant que personne ne réussit cet exploit.
Je vais même en choquer un grand nombre, en faire tomber certains de haut. Tel est mon caractère, entier, rebelle, parfois acide et virulent, sans doute anticonformiste, mais on ne se rafait pas lorsqu'on est honnête envers soi-même. 


Aujourd'hui est incontestablement un grand jour. C'est celui tant attendu des retrouvailles entre amis ou ennemis, selon le camp dans lequel on se trouve par rapport à l'autre. C'est l'anniversaire du Jour J, le D Day.


Il va y avoir des présidents, des vétérans, des jeunes, des vieux, hommes et femmes mélangés, des gens avec ou sans uniformes, un service d'ordre assez important et des drapeaux partout flottant dans le vent ou agités par les grands et les petits. Des banderoles seront probablement déployées à la gloire des uns et des autres. Une minute de silence sera observée et donnera, soyez-en certains, des frissons dans le dos à tous les présents acteurs ou spectateurs.

Certains vont repasser dans leurs têtes le film du jour fatidique.

Imaginez l'émotion que peuvent ressentir après toutes ces années ceux qui étaient présents un jour de Juin et qui ont gagné ou perdu la bataille. Ils ont vieilli, blanchi, se sont voûtés, métamorphosés, leur morphologie a changé, leur état d'esprit également. Certains ont disparu depuis et les survivants ont probablement une pensée profonde pour eux, regrettant qu'ils ne soient pas là pour voir les changements dans l'environnement, les nouvelles connivences. Plusieurs auront fait le déplacement de très loin, par tous les moyens de transport pour se retrouver sous leurs bannières respectives.


Les personnes présentes penseront-elles aux Britanniques sans lesquels nous serions peut-être autre chose que nous même ? Et pourtant, on n'évoquera probablement pas la Reine Elisabeth II car finalement, elle représente à elle seule notre ennemi intime le plus cher.


Aujourd'hui, ce n'est pas un jour comme les autres, les classes sociales, bien que symboliquement séparées, vont vivre cette journée en osmose, vont vibrer à l'unisson au moment de la présentation des couleurs, à l'instant de l'entrée des "acteurs" sur ce pré qui connut tant de peines.


Cela n'a lieu qu'une seule fois par an, comme tous les anniversaires, me direz-vous. Oui, mais là il s'agit d'un anniversaire un peu particulier quand même, admettez-le. C'est parce que ce D Day a eu lieu que nous avons aujourd'hui encore une certaine représentativité nationale et une notoriété affirmée dans le monde.

Des milliers de gens vont se retrouver devant leur poste de télé pour assister à la retransmission de ce qu'il faut bien appeler l'un des évènements les plus marquants de l'année.

Aujourd'hui, forcément, des tas de spectateurs et téléspectateurs chercheront du regard un proche ou un notable perdu dans cette foule colorée tantôt calme, tantôt bruyante à l'excès.


Au cas où vous l'ignoreriez encore, ce qui, tout de même, m'étonnerait, aujourd'hui c'est un anniversaire qui compte :

 

 




LA 108ème FINALE DU CHAMPIONAT DE FRANCE DE RUGBY


                                       

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 17:09

             
Imaginez que vous êtes artiste peintre.

Vous sortez de votre boite de tubes de gouache un vert jade et un orange. Vous mettez une lentille de chaque sur une palette et vous mélangez soigneusement le tout. Vous voyez la couleur qui en résulte ? On appelle cela caca d'oie. C'est une teinte improbable, totalement immonde, à laquelle on ne peut vraiment qu'attribuer une odeur et pas un ton. Cette odeur, elle pue le fumier de ferme mélangé au crottin de cheval le tout arrosé de lisier de porcs.

Ca y et ? Vous y êtes ? Vous la sentez cette odeur nauséabonde qui fleure bon les chiottes publiques ?

En tout cas, si vous avez manqué la passe d'arme désormais célèbre d' "A vous de juger", vous avez là une idée de ce qui s'est passé entre le représentant des Verts et celui du MoDem.

En politique, pratiquement tous les coups bas sont permis tant qu'ils s'adressent aux programmes, aux partis ou aux élus en général mais lorsqu'ils visent directement la personne hors du contexte politique, il ne s'agit plus de coup bas mais d'agression caractérisée, de tentative d'homicide.

Les insultes n'ont jamais été un programme de gouvernement qu'il s'agisse de France ou d'Europe. Ce qui devait être un grand débat n'a été qu'un grand déballage, un spectacle de guignol orchestré de main de maître par France 2 en général et Madame Chabot en particulier.

D'abord, alors qu'il y a 161 listes déposées pour cette élection, on limite le débat à 8 partis ou groupes, laissant de côté des organisations qui peuvent avoir leur mot à dire, même s'il n'est partagé que par une infime partie de la population. En bon français, Madame Chabot, cela s'appelle mettre un coup de poignard dans le dos de la démocratie et je ne comprends pas que le pouvoir si enclin à mettre le peuple sur un pied d'égalité (le plus petit pied possible) puisse tolérer qu'en la matière, l'égalité ne soit pas la règle. Ensuite, pour couronner le tout, France 2 répartit (sur les conseils de qui ? Mystère) les face à face de sorte que les débats se terminent par des "couples" qui n'aient pas à démonter autre chose que leurs infimes différences. Cela se nomme de la tromperie. Et il y a fort à parier que les partis de gauche comme de droite qui se sont retrouvés dans cette dernière situation n'avaient que le choix de passer sous les fourches caudines de la télé … guidée.

Finalement, le spectacle réalisé brillamment par la Deux, a eu son clou indiscutable au moment du face à face, pardon, du duel entre le vert et l'orange.

Ca y est, vous pouvez être fière, Madame Chabot, vous avez atteint vos buts:

- Discréditer les VERTS et le MODEM,

- Démontrer les hachures et déchirures de la gauche

- Semer un peu plus le trouble dans l'esprit des électeurs fragilisé par la non campagne électorale organisée.

Ainsi, l'abstention sera plus forte qu'espérée et profitera, comme de coutume, à la droite qui, ne l'oubliez pas (mais je vous fais confiance pour ça) va nommer votre nouveau patron.

 

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 15:45

Pourquoi toujours les mêmes qui trinquent ? Pourquoi les petits, les sans grade, les supports de la pyramide électorale sont-ils les premiers brimés ? Pourquoi cet acharnement contre celles et ceux qui n'ont pas la même opinion que la cour du roi et qui en font état ? Pourquoi tirer sur le pianiste lorsque le compositeur ne connaît pas la musique ?

Toutes ces questions, et bien d'autres me taraudent l'esprit depuis ce matin lorsque j'ai entendu qu'une mère de famille avait reçu une convocation à la PJ de Paris (elle habite juste à côté, à St Paul les Dax) pour avoir donné le titre d'une chanson en commentaire d'une vidéo sur dailymotion.

L'histoire se passe en France sur I>Télé le 12 octobre 2007 et une plainte contre X pour injures publiques est déposée par Notre Marante le 10 février 2009, autant dire le lendemain matin.

C'est ça la liberté d'expression chez nous. Autant dire une magnifique Nature Morte.

Enfin, madame Dominique B., vous auriez dû mieux choisir le titre de la chanson et son interprète. Comme vous le verrez plus loin sur la vidéo, il aurait fallu que vous choisissiez une chanson en anglais (ça fait plus in), genre "Only You". Car voyez-vous, il n'est que la langue anglaise pour faire la fête et les interprètes internationaux sont mieux côtés que Dorothée.

Il n'empêche, l'extrait de "politique matin" de I>Télé du 12/10/07 montre deux journalistes qui ne sont plus sur la chaîne (certainement une  coïncidence).

Juste une dernière question :

Que va-t-il arriver à l'équipe du petit journal du 8 septembre 2008 si par malheur Notre Marante découvre ce qui suit ?

C'est vrai qu'il est plus facile de déposer plainte contre un simple "péquin" que contre une chaîne de télé.


A SUIVRE !!!



PS: Toute personne croyant se reconnaître dans les majuscule du titre n'est pas forcément concernée.
Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 18:50

                                                                 
Pourquoi "para" ? … Paranoïa des parents, parapluie ouvert par l'Education Nationale, parade de la police, paradoxe étatique, paralangage du ministre, paraphrénie de son éminent soutien, etc … tous ces paramètres dans les parages du parascolaire qui, parallèlement, nous parasitent et paralysent certains citoyens paralogiques.

Français, tu deviens parano ! ...

Auditionner un enfant de 8ans pour une bagarre à l'école, c'est ce qui peut se faire de mieux en matière de police et de justice.

Pour mieux analyser les faits à ma manière, je me suis mis dans la situation actuelle par rapport à tout ce que j'avais connu par le passé.

Dans des temps pas si éloignés, les bagarres à l'école se terminaient par un baffe à chaque belligérant de la part de l'instit et personne ne racontait l'épisode à la maison par crainte de refaire "le plein" de la part des parents pour avoir été sanctionné par l'instit. C'est ainsi que les choses se sont passées pour moi, mon fils et mon petit fils qui pourtant n'a que 20 ans. L'incident était clos et, à défaut, il suffisait de se voir entre parents pour que les affaires s'arrangent entre les enfants.

Maintenant, les choses sont différentes. Pour un oui ou pour un non on dépose une plainte (à l'américaine). D'une part, c'est plus facile que d'aller discuter avec un parent, d'autre part ça peut rapporter financièrement. De plus, il ne prendrait jamais l'envie à un instit de mettre un coup de pied aux fesses ou une baffe à un gamin de crainte de se retrouver devant un tribunal.

Aujourd'hui, l'enfant est devenu roi, sacré, intouchable, parangon de vertu, détenteur de la vérité, enfant-loi. Il est donc exclu de poser autre chose que des fleurs sur sa petite personne (et encore des fleurs odorantes). Pourtant, à y regarder de plus près, les enfants sont aujourd'hui comme hier des futurs hommes ou femmes, c'est-à-dire ni suppôt de Satan, ni angéliques, ce sont de êtres humains avec leurs qualités et leurs défauts.

Une maman qui dépose plainte parce que son enfant s'est battu dans la cour de récréation relève de la connerie d'autant que les deux gamins sont à nouveau amis. Mais il est bien connu que la connerie n'a pas de limite.

Qu'est-ce qui a donc changé dans cette société française ?

D'abord, la fin du dialogue entre adultes qui a pour cause essentielle l'individualisme créé et entretenu principalement par la boite à images. En effet, les parents, donnant ainsi exemple à leur progéniture, sont scotchés devant ce média qui, peu à peu, les conditionne et les éloigne les uns des autres y compris au sein de la cellule familiale. Ils découvrent dans ce média toutes les violences qui engendrent les peurs de l'autre exacerbées par le fait que l'on ne le connaît pas.

Ensuite, on trouve, au rayon des anachronismes, le report sur les enseignants d'une éducation que l'on ne sait ou ne veut plus assurer. Dans ce cas, la seule chose dont on se soucie, c'est que l'enseignant fasse tout pour éduquer sauf la punition que l'on a subie par le passé et qui reste la seule chose mémorisée dans notre inconscient, d'où la haine développée à l'encontre de l'instit que met une claque à son enfant.

Enfin, comme seule la voix de l'enfant compte et s'avère audible, on finit par devenir hargneux sur tout ce qui l'entoure et pourrait écorner son ego.

Seulement, voilà, si on remet les affaires dans le contexte d'aujourd'hui, on se rend compte que la dramatisation est bien de mise, particulièrement dans le média principal qu'est la télé.

Loin de moi l'idée de cautionner la violence scolaire quelle que soit la forme qu'elle prend, de justifier un acte illégal ou de condamner la police qui fait son travail lorsqu'il y a plainte, mais je me permets de vous livrer les statistiques que j'ai relevé dans les rapports officiels.

Détail du nombre d'enfants scolarisés hors maternelles et études supérieures (Source Education nationale 2007/2008) :

Elèves dans le 1er et second degrés : 12 016 484

Ecoliers :                                              6 645 116

Collégiens :                                          3 187 955

Lycéens :                                              1 470 032

Lycéens professionnels :                         713 381

A ces chiffres s'ajoutent  2 450 000 enfants scolarises dans les maternelles (source Sénat 2007/2008).

On a donc 14 466 484  enfants en classe (je laisse volontairement de coté les étudiants).

Au cours de la même année scolaire, les établissements publics du second degrés ont déclaré en moyenne 11,6 incidents graves pour 1000 élèves. 4 faits graves sur 10 sont des agressions verbales envers le personnel et 33% relève de violences entre élèves. (Sources SIVIS).

Il est à noter que les statistiques ne portent que sur le secondaire et sont totalement disparates. Si l'on calcule les pourcentages, on arrive à 0,43% de violence et 0,17% de faits graves. Il faut donc relativiser, même si ces chiffres sont toujours trop élevés.

Nous avons, de manière flagrante, une parfaite illustration de l'exploitation étatique de faits divers pour entretenir la peur et faire monter les sondages sur la sécurité. C'est ainsi que la paranoïa se développe et arrange bougrement la droite fascisante en période d'élections.

Le ministre se sert des "251 signalements en relation avec des armes" entre 09/2008 et 03/2009 (comprenant des couteaux, armes à feu, matraques. etc …) pour encenser la répression scolaire. Il oublie deux choses essentielles, sur 251 il y a 73 usages pas forcément dans les établissements et ce chiffre représente 35 signalements par mois sur 10 mois contre 45 l'année dernière.

A vous de juger.

Après Le Pen, nous avons Le Men (Ministre de l'Education Nationale). Dans les deux cas, l'idée de nationalisme transparaît.

Je parachève ainsi mon explication et tant pis si vous avez besoin de paracétamol.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 23:08

                                                                                   
C'est ainsi que l'on pourrait titrer la nouvelle lubie de notre Guide bien aimé. En effet, Claude François chantait "ça s'en va et ça revient" dans son opus "chanson populaire" et il était drôlement en avance sur son temps le bougre !

Nous avons entendu toute la journée sur les ondes ou vu sur les téléviseurs, cette chanson populaire qu'est la lutte contre l'insécurité.

C'est fortement bizarre, oui j'ai dit bizarre, notre Cicérone en chef nous braille le même refrain à chaque élection : nous sommes cernés par la délinquance et je vais l'éradiquer. Ceci prouve, au passage, que toutes les  lois, tous les édits, tous les décrets qu'il imagine ne servent à rien, sauf, peut-être à effrayer le bon peuple bien préparé par l'info téléguidée.

Décortiquons :

1 – La télé, les radios, les journaux, relayés largement par la famille politique du Guide suprême, montent en épingle un évènement dramatique et répréhensible qui, si possible, touche l'âme sensible du français moyen. Au passage, on fait développer le côté glauque par les journalistes savamment briffés, on interroge des gens soigneusement triés sur le volet qui rajoutent une pincée de dramaturgie et suggèrent, comme par hasard, quelque remède répressif.

2 – Le lendemain, on fait réaliser un sondage sur la généralisation éventuelle de cet évènement par un institut hautement choisi pour servir qui de droit.

3 – Le surlendemain, on publie le résultat de ce sondage réalisé sous le coup de l'émotion provoquée non pas par le drame, mais par son interprétation, et le tour est joué : 80% des français (interrogés, il faut le dire car les sondeurs et les télés ont interdiction de le préciser) sont pour la répression.

4 – Le jour suivant, on convoque la presse, et on annonce la mise en place de lois (qui théoriquement doivent être discutées et votées par le parlement) répressives en se targuant du soutien de 80% des français.

Tout ceci se passe en France, dans les deux semaines qui précèdent une élection que l'on a peur de perdre.

Pour faire bonne mesure, le même jour, on publie un sondage disant que les français placent l'UMP en tête des élections européennes, histoire de sous entendre que ce n'est pas la peine de se déranger le 7 juin,  les jeux sont faits.

Eh bien, non !

Ce n'est pas ainsi que ça marche dans une démocratie digne de ce nom (donc pas chez nous). Si on fait le total des voix opposées à l'UMP augmentée du Nouveau Centre, on s'aperçoit qu'une large majorité de la population rejette la politique spectacle européenne menée par notre Berger. Nul n'est besoin d'être grand clerc pour parier sur une autosatisfaction des grands perdants si le scénario UMP+Nouveau Centre = 28% des voix de la nation.

Revenons-en à la délinquance.

Dans son discours sur la criminalité, notre Cornac prétend que "croire que la criminalité engendre la pauvreté" relève de l'angélisme. Certes, son fils n'a certainement pas vendu les bijoux de famille ou les appareils électroménagers pour se payer de la drogue et c'est très bien ainsi. Je veux dire par là que lorsque l'argent manque et qu'il n'y a ni travail, ni espoir d'en trouver parce qu'on habite une banlieue ghetto, on se procure des billets dans n'importe quelles circonstances. Sachez que je n'approuve pas le deal de drogue, les vols mais aussi la prostitution (n'oublions pas qu'il n'y a pas que des hommes dans ces ghettos), pas plus que je ne cautionne le dépouillement des parents par des enfants en manque.

Toujours dans ce discours, il nous rappelle les 17 morts dans une école en Allemagne sans pour autant nous parler des dizaines de fusillades dans les établissements scolaires des USA pour la simple raison qu'il voudrait calquer notre pays sur eux. C'est clair comme de l'eau de roche.

Je terminerai sur la note que je pense la plus optimiste de son allocution :

-" Ne nous laissons pas intimider par la dictature des bons sentiments "

A laquelle je répondrai:

-" Ne nous laissons pas berner par le dictateur aux mauvais pressentiments".
                                                    

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article