Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

25 juin 2007 1 25 /06 /juin /2007 22:37

Ah ces salauds de grévistes (toujours eux) dans les transports publics, ils empêchent les braves travailleurs de se rendre à leur labeur quotidien. Tous ces ouvriers infortunés qui ont le malheur d'habiter à des dizaines de kilomètres de leurs lieux de travail, doivent payer une fortune pour acquérir une carte mensuelle de transports et sont "pris en otages" au moins une fois par mois par des fainéants de fonctionnaires qui n'ont qu'à aller voir dans le privé comment ça se passe pour être contents de leur sort et ne plus emmerder le pauvre monde… vous l'avez entendu ce raisonnement, de la bouche de hauts personnages, ceux-là même qui font passer les fonctionnaires pour des nantis, qui veulent changer le calcul des retraites pour tout le monde (sauf eux). Eh bien, comme vous, notre ineffable président l'a également ouï. C'est dire si ça vole bas ! Des mesures vont donc être prises. A partir de très bientôt, tout le monde pourra aller travailler tranquillement:

- Plus de gare sans train, de souterrain sans métro,

- Plus de barrage sur les routes par les routiers en colère ou les agriculteurs excédés,

- Plus de CRS devant les portes d'usines fermées par des patrons peu regardants pour empêcher les ouvriers de venir au travail malgré la fermeture,

- Plus d'envahissement des voies ferrées par les étudiants ou les vignerons en colère,

- Plus de bouchons sur les périphériques des grandes villes le matin,

- Plus de ramassage des poubelles dans les longues ruelles étroites,

- Plus de fermeture d'avenues les jours de célébrations nationales,

- Plus rien qui puisse mettre la France qui travaille en retard (le soir, on s'en fout, les gens rentrent chez eux).

Non, je déconne, tout cela n'est qu'affabulation, utopie, voire idiotie de ma part. Tout cela n'est pas vrai, enfin presque car pour les trains et le métro, on va supprimer le droit de grève. Oh, je sais, pas nettement, comme on tranche un jambon, mais par de tout petits artifices qui feront qu'on aura le droit de dire : "Je suis en grève". C'est déjà pas mal que l'on ne nous ôte pas le droit de nous exprimer oralement. Par contre, on pourra toujours retenir le salaire de celui qui affirmera être gréviste, même s'il travaille pour assurer un "service minimum" "Maintenant, ce n'est plus le langage de la raison mais le langage de la rançon" Raymond Devos.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 21:59

Nous voilà avec un état bleu, d'un bleu horizon certes plus pâle que prévu, mais azur tout de même. Le raz de marée n'a pas eu lieu et c'est tant mieux pour la démocratie, mais où allons-nous avec cet ensemble aux mélodies identiques de sirènes. On nous présente une vie de rêve qui nous est promise à brève échéance (déchéance ?), la vision idyllique d'un avenir riant où tout le monde sera propriétaire, aura du travail, de l'argent et une indicible joie de vivre parce que son mur ne sera plus tagué et sa voiture ne risquera plus d'être brûlée. Des lois vont, en tout cas, être votées aveuglément par la majorité "d'approbateurs" que les français ont cru bon et utile de mettre en place. Comme tout bon démocrate, je me plierai aux lois et décrets de cette assemblée bleutée, mais je ne raterai jamais l'occasion de relever et faire connaître les errements dont ils seront les initiateurs. Il faudra, d'ailleurs, beaucoup de personnes comme moi car il ne faut pas compter sur les médias nationaux dont les patrons sont les amis ou les redevables du nouveau pouvoir. Je vous conseille à ce propos de vous rendre ici pour constater comment se développe la démocratie depuis des années chez nous … et ce sont les belges qui le disent.

Pour ma part, je commence sérieusement à avoir des craintes pour l'avenir et j'utilise chaque jour la méthode Coué pour me persuader que j'ai tort, que mon cauchemar va se transformer en rêve.

Je me souviens d'une histoire que me racontait mon père lorsque j'étais enfant:

-" Un homme avait court-circuité les syndicats, affaibli, en les réduisant à la portion congrue, les autres partis que le sien, avant d'interdire le tout. Il avait  jugulé la presse, pourchassé les étrangers dont une race en particulier, élargi les pouvoirs de la police au détriment de la justice qui n'était devenue qu'un ectoplasme… etc.

Il exigeait d'avoir connaissance de tout ce qui se passait dans son pays, dirigeait tout, avait l'œil sur tout, interdisait à ses ministres d'agir avant qu'il ait donné son aval, était le chef de tout et surtout des armées.

Un 14 juillet, il proclamait son parti "parti unique", créait ensuite des "chargés de mission" et autres "hauts commissaires" dont la charge était confiée aux hommes désignés par lui. En clair, tout dépendait de sa volonté. Il se contentait de donner ou refuser son indispensable accord aux projets présentés par quelques proches.

Le pays, informé par une presse "à sens unique" lui vouait une grande popularité grâce en particulier au traitement du chômage dont il faisait raconter la réussite par ses journaux. Ainsi, il fut élu et même plébiscité avec 89% des suffrages. Il était devenu le "guide de l'Etat", seul maître à bord avant dieu. Il n'était pas un homme grand mais se croyait un grand homme. Il finit par entraîner son pays à la guerre et la ruine."

J'ai longtemps cherché quel était son nom. ET VOUS ?

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
15 juin 2007 5 15 /06 /juin /2007 19:36

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            

 

 

 

 7 heures 44. Le train TER démarre de Narbonne, destination Toulouse. Quatre personnes, deux hommes et deux femmes, se sont installées face à face en première classe (anciennement première car les TER en Languedoc Roussillon sont tous entièrement déclarés 2ème classe). La conversation s'engage et tourne autour de la vétusté du matériel pour deux d'entre eux et des élections législatives pour les autres. Les critiques fusent acerbes, voire méchantes à l'encontre de la SNCF puis de leur personnel:

- reproches du matériel ancien non climatisé. Ces gens ne savent manifestement pas que les TER sont à la charge des Régions administratives.

- critique du grand nombre de grèves des cheminots (Comme si c'était un plaisir pour les agents de perdre de l'argent), avec suggestion superbe d'inciter les voyageurs à ne pas payer et de faire circuler les trains avec tout le personnel présent sans assurer son travail … la panacée pour le plus "grande gueule" du groupe… et finalement, ils n'avaient qu'à venir travailler dans le privé et ils verraient comment ça se passe.

Je crois alors le moment opportun pour intervenir, expliquer que prendre le train sans billet n'assure pas la garantie du voyageur, et que si une grève ne gêne personne, elle est inutile. J'aurais mieux fait de me taire. C'est le tonnerre de Zeus. En vrac, je me vois traité de fainéant comme ces cheminots qui font grève pour un oui ou un non, qui ne se rendent pas à leur travail, ce qui occasionne des suppressions et des retards de trains et qui finalement emmerdent les gens qui veulent aller travailler. Dans la foulée, une espèce de girie mal baisée (et pour cause, à voir sa tête…) du groupe s'exclame que c'est comme les postiers qui réclament 10 minutes de temps de travail pour se changer :

-"C'est comme si moi qui ai 2 heures de trajet par jour, je demandais au patron de me les payer comme si je travaillais" … rires sarcastiques en chœur avec le "grande gueule". Et la girie de surenchérir : " finalement, l'autre jour, le train en retard, c'est certainement le conducteur qui ne s'était pas levé" … Nouveaux rires …

Je suis resté sans voix. Je n'imaginais pas que des ouvriers (car il s'agit d'ouvriers abonnés au train) puissent être aussi aveugles et juger sans savoir, avec pour seuls éléments les informations téléguidées de la télévision et les déclarations de nos hommes politiques tendant à diviser le pays pour mieux régner.

Avec le recul, j'aurais dû leur expliquer que les grèves avaient un motif expliqué dans un préavis destiné à engager le dialogue avec la direction et qu'en conséquences, dans le pire des cas, la grève était la résultante du refus de dialoguer donc, de responsabilités au moins partagées. J'aurais dû leur dire qu'ils pouvaient, eux aussi postuler pour un emploi à la SNCF ou à La Poste mais qu'ils étaient certainement trop limités intellectuellement pour parvenir à travailler dans ces entreprises. .J'aurais dû leur raconter la vérité sur les trains supprimés pour cause de pannes de matériel dues à l'espacement de plus en plus grand entre les révisions. J'aurais dû leur donner la solution pour ne plus être ennuyé par les grèves de la SNCF : habitez dans la même résidence que celle de votre travail. J'aurais dû leur faire remarquer qu'avec les 57,80 euros par trimestre que leur coûte l'abonnement, au lieu des 18,40 euros l'aller retour quotidien au tarif normal, il était difficile de renouveler fréquemment le matériel surtout que les pouvoirs publics ne comblent pas la différence en totalité.

J'aurais dû expliquer à la girie que son facteur était obligé de porter une tenue de travail mais qu'il n'était pas nécessaire qu'il la porte en sortant de chez lui, qu'il est certainement plus long de se changer en prenant son service que de quitter son slip pour se faire sauter par son chef.

J'aurais dû expliquer un tas de choses mais je ne l'ai pas fait, ça m'aurait rabaissé aux yeux de ces petites gens qui se prenaient pour des grands et ne seront jamais que des minus faux moralistes.

Au fait, ils travaillent tous les quatre dans une mutuelle bien connue de Chevalier et Laspalès. Pour des mutualistes : chapeau l'esprit !!! Ils feront leur chemin jusqu'au prochain licenciement où ils seront bien contents de trouver les fonctionnaires pour "faire la foule" des grévistes qui sauveront quelques uns de leurs emplois.

8 heures 17. Le train arrive à Carcassonne. Mon calvaire et leur trajet sont terminés.

Salauds de grévistes, va !!!

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
10 juin 2007 7 10 /06 /juin /2007 23:06

Elle sera, à mes yeux, un pays à deux vitesses.

On aura des élites de plus en plus riches et puissantes dont le nombre aura fortement diminué par rapport à 2007 et le reste de la population qui va se paupériser de plus en plus.

Cette vision me semble due aux institutions de la 5ème république qui me paraissent désuètes 50 ans après leur naissance et devraient être au minimum dépoussiérées.

Notre système est bâti de telle sorte que tout dialogue et toute concertation tournent court. Le seul contre-pouvoir est la rue avec tous les excès que cela entraîne.

La jeunesse devrait être notre avenir mais, dans sa majorité, se décourage très vite. La persévérance n'est pas sa qualité première et la combativité n'entre plus dans ses idées qu'au travers des jeux vidéo. Le fort taux d'abstentions d'hier conforte hélas ma vision.

Dès lors, cette jeunesse vieillira en suivant de plus en plus, comme le font les moutons, ces élites qui lui imposeront leur volonté jusqu'à ce qu'elle se sente violée.

Attention, une société semblable existait aux 18ème et 19ème siècles. Elle a engendré la révolution de 1789 puis la Commune de Paris.

J'espère que nos personnages politiques actuels sauront arrêter cet engrenage et trouveront le moyen de renverser la tendance, de rendre à nos jeunes l'envie d'avoir un avenir autre que celui de la pauvreté.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
28 mai 2007 1 28 /05 /mai /2007 21:58

 Aujourd'hui, c'est Lundi de pentecôte : analysons pentecôte. Pente suivi de côte signifie en clair des hauts et des bas. Jamais cette signification n'aura été aussi prouvée qu'en ce jour béni du 28 mai.

Après deux essais déjà fructueux, ce lundi est la preuve de l'incompétence et de la légèreté de notre phénix du Poitou. Il avait, en effet le choix entre une date mobile et une date fixe, en fait, un jour "baladeur" dans la semaine pour lequel on prévoit d'éventuelles festivités d'une année sur l'autre et un jour fixe où les festivités sont entrées dans les mœurs depuis des siècles. Que croyait-vous qu'il fit ?… Il aurait certainement pu réfléchir mais encore fallait-il en avoir la volonté, encore fallait-il vouloir la concertation, encore fallait-il écouter l'opinion, composer et non imposer. Ce n'était pas dans sa nature. Lui, c'était "JE", et la bande de béni oui oui qui siégeait à l'assemblée nationale trouvait tout naturel d'approuver sans sourciller. Mieux, les ministres d'alors croyaient bon d'apporter leur soutien sans réserve à une telle ineptie. Au fait, parmi ces ministres, il y avait entre autre, Borloo, Alliot-Marie, Darcos, Bussereau, Bertrand, Woerth, et les meilleurs : Fillon et Sarkozy.

Il est facile de critiquer, mais si je le fais, c'est que j'ai des propositions à faire, pas politique, mais guidées par le simple bon sens:

- 1 – Il suffit d'ajouter 3 minutes de travail quotidien aux 215 jours travaillés en moyenne par an et l'on se retrouve avec 10 heures 45 dont on peut faire cadeau aux personnes âgées et aux handicapés au lieu de 8 heures actuellement, soit des centaines de millions supplémentaires sans que personne s'en aperçoive.

- 2 – Si l'on veut rester dans le cadre des 8 heures, il suffit simplement de retenir une journée de congés, un RTT ou leur équivalent sur le 13ème mois pour ceux qui en bénéficient.

- 3 – Nous sommes actuellement dans les meilleurs termes avec nos voisins allemands, est-il bien nécessaire de fêter armistice et victoire acquis à leurs dépends? Il suffirait de prendre, par exemple le 11 Novembre comme journée du souvenir pour rendre hommage aux soldats morts pour la France et déclarer le 8 mai journée normale. Ceci aurait le double avantage de "dégorger" le mois de mai d'un début rempli de ponts et de faire de cette journée celle de la solidarité.

- 4 – Ne rien faire mais prélever les sommes nécessaires à maintenir nos "vieux" en vie sur le budget alloué à la construction d'engins de mort comme les bateaux de guerre ou les fusées, tant de choses inutiles en guerre économique comme nous le sommes actuellement.

Il existe certainement d'autres solutions, celles que je propose auraient un grand mérite : celui de supprimer le bordel organisé par le phénix et ses boys.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
26 mai 2007 6 26 /05 /mai /2007 22:07

 

La démocratie, c'est la possibilité d'un contre pouvoir, la logique de l'alternance. Il est donc sain, dans cette méthode de gouvernance, d'avoir une opposition la plus forte qui soit pour servir de garde fou à tous les excès et toutes les manipulations possibles.

Nous vivons aujourd'hui dans une démocratie où l'on tente par tous les moyens de nous faire croire que la gauche et la droite sont les mêmes, quitte à mélanger les genres pour "noyer le poisson". Cette manœuvre a pour but de s'arroger un pouvoir sans contre pouvoir autre que les syndicats que l'on discrédite au maximum pour diminuer leur influence.

Ainsi, nous sommes dans une période où il est bien pensant de trouver excellent un rapprochement de tous les bords de l'hémicycle de manière à ne former qu'un conglomérat d'idées formatées autour d'une même personne qui, forte d'une majorité écrasante, deviendra un roi élu et pourra se permettre de s'arroger tous les pouvoirs, régaliens ou non, devenant ainsi le monarque absolu à la différence d'un dictateur qui aurait pris le pouvoir pas la force.

La puissance d'une démocratie, c'est justement d'avoir une diversité étendue lui permettant de se régénérer sans avoir recours à la rue pour le faire. Il ne suffit pas de laisser au peuple l'impression qu'il peut s'exprimer périodiquement, il faut que sa représentation dans les instances les plus hautes ait voix au chapitre en permanence, ceci afin d'éviter la lassitude des gouvernants qui mène tôt ou tard à la révolution.

En conclusion, il est impératif d'éviter un raz de marée de quelque bord politique qu'il soit afin de permettre à la démocratie de vivre autrement que par l'acquiescement permanent des décisions d'un seul homme.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
20 mai 2007 7 20 /05 /mai /2007 23:36

Monsieur Sarkozy veut être le président de tous les français mais ce ne sont que des mots.

       Comment peut-il prétendre être le président de tous les ouvriers quand il veut:

        -          leur supprimer les 35 heures,

-          les faire cotiser plus longtemps pour la retraite,

-          réduire les remboursements de leur sécurité sociale,

-          les faire payer toujours plus cher la part de leurs visites chez le médecin,

-          "angliciser" leur chômage (78 heures par mois è sortie de l'ANPE),

-          obliger leurs enfants à payer toujours plus pour s'inscrire en faculté,

-          vendre les entreprises qu'ils ont payées de leurs impôts …

Comment peut-il être le président de la France qui souffre quand :

        -          il n'a d'amis que dans le CAC 40,

-          il dépense ostensiblement en un jour l'équivalent de 15 SMIC,

-          il se déplace toujours en jet privé sauf lorsqu'il désire être suivi par les caméras de télé,

-          il veut faire adopter par le parlement le traité européen refusé par le peuple,

-          il écume les palaces et les restaurants étoilés…

Comment peut-il être le président des agriculteurs alors qu'il:

        -          laisse crever la viticulture sans un mot (c'est vrai qu'il ne boit pas d'alcool),

-          ne connaît de l'agriculture que le poulet PAC, les fruits et les légumes,

-          ne voit les animaux de la ferme qu'une fois l'an au salon de l'agriculture,

-          ne possède de plantes odorantes que les parfums de luxe,

-          ne connaît la forêt qu'au travers du bois de Boulogne…

Il est, en réalité, le président des utopiques qui croient aux promesses

        -          TRAVAILLER PLUS POUR GAGNER PLUS, alors que le patron seul peut décider des heures supplémentaires et à partir de 50 ans celui qui perd son emploi est condamné au chômage,

-          ALLER AU PLEIN EMPLOI alors que la précarité augmente justement parce que les contrats prévoient un nombre d'heures insuffisant pour permettre au plus grand nombre de vivre,

-          ERADIQUER LA VIOLENCE alors que seuls les chiffres sont en baisse et non les actes,

-          VOULOIR UNE REPUBLIQUE IRREPROCHABLE alors que bien des ministres ont trahi leurs proches par avidité de pouvoir et cupidité,

-          Mettre en place un BOUCLIER FISCAL de 50% qui profitera essentiellement aux plus riches,

-          Prôner l'IMMIGRATION CHOISIE alors que l'on renvoie les immigrés chez eux,

-          Etc…

Les promesses n'engagent que ceux qui les croient. Moi, je suis athée en la matière. De plus, un noble qui cache sa particule et son titre pour paraître plus près du peuple, est soutenu par Berlusconi, Heider, Bush et même le Vicomte De Villiers ou le comte de Paris, dont un livre est préfacé par un  membre de la famille Mussolini, me parait pour le moins suspect.

Je ne pourrai jamais manger le même pain que ces personnages, j'aurais trop peur de m'étouffer.

On est en République, nom d'un chien !!! Arrêtons cette noblesse de tous poils qui descend droit d'une lignée d'exploiteurs de pauvres gens et voudrait nous faire croire qu'elle est de la même lignée que le prolo que je suis fier d'être.

Républicains, faites-vous entendre, cessez de dormir bercés par le chant des sirènes orchestré par les médias au service du nouveau pouvoir. REAGISSEZ !!! Élisez des députés combatifs, pas des monozygotes, votez pour des gens qui pensent à vous, pas à eux !!!

Aujourd'hui, j'ai honte de mon pays, il s'américanise, devient dépendant d'idées formatées et oublie que bien de nos ancêtres sont morts pour acquérir des droits et libertés qu'on veut nous voler.

NON ! Monsieur, vous serez le président de la France, mais pas celui de TOUS les français. En tout cas, PAS LE MIEN.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
28 avril 2007 6 28 /04 /avril /2007 22:04

Voilà le premier tour passé.

Deux candidats se sont détachés, il va falloir maintenant choisir celui ou celle qui dirigera la France pendant les cinq prochaines années.

D'un côté, nous avons un candidat qui, promesses à l'appuis, nous fera faire des heures supplémentaires (si le patron le veut bien, il l'oublie) qui nous permettront de gagner plus, nous organisera une retraite que nous toucherons après 50 ans de versements (vers 75 ans pour les plus chanceux), nous fera diminuer le chômage grâce au service à la personne (80 heures de travail par mois pour les plus veinards), diminuera nos impôts comme l'a fait son prédécesseur (en promesses seulement), nous imposera l'Europe même si nous ne l'avons pas voulue et mettra de la police à chaque carrefour pour que nous soyons tranquilles (si nous ne sommes pas contrôlés tous les 200 mètres).

De l'autre, une candidate qui nous propose d'aider les ouvriers à continuer de travailler 35 heures si le patron le veut bien, renverra aux organisations syndicales les principales décisions sur les retraites et la sécu, créera des groupes de travail (qui dureront 5 ans) pour toutes les affaires sociales, obligera l'Europe à se plier aux exigences françaises, rendra la police bien gentille envers les citoyens, et nous fera de l'électricité avec des éoliennes et des panneaux solaires (vous avez intérêt à habiter le midi pour le vent et le soleil). Le choix est cornélien. Une bonne droite, avec tout ce qu'il faut d'aides aux riches et d'abandon d'acquis sociaux ou une gauche rose pâle qui ne revient pas sur le social mais le dénature et continue d'aider les riches.

Moi, comme tente de l'expliquer mon livre, je préfère une mauvaise gauche qu'une bonne droite … comme dirait un boxeur … et vous ?

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
4 avril 2007 3 04 /04 /avril /2007 22:42

"Vues de la France d'en bas" EST enfin SORTI !!! Que dit-il ?

Il analyse la manière dont la France est gérée depuis des années, critique cette manière et propose des solutions pour améliorer cette gestion. Il est bien évident que toutes les propositions ne seront pas du goût de tous, mais nul n'est parfait, et nul ne détient la vérité (si tant est qu'il n'y ait qu'une vérité…)

J'ai considéré la France comme une pyramide dont le sommet, surmonté de notre devise, est occupé par le Chef de l'Etat et la base par nous tous, citoyens et électeurs. Entre ces deux "étages", les diverses instances du pouvoir occupent les degrés. Sont-elles toutes indispensables ?

A l'intérieur de cette pyramide sont élaborés lois et décrets et des décisions sont prises quasi unilatéralement.

Mis à part au moment des élections, tout est fait, manigancé presque, sans tenir compte de l'opinion publique. C'est cela qui est appelé "démocratie", c'est aussi cela qui a provoqué la révolte d'où est né mon livre.

Lisez-le, et dites-moi si vous êtes contre (ou pour) les solutions que je prône.

Je ne prétends pas bouleverser les existences, mais il m'a semblé qu'un peu de bon sens et de compassion dans la vie quotidienne ne pouvaient qu'aider la France à grandir, sans haine, sans amertume ni rancœur.

Mon livre est disponible. Il n'est pas encore distribué dans les librairies, et ne le sera que le 5 juillet, mais il est possible d'ores et déjà de se le procurer de plusieurs manières:

      - Sur amazon.fr ou chapitre.com (taper aymard sur le moteur de recherches du site), la réduction sur le prix d'achat couvre les frais d'envoi.

      - Sur le site de l'éditeur theles.fr ou au 01 40 20 09 10.

      - Par les libraires sua la base de données "Tite Live".

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 19:40

La coupe de la league de football s'est achevée hier soir par la victoire de Bordeaux sur Lyon 1 but à 0.

Les maires des deux villes ont été interviewés par l'un des journalistes, et, comme il fallait s'y attendre, l'humeur n'était pas la même dans les propos de chaque édile.

Le lyonnais, triste, était dépité à juste titre d'avoir vu son équipe dominer une bonne partie du temps et être battue sur le fil. Par contre, le bordelais ne cachait pas sa joie, d'ailleurs légitime, d'avoir vu son équipe jouer un bon vilain tour aux lyonnais.

Tout serait pour le mieux dans le domaine sportif si ce n'était le petit bémol introduit par monsieur Juppé lors de sa réponse, probablement sans arrière pensée, il n'a pu s'empêcher de faire un parallèle entre 2002 et 2007 où son équipe avait remporté la coupe … avec le sourire entendu de celui qui est certain que tout ce qui tourne autour de ces dates sera de la même veine.

On a gagné en 2007, comme en 2002, sauf qu'en 2002 c'était Lorient et en 2007 Lyon, sauf que Lyon se voyait vainqueur avant le début de la compétition et que l'équipe est tombée de haut.

Moralités: 

- Rien ne sert de courir, il faut partir à point.

- Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué.

- Tel est pris qui croyait prendre.

- On hasarde de perdre en voulant trop gagner.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article