Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

26 février 2016 5 26 /02 /février /2016 19:14
ON A DEMENAGE !!!

Le 6 mai 2012, je croyais avoir voté pour changer de maison, en réalité, nous avons gardé la même habitation et nous n'avons renouvelé que les meubles. Le plus triste dans ces modifications, c'est que nous avons mis en place des meubles d'un autre âge. Cette parabole pour mieux imager le non-sens d'hommes que l'on peut aujourd'hui appeler des parjures, des traitres voire des taupes au sens espions du terme. Notre président normal ne s'est pas contenté d'un déni de démocratie agrémenté de reniement d'un référendum populaire, suivant en ce sens l'une des inepties de son prédécesseur renvoyé dans ses foyers. Il s'entoure de sbires malfaisants dont le but ultime est de ramener la classe ouvrière aux environs de 1866, date du début de Germinal trouvée sur le mémoire de Jenny Ahlberg (voir : https://www.diva-portal.org/smash/get/diva2:238953/FULLTEXT01.pdf), lequel dépeint très bien ce qui se passe … aujourd'hui. Valls, Macron, El Khomri, pour ne citer qu'eux, s'ingénient à détruire pan par pan tout ce que nos ancêtres ont gagné au terme de combats parfois sanglants. Ils s'en moquent, pourvu qu'ils fassent plaisir aux patrons auxquels ils donnent des centaines de milliers d'euros qu'ils prennent dans nos poches, nous les "sans dents". Et ça se dit de gauche !!! Comme le faisait le gouvernement précédent, ils prônent le dialogue social sous réserve qu'il aboutisse à entériner ce qu'ils ont décidé. Qu'ils ne s'étonnent pas de voir fuir la classe ouvrière vers le FN. On entend d'ailleurs, des travailleurs qui veulent "essayer" ce parti facho pour voir si, par hasard, leurs élus tiendraient parole … preuve, s'il en était besoin, que la confiance dans les partis dits "démocratiques" s'est envolée à force de trahisons. Comment se fier à un "ami" qui vous poignarde dans le dos ? Tous les arguments sont bons pour prouver l'improbable. Aux reproches de Martine Aubry, l'insignifiant ministre des sports et le premier sinistre rétorquent que ses dires ne contiennent aucune proposition. Mais si, messieurs, les propositions existaient lors de la présidentielle, il suffisait de les appliquer et aucune anicroche venant de gauche (la vraie) ne se ferait jour. Cela dit, je ne saisis pas les motivations de ceux que l'on nomme les frondeurs et leurs soutiens. Qu'ils créent une nouvelle formation politique et se démarquent enfin totalement de la bande d'ennemis du peuple à laquelle ils persistent à rester collés. Bon, individuellement, quelques brebis (vertes pour la plupart) se sont mises à la remorque de ceux qu'ils dénigraient la veille de leur prise de pouvoir (individuel), mais les autres devraient pouvoir s'entendre pour descendre les fossoyeurs populaires du piédestal sur lequel le peuple les a mis. Incapables de dire non au MEDEF, de régler les problèmes du monde agricole, d'ouvrir les frontières aux migrants vers la Grande Bretagne qui nous promène avec ses privilèges, incapables de s'imposer au plan européen, incapables d'enrayer les l'appétit d'ogre des plus riches au détriment des plus pauvres. Des preuves ? Entre 2014 et 2015, la fortune des 10 plus riches de France s'élève à 141,5 milliards d'euros. Elle a augmenté de 53,5 milliards d'euros dans le même temps, soit 285 874 fois le SMIC. L'état donne 110 milliards d'aide aux entreprises, dont, bien sûr, celles qui sont détenues par ces fameux 10 riches. Pendant ce temps, "on" déplore la présence de 3,5 millions de sans-abris parmi lesquels des "travailleurs pauvres" et des retraités réduits à fouiller les poubelles pour se nourrir. Enfin, quoi, on fait tout pour régresser et asservir l'ouvrier, il ne manque plus qu'à allonger la durée du travail, repousser l'âge de la retraite à 70 ans, généraliser le travail le dimanche et autoriser le travail à partir de 12 ans … et tout ira bien … pour le FN.

Published by Lucien Aymard
commenter cet article
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 17:44

 

C'est un dimanche très particulier que ce 3 janvier 2016. Je m'apprêtais à rappeler l'anniversaire de la tuerie de Charlie, mais voilà qu'une bouffée de tristesse arrive comme pour parachever la lourdeur de l'époque : Michel Delpech vient de nous quitter.

Alors quoi ? Me direz-vous, juxtaposer un évènement d'une gravité incommensurable et la mort d'un chanteur, où est le rapport ?

C'est simple, Delpech "peignait" la France de son temps, celle des années 60 à 80, à la fois insouciante et responsable. Il évoquait les écueils, les contestations et l'attachement à la terre des français.

Le parallèle est vite fait avec Charlie, même si ce dernier reste caustique et acerbe dans ses termes.

Quand on fait la liste des titres de notre chanteur, il y a de quoi écrire le roman de deux décennies. De "l'inventaire 66" qu'il faisait pour fustiger les hommes politiques de l'époque à "terre d'amour" de 1992, les morceaux parlent d'eux même.

"Chez Laurette", "L'année de nos quinze ans", "T'en fais pas", "Quand on aime comme on s'aime", "Il faut regarder les étoiles".

De la nostalgie au futur, il nous incite à la réflexion sur le temps qui passe et il jalonne ce temps par des étapes de vie ou d'expériences collectives, voyez plutôt :

"Wight is Wight", "Même pendant la guerre on chante", "Rimbaud chanterait" …

Dans le domaine de l'amour, il évoque le vécu de beaucoup de monde : "Pour un flirt", "Fan de toi", "Les aveux", "Tu me fais planer", "Les divorcés", …

Et comment ne pas parler de son observation de la ruralité :

"Le chasseur", "Le Loir et Cher", "Animaux, animaux", "Petite France", …

Enfin, et c'est là que le chanteur rejoint le journal : "Vu d'avion, un soir" (où il décrit un pays de paix) et "Que Marianne était jolie" (avec la cinquième république déboussolée).

Il était visionnaire sur sa propre vie : "Quand j'étais chanteur", "Longue maladie" et "Pleurer le chanteur".

Je sais, j'ai tout mélangé, mais c'est volontaire, aujourd'hui, tout se mélange dans mon esprit et je suis tout aussi triste pour la perte de Michel Delpech que pour le souvenir de la tuerie de Charlie. Merde, ce sont des pans de ma jeunesse qui foutent le camp : les dessinateurs de Charlie et maintenant Delpech … c'est là qu'on s'aperçoit que l'on vieillit.

Published by Lucien Aymard
commenter cet article
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 21:34
ATTENTION !!! LES CAMISARDS SONT DANS LE COUP.

~~C'est scandaleux ! Deux pauvres cadres supérieurs de notre fleuron du transport aérien attaqués lâchement par des syndiqués énervés, la chemise déchirée, presque en lambeaux, entourés de bons samaritains au crâne rasé prêts à sacrifier leur scalp pour sauver leurs âmes. Les images ont fait le tour du monde, donnant dans le monde une vue désastreuse de notre pays, nous ont dit les "merdias" inspirés se gardant bien de préciser aux yeux de quelles nations … peut-être les Tonga, Andorre, voire la république de San Marino … En tout cas, des JT aux hommes politiques en passant par les syndicats bien-pensants, tout le monde s'est ému à la vue de ces deux pauvres personnages sans cravate, chemise pendante, torse musclé de sportifs de fauteuils en cuir, enfin, quand je dis "tout le monde", je devrais dire : "tous ceux qui se sentent à l'abri des licenciements ou qui ont de quoi assurer un après boulot". Je n'ai jamais été dans ce cas, mais j'imagine que la perspective d'une privation de revenus quand on a une famille à nourrir, un loyer à payer avec tous ses frais annexes, sans oublier les dépenses pour le transport. Alors, sans pour cela approuver les violences physiques, je comprends que l'on se sente rendu à des extrémités, acculé à la haine et enclin à la vengeance. Est-ce une raison valable pour ordonner l'arrestation des "présumés coupables" chez eux à 6 heures du matin comme s'il s'agissait de vulgaires trafiquants ? La justice de notre pays est beaucoup moins "matinale" avec les hommes politiques, jamais Sarko n'a eu le traitement de faveur de potron-minet. Comme dans tout conflit, il faut chercher la racine du mal qui a conduit à l'explosion, et là, le mal vient de la direction de l'entreprise. Faire du chantage aux licenciements n'est même pas digne d'un petit artisan envers son ouvrier incompétent, ce dernier serait bien trop humain pour utiliser de telles méthodes de voyous. Je disais donc que cette entreprise, dirigée par des incompétents qui n'ont même pas su anticiper la concurrence et ont lapidé les fonds dans des achats, fusions et autres partenariats qui ne s'imposaient pas, veut aujourd'hui faire payer les ouvriers pour ses propres fautes. Cela ne choque pas le moins du monde les bons pasteurs du peuple et leurs relais médiatiques. Ce n'est pas de la violence, c'est naturel, ça se situe dans la norme mondiale, à moins que ce ne soit la nouvelle norme française, celle préconisée par le MEDEF, et les deux Manu (Valls et Macron). Ceci expliquerait finalement pourquoi on ne va pas chercher dès six heures du matin les dirigeants ripoux qui licencient pour cause de rapport aux actionnaires. On vit une époque formidable, il est question de faire travailler les ouvriers de plus en plus longtemps, de donner aux patrons la latitude de les licencier à n'importe quel moment, de les rendre taillables et corvéables à merci avec des horaires et amplitudes suivant les fantaisies des patrons. Il ne manque plus qu'à autoriser le travail des enfants à partir de 12 ans et nous serons enfin parvenu au progrès du … dix-huitième siècle … Nous sommes partis sur un toboggan qui nous entraine dans une plongée vers le nationalisme et les révoltes ouvrières, une résurrection des camisards. Le pire, c'est que l'Etat savonne copieusement la pente … et qu'il s'en vante.

Published by Lucien Aymard
commenter cet article
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 18:57

 

jesus revient                           zsoleil  

 

 

C’est la question que se posent des centaines de milliers de gens qui se croient encore à l’époque médiévale, celle des tueries organisées par l’Inquisition d’où sont sortis moult saints dont le principal mérite a été de torturer à mort des centaines de gens qui ne pensaient pas comme eux ou qui n’appréciaient pas les litanies latines qu’ils débitaient pour bien laisser le peuple dans l’ignorance. Ces gens qui n’ont pas encore digéré les bourrages de crâne assénés des siècles durant pour imposer au plus grand nombre une religion qui se dit tolérante mais qui rejette l’Islam tout autant que les intégristes de celui-ci le rejette.

Quand on te frappe la joue, tend l’autre … mais chez ces gens-là, on a pris l’habitude de frapper le premier pour ne pas avoir à appliquer ce principe.

Qui, aujourd’hui, rejette les musulmans ? …

Allez, réfléchissez un peu, … ce sont d’autres extrémistes, ceux qui font l’amalgame Arabes = Musulmans = extrémistes = assassins, principalement ces cathos intégristes qui n'admettent pas que leur religion ne soit plus d'Etat ou ceux qui ont brimé durant des décennies les populations africaines sous couvert de colonisation. Et c’est là-dessus que le FN fait son nid de plus en plus douillet, si, si, le FN, ce ramassis de prétendus démocrates dont le crédo n’est autre que "les étrangers dehors". Ceux qui ont l'amnésie du passé, l'holocauste, et surtout la dette qu'ils ont envers ces "africains" qu'ils fustigent mais, en partie grâce auxquels ils sont en France aujourd'hui et non en Germanie parce que ces hommes ont donné leur vie pour une patrie qui n'était pas vraiment la leur.

 Alors, avant de se demander "où va-t-on?", ces bienpensants seraient bien inspirés de se demander "d’où vient-on?".

 Enfin quoi, tous ces "drôles de paroissiens" qui se prétendent français devraient déterminer la date à partir de laquelle ils jugent que la nationalité française doit s’appliquer.

La France est l’un des pays d’Europe qui a le plus subi les invasions des peuplades venues du nord comme du sud, chacune d’entre elles ayant commis des exactions et laissé des trace de sa civilisation voire des gênes indélébiles dans la population.

 Ce n’est pas parce qu’on s'appelle Dupont ou Durand que l’on a des racines françaises. Il est bon de se souvenir que le "nom de famille" que nous connaissons aujourd’hui n’a été adopté qu’au XIIe siècle, rendu obligatoire par l’Ordonnance de Villers-Cotterêts signée de François 1er entre le 10 et le 25 août 1539, enregistrée par le parlement de Paris le 6 septembre 1539 et qui constitue le texte légal le plus ancien applicable de nos jours. Cette ordonnance prescrivait l’enregistrement des baptêmes donc, des seuls catholiques, dans les églises. Il a fallu attendre la Révolution et la création de l’Etat Civil étendu à tous par la loi du 6 fructidor an II pour qu’existe enfin le "vrai" nom de famille. Pour être plus complet, il faut savoir que ces noms ont eu une orthographe "variable" jusqu’à la délivrance des premiers livrets de famille entre 1875 et 1877. Aujourd’hui, 300.000 personnes seulement portent encore le patronyme originel de leur famille.

Ces précisions nécessaires apportées, revenons-en à notre " français de souche".

Qui est-il ?

- Celui dont le nom remonte aux onze premiers siècles de notre partie du continent qui ne correspondait qu’à une micro surface de l’actuelle France et dont les envahisseurs de tout poil avaient semé une progéniture plus ou moins voulue ?

- Celui dont le nom a été enregistré entre François 1er et la Révolution mais qui ne peut être autre chose qu’un catholique ? C'est peut-être dans cette "mouvance" que se trouve la majorité de ceux qui rejettent les non chrétiens.

Des siècles de bourrage de crâne ont inculqué à son arbre généalogique que seule sa religion détenait la vérité, et comme ce conditionnement s’est effectué en latin que personne ne comprenait hormis les ecclésiastiques, toutes les branches de cet arbre se sont nourries à la même sève, fut-elle parfois frelatée.

- Celui dont le nom est répertorié dans l’Etat Civil depuis la Révolution ?

 Là, on approche de notre actualité, entre les guerres napoléoniennes, franco-allemandes ou nord africaines, l’immigration nécessaire au redémarrage du pays meurtri par ces querelles, ou la folie colonisatrice, d’énormes quantités de personnes sont venues se mêler à tout un peuple déjà installé.

D'où est-il issu ce prétendu français "de souche"? 

- Du premier royaume portant le nom de France dont l’étroitesse avoisine à peine la banlieue de sa capitale d'alors Orléans agrémentée de quelques hectares autour des villes de Compiègne et Poissy et dont la population était constituée de peuples venus du nord Wisigoths et Ostrogoths?

- De l’un des éléments de la mosaïque éclatée de comtés et duchés composant les "prémices" de ce qui était présenté comme la France à la fin du XIe siècle ?

- De la "France" d’avant 1860 sans l’Alsace et la Lorraine ou de 1850 sans Nice et la Savoie ?

En fait, la souche n'existe pas et être français, c’est tout simplement d’avoir eu l’aléa de naître sur le sol français ou bien la chance ou le mérite d'être naturalisé.

Les guerres et traités d’Etat à Etat ont amené sur notre sol une multitude d'hommes et parfois de femmes venant de pays plus ou moins lointains qui se sont mêlés à la population autochtone envers et contre les idées de religion d’Etat ou de rejets ponctuels de "l'étranger".

 Alors, racistes de tout poil, anti musulmans viscéraux, fascistes refoulés, jaloux des fortunes qataries seules capables d'acheter immeubles, clubs sportifs ou hôtels, restez dans le petit pays sclérosé que vous souhaiteriez, avec votre petit esprit, votre petit jugement, vos refoulements et votre ersatz d'intelligence.

 Ne vous en déplaise, la France d'aujourd'hui est un pays fait de combinaisons raciales aux croyances ou incroyances diverses et variées qui compte une toute petite proportion d'abrutis extrémistes assassins que vous aimeriez amalgamer avec des musulmans aussi dignes de respect que vous-même, certainement plus que les fascistes que vous soutenez. 

Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 22:55

guerre-des-mondes.gifLe front national, c'est exactement ce que l'on peut voir depuis le 7 janvier : une NATION toute entière, sans distinction de religion, d'opinion, de conviction, d'âge, de région, qui se mobilise pour faire FRONT à un ennemi commun : la connerie destructrice.

 Attendez, ne nous emballons pas, quand je parle de front national, il n'est nullement question de FN puisque là, on est dans l'inverse de ce que démontre la Nation.  Sa grande prêtresse refuse de défiler aux côtés du peuple au prétexte qu'elle n'a pas été invitée … mais qui elle est pour être invitée alors que des dizaines de chefs d'états et de gouvernements se déplacent spontanément. Elle se prend pour qui cette descendante de gourou pour demander à ses sympathisants de défiler ailleurs qu'à Paris ? D'ailleurs, elle a défilé à … Beaucaire, au milieu d'un millier de personnes dont son grand admirateur d'avocat maître Collard.

 Aucun parti politique digne de ce nom n'a tenté d'imposer sa vision des manifestations au peuple français, seule la "matrone" de la secte tente de diaboliser tous ceux qui ne pensent pas comme elle. Cela ne vous rappelle pas les terroristes ? Ceux qui représentent l'extrémisme religieux ?

C'est d'un autre extrémisme dont il s'agit, celui qui tente de diviser, de ghettoïser, de stigmatiser, d'amalgamer, ceux dont les convictions ne sont pas dans sa ligne, de fracturer la Nation.

Toujours prêts à faire croire qu'Islam et terrorisme ne font qu'un de manière à faire lever le reste de la population contre l'ensemble des musulmans.

Ce FN-là, qui avance masqué derrière des discours populo-nationalistes, qui surfe sur la peur de l'autre, l'exacerbation de la menace et le discours raciste, n'est rien d'autre qu'un groupe terroriste peut-être pire que ces tueurs aux cerveaux lavés, et conditionnés par des fous de dieu qui ne sont en fait que de piètres anarchistes tapis derrière une religion qui leur sert d'alibi.

Alors, ils peuvent bien, cette "présidente" et ses sbires, défiler dans un chef-lieu de canton, sur un parking de super marché, ou une cour d'immeuble, ils ne cacheront jamais au peuple de France la haine qui les habite et qu'ils voudraient faire partager à une majorité. Ils oublient qu'ils ne sont suivis que par 4,8 millions de citoyens français soit moins aux régionales qu'aux présidentielles. Et si on compare avec le raz de marée de ce 11 janvier dans la rue, on trouve cette réaction ridicule.

Le comble est atteint par le patriarche qui refuse "d'être Charlie".

D'abord, on s'en fout. Ensuite, on ne peut pas s'attendre à voir quelqu'un passer de l'égout au sommet de la Tour Eiffel en un en seul bond.

Charlie, c'était quelque chose de bien, des journalistes au regard acéré, des dessinateurs aux croquis parlants, des soigneurs de la pensée unique, des combattants de la médiocrité, des opposants à l'obscurantisme, des destructeurs de racisme et d'anti sémitisme, des défenseurs de la liberté ; des libertaires.

Leur élimination n'a fait qu'amener les citoyens à faire front, le front de la nation, le VRAI Front National. Pas la secte FN et ses vomisseurs de haine.

Des centaines de manifestants connaissaient à peine l'existence de Charlie Hebdo, mais ils étaient là pour défendre la liberté d'expression, la démocratie et stigmatiser la haine et la médiocrité.

Nous sommes tous (sauf le FN) Charlie. Et vous, les innocents assassinés, j'ai trouvé pour vous ce ver du chant des partisans :

AMI, SI TU TOMBES, UN AMI SORT DE L'OMBRE A TA PLACE.

Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 16:39

10917853 759873944065639 8372959626690184527 n          crucifiction

        On peut rire de toutes les religions  

       

  images4HX2CM75

Comment s'étonner ? L'année du calendrier musulman est 1536. Il se trouve donc des illuminés tellement lobotomisés qu'ils se croient encore à la même époque du calendrier grégorien. En effet, du XIe au XVIe siècle, la chrétienté envahissait l'orient sous forme de croisades contre le monde musulman. Les croisades ont duré jusqu'en 1571 (date grégorienne) et la bataille de Lépante.

 Ces ignares, confondent aujourd'hui les deux calendriers et veulent "venger" leurs ancêtres.

 Alors, comme ils n'ont ni le courage des guerriers, ni le sens de la responsabilité qui les ferait assumer leurs gestes, ils s'attaquent à des hommes et femmes sans autre défense que la plume et le dessin.

Ils sont une poignée à vouloir la guerre sainte, et quand je dis vouloir, je pense que leur volonté n'existe pas puisqu'ils sont incapables de discernement et ne font qu'obéir comme le font les chiens à leur maitre.

La différence entre l'homme et l'animal, c'est la capacité de réflexion. La preuve: marchez sur la queue de votre chat et sa réaction "épidermique" sera de vous griffer, après quoi, il peut, dans les secondes qui suivent, venir sur vos genoux. L'homme normalement constitué, si vous lui marchez sur les pieds, ne vous agressera pas, il réfléchira et comprendra que vous ne l'avez pas fait volontairement.

Le djihadiste, lui, fait partie de la troisième espèce, celle que l'on n'apprend pas dans les cours de SVT. Sans que vous l'agressiez, il détruit, bêtement, parce que son cerveau délavé est incapable de réflexion. On pourrait donc le classer dans l'espèce animale, mais c'est impossible car il est rendu inapte aux caresses par son fanatisme. C'est donc un sous primate dépourvu de courage puisqu'il agit à visage caché et toujours contre le plus faible et quand il revendique quelque exaction au nom de son Dieu, il ne prend même pas la peine de le faire à visage découvert. Comment voulez-vous que son "idole" le reconnaisse, s'il est masqué ?

Les mots manquent au vocabulaire pour qualifier ces enveloppes humaines vides.

Venger le prophète parce qu'il a été caricaturé ? Laissez-moi rire. Jésus représenté sur la croix se bouchant le nez d'une main pour ne pas sentir l'odeur du pet du curé disant la messe n'a jamais provoqué d'attentat, de même, Moïse en train de pêcher et faisant disparaitre l'eau sous la ligne de son voisin pour le priver de poisson n'a soulevé l'indignation des juifs.

Le problème aujourd'hui, c'est qu'une poignée de fous sanguinaires se prenant pour les justiciers de Mahomet sèment la peur y compris chez les musulmans eux-mêmes qui n'osent plus sortir de peur de représailles liées à l'amalgame que les esprits faibles sont tentés de faire.

Ces intégristes, sont tellement vidés de leur matière grise qu'ils sont inaptes à comprendre que leurs méfaits rejaillissent défavorablement sur les milliers de musulmans citoyens de notre pays.

Ils font le lit de l'extrême droite qui gangrène la nation et joue sur les peurs qu'ils suscitent.

En commettant cet attentat contre le rempart démocratique qu'est la presse et particulièrement le journal satirique, ils s'en sont pris à nos libertés, à notre cohésion, à la Nation toute entière et assassiner des journalistes simplement parce qu'ils ont fait des dessins qui ne leur convenaient pas dénote une pauvreté d'esprit qui n'a d'égal que celle d'une moule cuite.

A vous tous, journalistes, caricaturistes, policiers ou autres qui êtes tombés sous les balles de la barbarie, je veux rendre le plus grand des hommages. Vous êtes tombés pour la démocratie, pour la France, et resterez à jamais les héros de la liberté d'expression, ceux qui ont unifié le pays contre l'obscurantisme. En votre nom, soyons nombreux à allumer une bougie sur le rebord de la fenêtre pour montrer que le monde civilisé s'illuminera toujours.

Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 10:58

Malgré la conjoncture muassade, les affaires et

projets politiques qui veulent nous asservir de

plus en plus ...

 blog lucien2

Published by Béatrice Aymard - dans Béa
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 12:25

zmaitresse.gifCe matin, pendant mon petit déjeuner, j'ai vu Claude Askolovitch sur une chaine d'informations qui développait dans sa tribune tout un argumentaire sur Valérie Trierweiler et François Hollande. Une fois n'est pas coutume, il m'a choqué.

 Oui, je suis habitué à écouter ses dires d'une oreille plutôt distraite, mais quelque chose m'a fortement gêné dans ses propos qui m'ont fait penser aux grandes heures de Gala, Voici, Closer et autre torchon de cet acabit.

 Pour lui, la base du raisonnement est la bonne foi de madame Trierweiler et l'obligation qui en découle de justification de la part du président. C'est tout de même un peu fort de café.

Je ne suis pas un défenseur acharné de notre actuel monarque mais je pense que trop c'est trop. Que l'on donne enfin à l'information la place qu'elle mérite, mais que l'on cesse une fois pour toutes de vomir la vie privée des gens dans les grands médias qui se disent sérieux.

Bien, rectifions un peu en amenant un minimum de réalité dans ces pseudos affaires d'état qui n'en sont pas.

Tout d'abord, jusqu'à l'apport d'une preuve concrète, rien ne certifie que la dame a subi une overdose de sédatifs sur ordre de l'Elysée, et quand bien même, ce serait une parole contre l'autre en cas de face à face. Comment donc oser demander à la présidence de se justifier et non à l'intéressée d'apporter publiquement les preuves de ce qu'elle avance ? Le président est un queutard, on le sait, mais ce n'est pas une raison pour lui demander des comptes. On aurait pu en demander à d'autres avant lui, mais on ne l'a pas fait et c'est très bien, c'est le domaine de la vie privée. La politique d'un pays ne se gère pas dans un slip.

Tout cela n'est que badinages au regard de l'information et revoyons les faits depuis leur début.

Madame Trierweiler n'a jamais été une "première dame" compte tenu qu'aucun statut n'existe concernant une compagne de président. Elle est la conjointe du premier magistrat de France et n'a même pas à justifier de ses liens avec lui : point. A ce titre, elle doit être traitée comme n'importe quelle conjointe, ni plus ni moins. Par contre, n'ayons pas peur des mots, et appelons une maitresse une maitresse car, n'ayant aucune qualification légale, à défaut de mariage, de PACS ou de concubinage légalement déclaré, elle n'est rien d'autre. Certes, une femme bafouée comme quantité de maitresse à travers le monde mais doit-on faire exception pour elle et traiter son infortune différemment des autres ?

Elle va s'épancher en Grande Bretagne ou ailleurs (de préférence où le peuple est friand d'affaires de cul) c'est son droit le plus absolu et pourquoi ne pas avouer que c'est de bonne guerre mais que les journalistes français reprennent la chose comme une information importante me terrifie. Tout de même, madame n'est pas un perdreau de l'année, divorcée deux fois et maitresse cachée de François Hollande de 2005 à 2007, la vie ne fait que lui rendre la monnaie de sa pièce. Ce qui l'enrage, c'est probablement le fait de ne pas avoir été femme de président, partie prenante du pouvoir, potiche officielle.

Alors, par pitié, mesdames et messieurs les journalistes, éditorialistes et scribouillards de tout poil, ne donnez plus de tribune à qui ne nous apporte pas d'information réelle et utile. Cessez de jouer les nettoyeurs d'égouts et les vidangeurs de fosses septiques, pensez que derrière vos fantaisies "journalistiques", il y a un pays et des citoyens qui aspirent à autre chose qu'aux frasques d'une personne digne de confiance … ou non. Il y a une Nation qui n'a pas besoin d'insinuations de basse fosse pour mettre en doute la compétence d'un exécutif en mal de réhabilitation après des promesses insensées non tenues.

Si tous les cocus du pays devaient écrire un livre, ce serait la déforestation totale assurée et  les médias n'auraient pas assez de 24 heures d'émissions chacun pour en parler.

 Donc, chère Madame, vous êtes une cocue parmi tant d'autres, rengainez vos rancœurs et sciez vos cornes chez vous en attendant de trouver celui qui prendra la suite. Soyez une cocue magnifique, pas pleurnicharde, une comme celles qui gravitaient dans la cour des rois et remballez votre fierté mal placée.

Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 10:07

00-delivrez.gif

"Le fascisme est un système politique qui associe populisme, nationalisme et totalitarisme au nom d'un idéal collectif suprême. À la fois révolutionnaire et conservateur, il s'oppose frontalement à la démocratie parlementaire et à l'état libéral garant des droits individuels."

 Une fois n'est pas coutume, ce n'est pas moi qui ai écrit la première phrase de mon article, mais je l'ai trouvée dans Wikipédia. Bien sûr, vous pourrez toujours diaboliser ce média, mais il n'en reste pas moins une référence dans le monde entier.

 C'est vrai que le monde ne vous concerne pas et que vous avez le périmètre de vue cantonné aux frontières françaises, ces limites arbitraires utilisées pour exacerber les nationalismes. Vous ne prenez les exemples qu'auprès des nations qui ont des idées concomitantes aux vôtres. C'est le cas de tous les politiques, je vous l'accorde, mais ça limite cruellement l'esprit de tolérance, la volonté de dialogue et l'usage de la démocratie, ce qui colle parfaitement à la définition de Wikipédia.

 Lorsque vous vous exprimez dans un journal télévisé, vous n'hésitez pas à parler au nom d'une majorité de français opposée à tel ou tel projet de loi pour lequel vous donnez sans vergogne des indications sorties tout droit de votre imagination.

 Ainsi, le mariage pour tous n'a jamais fait état de GPA ou de PMA, mais vous tentez de surfer sur un mensonge que vous propagez auprès des déçus du système, comme le ferait le plus commun des fascistes en prétendant que cette avancée démocratique cache ces "infamies".

 D'une part, bien que Nicolas Sarkozy, sous la pression de vos amis, vous l'ait affirmé, il ne sera jamais possible de  revenir sur la "loi Taubira" sauf avènement d'une dictature qui renierait les lois internationales. D'autre part, de quel droit voulez-vous empêcher la femme de disposer de son corps ? … Ah, j'oubliais, peut-être le droit divin, celui qui était évoqué sous la royauté pour faire plier le serf ou le manant. Vous n'êtes plus sous ce régime qui, je vous le rappelle, a été "détruit" en 1789. C'est vrai que votre lignée remonte à 1718 où votre famille devint noble par l'achat des titres d'Etigny et de Sérigny … noblesse oblige … Hélas, nous sommes en 2014 dans un contexte de démocratie qui, bien que très imparfaite au regard de sa définition, vote et applique les lois que vous contestez et élargit, certes lentement mais sûrement, les libertés individuelles que vous voulez restreindre par vos combats d'arrière-garde.

Vous prétendez faire interdire la PMA et la GPA, mais un jour elles seront indubitablement légalisées simplement au nom de la liberté individuelle. C'est déjà le cas, dans bien d'autres pays.

A ce propos, je voudrais vous préciser que les deux existent déjà. La PMA pour les couples dans l'impossibilité de procréer et la GPA pour des enfants créés puis "importés" auxquels d'ailleurs on ne reconnait pas la nationalité française. Vous dites vouloir préserver l'enfant, mais de quoi ? Avez-vous interrogé ces hommes et femmes issus de ces modes de gestation pour vous exprimer en leur nom ? Je ne vous parle pas des GPA clandestines liées à l'infidélité conjugale ou tout simplement à l'entente entre personnes majeures et consentantes. Vous voulez encadrer une loi de la nature qu'est la reproduction en lui donnant un cadre de morale et d'éthique ressortant de l'idéologie judéo chrétienne. Comment traitez-vous les lesbiennes qui peuvent avoir des enfants à leur guise en utilisant éventuellement un géniteur de passage par rapport à un couple gay qui souhaiterait la même chose mais que la nature n'a pas doté du "moule" convenable ? Je sais que vous ne me donnerez jamais la réponse car pour vous, l'être humain, comme une machine faite en série, doit être fidèle, rester dans le cadre apparent que son aspect lui confère et surtout fonder une famille, soit : se reproduire consciemment. S'il est vrai que, dans la plupart des cas, le lien entre la mère et l'enfant est plus fort, c'est simplement que celle-ci est plus proche de lui quand il est en bas âge quant au père, comme le rappelle Serge Lama dans sa chanson "l'enfant d'un autre" … (j'ai des lettres) … "Le père, pour l'enfant, c'est celui qui est là, qui caresse sa mère et qui lui tend les bras".

En fait, vous qui prétendez porter les idées de la majorité des citoyens ne représentez que le dogme catholique intégriste, le même que celui défendu par le FN et ses sous composantes plus proches du populisme et du totalitarisme que de toute forme de tolérance et que l'on voit toujours bien placés dans vos manifs. Il n'est, de ce fait, pas étonnant que vous figuriez en bonne place sur une liste d'extrême droite aux dernières municipales où, par ailleurs, vous avez été battue … preuve de votre "immense" représentativité.

Curieusement, on ne vous entend pas sur la misère grandissante de ce pays ou sur le rejet croissant de l'Islam et du judaïsme, vous préférez focaliser sur les dogmes ancestraux du style "tu enfanteras dans la douleur".

N'oubliez pas que Dieu a dit "aimez-vous les uns les autres" et "si on te frappe sur une joue tend l'autre". Agir autrement n'est autre que de l'extrémisme religieux. Que vous le pratiquiez, quitte à vous, mais que vous entrainiez avec vous une frange désorientée de la population par des assertions qui ne sont qu'inventions, vous devriez avoir honte et la majorité, la vraie, ne suivra jamais vos gesticulations.

Le malheur des citoyens, c'est que les médias, prêts à tout pour l'audience, vous donnent la parole alors que vous n'avez aucune représentativité officielle, politique ou syndicale. C'est là votre chance mais aussi le fléau de la nation.

Vous aurez compris que je n'étais pas d'accord avec vos agissements et que je ne vous aimais pas, mais sachez en plus que je vous considère comme tous les intégristes : persona non grata.

… et même si vous vous en foutez …

Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 14:40

bearthollande.gifCette fois vous y êtes! Vous avez trouvé le moyen de nous imposer la droite, voire l'extrême droite pour au moins cinquante ans.

 Les français, dont je suis, en ont ras la casquette de vous voir plonger à corps perdu dans le libéralisme avec tout son cortège d'accroissement des fortunes, de création de nouveaux riches, d'étranglement des classes moyennes et de paupérisation accrue des pauvres. Vous n'avez rien compris aux citoyens. Ils ne vous demandent pas de les étrangler pour "sauver la France", mais de prendre des mesures, des vraies, qui leur permettent de mieux vivre maintenant et pas aux calendes grecques.

 Votre vision de la Nation se limite à votre environnement, de plus, vous n'avez pas les yeux plus ouverts que vos prédécesseurs de droite.

 Vous déplorez la défiance du peuple envers les hommes politiques et les partis, mais vous ne vous posez pas la vraie question de savoir pourquoi. C'est pourtant simple, vos actes, non seulement ne suivent pas vos mots, mais ils vont à leur encontre. Contrairement à vos annonces tonitruantes, vous êtes à la remorque des banquiers et de l'Europe. Si vous aviez un tant soit peu d'autorité, vous le montreriez en nationalisant les banques françaises auxquelles l'Etat doit de l'argent et la dette s'éteindrait d'elle-même. Vous rétorquerez que les actionnaires devraient être rémunérés des actions que vous nationaliseriez … c'est vrai, mais compte tenu de l'expérience pas très vieille qui démontre que les banques se remettent à flot plus vite qu'un bateau coulé, il vous suffirait de reporter le paiement des actionnaires au moment où la banque referait des bénéfices (6 à 12 mois). Ainsi vous élimineriez une bonne partie de la dette qui, rappelons-le, est inhérente aux intérêts des emprunts contractés un peu partout dans le monde. Pour le reste, au lieu de vous lamenter sur l'Euro trop cher, profitez de l'aubaine pour rembourser un peu plus les prêts qui nous ont été faits en dollars (la majorité). Et il reste encore une solution, celle de faire comme certains pays très endettés qui ont cessé tout paiement et se sont ensuite redressés avant de les reprendre. Voilà la preuve que vous êtes inféodés aux banques et à leur soutien du FMI. C'est pourquoi au lieu de combattre, comme promis dans la campagne présidentielle, vous accompagnez "la finance" sachant qu'elle nous étrangle. Pire encore, vous faites payer en son nom les classes les plus modestes du pays. Vous osez parler de baisse des impôts alors que les retraités et les travailleurs précaires qui n'en payaient pas sont à présent taxés. Vous évoquez les créations de 60000 emplois dans l'éducation alors que des milliers d'autres sont détruits quotidiennement par votre politique anti sociale.

 Ce ne sont là que des  exemples d'abandon des idées émises pendant la campagne, mais ce sont celles qui créent la défiance des français à votre égard comme ce fut le cas avec la droite qui vous critique aujourd'hui mais a été incapable de résoudre les problèmes, creusant même le gouffre financier de l'Etat.

 Alors, lorsque des hommes et femmes politiques dénoncent vos agissements libéraux et votre inféodation aux allemands, vous bondissez et prétendez qu'il est indispensable que le gouvernement parle de la même voix. Vous lancez, par la nomination d'un banquier à Bercy, un avertissement très clair signifiant que vous détenez la vérité et que vous continuerez à suivre la ligne tordue que vous vous êtes fixée contre le peuple qui, je le rappelle, vous l'a signifié lors des élections précédentes. C'est le despotisme le moins éclairé qui soit, il ne vous manque plus que l'application de l'article 49.3 pour virer à la dictature.

En résumé, en forçant le virage à droite qui devient une épingle à cheveux, vous avez réussi à vous décrédibiliser définitivement et, sans être voyant, je vous prédis un 15% au prochain sondage et la déculottée de votre vie à la prochaine présidentielle … au détriment des français qui vous ont élus et que vous allez laisser dans un indescriptible dénuement.

Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article