Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2018 1 02 /04 /avril /2018 16:29

Si, ce soir, j'ai pas envie d'aller bosser

Si, ce soir, j'ai fait tout seul un autre choix

Si, ce soir, j'ai envie de tout cabosser

Si, ce soir, je veux pas qu'on casse ma voie

Casse ma voie, casse ma voie

Casse ma voie, casse ma voie

 

J' peux plus croire aux belles promesses de futur

J' peux plus voir ces énarques même en peinture

J' pourrais pas soutenir ces briseurs de vie

M'en voulez pas, aujourd'hui j'en ai pas envie

 

Casser ma voie, casser ma voie

Casser ma voie, casser ma voie

Ces salauds qui s'en vont

Démolir ce qui reste,

Nous prendre pour des cons

C'est sûr ils nous détestent

Les rendez-vous pipés

Qui cachent ce qu'on perd

 

De manière à user

Le gréviste qui espère

 

Les infos qui aveuglent

A la télé chaque jour

Où quelques salauds beuglent

Du rail le désamour

Et ces journaux qui traitent

Comme des ennemis

Ces cheminots qui arrêtent

Parce que c'est permis

Casser la voie, casser la voie

Casser la voie, casser la voie

 

Ce président qui fuit

En avant comme toujours

Laissant derrière lui

L'entreprise aux vautours

Se foutant, c'est honteux

De l'avis de la masse

D'un dédain vaniteux

C'est vraiment dégueulasse

Ecrasant le passé

Comme on tue les cafards

 

Il aura tout cassé

Pour son orgueil vantard

 

Tous les mots qui me viennent

Du fond de ma retraite

Ne sont faits que de haine

Envers tous ceux qui souhaitent

Casser ma voie, casser ma voie

Casser ma voie, casser ma voie

 

Si, ce soir, j'ai envie de hurler de rage

Si, ce soir, je veux faire entendre ma voix

 

Si, ce soir, j'ai plus envie de rester sage

Si, ce soir, je veux pas qu'on casse ma voie

 

Casse ma voie, casse ma voie

Casse ma voie, casse ma voie

Partager cet article
Repost0
24 février 2018 6 24 /02 /février /2018 14:31

Résumé de la deuxième époque :

Arrivée en force des magouilleurs, banquiers, hommes de médias pré-démolisseurs et

inspirateurs de la crucifixion du peuple pour le plaisir d'une poignée d'initiés.

 

Giscard en 1975/76 a commencé à casser avec, pêlemêle,  la fermeture de gares, la suppression d'engins moteurs,  conducteurs de réserve provoquant la suppression de trains de voyageurs, la fermeture de gares la nuit, la suppression d'arrêts dans de grandes villes (Béziers, Nîmes …), le déclassement des voies pour interdire la circulation de gros convois, la fermeture des triages après leur regroupement, l'abandon du wagon isolé au profit de trains entiers aux tarifs prohibitifs qui ont fait fuir les clients (Evian, Saint Gobin …), la suppression de dessertes voyageurs dans des cas faisant concurrence au TGV (Bordeaux La Rochelle par ex.), le financement des desserte régionales cédé aux Régions sans donner la maitrise des horaires afin que les correspondances ne soient plus assurées, et j'en oublie certainement.

Pour ce qui concerne le statut, on décline depuis l'époque où a commencé le décalage des équipes postées en 3X8. Passage de la Caisse de Prévoyance le giron de la CPAM (soins remboursés 70% au lieu de 100%, retenues de 15,9% contre 13% au privé), suppression du 2ème  agent en cabine pour les conducteurs, réduction du nombre de contrôleurs, passage des services postés en 2X8 pour économie des primes de nuit, allongement d'amplitude des agents se rendant et revenant de formation, allongement des temps de conduite, don au privé de l'entretien des voies assuré par les cheminots, modification du régime des retraites des cheminots pour alignement avec le privé. On en vient à se demander où est l'avantage de toute cette destruction que l'on veut vite assurer (par ordonnances).

Un conducteur a une espérance de vie moyenne de 62 ans, un contrôleur à peu près pareil

(Env. 65), l'agent sédentaire est plus difficile à situer suivant le lieu et la pénibilité de son

travail mais on estime la fourchette entre 65 et 80 ans, elle est large car elle comprend ceux

qui travaillent  en extérieur  aux  grades moindres et les ingénieurs derrière leurs bureaux.

L'avantage? Il est finalement double :

- 1 - Coup de com' qui va permettre de donner raison à tous ceux, journalistes, politiques ou simple jaloux,  tous les mythomanes qui croient encore aux primes de charbon, aux retraites dorées et autres jours de grève payés ou aux conducteurs qui ne roulent que 6 heures par jour deux jours par semaine et qui passent toutes leurs nuits chez eux.

- 2 – Et c'est bien là l'essentiel pour Macron, l'application du rapport de son "papa énarque"

va permettre aux financier de s'enrichir sur le dos des petits. Quand on lit la liste des crânes

enflés que j'ai énumérés aux épisodes précédents on comprend ce que veut dire le trio "finances, médias, politiques".

Voilà comment un homme élu avec 43,6% des inscrits et 30,87% du peuple peut sacrifier le bonheur des uns sans améliorer celui des autres au nom de "tous les français". Seuls les

financiers de son camp doivent se frotter les mains et se pourlécher leurs babines de dogues.

 

En conclusion, au pied du mur, on va peut-être voir si les cheminots d'aujourd'hui ont

enfin des couilles pour se rebeller, quitte à bloquer les voies et les passages à niveau …

ils en ont besoin.

Partager cet article
Repost0
23 février 2018 5 23 /02 /février /2018 15:17

Résumé de la première époque :

Une poignée de nostalgiques des années pré 68 s'est donné rendez-vous dans un clandé pour monter une opération de démolition à l'encontre des progrès obtenus par les luttes de tout poil dans notre soi-disant démocratie. Après avoir ourdi différents complots par lesquels ils sont peu à peu parvenu à mettre à mal les fondations de notre société, ils arrivent à "maturité" et portent l'estocade à une nation déjà bien fragilisée par les banderilles des médias,  les piques des derniers quinquennats et l'entretien de la peur du lendemain dans une population où la jeunesse attend que ça s'arrange.

 

Nous sommes en 2017 et arrive au pouvoir la bande décrite à l'épisode précédent rassemblée par les soins d'un certain Emmanuel Macron dont les études à l'ENA* (tiens tiens !!!) se sont déroulées entre 2002 et 2004. Il a donc été le fils spirituel (30 ans après) des "complotistes" de notre précédent épisode.

A ce titre, il fait appel à eux comme le ferait un fils à son père, pour réaliser ce qu'il restait du projet des anciens… à moins que ce ne soient les pères spirituels qui aient poussé un "poulain" vers les sommets. Il faut voir les quelques tracteurs pousseurs qui sont derrière le jeunot (Louis Schweitzer "ENA 68/70": BNP paribas, MEDEF, Fermeture Renault Vilvorde. Jacques Attali "ENA 68/70": Héros du livre "Collusion entre média et pouvoir. Michel Bon "ENA 69/71": Crédit National, Crédit Agricole, Carrefour, ANPE, privatisation de France Télécom où il est condamné pour gestion opaque. Claude Guéant "ENA 69/71": Répression généralisée, condamnations diverses pour affaires touchant aux finances. Marc Tessier "ENA 69/71": France TV, NETGEM fournisseur TNT. Jean Claude Trichet "ENA 69/71": Banque de France, BCE, Fondation Rockefeller, SOGEADE défense d'intérêts des actionnaires … fermez le ban …).

Le jeunot à lui seul, a déjà réalisé une bonne partie des rêves des anciens : déglingué le code du travail, taxé les retraités (avant les jeunes cotisaient pour les vieux à la retraite, maintenant les vieux cotisent pour payer les jeunes à rien faire et les patrons à économiser sur les salaires et s'engraisser plus), mis en position de ruine des communes, mise sur la paille des centaines d'aides éducatives, fait un gros cadeau fiscal aux plus riches, diminution des APL, hausse des prix des carburants, suppression de 150 000 fonctionnaires … etc … et maintenant, c'est au tour de la SNCF de se faire broyer.

Celui qui a coulé Air Inter, privatisé Air France, vendu une partie d'AREVA vient de pondre un rapport qui demande la destruction de la SNCF. Comment pouvait-il en être autrement ? Dès lors, quid de l'avenir de l'entreprise ?

Comme toujours dans les privatisations, les parties les plus juteuses, comme le TGV, iront aux "investisseurs". Le fret, comme en Espagne, basculera sur la route (et les autoroutes que nous payons). Le maillage qui draine les populations vers les grandes lignes sera abandonné en partie par la fermeture des dessertes non rentables (comme si le service public devait produire des bénéfices), les bus et camions remplaceront les trains et tant pis pour la pollution, ce sera un bon alibi pour augmenter la taxe carbone, le rail deviendra très vite aussi fiable qu'en Grande Bretagne qui a appliqué la méthode privée et se retrouve avec un réseau en ruine. Le plus important, c'est quand même l'avenir des cheminots et de leur statut. Ce statut a été acquis et amélioré par des luttes internes qui ont très souvent rejailli sur l'ensemble des ouvriers, comme la 5ème semaine de congé payé ou la prime de vacances.

* 5éme de sa promotion mais non classé suite à un recours déposé au Conseil d'Etat pour excès de pouvoir (CQFD)

Partager cet article
Repost0
22 février 2018 4 22 /02 /février /2018 18:18

Ils n'avaient pas digéré Mai 68 avec ses pavés, ses barricades, ses grèves, ses revendications, ses discours de liberté, mais surtout les avantages sociaux qui en découlaient. Ils se sont concentrés dans une cage aux barrots dorés, un moule à broyeurs, une entreprise légale de démolition, une fabrique de "je sais tout" sans avoir fait d'autre que lire et apprendre bêtement comme on le fait aux chiens savants dans les cirques.

Entre 1970 et 1972, une grosse poignée de ces crânes garnis de chiffres et de lettres qui n'avaient jamais vu d'autres poulets de ferme que ceux prêts à cuire dans les rayons des supermarchés a volontairement subi le lavage de cerveau par quelques revanchards nostalgiques de la censure, de l'autoritarisme patronal, voire de l'esclavagisme. Comme nous sommes au milieu du XXème siècle, on ne peut plus tirer sur la foule, les ouvriers ou les grévistes. Alors, on forme des "élites" (comme ils disent) pour faire récupérer le plus possible d'avantages donnés par l'état quitte à désorganiser tout ce qu'il a bâti.

Cette poignée de crânes, aujourd'hui pour la plupart dégarnis, c'est celle de la promotion Charles De Gaulle 1970/72 de l'Ensemble National des Aseptiseurs (ENA) dont je vous donne ci-dessous un aperçu avec les exploits correspondants:

Jean Paul Cluzel – Exemples - Chargé du développement chez l'assureur GAN coulé pour mauvais investissements, repris par Groupama – Directeur de l'opéra de Paris (voir celui de la Bastille).

Christian Frémont – Exemple – Conseiller de Sarko de 2008 à 2012 … jusqu'à la défaite …

Louis Gallois – Entre autre – PDG de la SNCF nommé par Juppé metteur en place du tremplin offert à Pepy  (autre énarque qui plus est né à Neuilly chez Sarko) pour organiser une première étape de destruction de son entreprise. Président d'EADS puis sorti suite à des soupçons de délit d'initiés.

Jean Louis Gergorin – Compère de Villepin, condamné dans l'affaire Clearstream – No comment –

Alain Juppé – Faut-il le présenter ? – promoteur de privatisations de banques, de compagnies maritimes et société d'informatique. Créateur du CRDS (dette sociale), augmentation de la CSG. Tentative d'alignement des retraites du public sur celles du privé. Condamné pour prise illégale d'intérêts … etc

Dominique Perben – Lui, il en a fait peu mais c'est fort : privatisation des autoroutes (avec la complicité de Thierry Breton).

Christian Pierret – Soutien de DSK et grand pourfendeur de François Hollande et Martine Aubry pour mieux descendre Ségolène Royal à la primaire de 2007. Ah ! Il n'a pas eu les signatures pour se présenter à cette même primaire.

Jean Cyril Spinetta – Le voilà le clou du spectacle !!! Créateur de la CFDT à l'ENA avec Christian Pierret, vous voyez pourquoi ce syndicat "collabore". Exploits : PDG d'Air Inter coulé – PDG d'Air France pour le "rapprochement" avec KLM  et privatisation de l'ensemble … diminutions constante des effectifs depuis lors – Président du conseil d'administration d'AREVA vente de 26% du groupe minier Eramet à un Fonds d'Investissement, vente de la distribution et de la transmission électrique à Alsthom et Schneider.

Et Maintenant, il va faire brader la SNCF pour que les vautours et les chacals de la finance viennent se nourrir du meilleur au détriment du maillage ferroviaire, de l'aménagement du territoire et du personnel.

Voilà ce qu'est la "crème" de l'ENA promotion 1970/1972. J'en ai oublié volontairement certains qui se sont fondus dans la masse des banquiers, grandes entreprises ou valets de l'état en préfectorale.

 

FIN DE LA PREMIERE EPOQUE DE LA SERIE DRAMATIQUE : LES TUEURS

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2017 1 30 /10 /octobre /2017 19:10

Jusqu'ici, je pensais naïvement que notre banquier de président se contenterait d'amener le plus vite possible les vieux vers la mort en les privant d'argent par le truchement des augmentations d'impôts. J'avais tort, brimer et martyriser les retraités ne lui suffit. Il a découvert que les chômeurs les plus âgés, ceux qui ne peuvent plus trouver de travail parce qu'ils sont trop vieux, étaient, à son avis, trop payés. La déduction qui s'impose c'est que les travailleurs, à compter de 50 ans, doivent trouver du travail fut-il précaire ou se voir stigmatisés et paupérisés jusqu'à leur mort. Il y a fort à parier que cette dernière interviendra de plus en plus tôt, d'ailleurs, l'espérance de vie recule déjà depuis 2008 et on en connaît partiellement les causes comme le stress au travail, la pénibilité liée à l'augmentation de la productivité, la malnutrition, la pollution etc…

Ça va diminuer le déficit des caisses de retraite, de la sécu et réduire le nombre de demandeurs d'emploi. CQFD

Je sais, me direz-vous, ce sont des mesures qui ont été entérinées par l'accord du 14 avril 2017 entre les organisations patronales et les syndicales qui gèrent le régime d'assurance chômage, seulement voilà, cet accord a été dicté par l'état sous la menace de légiférassions et signé par les organisations patronales et les syndicats coopératifs sinon admiratifs des dorures des ministères. Mon seul étonnement est la présence de Force Olympique dans le lot des approbateurs mais peut-être son secrétaire général pense-t-il aux élections professionnelles à venir.

En tout état de cause, il est clair que notre décideur national a prévu d'achever les vieux.

Diable ! On achève bien les chevaux ?

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2017 7 22 /10 /octobre /2017 20:14

30% des dépenses de santé ne sont pas pertinentes. Et vlan !!! Il faut renflouer la Sécu, vieux serpent de mer, vous cherchez comment ?

Eh bien la nouvelle, elle en a des idées qu'elles sont bonnes pour baiser l'assuré !!!

Rendez-vous compte, fermeture de lits dans les hôpitaux … très vieille recette de droite … pour rendre l'hôpital public rentable. Des modes de tarification globale seront créés. La santé se compte en euros et non en vies sauvées ou épargnées, d'ailleurs, un système de bonus/malus comme les assurances auto sera instauré.

Malheur à l'établissement qui aura du malus.

Le forfait hospitalier va être porté de 18 à 20 euros, simple rattrapage parait-il. On nous a déjà fait plusieurs fois le coup, mais le déficit n'a pas régressé grâce à cette mesure, par contre, le portefeuille l'a ressenti et les plus pauvres hésitent encore à se faire soigner.

L'augmentation de la CSG va impacter 7 millions de retraités. Il y en aura un peu plus qui feront les poubelles pour se nourrir.

La chirurgie ambulatoire sera  privilégiée. La femme qui subit une césarienne le matin pourra, dans l'absolu, sortir le soir, les mains sur la couture pour éviter qu'elle pète.

Ah, elle défend les "bonnes" promesses de son candidat de patron:

- Augmentation du paquet de cigarettes jusqu'à 10 euros pour décourager les fumeurs. Très bien, mais toutes les études démontrent que d'une part ça n'arrête pas les fumeurs et d'autre part, ça booste les trafics de cigarettes, sans compter la contribution de l'état à la fermeture des bureaux de tabac. C'est d'autant plus sympa que pour l'alcool, c'est silence radio et pourtant il impacte beaucoup plus la santé que le tabac, mais il existe des lobbies autrement plus puissants.

- Remise en cause de l'universalité des allocations familiales. D'accord, mais ces prestations ont été créées dans un esprit d'égalité au regard des enfants, mais elle s'en fout, et ce n'est pas ce genre d'économie de bouts de chandelle qui va renflouer la sécu.

- La taxe sur les sodas, voilà une idée géniale. Il y aura peut-être moins d'obèses chez les enfants sauf que rien ne les empêche à fréquenter les Mc Do tout aussi néfastes.

- Le must, c'est le remboursement à 100% des appareils dentaires et auditifs et des lunettes.

J'ai essayé de porter les lunettes "sécu" et ce fut un vrai plaisir pendant trois jours, avant qu'elles ne cassent, sans vous parler du design "in the wind" qui attirait les railleries, j'ai fait aussi poser les couronnes de préconisées et ça m'a permis de ressembler à gueule d'acier de James Bond. Si les appareils auditifs sont de la même veine, ça ressemblera à des antennes de homard. Surtout évitez d'être édenté, sourd ou mal voyant. Si vous êtes les trois, vous êtes bons pour l'attraction foraine.

J'allais oublier, le tiers payant généralisé reporté aux calendes grecques, mais là, on reconnait tout de suite la patte du toubib, il fallait donner raison à ses collègues praticiens. C'est ça les amis.

Bon, j'ai juste une remarque à faire :

Est-ce normal de devoir passer par le médecin référent, le radiologie, le médecin référent, le scanner et le médecin référent pour en arriver à l'IRM qui aurait pu être décidé d'emblée?

Comment une personne aussi érudite peut-elle avoir autant d'idées négatives ?

J'ai trouvé! Elle est née un 1er novembre … bon anniversaire madame la sinistre (pardon, ministre).

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 20:00

Voyons, monsieur Gattaz, il ne vous suffit pas de dicter vos volontés au président pour que vous exigiez toujours plus ?

La réforme du code du travail (ou assassinat des acquis sociaux), c'est bien vous qui l'avez suggérée si fortement qu'elle a été adoptée quasi in-extenso par le candidat En Marche ?

Et maintenant, ça ne vous suffit pas, il faudrait que vous ayez les chômeurs (que vous avez créés) à votre botte. Je préconise, pour vous aider, de mettre les boulets aux pieds des sans-emplois et de ne les leur retirer que lorsque vous leur aurez généreusement donné du travail.

Franchement, jusqu'ici je croyais le MEDEF un peu sensé, mais à présent je le crois gravement malade, atteint de schizophrénie tant il présente l'un des symptômes majeurs de cette maladie, tels que décrits par la fondation "Fondamental", je cite :

  • "La désorganisation de la pensée et du comportement

La désorganisation de la pensée a pour conséquences l’apparition d’un discours flou, parfois incompréhensible, voire incohérent et l’utilisation de termes étranges. Extrêmement invalidante, elle peut s’accompagner de troubles de l’organisation du comportement (attitudes sans but précis,)."

Allons, monsieur, vous ne voudriez pas, par hasard, revenir à l'époque où se pressaient les "journaliers" devant les portes de usines dans l'espoir qu'un contremaitre à la botte du patron leur permettrait de gagner de quoi nourrir la famille le lendemain ?

Je m'inquiète fortement, jusqu'où irez-vous dans les délires ? Peut-être jusqu'à introduire une puce électronique dans le bras de chaque ouvrier pour savoir en temps réel quelle est son activité.

En y réfléchissant bien, c'est génétique la tendance à pousser les ouvriers vers une sorte d'esclavage. Le père, déjà, avait fait supprimer l'autorisation administrative de licenciement au motif … qu'elle était un frein à l'embauche … derrière, ça s'est arrangé, on le voit aujourd'hui.

Allez monsieur, un peu d'humanisme ailleurs que dans les comptes des entreprises que vous défendez, fort bien d'ailleurs, et un peu d'humanité envers celles et ceux qui permettent à vos entreprises de vivre. Je n'ai de cesse de le répéter :

-"Ce n'est pas l'entreprise qui donne du travail aux ouvriers, ce sont ces derniers qui permettent à l'entreprise de vivre et de prospérer … et au passage, de remplir les poches des actionnaires et de quelques gros patrons"

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 12:55

Vous êtes des retraités, donc vous êtes des nantis, des riches, des … des … des … des vaches à lait.

Comment ? Vous ne comprenez pas que vous devez payer pour ceux qui sont déshérités comme les banquiers, les actionnaires et autres adeptes des paradis fiscaux ?

Alors vous n'avez qu'à bien écouter et analyser les paroles du Président des riches et de 19% des français dont la moitié a voté contre le FN et pas pour lui.

Il est décidé, il ira jusqu'au bout de ses idées et du programme qu'il améliore au fil de temps grâce à sa concertation avec les Syndicats, les corps de métiers et les associations d'aides aux démunis (les vrais ceux-là). Oui, c'est bien "sa" concertation, celle qui consiste à dire à ses interlocuteurs :

- "Nous allons discuter pour arriver à appliquer ce que je veux".

En d'autres termes, vous êtes conviés à ratifier ce que je dis et vous pouvez envoyer du monde dans la rue, j'en ai rien à foutre. Ce ne sont que des gens qui mettent le bordel au lieu de chercher du travail ou d'augmenter la productivité pour le plus grand bonheur du patronat qui pourra mieux utiliser l'argent que vous lui avez rapporté. Il le dit lui-même :

-  "Je dis ce que je veux et je fais ce que je dis."

"La rue", pour lui c'est la représentation du mal, de l'anti progrès, des gueux. Ceux qui sont dans la rue ne sont à ses yeux que des motifs de mépris. Il oublie que dans la rue, il n'y a pas que des ouvriers et des employés, il y a aussi des retraités, ces nantis qui gueulent pour une pauvre minuscule augmentation de la CSG.

Prendre du fric aux retraités, c'est la solution de facilité sachant que, mis à part les retraités "jeunes", les anciens ne défilent pas facilement, les années de labeur les ont usés physiquement et les inégalités flagrantes moralement.

Il est arrogant, pédant, suffisant, méprisant et même dédaigneux. Il détient la vérité en toute circonstance et, s'il le pouvait, obligerait le peuple à la ratifier à défaut de la partager.

Il se dit le président de tous les français, mais il n'est en réalité que le représentant de la France élu par défaut grâce aux sondages publiés dans les médias qui, comme vous le savez, font ou défont une élection.

Que faire ?

C'est aux jeunes de songer qu'ils deviendront vieux, de réaliser que ce sont leurs aînés qui ont acquis les droits dont ils bénéficient et dont "l'ordonnancier" est en train de les priver.

Jeunes, arrêtez de croire que vous ne bénéficierez jamais de la retraite. C'est le leitmotiv que l'on vous inculque en utilisant la méthode de la répétition pour convaincre. Les politiques à la botte du président, les journaux à la botte des amis du président, les radios et télés à la botte des amis du président, les réseaux sociaux envahis par les paroles "divines" rapportées sur ordre du président, tout est organisé pour vous affaiblir mentalement et enlever vos convictions profondes.

Arrêtez de jouer les éponges et d'absorber les idées que vous dictent les Macron –compatibles. Réalisez une fois pour toutes que vous écoutez les médias avec vos idées et vous avez les idées des médias quand le reportage est fini.

Soutenez les retraités et surtout sortez dans la rue avec eux. Ce n'est pas l'argent que l'état leur vole qui va vous permettre de vous remplir les poches. Il est destiné aux patrons et vous … travaillez !!!

Seule la révolte nous sauvera, sans casse, sans violence mais à pleines rues, en foule. Remplissez les avenues les plus larges, dans toutes les villes petites ou grandes, sortez les banderoles, hurlez les slogans, montrez votre hostilité aux diktats du président monarque.

 

Partager cet article
Repost0
26 février 2016 5 26 /02 /février /2016 19:14
ON A DEMENAGE !!!

Le 6 mai 2012, je croyais avoir voté pour changer de maison, en réalité, nous avons gardé la même habitation et nous n'avons renouvelé que les meubles. Le plus triste dans ces modifications, c'est que nous avons mis en place des meubles d'un autre âge. Cette parabole pour mieux imager le non-sens d'hommes que l'on peut aujourd'hui appeler des parjures, des traitres voire des taupes au sens espions du terme. Notre président normal ne s'est pas contenté d'un déni de démocratie agrémenté de reniement d'un référendum populaire, suivant en ce sens l'une des inepties de son prédécesseur renvoyé dans ses foyers. Il s'entoure de sbires malfaisants dont le but ultime est de ramener la classe ouvrière aux environs de 1866, date du début de Germinal trouvée sur le mémoire de Jenny Ahlberg (voir : https://www.diva-portal.org/smash/get/diva2:238953/FULLTEXT01.pdf), lequel dépeint très bien ce qui se passe … aujourd'hui. Valls, Macron, El Khomri, pour ne citer qu'eux, s'ingénient à détruire pan par pan tout ce que nos ancêtres ont gagné au terme de combats parfois sanglants. Ils s'en moquent, pourvu qu'ils fassent plaisir aux patrons auxquels ils donnent des centaines de milliers d'euros qu'ils prennent dans nos poches, nous les "sans dents". Et ça se dit de gauche !!! Comme le faisait le gouvernement précédent, ils prônent le dialogue social sous réserve qu'il aboutisse à entériner ce qu'ils ont décidé. Qu'ils ne s'étonnent pas de voir fuir la classe ouvrière vers le FN. On entend d'ailleurs, des travailleurs qui veulent "essayer" ce parti facho pour voir si, par hasard, leurs élus tiendraient parole … preuve, s'il en était besoin, que la confiance dans les partis dits "démocratiques" s'est envolée à force de trahisons. Comment se fier à un "ami" qui vous poignarde dans le dos ? Tous les arguments sont bons pour prouver l'improbable. Aux reproches de Martine Aubry, l'insignifiant ministre des sports et le premier sinistre rétorquent que ses dires ne contiennent aucune proposition. Mais si, messieurs, les propositions existaient lors de la présidentielle, il suffisait de les appliquer et aucune anicroche venant de gauche (la vraie) ne se ferait jour. Cela dit, je ne saisis pas les motivations de ceux que l'on nomme les frondeurs et leurs soutiens. Qu'ils créent une nouvelle formation politique et se démarquent enfin totalement de la bande d'ennemis du peuple à laquelle ils persistent à rester collés. Bon, individuellement, quelques brebis (vertes pour la plupart) se sont mises à la remorque de ceux qu'ils dénigraient la veille de leur prise de pouvoir (individuel), mais les autres devraient pouvoir s'entendre pour descendre les fossoyeurs populaires du piédestal sur lequel le peuple les a mis. Incapables de dire non au MEDEF, de régler les problèmes du monde agricole, d'ouvrir les frontières aux migrants vers la Grande Bretagne qui nous promène avec ses privilèges, incapables de s'imposer au plan européen, incapables d'enrayer les l'appétit d'ogre des plus riches au détriment des plus pauvres. Des preuves ? Entre 2014 et 2015, la fortune des 10 plus riches de France s'élève à 141,5 milliards d'euros. Elle a augmenté de 53,5 milliards d'euros dans le même temps, soit 285 874 fois le SMIC. L'état donne 110 milliards d'aide aux entreprises, dont, bien sûr, celles qui sont détenues par ces fameux 10 riches. Pendant ce temps, "on" déplore la présence de 3,5 millions de sans-abris parmi lesquels des "travailleurs pauvres" et des retraités réduits à fouiller les poubelles pour se nourrir. Enfin, quoi, on fait tout pour régresser et asservir l'ouvrier, il ne manque plus qu'à allonger la durée du travail, repousser l'âge de la retraite à 70 ans, généraliser le travail le dimanche et autoriser le travail à partir de 12 ans … et tout ira bien … pour le FN.

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 17:44

 

C'est un dimanche très particulier que ce 3 janvier 2016. Je m'apprêtais à rappeler l'anniversaire de la tuerie de Charlie, mais voilà qu'une bouffée de tristesse arrive comme pour parachever la lourdeur de l'époque : Michel Delpech vient de nous quitter.

Alors quoi ? Me direz-vous, juxtaposer un évènement d'une gravité incommensurable et la mort d'un chanteur, où est le rapport ?

C'est simple, Delpech "peignait" la France de son temps, celle des années 60 à 80, à la fois insouciante et responsable. Il évoquait les écueils, les contestations et l'attachement à la terre des français.

Le parallèle est vite fait avec Charlie, même si ce dernier reste caustique et acerbe dans ses termes.

Quand on fait la liste des titres de notre chanteur, il y a de quoi écrire le roman de deux décennies. De "l'inventaire 66" qu'il faisait pour fustiger les hommes politiques de l'époque à "terre d'amour" de 1992, les morceaux parlent d'eux même.

"Chez Laurette", "L'année de nos quinze ans", "T'en fais pas", "Quand on aime comme on s'aime", "Il faut regarder les étoiles".

De la nostalgie au futur, il nous incite à la réflexion sur le temps qui passe et il jalonne ce temps par des étapes de vie ou d'expériences collectives, voyez plutôt :

"Wight is Wight", "Même pendant la guerre on chante", "Rimbaud chanterait" …

Dans le domaine de l'amour, il évoque le vécu de beaucoup de monde : "Pour un flirt", "Fan de toi", "Les aveux", "Tu me fais planer", "Les divorcés", …

Et comment ne pas parler de son observation de la ruralité :

"Le chasseur", "Le Loir et Cher", "Animaux, animaux", "Petite France", …

Enfin, et c'est là que le chanteur rejoint le journal : "Vu d'avion, un soir" (où il décrit un pays de paix) et "Que Marianne était jolie" (avec la cinquième république déboussolée).

Il était visionnaire sur sa propre vie : "Quand j'étais chanteur", "Longue maladie" et "Pleurer le chanteur".

Je sais, j'ai tout mélangé, mais c'est volontaire, aujourd'hui, tout se mélange dans mon esprit et je suis tout aussi triste pour la perte de Michel Delpech que pour le souvenir de la tuerie de Charlie. Merde, ce sont des pans de ma jeunesse qui foutent le camp : les dessinateurs de Charlie et maintenant Delpech … c'est là qu'on s'aperçoit que l'on vieillit.

Partager cet article
Repost0