Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 août 2010 5 06 /08 /août /2010 19:59

Blog17.gifNous allons mettre notre clavier, nos doigts et notre cerveau au repos pendant quelques jours.

Les sinistres et leur idole sont partis s'égayer dans la nature, on va faire comme eux et tant pis pour les sondages d'inflammation de la population, pour les démolitions de camps de roms et pour les écrans de fumée destinés à faire oublier les magouilles de certains sinistres, nous ne serons pas là pour relever les âneries de nos dirigeants mais nous vous faisons confiance à vous, aminautes qui restez devant vos écrans cet été, pour relever le gant et frapper au cœur cette bande de mous du cigare qui défont notre république.

Bonnes vacances à ceux qui en prennent et à très bientôt.

Béa et Lucien

 

Partager cet article
Repost0
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 15:50

fou-labo.gifTout le monde sait que l'ancien comté de Nice, aujourd'hui département des Alpes Maritimes, est devenu le laboratoire des idées fascistes françaises, et quand je dis tout le monde, il faut le prendre au premier degré.

Est-ce la proximité de l'Italie et de son passé mussolinien ? Le fait est que c'est dans ce département que l'on trouve le plus de xénophobes, de racistes et de suppôts des idées nazies.

Pêle-mêle, les interdictions de groupement d'individus devant les immeubles, les caméras dans les rues, la chasse aux mineurs de 13 ans après 22 heures … etc … autant de restrictions de libertés pour lesquelles on fait des essais dans la bonne ville de Nice et aux alentours.

Il faut dire que ce département est essentiellement peuplé d'une grande frange de gens riches, voire richissimes dont la minorité agissante est transie de peur devant quelques poignées de jeunes, certes parfois délinquants, mais dont l'essentiel des tors est de faire beaucoup de remue ménage. Et le motodidacte et les siens s'appuient sur ce bruit pour maintenir la population dans la crainte et justifier ainsi la mise en place du tout répressif.

Ça paraît curieux que l'on cherche systématiquement à focaliser l'opinion sur quelques bandes de jeunes, mais en réalité ça ne l'est pas. En agissant ainsi, on rassure le bon "français" et le riche touriste et surtout, on fait oublier toutes les magouilles qui se développent au profit de la minorité agissante dont je parle plus haut. Les constructions sans permis en bordure de littoral, les extensions de propriétés frauduleusement constituées, le squat de la bande littorale par des plagistes privés, les combines des casinos, les financements douteux d'opérations immobilières ou de créations de lieux publics, les combines politiques, les interactions mafia élus… j'en oublie certainement, tout ceci n'intéresse pas la majorité des habitants du comté puisque ça ne fait pas de bruit dans la rue devant sa porte.

Donc, voyant que la majorité des citoyens de ce département est sous le charme de l'extrême droite dans tout ce qu'elle a de sécuritaire, les élus UMP du coin tentent de ramener vers eux ces brebis galeuses, au risque de transmettre la gale à tout le reste de la population. Pour ce faire, il faut reprendre de vieilles recettes éculées qui ont fait la gloire du troisième Reich et du pétainisme et les adapter à notre monde dit moderne et à ses fantaisies actuelles. Et les voix s'élèvent, dans ce département, pour surenchérir à qui mieux mieux dans l'escalade à la répression. Je ne désespère pas qu'un jour, l'un des élus UMP de ce coin, demande l'ouverture de camps de redressement voire de concentration pour les fauteurs de trouble.

Le dernier des pauvres types à faire une proposition de répression est le député de la première circonscription des Alpes Maritimes (Nice centre) et nommé "monsieur sécurité" de l'UMP Eric Ciotti (prononcer chioti… vous voyez où je veux en venir …). Ce "bon français" nous propose une loi condamnant les parents d'enfants mineurs délinquants à deux ans de prison et 30.000 euros d'amende, comme si le fait que des enfants soient délinquants dépendait de la volonté des parents. Bien sûr, il se garde bien de déterminer jusqu'à quel âge et dans quelles circonstances on considère un être humain comme enfant. Il se garde bien également d'évoquer toutes ces familles qui arrivent juste à vivoter parce que le père et la mère travaillent sous le régime de contrats précaires et ne peuvent s'occuper des enfants qu'en rentrant chez eux, trois heures après la sortie de l'école, trois heures pendant lesquelles les enfants sont livrés à eux-mêmes et à la pression de la rue. Il appelle cela "parents démissionnaires" et agit sur proposition de son idole à talonnettes qui "verrait avantage à ce que le groupe UMP présente un projet de loi pour sanctionner les parents d'enfants mineurs délinquants".

Ciotti est un habitué à la reprise d'idées d'extrême droite, il avait déjà sévi par le texte proposant la suspension des allocations familiales (qui existait déjà) contre l'absentéisme scolaire.

Il existe aujourd'hui neuf circonscriptions dans le département (8 UMP et 1 Nouveau Centre), dont trois sur la ville de Nice, il y a donc de l'avenir dans les propositions de lois liberticides. Alors, attendons-nous à lire un jour sous la plume d'un féal du roitelet de France une proposition de loi visant à demander la réouverture de Cayenne pour y envoyer les délinquants, leurs parents, leurs ascendants et leurs descendants si leur couleur de peau n'est pas blanche, leur religion pas catholique et la consonance de leur nom franco-italienne, le tout exception faite des membres des mafias russe, italienne, varoise ou niçoise. Plus tard, un amendement viendra remettre au goût du jour un mur devant lequel on pourra fusiller les récidivistes.

Voilà ce que devient la France annexée par le comté de Nice … la vengeance du petit pays sur le grand …

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 17:29

sale-epoque.gifMais croit-il vraiment aux énormes conneries qu'il raconte ?

Enfin, quoi, il parait qu'il est avocat de formation ce qui, me semble-t-il, devrait lui permettre de connaître les lois du pays dont, en plus, il est le président. A moins qu'il ait eu son diplôme d'avocat dans une pochette surprise ou dans un paquet de lessive dont son père faisait la promotion.

Voyons la mesure phare qu'il veut prendre à l'encontre de certains criminels.

Il propose (ça veut dire qu'il veut) que la nationalité française soit "retirée aux personnes d'origine étrangère qui auraient volontairement porté atteinte à la vie d'un policier, un gendarme ou toute personne dépositaire de l'autorité publique".

Que dit la loi à ce propos ?

Porter volontairement atteinte à la vie d'une personne s'appelle tentative d'assassinat et c'est puni de la réclusion criminelle à perpétuité, que l'on soit ou non d'origine étrangère.

Si on n'est pas d'origine étrangère, c'est-à-dire si on a acquis la nationalité par le droit du sol ou par sa naissance, même dans ce cas, on ne peut être déchu. La loi l'interdit et la déclaration des droits de l'homme exige que chacun ait droit à une nationalité.

Si on a acquis volontairement la nationalité, on ne peut en être déchu que dans les 10 ans qui suivent cette acquisition et dans 5 cas précis seulement :

1 – Pour crime ou délit portant atteinte aux intérêts fondamentaux de la France.

2 – Pour atteinte à la fonction publique par un fonctionnaire.

3 – Pour s'être soustrait au service national. (Lui, il n'existe plus)

4 – Pour acte commis au profit d'un état étranger préjudiciable aux intérêts de la France.

5 – Pour crime ou délit ayant entraîné au moins 5 ans d'emprisonnement, commis en France ou à l'étranger.

Mon commentaire sur la débilité racontée par Petitou est simple :

-"Il faut à tout prix faire croire aux esprits faibles et non réfléchis qu'on va virer tous les jeunes arabes et noirs des quartiers et les expulser une fois qu'ils ne seront plus français. C'est chiant car 99,9% ont la nationalité par le droit du sol et les 0,1% restant ne sont jamais délinquants".

Autre "babiole" annoncée : extension des peines plancher aux auteurs de "violences aggravées".

Là aussi, la loi est claire, il existe 14 cas d'aggravation des violences répartis en 5 parties :

- Qualité de la victime (dépositaire de l'autorité, concubin, époux, partenaire pacs, mineur de 15 ans, personne âgée, enceinte, malade, en raison de l'appartenant à une race, une ethnie ou suivant son orientation sexuelle …)

- Qualité de l'auteur (dépositaire de l'autorité publique ou chargé de mission de service public)

- Circonstances de l'effraction (usage d'armes, plusieurs personnes, dans les transports en commun, dans un établissement scolaire …)

- Préméditation,

- Etat d'ivresse de l'auteur.

Je ferai simplement un commentaire sous forme de question : Si un flic se prend pour Zorro et flingue un jeune ?

… A vous de juger.

Enfin, le morceau de bravoure, la porte ouverte enfoncée tête la première : la guerre contre les trafiquants et les délinquants. Des agents du fisc examineront les patrimoines suspects.

Bonjour le flou artistique de la mesure, mais qu'a fait le sieur Sarkozy depuis le 7 mai 2002, alors sinistre de l'intérieur, qu'il nous parle d'éradiquer la délinquance et de punir les fauteurs de trouble ?... En utilisant d'ailleurs un langage de plus en plus imagé comme le Kärcher … Et puis, que font les agents du fisc s'ils ne se sont pas encore intéressés au patrimoine de certains banlieusard riches on ne sait comment ?

Bon, Sarko, ça part d'un peu loin la peur distillée dans l'esprit des ignares, des faibles et des abrutis (parfois les mêmes), l'érection n'est que pour 2012 et il faudra que d'ici ce vote, les annonces ronflantes et démagogiques aient produit un effet positif quelconque car le peuple ne se contentera pas toujours du rasage gratuit du lendemain.

Ah, j'oubliais, les 38 keufs supplémentaires de Grenoble, vous allez les prendre où ? Dans la Creuse ou en Lozère ?

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 17:17

etroite-surveillance.GIFVille : Agglomération relativement importante dont les habitants ont des activités professionnelles diversifiées notamment dans le domaine tertiaire.

 

Ceci est la définition du mot "ville" donnée par le petit Larousse illustré.

Si nous analysons objectivement cette définition, la ville est un groupe "d'une certaine quantité" de maisons habitées par des personnes exerçant des professions diverses, en particulier dans le tertiaire.

Par conséquent, le petit bourg de 1500 habitants situé à une quinzaine de kilomètres de la grande cité doit être considéré comme une ville dès l'instant où la majorité de ses âmes est constituée de fonctionnaires. D'ailleurs, le camion poubelle et la voiture de service de la mairie portent fièrement les couleurs du bourg encadrées par ces mots :

-" Ville de ….."

Personne ne peut contredire cette analyse et tout un chacun peut vérifier mes assertions en jetant un œil dans le dictionnaire et sur la portière du camion poubelle. J'ai dit personne ??? Eh bien si, il est quelqu'un qui ne sait pas de quoi il parle ou mieux encore ce qu'il écrit : j'ai nommé Christophe Cornevin, journaliste à la feuille de choux nommée "Le Figaro" (comme coiffeur).

Ce monsieur titre son article : "Ces villes encore réfractaires à la vidéosurveillance". S'ensuit une carte de France sur laquelle figurent en bleu six caméras stylisées pour signaler nominativement les "villes" où la vidéosurveillance est à l'état de projet et neuf caméras rouges pour fustiger celles qui n'ont pas la vidéosurveillance et comme par hasard, sont toutes de gauche.

Voilà, en un simple coup d'œil, la démonstration de la grande impartialité, notoirement connue d'ailleurs, du journal de l'UMP.

Devant une telle démonstration d'équité et d'indépendance de ton, j'ai fait l'effort surhumain de lire l'article en réprimant au passage quelques nausées, tant à la découverte de ces lignes on constate que les nausées abondent.

Légende de la carte de France : "Certaines mairies de gauche, parfois par posture idéologique, rechignent à équiper leurs communes de caméras".

Pan !!! Le ton est donné. Il n'y a que les villes (souvenez-vous de la définition) gérées par la gauche qui refusent la vidéosurveillance.

Plus loin, le baveux nous explique qu'il y a 570 000 caméras en France contre 4 millions en Angleterre. Entre nous, on s'en fout des rosbifs, d'autant que si on prend les choses telles que les a écrites ce monsieur, il est à parier qu'il n'existe pas de caméras en Irlande, Ecosse et Pays de Galles.

On apprend également que grâce au financement de 40% par l'Etat, le vidéoprotection fait une percée dans le pays. La preuve, 280 communes vont être surveillées par 3500 nouvelles caméras. Rendez-vous compte de l'énorme proportion : 280 sur 36571 … c'est colossal !!! 0,76%, la percée est plus fine qu'un trou d'aiguille dans du tissu. Et d'enfoncer le clou plus loin par cette phrase grandiose : "les postures anti-Big Brother se ringardisent".

Qu'il se rassure, notre journaliste "figarien", sa publicité pour ce qu'il appelle la vidéoprotection est bien orientée (elle qui n'a jamais protégé et ne protègera jamais quoi que ce soit). Elle va bien dans le sens de l'histoire contée par les pseudo libéraux au pouvoir et leur représentant Brice, c'est-à-dire qu'il faut à tout prix faire peur et vanter l'étendue des mesures propres à éliminer la délinquance.

Ainsi, ce journaleux nous évoque insidieusement les évènements de Grenoble, sous entendant que des caméras auraient eu un effet dissuasif. Qu'il me permette de rire ouvertement de son analyse téléguidée. Pas plus tard qu'hier, sur une chaîne du câble, j'ai vu un reportage sur une enquête suite à un hold-up dans une bijouterie. Les malfrats étaient gantés, portaient des cagoules et des casques de moto, les chaussures dans des sacs plastique et ont été filmés par quatre caméras dehors et dans la bijouterie. Devinez quoi ?…….. Ils courent encore …..

Alors, vos caméras, messieurs les droitiers et vous, journalistes serviles, installez-les derrière les églises des villages, là où le charcutier, le boulanger ou le boucher saute vos femmes et vos filles, ça vous fera des films X pour les longues soirées d'hiver.

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 14:18

 

vaches.gif            Le Brice de Clermont, avec ses airs de garde chiourme et ses réflexions aux sous-entendus aussi purs que des bouses de vache, il commence sérieusement à nous courir à essayer de nous prendre pour des cons.

Dans un premier temps, il semble ignorer ce que pourcentage veut dire. Il nous parle de signal très positif lorsque ses services lui rapportent une diminution … de l'augmentation, le passage de +4% à +1,5% sur les six derniers mois. Voilà l'exemple qu'il est bon, aurait dit Coluche, et je traduis. Fin 2009, l'augmentation de la délinquance aux personnes était de 4% en un an et là, on est tombé à 1,5% pour les six premiers mois de l'année, c'est-à-dire avant la période d'été et celle des fêtes de fin d'année notoirement chargées en vols et actes graves en tous genres sur les personnes. Le sinistre à la crinière en feu compare donc des rutabagas à de la langouste. Si les petits cochons ne l'ont pas confondu avec une truffe, qu'il vienne en fin 2010 nous commenter les chiffres annuels et on pourra peut-être s'en satisfaire. Je dis "peut-être" car je ne vois pas très bien comment on peut se réjouir d'une augmentation de la délinquance, aussi petite fut-elle. Voilà bien l'exemple de la langue de bois que tiennent en la matière les chefs keufs depuis un certain Nico le Kärcher.

Autre spécialité du baroudeur des cités, l'étalage des pourcentages. Mathématiquement, si à un nombre de base constant vous ajoutez régulièrement des pourcentages, ces derniers vont diminuer jusqu'à tomber à zéro, mais le nombre ajouté stagnera parallèlement. Exemple : 1000 X 4% = 1040 X 3,5% = 1076 X 3% = 1108 x 2,5% = 1136 … on voit bien qu'en diminuant régulièrement, on maintient une certaine hausse qui certes se modère mais qui atteint tout de même 13,6% du chiffre de départ alors que les augmentations successives totalisent 13%. C'est ça faire parler les chiffres et allez donc demander aux personnes qui entrent dans le cadre de ces 13,6% ce qu'elles pensent de la baisse de l'augmentation.

            Alors, le cama …rade Brice, devant l'échec de son "tout répressif", s'en prend au PS qui demande un Grenelle de la sécurité et aux maires de ce parti qui refusent la vidéosurveillance, ceci dans une interview au Centre National des Indépendants et Paysans (un centre plus à droite que le FN). Il oublie de dire, le monsieur, que la délinquance, c'est son fond de commerce, la rampe de lancement de son patron et le mouchoir rouge qu'ils peuvent agiter régulièrement devant les bourgeois, les vieux et une certaine frange de l'armée. Il cache soigneusement que la situation lui permet de concurrencer le FN sur son terrain pour tenter de faire une razzia sur les fachos de tout poil.

Voyez-vous, s'ils voulaient vraiment éradiquer la délinquance dans certaines cités, comme ils prétendent vouloir le réaliser par la répression, il leur suffirait de mettre les moyens. Qu'ils missionnent l'armée pour faire du nettoyage et là, ils ôteront la drogue, les armes et assainiront la situation des grandes banlieues. Bien sûr, je ne suis pas d'accord avec cette manière d'aborder les choses. Certes, il vient un moment où la répression peut être indispensable, mais avant tout cela, il faut se poser les bonnes questions sur la vie des quartiers, le chômage, l'assistance aux parents en difficultés, la restructuration de l'habitat et j'en passe. C'est évident que toutes les mesure à prendre dans le cadre de ces quelques exemples ne sont pas électoralistes et qu'il vaut mieux, pour les équipes gouvernementales de droite, faire peur au peuple pour mieux le rassurer à grands coups de répression médiatique et de discours sécuritaires.

Quand je vous dis que nous glissons dangereusement vers une dictature, voyez comment les sinistres suppôts de notre héraut (zéro) national savonnent la planche sur laquelle glisse le peuple pour mieux l'entraîner vers sa chute vertigineuse avant qu'il ne s'en rende compte.

Donc, maître le roux (ne pas confondre avec Gaston Leroux et son Rouletabille), vous qui n'avez jamais inscrit votre nom en lettres d'or au Panthéon de la bienséance, réfléchissez au lieu de réagir de manière épidermique par un comportement de primate qui privilégie la loi du talion à celle de la justice et surtout la volonté de répression à celle de la concertation.

Tout ceci est un ensemble, de concertation, il n'y a que dans les palabres, mais dans les actes, vous êtes comme des moulins, vous brassez du vent. Méfiez-vous, ce vent vous emportera un jour comme des fétus de paille que vous êtes.

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 20:19

bon coeur                J'ai donné ce titre à mon post du jour parce que j'espère avoir quelques retours et alimenter ainsi une chronique par épisodes, ces derniers étant composés par les partis politiques d'opposition eux-mêmes.

 

                J'adresse la lettre ouverte ci-après à tous les partis qui se disent d'opposition, avec l'espoir que chacun d'eux apportera une réponse aux questions que je pose, sans se dérober, sans langue de bois et surtout sans l'alibi de l'élaboration d'un programme. Mes questions sont simples et appellent des réponses claires indépendamment de toute construction de programme, celui-ci pouvant être établi dans le but de pallier l'abandon des lois et mesures prises à l'encontre de la volonté d'une majorité populaire.

Voici donc la missive pour le PS, les Radicaux de Gauche, le MRC, le PG, Gauche unitaire, le PCF, le NPA, LO, Europe Ecologie et j'irai même jusqu'au MoDem.

 

 

LETTRE OUVERTE:

 

 

Madame, Monsieur,

 

                Nous vivons une période de plus en plus dure à vivre et  troublée par la volonté d'un exécutif qui se prétend le chantre de l'égalité mais ne mène d'actions bénéfiques que pour une certaine caste de la société.

                Je ne vous apprendrai certainement pas que le pays souffre des exactions commises par une poignée d'élus, certes au suffrage universel, mais dont l'inconséquence confine à l'asservissement. Je veux parler de tout un panel de députés et autres sénateurs qui acquiescent à tous les caprices de celui qui  se dit élu pour appliquer un programme mais qui modifie ce dernier selon les volontés du MEDEF. Simplement, je me demande si, au titre de partis d'opposition, vous mesurez bien le désarroi de vos concitoyens, si, du haut de la chaire qui est la votre, vous appréciez à leur juste valeur les difficultés dans lesquelles se débattent des millions de français, qu'il s'agisse de chômeurs, de travailleurs précaires, de paysans, d'artisans, de commerçants ou de retraités. Je voudrais savoir si vous réalisez ce que signifie sauter un ou deux repas par jour et n'absorber que du café au lait et du pain pour celui ou ceux restant, s'il ne vous dérange pas de voir des personne âgées porter des tongs  en février dans l'est de notre pays, ceci dans le seul but de pouvoir payer le loyer et les frais y affairant.

                J'ai peur de penser que seuls le besoin de reconnaissance personnelle, de vanité et l'appât du gain sont les moteurs des élus que vous désignez car, bien sûr, en toute démocratie, nous n'élisons que des gens désignés par les instances des partis politiques et censés, à ce titre, représenter les idées de ces dits partis. Ce n'est quand même pas pour autant qu'ils doivent accepter benoîtement toutes les décisions d'un seul homme comme c'est le cas actuellement.

                Détrompez-moi, détrompez-nous, nous français dits "de la France d'en bas", montrez que votre intérêt premier est celui du peuple et non celui de quelques personnages s'auto définissant comme des élites détenteurs de "LA" vérité. Accédez aux demandes de ceux auxquels la plupart d'entre vous se contente de prêter attention en période électorale, répondez à nos questions pour mieux prendre en compte nos aspirations voire nos besoins.

Laissez dans leur rôle et leurs bureaux dorés ces personnages glauques qui servent de conseillers et dont les citoyens n'ont que faire parce qu'ils ne les représentent pas, parce qu'ils ne représentent rien que le fait du prince.

Dès lors, soyez persuadés que vous drainerez derrière votre programme une majorité que, par ailleurs vous ne devrez pas trahir comme l'ont fait certains d'un bord politique comme de l'autre.

                Foin de slogans, stop aux tromperies, assez de faux fuyants, plus de promesses lénifiantes ni d'actes équivoques, ce que veut le peuple, la majorité du peuple, celle qui produit les richesses que quelques uns engrangent au détriment du plus grand nombre, c'est une gestion à son profit et non à celui d'une poignée de personnes qualifiées d'influentes.

                Alors, si vous devenez la majorité en 2012, dites-nous, sans langue de bois, ce que vous comptez faire des régressions sociales et des désorganisations de services engendrées par la majorité actuelle :

- Bouclier fiscal

- Age de la retraite repoussé à 62 ans

- Franchises médicales

- Déremboursements de médicaments

- Suppression déguisée des 35 heures

- Ouverture des magasins le dimanche

- Restructuration et fermeture des hôpitaux

- Démantèlement de la justice

- Suppression du juge d'instruction

- Refonte inique du code du travail

- Imposition des accidents du travail

- Nomination du patron de France Télévision

- Service minimum et attaques du droit de grève

- Ministère de l'immigration

- Autonomie des universités

- Réduction des effectifs dans l'enseignement

- Réforme des collectivités territoriales et suppression de la taxe professionnelle.

                J'ai certainement oublié quelques vilénies mais la liste est déjà assez fournie pour que votre mémoire soit rafraîchie.

                Je vais certainement apparaître à quelques uns d'entre vous comme un passéiste ou un réactionnaire, mais j'ai à cœur de défendre les valeurs (mot à la mode s'il en est) que nos parents ont acquises de haute lutte au prix de leur sueur et de leur sang et que quelques fanatiques du libéralisme veulent réduire à néant.

                Je suis persuadé que si vous promettez et tenez parole pour une volte face sur tous ces points négatifs pour la majorité du peuple de France, vos chances sont grandes de revenir au pouvoir.

                Tout ceci peut être revu en un laps de temps record, il suffit pour cela d'abroger les décrets d'application des lois ignobles qui ont été votées sans réflexion ni états d'âme par une majorité de moutons bleus.

                J'attends beaucoup de vos réponses que je ne manquerai pas de publier sur mon site, de même que je signalerai les non-réponses de votre part.

 

                Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l'expression de ma considération distinguée.

 

L. Aymard

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 14:09

7_septembre_2010.jpg

 

Vous avez certainement remarqué que les fournitures scolaires sont dans les rayons des supermarchés depuis la mi-juin, c'est-à-dire avant que les écoliers ne prennent leurs grandes vacances. Comme je l'écrivais déjà l'année dernière, si les choses continuent ainsi, on aura les jouets de Noël le 14 juillet.

Tout ceci pour vous dire que les grandes surfaces sont très prévoyantes et préparent le futur en permanence. Alors, pourquoi pas nous ? Pourquoi ne préparerions-nous pas la rentrée avant les départs en vacances ? Pourquoi ne nous lancerions-nous pas dans une union sacrée de toute la classe ouvrière avec les paysans, les étudiants, les artisans, les commerçants, tout ce que le pays compte de lésés, de bafoués, d'opprimés et de laissés pour compte du sarkozysme ?

Nous aussi sommes capables de nous projeter vers l'avenir pour imposer notre volonté, la volonté des citoyens de rectifier les ignominies que nous prépare le minus et ses boys. Nous aussi pouvons forcer ce blocus anti-démocratique qui nous est imposé par cette caste de privilégiés au travers de la voix du maître à penser élu par une majorité de citoyens bernés par des paroles lénifiantes.

Devant l'inertie voire la mollesse des syndicats, nous avons décidé de signer la pétition qui leur est adressée et qui, à notre sens, devrait drainer des millions de français pour la rentrée.

C'est vrai que les syndicats se comportent plus en collaborateurs de l'Etat qu'en défenseurs de ceux qu'ils sont censés représenter. Voilà ce qui nous motive dans l'acquiescement de la pétition. Nous pensons plus à nos concitoyens qu'aux finances syndicales et à la notoriété personnelle de quelques dirigeants des centrales. Notre but, c'est de rassembler le plus grand nombre pour montrer la réprobation du peuple, mais pas seulement sur une journée inutile et vaine, non, jusqu'à l'abandon des projets du patronat relayés par un gouvernement complice sous le regard bienveillant de la majorité des organisations syndicales. A ce propos, il ne faut pas s'étonner que le nombre de syndiqués se réduise comme peau de chagrin d'année en année quand on voit le comportement des dirigeants syndicaux qui n'écoutent jamais leurs adhérents;

Voici donc cette pétition que vous êtes libres, bien sûr de signer ou non, mais que nous trouvons de nature à rassembler et surtout à donner un coup de semonce aux centrales syndicales.

Pour y accéder : cliquez sur l'image ci-dessous.

 

 

7 septembre 2010

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 17:57

morale.gifNous venons d'avoir une discussion avec une amie au sujet des "valeurs qui se perdent". J'ai réagi immédiatement en me posant la question existentielle :

-"Mais c'est quoi la valeur ".

Je suis donc allé gratter dans le petit Larousse et j'y ai trouvé cette définition :

-" Valeur : ce qui est posé comme vrai, beau, bien, selon des critères personnels ou sociaux; et sert de référence, de principe moral."

A partir de cette définition, j'ai donc recherché les critères sociaux qui pouvaient actuellement faire perdre des valeurs à notre pays, et j'ai recensé quelques points forts.

La première valeur repérée est celle développée par notre cher (très cher) chef d'Etat : le respect.

Traiter ses semblables de "pauvre con", vouloir passer les cités au Kärcher, voilà qui dénote une forte propension à donner l'exemple du respect. Demander à un jeune opposant de "descendre s'il est un homme" quand on est entouré d'une armada de gorilles démontre un courage et une approche du respect on ne peut plus fins.

Autre forme de respect : celui de la parole donnée bénéficie de quelques supports de classe de notre "petit timonier". Jugez-en :

- Il n'y aura plus de SDF dans les trois ans,

- Je n'augmenterai pas les impôts,

- La retraite à 60 ans ne doit pas être touchée,

- Je ne vous mentirai pas …

Une valeur qui compte particulièrement dans la voix de nos dirigeants : la démocratie.

Là, oui ! L'exemple une fois de plus nous vient d'en haut. En grand démocrate, le Roy décide et ses sujets doivent obéir, forcés qu'ils le sont par des lois votées par les carpettes qu'il a fait élire sur un programme plus rempli de mensonges que d'aide au peuple. Ça s'appelle la nouvelle démocratie, celle vue par les godillots de l'UMP et soutenue comme une thèse absurde par les têtes pensantes, crânes d'œufs, entourant le Roy de toute leur suffisance.

Quelques exemples suffiront à illustrer l'application de cette pseudo démocratie :

- Le reniement du "NON" au référendum sur la constitution européenne,

- La prise de contrôle de France Télévision,

- La réforme de la justice …

Allez ! Encore un exemple pour la route !

La valeur "étalon" de Sa Minesté, l'égalité, ne riez pas, il illustre parfaitement cette valeur-là. Pendant qu'il demande à ses ministres et surtout à ses concitoyens de se serrer la ceinture, il multiplie les déplacements à grands renforts de gardes chiourmes (pardon, de CRS) en ne prenant que des avions pour se déplacer, il fait augmenter le budget du palais même s'il paye son dentifrice comme le dit si bien le faux évêque qui sert de porte parole au socle mouvant qui lui sert de soutien.

Enfin, la valeur qui, à mes yeux devrait être l'étalon des personnages politiques en général : l'honnêteté.

Là, je ne prendrai pas position sur l'affaire Woerth, mais la malhonnêteté est de mise dans cette affaire. A-t-il  touché ou non de l'argent ? Peu importe, ce qui compte, c'est que d'une part on a un témoin qui prononce des affirmations pour avoir vécu dans les milieux familiaux de Loréal et de l'autre, on a une meute de loups qui ne savent rien mais veulent à tout prix que le ci-devant soit blanc comme neige. Pour le témoin, il y a certainement de l'honnêteté, mais pour le groupuscule de fauves, il semblerait que seule leur vérité est à prendre en compte. Ils récitent tous le même poème que leur a dicté le château en inversant certains mots, mais toujours dans le sens de leur histoire. L'honnêteté voudrait que la seule déclaration qui soit faite consiste à une confiance en la justice et non à la mise en cause d'un témoignage, mais c'est trop demander à ces suppôts de dictature en herbe.

A ce propos, ne vous faites pas d'illusions, l'affaire sera vite enterrée puisqu'en application des nouvelles remises en cause de la justice, on confie l'enquête aux amis et non à un juge d'instruction indépendant. Dans peu de temps, on entendra parler de classement sans suite.

Voilà ce que sont les valeurs de notre République aujourd'hui, en tout cas, celles qui sont véhiculées par nos dirigeants égoïstes, auto suffisants, dédaigneux et finalement inaptes à gouverner démocratiquement. Comment éviter de penser qu'après ça "nos valeurs" foutent le camp ?

D'après mon critère personnel, on ne peut avoir de valeur sans estimer comme le dit encore le Petit Larousse :

-" Estimation : recherche de la valeur d'un ou plusieurs paramètres d'une loi statistique à partir d'observations ou de sondages."

En conclusion, comme je n'estime pas tous ces représentants de l'Etat, ils n'ont aucune valeur et si l'on me forçait à leur en attribuer une, je dirais : zéro.

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 21:47

belle mentaliteAh ces magouilles ! C'est devenu l'apanage de l'Etat sarkozyen. Heureusement, le basset policier veille au grain et montre de sa papatte vengeresse les coupables à mettre au ban de la société après les avoir contraints à la démission de leurs sous ministères pendant le week-end.

Voyez, ça c'est de l'autorité, les mains blanches et les cuisses propres, c'est comme ça qu'il les veut les sinistres de sa cour le calife royal de la Francette vacancière.

Il fallait que tout le monde ne soit pas encore parti en vacances pour que sa crise d'autorité soit un peu remarquée et que les pauvres qui ne sont pas encore partis vers la grande bleue ou l'océan puissent acquiescer en constatant cette opération "transparence".

Allez, petits con … citoyens, partez en vacances l'esprit tranquille, le grand "yaka" veille, votre argent ne sera pas dilapidé impunément par les ministres, et profitez-en pour oublier Beurgh et ses liaisons dangereuses avec les produits Loréal. D'ailleurs, ce ne sont que mensonges ces accusations de collusion avec la mère bête en cour, la preuve, c'est qu'il n'a presque plus de cheveux, comment irait-il essayer de profiter de produits dont il ne peut se servir, franchement, les détracteurs, regardez un peu avant de bavasser sur les uns et les autres.

La diversion, voilà le fin mot de ces démissions volontaires ordonnées par l'exécuteur de hautes œuvres étatiques (normal, il est chef de l'exécutif), il branche le courant de la vindicte sur les démissionnaires histoire de faire tomber la tension chez son sinistre du travail … et le tour est joué … pense-t-il. Seulement, voilà, il existe encore des citoyens pas cons (enfin pas trop), qui ont un peu de jugeote et l'esprit assez vif pour réveiller leur mémoire.

Monsieur "égalité de traitement" comme prétend l'être notre gérant de Bazar, souffre, comme j'ai eu l'occasion de le dire en son temps, d'amnésie sélective. Un sous ministre pour des "havanes" et l'autre pour la location d'un jet privé puis la combine sur un permis de construire, voilà les motifs de courroux qui ont entraîné l'exigence de démission, et c'est aussi les motifs d'amnésie sélective de toute la meute de renards et de loups qui entourent le Calife.

"Les choses sont revenues à l'endroit" nous a dit Xavier de St Quentin, le "Hardy" de l'UMP.

Il oublie, le bougre, les frasques du motodidacte. On ne lui a jamais demandé de démissionner à celui qui expérimente les arcanes du flicage dans sa bonne ville de Nice, et pourtant, il a également loué un jet privé pour pouvoir assister à une petite sauterie organisée par son gourou avant de se rendre à nouille orque, et il squatte deux logements de la République dont un où il fait coucher sa progéniture. Et la sauterelle des banlieues qui loge sa famille dans le logement de fonction qu'elle n'utilise pas, on lui demande quoi ? Et la râleuse du sport avec ses déplacements en Afrique du Sud avec une véritable cour logée dans des hôtels dont le nombre d'étoiles ressemble à la voie lactée. Et le Roi, quand il se déplace ? Est-ce que quelqu'un lui demande des comptes sur le prix de ses extravagances policières ? Est-ce qu'on le "démissionne" pour partir à l'étranger avec des amis invités et transportés dans les avions de la Nation en plus de celui qu'il utilise pour ne pas se mélanger avec ces mêmes personnes ? Et je ne parle pas des dépenses somptuaires pour transformer le Roisident en Louis caisse à l'occasion du congrès de Versailles qui a servi a entériner sa volonté farouche de mettre la télé dans sa poche avec comme alibi la possibilité du référendum populaire pour lequel les décrets n'ont jamais été publiés.

Ce ne sont pas des casseroles, c'est une véritable batterie de cuisine qui traîne aux fesses de tous ces m'as-tu-vu et dont on voudrait nous faire croire qu'il s'agit d'un lot de petites cuillères.

Vous pouvez démissionner en bloc, tous autant que vous êtes, y compris sourire d'avril, le premier sinistre, d'une, vous ne manquerez à personne et de deux, vous rendrez service au peuple qui ne peut plus supporter votre suffisance, votre arrogance et vos décisions arbitraires. Puisque vous voulez donner l'exemple, allez jusqu'au bout, démissionnez tous puisque vous êtes incapables de gérer le pays pour ses citoyens, tous ses citoyens.

Partager cet article
Repost0
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 21:07

peuple.gifJe partage assez le point de vue de Joël, les français ne boudent pas la politique, ils boudent les politiciens, et ce qui est grave, les politiciens de tout bord. Ces derniers devraient se poser des questions mais ils ne le souhaitent pas c'est évident.

Si nous analysons la provenance de ceux qui se disent "nos élites", nous constatons qu'ils viennent de l'ENA à quelques exceptions près, et ces exceptions ont toujours des énarques comme conseillers. La boucle est bouclée.

Partant de ce postulat, comment imaginer une seule seconde que des gens ayant une formation (je dirai même déformation) unique peuvent avoir des buts différents. Non, le but est le même, c'est incontestable et en cela, les citoyens ne s'y trompent pas. La seule chose qui change, c'est le chemin pour l'atteindre. En y regardant de près, c'est comme un problème de mathématiques, on peut utiliser l'arithmétique ou l'algèbre, on arrive toujours à la même solution. La grande différence avec la politique, c'est que la solution est connue, charge ensuite à chacun, selon son appartenance, d'utiliser une méthode ou une autre pour y parvenir.

La solution, c'est quoi au sortir de l'ENA ?

-"L'ambition personnelle autrement appelée par certains destin national."

En réalité, faire fructifier son savoir au maximum en espèces sonnantes et trébuchantes, quitte à tout écraser sur son passage pour y parvenir, quitte à voler l'honnête citoyen, à le spolier même.

Je reviens à ce citoyen qui constate que, par exemple, Villepin et Royal étaient dans la même promotion de crânes enflés, comment lui faire admettre que le "destin national" que chacun appelle de ses vœux puisse être atteint de manière différente. Que l'un prenne le chemin de droite et l'autre prenne le chemin de gauche, au bout, la finalité est la même, le but visé reste identique. Dès lors, pour ce citoyen, les chemins ne peuvent que s'apparenter voire se ressembler, il n'y a donc plus de choix, d'où la réflexion si souvent entendue : "tous les mêmes".

Partant de là, le découragement devient la règle et atteint de plus en plus de gens qui réfléchissent et vont à la pêche les jours d'élections parce qu'ils n'ont aucun moyen de s'exprimer autrement qu'en choisissant ce qu'on leur impose. Comme le dit si joliment Joël, les élections elles-mêmes sont pipées au départ puisque les partis politiques  imposent des candidats. On ne nous demande plus de voter, mais d'entériner un choix préalable et les citoyens sont de plus en plus réticents à cette manière d'aborder les votes, surtout quand ils voient les combines dans lesquelles trempent toutes ces "élites" une fois portées au pouvoir, quand ils entendent toute cette litanie de mensonges que nous récitent dans un chœur touchant tous ces "cadors" du gouvernement qu'il soit de gauche ou de droite.

Alors, le français, il boude la politique ?

Non, il ne la boude pas, bien au contraire, mais il est totalement désemparé, dépité de voir à quel point certains élus prennent le prétexte de la politique et de la démocratie pour se faire valoir, se mettre en évidence et surtout remplir leurs poches, celles de leurs familles mais également les comptes en banque de leurs amis.

La politique, c'est un peu comme les religions, il y a la doctrine et celles et ceux chargés de la faire appliquer. Si le dogme est toujours respectable, les représentants ne le sont pas nécessairement.

C'est ainsi que, comme les fidèles désertent les églises, ce qui ne les empêche pas de croire en Dieu, les citoyens désertent les urnes, sans pour autant cesser de croire en la politique.

Que faire alors ???

Entre tous les mots, le moindre est peut-être la proportionnelle, ça changerait les rapports de force et ça introduirait du sang neuf dans les strates des gestionnaires du pays, mais les femmes et hommes en place ne sont pas pressés de se suicider, ce n'est pas demain qu'il auront des divergences sur le système d'élections qui les avantagent de quelque bord qu'ils soient.

Bon, j'irai quand même voter à chaque élection car entre plusieurs maux, j'aurai toujours à cœur de choisir celui qui me paraîtra être le moindre plutôt que de laisser faire les convaincus … en tout cas, jusqu'à ce qu'un  élu un peu plus sensé décide que les votes blancs et nuls comptent.

Merci Joël de m'avoir demandé de continuer cette chaîne, à mon tour, s'ils me lisent, j'aimerais que Pat59, Barovin, Fred et Pascale fassent suivre.

Partager cet article
Repost0