Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 18:57

homme_visage.gif            Il y avait longtemps qu'un tordu n'avait pas mis sa merde au PS. Eh bien, voilà qui est fait, à la grande satisfaction des Unitaires au Mental Pourri.

Rendez-vous compte, le dictateur n'a plus besoin d'acheter les traîtres de gauche, de les placer dans son staff ou de leur trouver une planque bien payée, ils font allégeance d'eux-mêmes, ils apportent de l'eau, certes corrompue mais en grande quantité, au moulin à broyer du social des copains à la marchande de moutarde. Imaginez un peu comment les Blum, Jaurès et autres Mendès France doivent se retourner dans leurs tombes, ils font certainement la toupie en découvrant le renoncement dont fait preuve l'ex- petit espagnol, pardon, Manuel Valls.

            Il espère quoi le catalan du sud ? Que le maître chien de l'Elysée lui jettera un os dans le prochain quinquennat ? Qu'il jouera un rôle dans le "Grand Paris" de demain ?

            Attends ! Ex camarade ! Tout le monde ne s'appelle pas Besson, il y a la manière de trahir, les mots doivent être accompagnés d'actions et ce n'est pas par une simple déclaration d'intention sur l'abolition des 35 heures que tu vas séduire le caïd à talonnettes, il faudrait que tu prennes la carte de l'UMP pour qu'il te trouve un peu crédible.

De toute manière, avec les déclarations ou les apartés que tu as pu faire depuis 2007, il faut croire que tes idées son plus proche du néo libéralisme que du socialisme. Tu n'es membre du PS que parce qu'il t'offre une tribune, et tu profites de celle-ci pour encenser les adversaires politiques et abonder dans leur sens chaque fois que tu le peux, tout en te prétendant socialiste. Cela s'appelle de l'abjuration d'idées et tu ne tarderas certainement pas à te rendre compte du rejet que tu engendres à ton égard de la part du peuple de gauche que tu es en train de trahir allègrement. Sans vouloir jouer les Madame Soleil, je te prédis la déculottée de ta vie aux primaires du PS et s'il te venait l'idée aussi saute que grenue de faire cavalier seul à la présidentielle de 2012, le peuple de gauche se ferait un devoir de t'écrabouiller.

            En réfléchissant un minimum, tout un chacun pourra comprendre que si l'on allonge le temps de travail, on va engendrer du chômage, la preuve en est l'augmentation de son taux depuis que les godillots du palais Bourbon ont "assoupli" les 35 heures. Quand j'entends dire que ceux qui ont "la chance" d'avoir un travail pourront travailler plus, je bondis sur ma chaise car le travail, pour moi, n'est pas une chance, ça devrait être un dû et je le considère comme un gâteau à partager le plus équitablement possible et non en grosses parts au détriment des plus petits qui n'ont pas l'heur d'arriver à la table. Camarade Manuel, tu es parti sur un chemin qui va te conduire dans un labyrinthe d'où tu ne ressortiras jamais plus sauf avec l'aide de la droite que tu es supposé combattre. En d'autres termes, certains écrivent camarade avec le C de la Chine, d'autres avec le K de Kremlin. Toi, ce serait plutôt avec le cul (pardon, le Q) de Qatar… chacun défend ce qu'il peut.

            Lorsqu'en juillet dernier, j'ai écrit ma liste de questions intitulée "feuilleton de l'été", j'étais candidement persuadé que tous les partis d'opposition me répondraient. Hélas ! Point de réponses groupées, point de précipitation dans les mails, encore moins de précisions chez ceux qui ont pris mon propos en compte et un nombre ridicule de retours. Le premier est arrivé du MoDem une semaine après mon envoi pour m'expliquer qu'il y avait un programme et qu'il serait souhaitable que je le consulte. Le suivant émanait du NPA d'où un ancien collègue de travail m'affirmait que, passées les vacances d'été, j'aurais des réponses que j'attends toujours. Fin août, j'ai reçu une invitation émanant du Parti de Gauche, à me rendre à la fête de l'Huma pour y débattre. Peu de temps après, le MRC, par le courriel de son président, m'a adressé son programme de Salut Public et mi-novembre, j'ai reçu un mail signé de Martine Aubry faisant des constats auxquels les seuls "remèdes" proposés étaient l'élaboration d'un programme socialiste pour les élections à venir … tout un … programme… et je reviens à Valls qui doit participer à la confection de ce programme, vous voyez où se situent les limites de ma confiance en ce PS qui se prétend représentant majeur de la gauche mais n'est pour l'instant qu'un ramassis de petits chefs qui veulent devenir grands au détriment du plus grand nombre. Ce n'est pas en agissant ainsi que "Le petit Nicolas" sera retiré de l'affiche du box office, surtout si l'on essaie de le remplacer par "Le retour de l'homme invisible" ou "L'homme sans visage".

            Allez, Manu ! Puisque tu tends à semer le bordel autour de toi, va au bout de tes idées, prends vite la carte de l'UMP et continue ton travail de sape, là, et seulement là, tu rendras un sacré service au peuple.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 19:01

sarkapero.gif            Je viens de recueillir, en dernière minute, les confidences d'un caméraman de la SFP qui a "mis en boîte" le discours des vœux de "son étroitesse" le Dictateur Nik premier.

Je vous résume donc, en quelques lignes, la litanie d'énormités égocentriques qu'il va vous asséner en plusieurs minutes. Vous trouverez donc ci-dessous de quoi vous éviter de vous emmerder pendant dix minutes devant votre poste de télé ce soir à vingt heures.

            Mes chers compatriotes, me voici rendu à 18 mois du terme du contrat que quelques abrutis ont condescendu à m'accorder en faisant pencher la balance électorale de mon côté. Je remercie donc en premier lieu ces trois pour cent de niais écervelés qui ont cru en mes promesses démagogiques uniquement destinées à satisfaire mon ego et les désirs du patronat et des banques. J'adresse également l'expression de ma plus profonde gratitude à tous les traîne-savates de l'UMP qui appuient chacun de mes caprices comme s'il s'agissait d'un élément vital pour le pays. Je félicite mes ministres passés, présents et à venir de s'appuyer sur mes mensonges pour gruger le bon peuple duquel, par ailleurs, je n'ai rien à foutre.

            Françaises, français ! L'année qui vient de passer m'a vu massacrer le maximum d'acquis sociaux dont je ne ferai pas la liste pour vous éviter un cauchemar dans la première nuit de l'année 2011. J'ai, par ailleurs, pour le plus grand plaisir de mes amis du CAC et les gros actionnaires qui les accompagnent, détruit un maximum de postes de fonctionnaires ce qui vous explique les difficultés que vous éprouvez sur les routes enneigées, les risques que vous prenez dans les transports en commun ou les files d'attente dans les préfectures, les CAF ou les Pôles Emploi. A ce propos, je me suis arrangé pour que ces derniers vous trouvent de moins en moins de travail et vous fassent revenir dans leurs bureaux jusqu'à ce que vous disparaissiez des statistiques du chômage. Je vous ai arnaqué au maximum, en appliquant même des mesures pour lesquelles j'avais promis l'inverse comme la retraite à 62 ans et pour le "travailler plus pour gagner plus", je vous l'ai bien mis … sur la table et les ouvertures de magasins le Dimanche comme les heures supplémentaires non rémunérées sont là pour en apporter la preuve.

Pour l'année à venir, les choses vont être différentes, je vais à nouveau être le président du changement et même du bouleversement. Les choses vont continuer comme en 2010, mais ce qui sera amélioré sera la manière d'agir. Nous ne consulterons plus personne puisque les consultations telles que nous les menons (c'est-à-dire en imposant ma volonté) n'ont pas l'heur de vous plaire. Ainsi, chaque fois que je déciderai, les élus devront dire amen et les autres, vous compris, n'auront plus qu'à fermer leurs gueules. Enfin, jusqu'à l'année dernière, je vous ai sodomisés "à sec", mais à partir de ce premier janvier, toujours dans le cadre du changement, chacun de vous aura droit gratuitement à l'utilisation d'une poignée de sable.

            Mes chers compatriotes, pendant que mes flics verbalisent en Charente, pour surcharge, les camions des Restos du Cœur, depuis l'avion que vous m'avez gracieusement offert et qui me ramène de vacances laborieuses au Maghreb, j'imagine chacune et chacun d'entre vous devant son poste de télé, se disant que j'ai raison de vous prendre pour des cons un an de plus, et ça me réjouit.

Je rappellerai enfin à ces abrutis de SDF, qui n'ont même pas le courage de m'admirer devant une vitrine de vendeur d'électroménager, que selon mes dires, depuis 2009, ils ne devraient plus être dans la rue. Je m'adresserai donc à eux pour terminer:

-"Mais qu'attendez vous pour rentrer sous les portes cochères, les bouches de métro, les usines désaffectées ? Qu'attendez-vous pour ne plus vous montrer et qu'enfin nos statistiques correspondent à mes dires ?"

            Mes chers compatriotes, je vous souhaite une nouvelle année de merde, pire que 2010 afin que dès le début 2012 je puisse inventer des mesures qui feront croire à ces trois pour cent d'abrutis qui je serai le meilleur entre 2012 et 2017. Et rappelez-vous : dans compatriote, il y a aussi "patriote".

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 18:36

Joyeuses-Fetes15.gif            Neige, froid, vent, tous les ingrédients sont réunis pour que Noël soit une fête comme le voulait la tradition dans la première moitié du siècle dernier. Cette tradition sera donc respectée puisque bien des personnes verront un Noël blanc, elle sera même amplifiée car, comme dans les années cinquante, il y aura des SDF, mais en plus grand nombre. Il y aura, dans la rue, tout un peuple d'oubliés, de laissés pour compte voire de rejetés de la société de consommation encouragée par le libéralisme galopant. Des hommes, des femmes, des enfants vont se retrouver dans les frimas de l'hiver pendant qu'une partie de la population fêtera Noël au chaud, qu'une poignée d'individus festoieront autour d'un repas dont le prix unitaire permettrait de nourrir une vingtaine de SDF…

Mais, je m'égare, je voulais juste vous souhaiter un joyeux Noël à vous qui, comme moi, avez au moins la possibilité et les moyen de communiquer par Internet.

Je vous vois venir, vous direz que c'est facile d'écrire de telles choses assis au chaud derrière mon écran, mais l'action, c'est ce qu'il faut envisager et même appliquer, la pensée ne suffit pas. Vous me connaissez suffisamment pour savoir que je réprouve les méthodes gouvernementales qui consistent à encourager le bénévolat pour mieux se dédouaner de l'incurie chronique en la matière, eh bien, malgré ce, j'ai participé, à mon humble niveau, avec mes petits moyens, à aider ces naufragés de la vie. Je souhaiterais que chacun ait une pensée pour remplacer celle que n'ont pas nos dirigeants … mais je ne voudrais pas plomber l'atmosphère et je vous réitère mon JOYEUX NOËL.

            Puisque Noël est le début de la trêve des confiseurs, autant aller jusqu'à la fin de cette trêve et vous présenter nos vœux pour 2011. A cette occasion, je souhaiterai à tous de préparer l'éjection de notre dictateur en 2012, de peaufiner les griefs que l'on peut avoir envers lui et sa cour et de cultiver le souvenir de tous les mauvais coups qu'il a porté à notre société.

A propos de société, le mot comporte la même racine que "social". On peut donc déduire que toucher à tout ce qui a trait au social, c'est toucher à la société. Quand on constate la démolition qu'ont entrepris les voyous qui sont censés gouverner le pays, on peut carrément dire qu'ils ont organisé un holocauste social et mon vœu le plus cher pour 2011, c'est que ce dernier se retourne contre eux et que cette extermination programmée de l'action sociale en France devienne leur propre déchéance. Les voir transformés en SDF auxquels on pourrait faire des promesses sans les tenir … je sais, ce ne sont que des pensées oniriques, mais quel plaisir !!!

            Avant de vous laisser à vos premières agapes, on voudrait juste avoir une pensée particulière pour ceux dont on parle très peu en général : les malades.

            BONNE ANNEE à toutes et tous et, comme on dit chez nous : a l'an qué vén.Joyeuses Fetes63Joyeuses-Fetes64.gif

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 23:00

neige.gif            Quelques flocons, un petit tapis de neige et hop ! La région parisienne est complètement bloquée. Autant dire que dans les médias comme aux yeux des politiques, c'est tout le pays qui est arrêté puisque la vue de ces gens est limitée à la grande banlieue de la capitale.

            Bien sûr, comme toujours, il se trouve des abrutis pour critiquer "les pouvoirs publics" de n'avoir pas pris assez tôt de mesures suffisantes pour leur permettre de rouler dans leurs chars modernes ou pour se déplacer à leur guise en faisant fi des conditions atmosphériques. Comme si le monsieur météo du coin avait le pouvoir de commander aux éléments naturels.

            Mais d'où vient ce qui ressort comme une incurie ?

- Tout d'abord, il faut regarder et écouter ce que nous disent les disciples du libéralisme, supporters effrénés de notre cher dictateur : "on ne remplace pas un fonctionnaire sur deux qui part en retraite".

- Ensuite, il faut admirer le courage de prendre les responsabilités dont font preuve certains rampants de l'UMP en expliquant que : "ce n'est pas notre faute, c'est celle de la météo".

            Souvenez-vous, par le passé, il neigeait presque tous les hivers et on circulait toujours en voiture ou en train … et ce n'était pas à l'époque de la retraite de Russie, c'était simplement pendant le premier septennat d'un certain Mitterrand (par l'ersatz actuel, son oncle).

            C'était le bon vieux temps où dans chaque canton on avait des gens de la DDE, des cantonniers, vous savez, ces personnes objet de tous les sarcasmes de la part des écervelés qui n'ont eu de cesse de demander leur suppression. Ces mêmes imbéciles qui, aujourd'hui râlent et tempêtent parce que les routes ne sont pas assez roulantes et qui n'ont qu'à s'en prendre à eux-mêmes pour ne pas s'être assez battus pour sauver tous ceux qui, à présent, pourraient leur rendre service. Rappelez-vous de ces gens qui curaient nos fossés afin de nous éviter les inondations, ceux-là même qui alertaient les autorités dès les premiers gels ou les premiers flocons pour que les saleuses sortent de leur tanière et évitent l'accumulation de neige.

Et que dire de la SNCF qui, peu à peu, passe entre les mains des entreprises privées. Là aussi, il existait des cantonniers chargés de surveiller les installations électriques, les aiguillages et les signaux. Ils avaient pour mission de mettre en service les réchauffeurs d'aiguillages fonctionnant au propane, de déblayer les premières hauteurs de neige et de tronçonner les arbres trop rapprochés de la voie ferrée. Pas mal de dépôts possédaient un chasse neige. Des ateliers étaient équipés d'un nombre suffisant d'agents pour vérifier le matériel ayant roulé dans l'eau ou la neige, de sorte que leur passage sur les fosses d'entretien durait très peu et pour parer à toute éventualité, dans chaque grand site, on maintenait un engin moteur 24 heures sur 24 prêt au départ avec son personnel.

            Aujourd'hui, les temps ont bien changé, qu'il s'agisse d'économies ou d'obéissance aveugle aux technocrates de Bruxelles, asservis au sacro-saint libéralisme, on a tout misé sur l'ouverture à la concurrence, et voilà le résultat.

Pour les routes, il n'y a plus assez de personnel et de matériel pour les surveiller, les entretenir et réagir aux cas urgents. On a presque tout donné en sous-traitance aux entreprises du CAC 40 pour engraisser leurs actionnaires au détriment de la qualité envers l'usager ou le simple citoyen.

Pour le ferroviaire, il a fallu, à la grande joie de certains utilisateurs et particulièrement de l'association des tordus usagers du train, ouvrir le rail à la concurrence et tout faire pour réaliser des économies. Ah, les idées merveilleuses !!!

A présent, tout fonctionne suivant les lois du marché. Les entreprises privées sont sollicitées pour "assurer" pratiquement la totalité des travaux. On passe des marchés avec des sociétés qui utilisent de la main d'œuvre non qualifiée pour mieux "gratter" du pognon et surtout, ces marchés traitent de travaux ponctuels mais ne sauraient à aucun moment couvrir les besoins urgents. Plus personne ne surveille les voies au quotidien hors les conducteurs que l'on a d'ailleurs isolés dans leurs cabines de conduite, on a supprimé les rampes de chauffage des aiguillages au motif d'économies et les ateliers sont équipés d'un nombre de personnes sans cesse rétréci. Ajouté à cette photographie désastreuse la suppression pure et simple des locomotives de réserve et vous comprendrez pourquoi on vous explique que les trains sont en retard à cause de la neige qui recouvre les rails et bloque les aiguillages, des arbres tombés sur les voies ou des caténaires rompues par le froid.

            Voilà le tableau, et je vous assure que je ne le noircis pas. Attendez quelques années et laissez encore régner le dictateur ou ses acolytes et vous pourrez constater la nette amélioration due à la réforme forcenée de la bande d'incapables qui nous gouvernent. Vous qui êtes des inconditionnels de la libéralisation et de la suppression de la fonction publique ou assimilée, peut-être êtes-vous prêts désormais à prendre la pelle pour déneiger, le sel pour déglacer, l'égoïne pour tronçonner les arbres et les éponges pour retirer l'eau des inondations.

Et pendant qu'on nous rebat les oreilles avec la neige, des SDF crèvent dans la rue dans l'indifférence totale des médias et de notre "chair saigneur" à la promesse aisée.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 19:11

francais-salle.gifAvertissement préalable : Je vais être impoli, voire grossier envers certaines personnes qui, je l'espère, se reconnaîtront et viendront chez moi à visage découvert comme des courageux et pas des mauviettes castrées     incapables de prendre leurs responsabilités et d'assumer leurs écrits.

            J'en ai assez de cette armée de cons, d'abrutis, de débiles profonds, en quelques mots de ces lobotomisés incultes et primaires qui envoient des mails anonymes fleurant bon le racisme à base de dénonciations imaginaires à l'encontre des arabes, des noirs, des juifs et autres roms.

            On reçoit régulièrement des énormités sur les étrangers qui ne seraient là que pour profiter du système général de notre pays et plus particulièrement de la sécu, du chômage, de la caf et des aides humanitaires. On peut y trouver, jamais signés, un conglomérat de conneries distillées à la mode du FN, avec toute la démagogie souhaitable pour tenter de toucher les masses populaires conditionnées par les médias et la classe politique de droite avec ses idées ramassées dans les ruisseaux des camps de concentration ou sous les gégènes du 5eme bureau pendant la guerre d'Algérie.

Je voudrais donner quelques éléments de réflexion à ces imbéciles de bas étage, dans l'espoir qu'ils auront encore un reste de neurones pas trop faisandé pour réfléchir à la condition d'abrutis dans laquelle ils se plongent.

            Oui, il y a des étrangers qui profitent de certains avantages liés à nos lois, mais de quels étrangers s'agit-il ? Les anglais qui viennent se faire soigner en France ? Non, aux yeux de tous ces courageux anonymes, des arabes et des noirs. Ils ignorent, ou mieux, passent sous silence, que ces personnes sont françaises car elles bénéficient du droit du sol ou de la naturalisation. Ils occultent également que la plupart d'entre elles sont nées chez nous de parent qui ont combattu pour la patrie des "bons gaulois" pour lesquels ils se prennent, eux qui ont peut-être des racines maures de l'époque de Charles Martel. Ils ne parlent pas non plus des accords d'Evian qui ont ouvert la porte aux africains du nord qui nous ont bien rendu service pour effectuer les travaux que nous ne voulions pas accomplir, depuis les chaînes automobiles jusqu'au creusement de tranchées pour amener le tout-à-l'égout dans nos villages en passant par le ramassage des ordure. Ces enfants de la télé démobilisatrice devraient penser qu'avoir ramassé la merde de leurs aïeux peut donner droit aux mêmes avantages que de travailler derrière un bureau, bien au chaud le cul plombé dans un fauteuil mœlleux, à dénigrer les autres.

            Enfin, bande d'obtus, quand cesserez-vous d'inonder le web de vos affirmations gratuites généralisées sur des errements qui ne touchent qu'une poignée d'individus, pas toujours étrangers, pas toujours originaires d'Afrique et pas toujours sans papiers comme vous voudriez nous le suggérer ? Vos rancoeurs nées d'un amalgame entre un tout petit nombre d'individus et un ensemble de communautés, d'un excès de jalousie envers des personnes qui connaissent et appliquent beaucoup mieux la loi que vous ne sauriez le faire parce que vous n'êtes pas assez intelligents et encore moins malins pour en faire autant.

            Quand on est intelligent, on essaie de se surpasser et non de tenter de diminuer les autres pour se mettre en avant, dans le cas contraire, on est le roi des cons.

            Il est curieux de constater que ces mêmes trous du cul ne se contentent pas de dénigrer les ethnies, ils font de même avec les agents de la SNCF, les fonctionnaires en général et ceux du fisc en particulier.

            En résumé, on trouve dans ces "courageux" tous ceux qui sont aigris par leur propre manque de réflexion, leur inintelligence et la jalousie maladive de ce qu'ils ne peuvent avoir par manque de savoir ou, au mieux, par inaccessibilité aux droits.

            Allez, va ! Une seule fois dans votre vie, soyez responsables de vos actes et signez de vos vrais noms et adresse les balivernes que vous pondez sur la toile (avec d'ailleurs moult fautes d'orthographe) et que vous demandez à voir "diffusées sans modération". A défaut d'être crédibles, soyez au moins courageux, n'ayez pas la trouille que quelqu'un vous réponde en contradiction, montrez que vous avez des couilles, même si elles sont molles.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 17:08

dolce-vita.jpg            Au départ de Paris, pour se rendre dans la capitale la plus proche (Bruxelles), il faut compter 30 minutes de vol et pour la plus éloignée (Auckland) 21 heures 30. Traduit en mégalomanie dictatoriale, c'est-à-dire avec l'utilisation d'Air Sarko One, cela revient à des sommes allant de 10.000 à 430.000 euros l'aller, mais il faut bien revenir … et ça multiplie la petite note par deux. Bien sûr, dans mon calcul, je n'inclue pas l'amortissement du matériel et des fantaisies incluses dans la carlingue du zinc ex "air caraïbes" car pour amortir un Airbus A330-200, Air France compte 20 ans mais dans ma grande bonté d'âme, j'en compterai  25. En d'autres termes, l'avion acheté avait déjà 12 ans et il faudra en compter 13 pour amortir 176 millions d'euros, soit 13,54 millions par an.

            Allez, au diable "les varices", poussons notre calcul jusqu'au bout. Notre dictateur promène ses talonnettes dans le monde à raison de 134 000 Km l'an, soit 170 heures de vol environ (sans compter les vols dans les caisses de l'Etat) ce qui nous coûte 170 X 20.000euros = 3.400.000 euros auxquels s'ajoutent les 13,54 millions d'amortissement, soit : 16.940.000 euros. Eh tiens ! Pour faire bonne mesure, il a envoyé par la même occasion 7250 tonnes de CO2 dans l'atmosphère … putain, je te dis pas le malus à l'achat du zinc, je comprends pourquoi il l'a acheté d'occase.

            Bon, trêve de plaisanteries, l'inutile dépense ainsi jetée en l'air représente à peu près la paye de 15000 smicards par an, donc autant de personnes qui cotiseraient pour la retraite et la sécu.

Il y a mieux encore, et je me pencherai une fois de plus sur les sans abris, les déshérités et autres délaissés de la vie par l'Etat, ceux qui ont un carton et une couverture trouée comme domicile, un sac en plastique comme armoire, ceux que l'on veut entasser dans des dortoirs de fortune à l'hygiène douteuse et aux violences certaines. Parmi eux, se trouvent les nommés travailleurs pauvres parce qu'ils n'ont pas la possibilité de fournir la garantie de trois mois de loyer au marchand de sommeil qui parfois s'appelle bailleur et a le soutien des sociétés étatiques d'HLM. Combien de logements pérennes notre dictateur vole-t-il à ces pauvres gens ? Combien pourrait-on mettre aux normes des locaux vides appartenant à l'Etat ou à de richissimes personnages qui préfèrent voir crever le peuple et s'écrouler leurs biens plutôt que de faire œuvre de charité. Pardon, à propos d'œuvre de charité, ils donnent à la quête le dimanche matin dans les églises après avoir bouffé le bon dieu pour se donner bonne conscience … c'est vrai que notre dictateur est aussi chanoine de St Jean de Latran … alors il faut bien montrer que l'on est dans son camp, celui qui fait fi de la séparation des églises et de l'Etat pour mélanger les genres sans vergogne. Bon, je m'égare.

Aujourd'hui, le discours a changé, on ne va pas demander ses papiers à un sans abri en train de se geler sur le trottoir dit le tout petit. Alors quoi ? Ça sous entend qu'il approuve le contraire de ce qu'il affirmait en décembre 2006 quand, candidat à la présidentielle, il était prêt à toutes les fantaisies, toutes les facéties, toutes les fausses promesses, toutes les magouilles, tous les coups bas pour arriver à ses fins : devenir le plus grand des tout petits.

            Allez, monsieur le Duce, ça ne fait pas deux mais quatre ans que votre volonté n'est pas exhaussée et que des personnes sont obligées de dormir dans la rue et de mourir sur les trottoirs pendant que vous vous gavez et que vous jetez l'argent par les fenêtres, cet argent qui pourrait servir tout simplement à appliquer le postulat que vous avez envoyé comme un défi, que votre équipe et vous-même êtes incapables de tenir. D'ailleurs, les seuls défis que vous tenez, ce sont ceux qui vont à l'encontre du peuple, ceux qui font régresser le social ou ceux qui enrichissent vos amis les riches.

            A renier la rue et tout ce qu'elle représente de malheurs et de dénuement grâce ou à cause de choix totalement arbitraires et unilatéraux, attendez-vous à des représailles de ses habitants, attendez-vous à vous faire écraser comme des cancrelats en 2012. La dolce vita viendra plus vite que vous ne le souhaitez en faisant fi au passage de l'avis des électeurs.

            Moi qui ne suis qu'un pauvre et simple citoyen, j'ai honte de tout ce gâchis. Vous, dictateur d'opérette, vous devriez être réveillé la nuit en sursaut par les cauchemars provoqués par le film d'horreur que vous mettez en scène et que vous projetez au pays.airsarkoone

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 21:15

salauds            Nous y voici ! A vrai dire, on s'y attendait un peu car, le temps passant, on sentait bien que le tout petit qui s'apparentait à Hitler par la taille se calque maintenant sur ses agissements les plus fascistes. Il ne lui reste plus qu'à rouvrir les camps de concentration disséminés un peu partout dans le sud de la France depuis 1938 pour y déporter quelques Roms, français "d'origine étrangère" ou encore d'opposants au régime de substitution à la démocratie qu'il impose au pays pour être la copie conforme du Fürher.

             Désormais, je ne l'appellerai plus que par le qualificatif infamant de dictateur. En effet, c'est bien de cela dont il s'agit, lorsqu'un seul homme décide pour un pays tout entier, qu'il prétend détenir la vérité, qu'il impose ses diktats et qu'il privilégie la répression à la concertation, cela s'appelle un dictateur.

            Je ne suis pas rancunier, mais j'en veux à cette petite frange de nos concitoyens qui n'a pas vu plus loin que l'écran de sa télévision en 2007 et a élu ce dictateur non pas pour son programme, mais contre son adversaire, ce qui est une nuance importante. Je suis de plus en plus dépité de voir comment une partie du peuple, aujourd'hui contre les agissements de ce fossoyeur d'acquis sociaux, cet encensoir des riches et des puissants, a pu se laisser berner par les paroles lénifiantes d'un énergumène qui ne connaît qu'un seul et unique but : auréoler sa propre personne.

            Il ne recule devant rien pour casser de l'ouvrier ou du pauvre, pour mettre à mal le droit de grève ou celui de manifester. Il faut dire qu'il n'est pas à son coup d'essai, en  mai 1968, il était déjà de toutes les manifestations anti-grévistes, celles qui rassemblaient tous les fascistes parisiens de l'époque. Il montrait alors son aversion pour ce peuple qui souffrait.

            Aujourd'hui, il semblerait que sa haine du pauvre, de l'ouvrier, de l'employé, du paysan soit décuplée par rapport à cette époque révolutionnaire qu'il n'a jamais réussi à digérer. A moins que, comme le Fürher, il ne cache ses complexes derrière un autoritarisme qui fait peur même aux élus de son camp, au point que ceux-ci se sentent obligés d'abonder dans son sens pour préserver leurs prérogatives.

            Briseur de grèves, ce "renard" (c'est ainsi que l'on appelait les anti-grévistes) n'a de cesse de créer la démagogie pour mieux diviser le peuple. Pour faire oublier le problème des retraites qu'il a créé par son incompétence et sa folie mensongère, il braque l'opinion sur la pénurie de carburant, sachant que le français moyen est prêt à tout pour pouvoir rouler, même à détruire un jour ce qu'il a adulé la veille.

            Faire voter le texte en une seule fois pour supprimer le débat au Sénat, c'est déjà un sacré déni de démocratie, mais réquisitionner du personnel pour briser la grève qui est un droit fondamental de notre constitution est tout simplement digne d'un descendant direct de Pinochet : dictatorial.

            Il veut que l'histoire retienne qu'il a résisté à la pression de la rue et imposé la plus grande réforme sociale que le pays ait connu depuis le front populaire, mais en fait, il ne sait pas ce que retiendra l'histoire, sinon que dès l'instant où il a mis les pieds dans les arcanes du pouvoir, une seule chose a compté : la répression. Il n'a fait qu'attiser la haine et diviser le peuple. Il se prend certainement pour le grand homme qu'il ne pourra jamais arriver à être car la grandeur ne dépend pas de la volonté mais est la résultante d'un cocktail de bonté, de droiture, d'honnêteté et de sacrifice de soi.

            Il a expliqué en rigolant qu'il avait également un cœur plutôt à gauche et je le plagierai en disant qu'il a aussi des trous du cul au centre. Si, si, ceux qui, au Sénat, font basculer systématiquement les votes à droite après avoir critiqué celle-ci "pour la forme".

            C'est vrai que ce Sarko, je ne l'ai jamais aimé, je l'ai toujours soupçonné de ne s'intéresser qu'à lui-même, mais maintenant cet inimitié est carrément devenu de la haine. Je ne peux supporter l'assassinat de la démocratie sans réagir et j'ai le même souhait que le curé de Lille … la crise … cardiaque.

            Alors, devant cet amalgame de vacheries organisé par le dictateur et ses ersatz de conseillers, il ne reste plus au peuple qu'à attendre 2012 pour passer le Kärcher sur toute cette racaille, à mois que la révolte qui gronde ne se transforme en révolution, et pour la première fois de ma vie: je le souhaite.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 18:36

 

Le-Cerveau2.jpg               Les recherches de Paul MC Lean de l'université de Yale, dans les années 1940, ont permis de définir le fonctionnement du cerveau.

                Dans ces recherches, une, particulièrement, permet aujourd'hui de comprendre le comportement de certains de nos dirigeants, parmi lesquels Sarko, Fion et Woerth.

                Le cerveau occipital est en rapport avec la réflexion et avec les cycles d’ondes cérébrales qui vont de 8 à 16 hertz, les ondes alpha. Celles-ci se produisent lorsque nous nous trouvons dans un état de réflexion profonde. La réflexion acquière deux directions : transformer les mots et chiffres par des images mentales, ou bien changer des images et situations par des mots ou des chiffres. C’est l’unique fonction humaine qui nous distingue clairement des animaux. Les ondes alpha de 12 hertz se produisent aussi chez des gens qui ont des expériences supérieures de conscience cosmique, Nirvana, Satori, illumination, etc.

                Je ne sais pas si j'ai besoin de vous commenter cette analyse, on y comprend tout de suite que nos chers, très chers tordus étatiques, sont totalement démunis de cerveau occipital ou ne captent pas les ondes alpha entre 8 et 16 hertz. Pour eux, ce sont les ondes bêtas et le seul hertz qu'ils connaissent n'est autre que le loueur de voitures. Ils s'avèrent donc incapable de transformer les images en chiffres et c'est ainsi que l'on entend le truand (pardon, le ministre) du travail nous expliquer sur FR3 que la mobilisation est moins forte et que finalement même s'il y a 3 millions de personnes dans la rue, ceux qui sont restés chez eux sont plus nombreux, sous entendu, la majorité approuve… Et de rajouter que depuis le premier projet de loi, les choses se sont améliorées grâce au dialogue avec les députés et maintenant les sénateurs.

                Non, je ne serai pas grossier, je me contenterai de souligner que les discussions devraient avoir lieu avec les représentants des salariés (donc les syndicats) et non les élus, mais peut-être ne suis-je pas assez intelligent pour assimiler que la concertation a lieu uniquement entre gens qui se comprennent et s'approuvent et non avec des contradicteurs. Encore et toujours le courage bien senti de ceux qui nous gouvernent en faisant comme si le peuple n'existait pas, peut être parce qu'ils sont sans parties (génitales s'entend), car il faut en avoir pour affronter l'adversité, surtout quand celle-ci est forte de l'appui de la majorité des citoyens.

                Parti de ce postulat, je me suis à nouveau penché sur les recherches de MC Lean et j'ai encore découvert une réponse :

le système limbique
(cerveau mammifère considéré comme le « cerveau émotionnel »)
C’est la  partie qui mémorise nos affects. Il cherche la répétition du plaisir et évite la douleur. A partir de ce système jaillit la conscience discursive, avec la capacité de distinguer le bien du mal, le correct de l’erroné.

            J'en arrive à ma conclusion :

-"Il manque cruellement à ces messieurs, et ceux qui les soutiennent et les entourent, le cerveau occipital et le système limbique. Le premier les empêche de transformer les images en chiffres et le second les prive de plaisir tout comme les eunuques."

Rien d'étonnant donc à ce qu'ils n'entendent rien aux cris désespérés des ouvriers, employés ou paysans, ce n'est pas de leur faute, c'est celle de la nature qui ne les a pas dotés des attributs nécessaire à comprendre le monde au-delà de leur nombril.

            Vous savez ce qui vous reste à faire lors des prochaines élections :

-"Foutre dehors toute cette cohorte de wassingues inutiles et coûteuses sans vous demander par qui les remplacer vu qu'il est impossible de trouver pire, même dans le pire".

            Aujourd'hui encore, le tordu chargé de porter la parole du gouvernement à bout de bras, le nommé "petit château", nous explique rien de moins que la litanie qui a dû être diffusée à partir de l'épicé (excuses, l'Elysée) et que tous les mécréants de la Sarkozye devront répéter a l'envi dans tous les médias, comme l'exige le Mètre (décidément je ne fais que des erreurs, je voulais dire le Maître). Du fait qu'il n'a pas de cerveau lui permettant de compter, il ne veut voir qu'une seule tête devant lui : une tête de nœud, pour que le reste de la troupe suive.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 11:01

            Comme vous avez pu le constater, nous sommes actuellement surbookés et nous avons des difficultés à tenir notre blog malgré l'actualité qui nous fournit quotidiennement de quoi voler dans les plumes de nos chers dindons de politiciens. De droite, surtout, mais aussi de ceux qui se disent de gauche mais n'ont que le courage d'ouvrir leur gueule pour critiquer ceux dont ils veulent la place pour leur aura et certainement pas pour leur pays.

            Je n'en veux pour preuve que le nombre de réponses qui m'ont été faites à la suite du courrier que j'avais adressé le 30 juillet aux partis qui se disent d'opposition (c'est vrai qu'opposition ne signifie pas nécessairement position).

            A ce jour, j'ai reçu deux réponses émanant du MoDem et du NPA. Le premier me revoie à son programme et le second, par le truchement du représentant local, me promet une réponse détaillée rapidement. Pour le reste, malgré la relance que j'ai adressée aux instances dirigeantes voici maintenant 12 jours, rien ne bouge. C'est le silence le plus assourdissant qui soit. On entend de grandes déclarations d'intentions sur les radios ou les télés, on lit des professions de foi qui s'apparentent à des crises de foie dans la presse, mais dès qu'on aborde les questions pratiques, les interrogations précise, rien, que du silence.

            Je leur en veux à tous ces gens qui, finalement confirment qu'ils n'ont rien à faire du français qui ne leur sert que lors des élections à mettre les pieds dans le saladier national d'où ils ne se soucient plus que de trier leur salade pour mieux se nourrir quitte à laisser crever ceux qui leur ont permis de se gaver. Je suis écoeuré par ces bien disants qui ont la parole, le geste, mais pas l'action et dont les paroles ne valent pas plus à mes yeux que les cris inutiles des mouettes suivant un chalutier qui rentre au port. Ils ou elles font la roue comme les paons mais à l'opposé des ceux-ci, ils n'ont aucune agressivité vis-à-vis des menaces qui pèsent sur eux donc sur nous.

            J'en ai déduit que nous étions dans un véritable pays à la mesure des studios Disney : tout le monde est beau, tout le monde est gentil, mais surtout, tout le monde est caricaturé, à commencer par le citoyen lambda qui, finalement, dans le concert des voix dissonantes de tous bords, n'est là que pour assurer les reprises en chœur.

            J'en ai trouvé une des nombreuses preuves ci-dessous et je remercie "dadaphasme" pour sa participation involontaire à mon coup de gueule.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 19:45

comedieu.gif                Mais qu'a-t-il fait de toi France d'en bas ?

En quarante mois, un homme et un seul, arriviste, vil, hypocrite, menteur, sournois, traître, déviationniste, entêté et pour tout dire inapte, a réussi un exploit que seuls avant lui avaient tenté avec un succès mitigé quelques apprentis sorciers d'états d'Amérique du sud ou d'Afrique sub-saharienne que notre peuple qualifiait de dictatures. Il a fait faire un bond de quarante ans à notre Nation, selon le rapport mathématique de 1 an pour un mois de présence à la tête du pays, ce qui serait fantastique si ce bond n'était pas réalisé en arrière.

Cet homme a réussi le tour de force de faire de la France un pays à la limite du sous développement avec tout ce que cela entraîne de nocif pour les couches les plus fragiles de la population et de dangereux pour les autres.

Seuls les cons ne changent jamais d'avis, me disait mon directeur dans une autre vie, lorsque je travaillais en sachant que l'Etat veillait à me conserver mes avantages sociaux.

Lui, il ne change jamais d'avis, peut-être parce que ce n'est pas le sien mais celui de la bande d'incapables qui l'entoure et le conseille, peut-être parce qu'il est trop fier et imbu de sa personne pour admettre qu'il a tort face à la majorité des intéressés.

Il se prend pour Dieu le père, détenteur de LA vérité, enfermé dans les certitudes que lui forge son entourage à grands coups de brosse à reluire. Qui n'es pas de son avis, est un cancre, un déchet indigne de le côtoyer, un écervelé qui n'a rien à faire dans notre pays. S'il le pouvait, il organiserait des charters pour nulle part, histoire d'expédier les personnes qui, comme moi, ne sont pas d'accord avec sa politique ni l'idée même que ce qu'il fait soit de la politique. Il reste droit dans ses bottes comme ces résistants devant le peloton d'exécution sauf qu'eux montraient leur courage et leur patriotisme alors que lui montre une piètre figure d'acteur théâtral de troisième zone où la mimique compense la pauvreté des dialogues.

Il a fait quoi, finalement, de ce pays ?

-" Une république bananière agrémentée de racisme provoqué et entretenu par les responsables de l'unité de la Nation, une fosse commune dans laquelle s'entassent les cadavres d'acquis sociaux arrachés de haute lutte par nos aïeux, un paradis artificiel érigé en véritable éden pour les riches amis du pouvoir, un enfer pour les pauvres d'antan devenus miséreux sous la pression constante d'un pouvoir égocentrique, un champ de bataille où se meuvent les laissés pour compte des ghettos organisés pour faire la part belle aux bourgeois des beaux quartiers".

J'en passe certainement, mais tout ceci n'est que le résultat de la folie d'un être avant toute chose épris de pouvoir et imbibé d'autoritarisme que je me garderai bien de comparer à un dictateur connu tant il réinvente un système dans lequel il se fait roi.

Les lois qu'il initie, au coup par coup, sont autant de textes créés à la suite d'émotions populaires dont le seul but est de mettre en valeur les travers du peuple de manière à mieux diviser pour régner. Pour le reste, de promesses en mensonges et de flagorneries en fanfaronnades il avance dans la destruction du pays, inexorablement avec méthode, en essayant de faire croire à d'indispensables réformes qu'il invente dans l'espoir de laisser une trace dans l'histoire, mais sans se rendre compte que cette trace sera de la même nature que celle que l'on trouve dans le slip des enfants mal torchés.

Nul n'a été aussi dédaigneux que lui et son entourage tremblant de peur envers les citoyens à part dans les divers royaumes de France où seule la noblesse comptait au détriment des autres classes de la société. Mais, au fait, n'est-il pas de cette caste de sang dit bleu où les mélanges consanguins finissent par faire émerger des tares irrémédiables ?

Bon, je vais arrêter mes diatribes car mon article serait trop long, et notre chef suprême pourrait croire que je lui en veux pour une cause qu'il aurait du mal à définir. Ça pourrait me retomber dessus, moi qui ne souhaite qu'une chose : qu'il vive heureux en famille … ailleurs qu'en France.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article