Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 22:41

Il ne pourra jamais s'empêcher de récupérer tout ce qu'il peut pour se montrer, se mettre en avant. Qu'il s'agisse de bonheurs ou de malheurs, il est toujours là, prêt à bondir.

Il peut s'en défendre, il n'arrivera jamais à me convaincre qu'il ne fait pas tout pour passer à la télé dans le rôle de celui qui est rempli de compassion et qui fait ce que tout français aimerait faire.

Pour voir la vidéo ci-dessous, cliquez sur le personnage et soyez écoeurés comme moi.
Bonne journée tout de même à toutes et à tous.

 

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 15:20


C'est très probablement une erreur, mais le titre du Nouvel Observateur est on ne peut plus réaliste :

-"LES HABITS NEUFS DU PRESIDENT SARKO"

En effet, le Roi tente de changer de vêtements, mais sous ceux-ci il y a toujours le même corps et le même esprit.

Changer de peau n'est pas changer d'idées ni de méthodes, encore qu'il puisse abandonner le "bling-bling" tout en restant accro au clinquant, mais pour ce qui est du changement d'idées, vous repasserez chers concitoyens.

Confesser ses erreurs et ses actions maladroites, c'est très bien, mais c'est facile … après, et lorsqu'il dit que nous pensons qu'il est stupide, il ne se rend pas compte combien il a raison.

Que c'est agréable de lire qu'à 54 ans, il ne peut pas changer toutes les semaines, qu'il essaie de s'améliorer tous les jours mais que la matière première reste la même.

Ca veut dire qu'il peut changer mais compte tenu de sa "matière première" c'est nécessairement en mal.

Quand il parle du rassemblement de toutes les forces politiques qui ont forgé le pacte social qui a permis la renaissance française, je crois cauchemarder, c'est ce même pacte qu'il s'évertue à détruire jour après jour.

Il affirme qu'il est "libre" et ne veut pas être classé à droite. Mais que fait-il lorsqu'il préside une assemblée de l'UMP ? Quel est son camp lorsqu'il réunit les élus de la majorité ? Il se croit à l'extrême gauche ? Non plutôt au centre … de la scène je crois.

Il faut également lire les propos de Monseigneur Lefebvre Inutile affirmer que son Idole préfère un bon préfet de gauche qu'un con de droite. Il s'auto flagelle lui-même le fabriquant de biscuits et on se demande qu'est-ce qu'il fait aux côtés du Nain si son affirmation est exacte.

Venons-en aux morceaux de bravoure. Le petit affirme :

-"Je n'ai jamais été associé à un scandale quel qu'il soit et je suis pointilleux sur les questions d'honnêteté".

Je pense qu'il faut le destituer rapidement pour défaillances de mémoire. L'histoire de l'île de la Jatte à Neuilly, le fait qu'il ne paye pas d'impôts (ou si peu) et le montant de sa déclaration de patrimoine, sont des sujets qu'il a enfouis dans sa mémoire et que le Canard Enchaîné a pourtant rappelé à plusieurs reprises. Ajouté à cela les nominations du fait du prince ou les éjections de préfets n'étant pas à son goût et jugez de son repentir.

-"Il faut un temps pour se hisser à la hauteur d'une charge qui est, croyez-moi, proprement inhumaine".

Alors, là, on touche le fonds. Cette "charge", on ne l'a pas contraint à la quémander, pendant la campagne et même aujourd'hui, il jugeait les autres incapables de la tenir. C'est donc un aveu d'impuissance ou un appel au secours qu'il lance aux français ? S'il trouve cette charge trop lourde pour les malheureux 20 000 euros par mois qu'il perçoit et les 1 800 000 euros annuels de frais divers qu'il fait joyeusement "exploser", qu'il la quitte, on ne le retient pas, il ne fera que rendre service à la majorité de la Nation. Comme il l'a dit le 22 avril 2006 à propos de la France :

-"Si certains ne l'aiment pas, qu'ils ne se gênent pas pour la quitter".

Eh bien, mon pote, c'est pareil pour la présidence. Casse-toi si tu n'aimes pas.

Je vous livre enfin en vrac toutes ses bouffonneries :

-"Le Fouquet's, le bling-bling, les patrons de presse, le CAC 40, le show biz, j'ai eu tort, mais DE Gaulle avait reçu les journalistes à l'hôtel La Pérouse et personne n'avait rien dit (tu m'étonnes, en 1958). Les humoristes que j'ai critiqués, si Le Pen avait dit leurs mots, la presse serait scandalisée? (Oui, mais ce n'est pas Le Pen qui a dégommé DSK,  Aubry ou Sarko).

Voilà en gros, le petit homme qui a changé d'habits. Je dirai plutôt qu'il a changé de parure, mais qu'il reste le même sur l'abandon du service public, la casse du système de santé, la diminution des pensions de retraite, la paupérisation de la population ou l'excitation des français les uns contre les autres.


Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 18:46
          

Je regrette vivement de devoir revenir sur la retraite des français futurs, mais l'actualité de mes cires (d'abeilles) Sar Co m'y contraint.

J'ai vu passer furtivement sur la une de mon FAI un titre qui m'a mis un grand coup de poing dans la gueule :

-"Sarkozy pose la question de la durée de cotisation".

J'ai cherché l'article et je suis finalement tombé en arrêt devant le amas de cochonneries, d'insanités et de pourritures que le nain a balancés dans le Nouvel Obs à paraître demain.

Les partenaires sociaux sont reçus aujourd'hui à l'Elysée et, conformément à ce que j'écrivais dans mon article "saint dicats, priez pour nous", les syndicats auront droit à la conclusion qu'ils doivent avoir de leurs concertations. Le nabot l'a décidé.

Il se dit déterminé à s'attaquer à la réforme des retraites à mi-2010 et affirme qu'il ne sera pas le président "qui laissera notre système de retraites aller à la faillite".

Deux mots pour préciser que d'après moi, il sera le président "fossoyeur du pouvoir d'achat des survivants retraités".

Quand on se vante d'avoir démoli les régimes spéciaux qui permettaient, tout en étant à l'équilibre, de faire gagner plus aux retraités, il faut s'attendre à tout de la part de cet incompétent irresponsable.

Maintenant, je publie l'intégralité de l'article recueilli sur mon FAI et je vous laisse juges.

 

 

Alors ministre du Travail, Brice Hortefeux avait relancé le débat sur les retraites. Nicolas Sarkozy reprend le thème à son compte : dans un entretien au Nouvel Observateur à paraître jeudi, le président de la République estime que la question de la durée de cotisation donnant droit à la retraite devra se poser en France.

Le chef de l'Etat se dit de nouveau déterminé à s'attaquer à la réforme des retraites à la mi-2010, affirmant qu'il ne sera pas le président "qui laissera notre système de retraite aller à la faillite". "La question de la durée de cotisation est clairement posée partout dans le monde ; elle ne peut pas ne pas l'être en France", déclare-t-il. "Il ne faut pas prendre les gens pour des sots. Ils ont compris que vivre plus vieux imposera de travailler plus longtemps", ajoute le président. Mais Nicolas Sarkozy annonce également qu'il ne veut pas occulter les points de désagrément : "Je ne vais pas fermer le débat avant qu'il ait commencé", déclare-t-il, affirmant qu'il ne fuira "ni le débat sur la pénibilité ni le débat sur l'âge de la retraite".  Il dit son intention de discuter de tout cela "de manière très ouverte" avec les partenaires sociaux, qu'il devait recevoir mercredi après-midi à l'Elysée.

Régimes spéciaux
 
La Commission des comptes de la Sécurité sociale estime que le déficit de la branche vieillesse atteindra 7,7 milliards d'euros cette année. Le déficit global de la "Sécu" devrait doubler par rapport à l'an dernier à 20,1 milliards d'euros. Selon le gouvernement, le déficit de la Sécurité sociale pourrait atteindre 30 milliards en 2010, sous le double effet de la crise et du vieillissement de la population. En France, la durée de cotisation a été portée de 40 à 41 ans dans le privé sous le précédent quinquennat, une mesure qui prendra pleinement effet en 2012 et qui équivaut déjà de fait à un report de l'âge de la retraite.  Peu après son arrivée à l'Elysée, en 2007, Nicolas Sarkozy a fait réformer les régimes spéciaux de la SNCF, de la RATP, d'EDF et GDF, portant dans ces entreprises la durée de cotisation de 37,5 à 40 ans, avec une perspective de 41 ans.

Le Premier ministre, François Fillon, a déclaré le 27 juin qu'il n'y avait pas "d'autre solution pour sauver nos régimes de retraite que de travailler plus longtemps" et qu'il "faudrait débattre de la question de l'âge légal de la retraite". L'âge légal de départ à la retraite en France est aujourd'hui fixé à 60 ans. Le Medef juge son relèvement inéluctable. L'Allemagne et les pays scandinaves ont franchi le pas. (mon commentaire : ON S'EN FOUT)


        
Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 14:02

Lorsque j'entendais dire autour de moi que la connerie n'était pas limitée, je riais de bon cœur. Je pensais qu'un chef d'Etat, au moins, avait des barrières qui le protégeaient. Eh bien, j'avais tort, notre bien aimé monarque d'occasion a réussi le tour de force de repousser les limites de la connerie jusqu'au bord du précipice. Il ne lui reste plus qu'à faire un pas en avant pour s'engager dans le néant intellectuel qui le guette depuis longtemps.

Voyez la vidéo ci-dessous, profitez de l'offre coup de cœur que le "Mètre quarante" du monde nous fait avec l'ouverture des magasins le Dimanche et dites-moi si votre jugement colle un peu au mien.



                                   
                                           


Que pensez-vous de lui demander d'appeler le directeur du supermarché le plus proche de votre domicile pour qu'il fasse ouvrir dimanche. Ca vous permettra d'acheter la boite de sel que vous avez oubliée samedi ? Après tout, pourquoi ne pas faire pour les citoyens français ce qu'il dit avoir réalisé pour Mme Obama ?

Eh! Il faudrait qu'il sorte un peu de sa tour d'ivoire le nain. Il n'a qu'a aller faire un tour en Suisse ou en Espagne pour voir si les magasins sont ouverts en dehors des points frontière. Et puis, qu'il aille faire un tour dans le 13ème arrondissement de Paris ou dans les petites épiceries de quartier à St Ouen et il verra si tout est fermé en France le Dimanche.

Pour le déploiement de démagogie, il est l'empereur. C'est sûr que sur les champs, les magasins de luxe lui tiennent à cœur et les touristes qu'il ne veut pas décevoir sont certains ressortissants de pays très riches, ceux par exemple qui font livrer pour près de 800 000 euros de  vêtements, chaussures, et bijoux au Georges V et se tirent en laissant le drapeau flotter gaiement.

En tout cas, ce ne sont pas les commerçants qui travaillent en famille et ont l'obligation d'ouvrir 7 jours sur 7 pour ne pas crever. Ce sont ces enseignes de luxe ou ses grands magasins pour qui il faut à tout prix réaliser des profits et grassement rémunérer les actionnaires sur le dos des ouvriers que l'on menace de chômage s'ils refusent le travail dominical. C'est ça la réalité.

Il faut aussi expliquer au pitchounet que les 82 millions de touristes ne passent pas forcément par Paris et ne vont pas nécessairement faire leurs courses le Dimanche chez Auchan ou chez Cartier (selon leurs finances).

Enfin, je ne peux me résoudre à laisser passer la plus grosse connerie sortie de la bouche de dégoût de Sa Majesté, je cite :

- "Nous sommes le seul pays où à Paris c'est fermé (le dimanche)". Des fois que dans un autre pays d'Europe ou du monde ce serait ouvert à Paris. Je parie qu'il a pensé à ça en racontant son n'importe quoi.
 

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 21:59

Lorsque les dirigeants des grandes entreprises investissent, ce n'est pas pour le bien de leurs ouvriers mais seulement pour percevoir des bénéfices les plus importants possibles. Ils appellent cela pudiquement les retours sur investissements.

Pourquoi vous, ouvriers, paysans, fonctionnaires, lycéens, étudiants, chômeurs, travailleurs précaires, auxiliaires de justice, pourquoi n'auriez-vous pas également droit à un retour sur investissement ?

Vous avez, tour à tour, manifesté, défilé et fait grève contre toutes les attaques ciblées du pseudo "grand de ce monde" qui, sous prétexte de réformer la France, joue simplement à satisfaire ses caprices d'enfant gâté et pourri (surtout), il n'est qu'à voir comment il a supprimé la pub et décidé de nommer le PDG de France Télévision.

Vous avez investi par les pertes de salaires dues aux grèves, par l'usure de vos chaussures sur le pavé des villes et par vos larmes en fin de mois lorsque vos enfants se nourrissaient de pain trempé dans du lait pendant que "Môsieur" faisait un caca nerveux pour le tout à l'égout de belle maman  les doigts dans le caviar.

Il serait on ne peut plus normal qu'aujourd'hui vous perceviez vos dividendes, qu'un minimum de vos légitimes revendications soient satisfait, ce serait votre retour sur investissements. Au lieu de ça, Il vous bafoue, Il vous ignore, Il vous a fait des promesses qu'Il ne tiendra pas, mais sa traîtrise est une seconde nature, Il fait tout pour vous monter les uns contre les autres, enfin, je vous comprends, Il vous écoeure. Votre retour sur investissements, en l'occurrence, c'est son ignorance pure et simple.

Que va-t-il se passer maintenant ? Tout d'abord deux mois pendant lesquels le pays va tourner au ralenti à cause des vacances d'été mais pendant lesquels, le mini sadique va profiter de l'apathie générale pour faire passer quelques textes liberticides ou réducteurs d'avantages sociaux. Mais après, il y aura la rentrée et là … à nous de jouer.

Comme le dit notre juridiction, il peut y avoir retournement de la preuve. Il nous suffit de considérer les choses comme elles se sont déroulées et de retourner le raisonnement qui deviendra tout aussi logique.

Considérons que le fait d'avoir répondu par la négative, l'ignorance ou le mépris aux revendications des français de la rue constitue pour le monarque un investissement négatif, il nous suffit alors de lui envoyer un retour sur investissement tout aussi négatif. A la rentrée de septembre, unissons nos revendications sous la bannière d'une même rancoeurs et nous serons des centaines de milliers dans la rue. Voilà la réponse que mérite celui qui se targue de représenter 38% de la France alors qu'il devrait avoir honte d'avoir 62% face à lui, et ce, sans parler des abstentionnistes.

Seulement voilà, j'ai juste une crainte que j'exprimerai sous forme de questions :

-" Y a-t-il un syndicat assez fort dans l'opinion (suivez mon regard) pour réunir et fédérer toutes ces frustrations ?

Existe-t-il des hommes à la tête des organisations syndicales suffisamment indépendants, détachés du pouvoir et volontaires pour donner le tempo de la révolte ?"

Je doute de tout cela et je crains fort qu'il ne soit nécessaire, une fois encore de "prendre le train en marche" derrière les étudiants et les lycéens comme ce fut le cas en 1968 pour d'autres motifs que les raisons actuelles.

Nous blogeurs, avons notre rôle à jouer, bien sûr nous ne remplacerons pas les organisations de représentants des diverses professions, mais nous pouvons, en tout cas, nous devons tenter de rassembler tous ces mécontentements en faisant partager à chacun les soucis des autres.

En 68, le chef de l'état faisait près du double de l'actuel, dans tous les sens du terme, ce qui devrait nous faciliter la tâche et nous faire enfin percevoir ces fameux retours sur investissements.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 16:55



Voici longtemps que les médias, probablement à la demande de l'Etat, n'avaient pas mis en exergue un quelconque motif de dresser la population contre les enseignants.

C'est chose faite aujourd'hui, on nous explique que 45% (presque 1 sur 2) des professeurs des écoles ont posé un arrêt de travail pour raison de santé en 2007/2008, ce qui représente 2 millions de jours d'absence. Et je t'enfonce le clou en précisant que "seulement" 22% des salariés du privé ont fait de même l'an dernier.

Premier constat :

- " On compare des choux avec des chèvres à savoir que l'année scolaire se déroule de Septembre 2007 à Juin 2008 et que l'année civile va de Janvier à Décembre 2008 ".

Deuxième constat :

- " Quelle commune mesure peut-il y avoir entre une secrétaire travaillant devant son écran d'ordinateur et une institutrice devant une classe d'enfants en matière de risque de contamination virale " ,

La déduction est vite faite. On veut commencer à fustiger ces enseignants qui partent pour deux mois de vacances et vont certainement manifester leur désaccord à la rentrée lors des suppressions massives de postes. Bande de fainéants va !

Regardons de plus près, sans les œillères que nous distribuent les pseudo ministres au travers des journaux écrits, parlés ou télévisés à leurs petits soins.

Un enseignant, c'est qui ? C'est quoi ? Ca travaille quand ? Comment ? Pour qui ? Pour quoi ?

Voilà les bonnes questions. Je me permets d'analyser ce métier que je ne connais pas parfaitement mais que j'ai eu l'occasion d'apercevoir de très près pour avoir été instructeur informatique dans un centre de formation ou les élèves, par classes de 20, étaient âgés de 18 à 55 ans.

L'enseignant, c'est qui ?

C'est une personne qui a un cursus Bac + 5 et qui doit travailler à former des enfants jusque, parfois, à rattraper les carences d'éducation familiale.

L'enseignant, c'est quoi ?

C'est l'instituteur chargé de développer l'intelligence naturelle de l'enfant en lui donnant la meilleure instruction  "livresque" possible.

L'enseignant travaille quand ?

De septembre au mois de juin suivant à raison de 6 heures par jour plus trente minutes de soutien scolaire devant les élèves sauf vacances de noël, toussaint, février et pâques. Pendant ces vacances, il (elle) prépare les classes vertes ou de neige (non prévues aux programmes), les projets de cours pour la période suivante ou la fabrication des cadeaux de fête des mères ou des pères (non prévu au programme). Après la journée, il faut corriger les cahiers et devoirs, préparer les cours du lendemain, remplir les livrets scolaires et les documents demandés par l'inspection académique. Toute cette partie cachée de l'iceberg que l'Etat se garde bien de montrer de peur que le français moyen prenne conscience de la réalité des choses.

L'enseignant travaille comment ?

Devant des classes avoisinant 30 élèves la plupart du temps, sous la pression de la hiérarchie qui veut du résultat sans donner les moyens, sous les coups de boutoir des parents pour la plupart démissionnaires qui reportent sur eux l'éducation qu'ils sont dans l'incapacité de donner à leur progéniture.

L'enseignant travaille pour qui ?

Pour les enfants et uniquement pour eux, les parents feraient bien de s'en souvenir, ça leur éviterait d'intervenir inutilement dans la vie scolaire.

L'enseignant travaille pour quoi ?

Pour un salaire qui est calculé sur 10 mois et versé sur 12, donc qui ne laisse pas de place aux "vacances gratuites" que la plupart des français leur envie. Par-dessus tout, ils travaillent pour que les enfants soient au moins aussi instruits que ces parents qui trouvent toujours à redire à l'enseignant.

Alors, si parfois ils sont malades, c'est peut-être à cause des épidémies dues à la promiscuité, des "pétages de plombs" dus à la pression conjuguée de la hiérarchie et des parents ou tout simplement à l'agression de quelques enfants mal élevés par leurs familles.

Papa, maman du petit saint que vous avez engendré, soutenez les enseignants avant de faire aveuglément confiance à cette chair de votre chair qui finira par vous coûter cher.
                                                                                        

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 16:53

Après le journal de 13 heures sur France 2, dans l'émission 13 heures 15 le Dimanche, le journaliste Laurent Delahousse a pris un risque insensé. Il a osé montrer, furtivement certes, un petit livre vert que Fion va distribuer à ses ministres assemblés cet après midi en réunion de travail.

Quid de ce petit opuscule relié à couverture en papier 280 gr glacé, vert mode, édité à 100 exemplaires minimum puisque aucune imprimerie ne tire et relie un livre quel qu'il soit en dessous de cette quantité.

Il s'agit, d'après le journaliste, du discours de Nico l'ascenseur à Versailles que le premier sinistre doit remettre solennellement à chaque ministre d'état, ministre et secrétaire d'état pour lui permettre de "réfléchir" sur les pistes contenues dans le chef d'œuvre.

Des propositions écrites avec emphase, à la manière de Victor Hugo ou Emile Zola, dont le grand mérite est d'accoler des mots les uns aux autres en prenant bien soin qu'ils ne se contredisent pas lorsqu'ils sont contiguës.

Une suite illogique de phrases toutes faites qui enfoncent sans coup férir des portes ouvertes et font des propositions qui ne sont que l'expression d'une volonté indiscutable du monarque à talonnettes. Ces volontés à la limite du caprice (même pas des dieux) qui prétendent faire participer la Nation, ses élus ou les Syndicats mais en leur fixant des limites telles que toute discussion est nulle et non avenue, vaine et considérée comme oiseuse par Sa Majesté.

Alors, quoi ? A quoi, mieux encore, à qui va servir cette distribution ? Que peut donner une réunion entre gens convaincus par le Roisident et son trait d'union fantomatique ? Une réunion entre personnes qui ont dû se soumettre à la volonté d'un seul soit par ambition personnelle, soit par asservissement, soit par dette envers quelque gros bonnet, soit par peur de représailles mais dans tous les cas, par niaiserie.

Grand Dieu ! Pourquoi j'utilise ce terme de "niaiserie" ?  Parce qu'il s'agit de l'unique "qualité" qui est demandée aujourd'hui à un ministre, à commencer par le premier d'entre eux. Cette "qualité" est indispensable pour accepter de n'être que le ara (qui rit) de son mètre chargé de répéter à l'envi les décisions prises par ses conseillers qu'il présente comme ses propres caprices tant ceux qui l'entourent ont de prise sur son ego gigantesque.

Je vais essayer de résumer  les réponses à ces questions en une seule phrase la plus courte possible.

Fion va transmettre à ses 38 acolytes la parole sacrée de N S :

-"Apprenez par cœur ce qui est contenu dans cette nouvelle bible et contentez-vous de le ressortir chaque fois que quelqu'un vous posera une question. Surtout, ne commentez pas un seul mot de cette parole divine, votre commentaire pourrait être mal interprété par les manants de la France d'en bas".

En d'autres termes, il va demander à sa bande de réfléchir comme le ferait une glace, mais une glace sans tain derrière laquelle le Nano Sociologue pourra surveiller ses féaux.

Voilà donc une séance de spiritisme organisé pour laver ce qui reste de cerveau aux sinistre et sous sinistres de son altesse sérénissime Fion, vassal de Sa Majesté Nique Ola Sar Cosy premier (1).

(1) Je traduis : Baise Préservatif Poisson Lit. D'accord, pris ainsi, ça ne veut rien dire mais en mélangeant les mots, on arrive quand même à un truc presque invraisemblable sauf si le poisson est une sirène.
                                                                        

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 19:06


Et une démonstration de plus, une !

S'il en était besoin, voici une fois de plus, comment notre gouvernement de fats hautains et dédaigneux traite le peuple de France.

Pour reprendre les termes utilisés il y a quelques mois par un abruti notoire, nous sommes les "sous hommes" de la nation. Lorsque je dis nous, je fais essentiellement allusion aux ouvriers futurs retraités.

Souvenez-vous, il y a peu de temps, je rapportais les paroles d'or du petit Nique Ola au sujet des retraites, il était question de prendre en compte les propositions des syndicats sur le sujet. Ces syndicats devant réfléchir en gros à trois possibilités : allongement de la durée des cotisations, diminution des pensions, et prolongement de la durée du travail jusqu'à 67 ans, et apporter leurs propositions à super Sarko en 2010.

D'ici là, les choses vont être précisées par les autistes de l'Etat. On est déjà entrés dans le vif du sujet grâce à la voix doucereuse du premier sinistre. Pour lui, pas de doute, les choses sont on ne peut plus claires : je le site :

- " Il n'y a pas d'autre solution pour sauver nos régimes de retraite que de travailler plus longtemps après avoir évalué les résultats des réformes successives depuis maintenant une quinzaine d'années".

Et de rajouter, comme pour se dédouaner de la grosse connerie qu'il venait d'asséner à la France qui "souffre" :

- "Autour de nous, dans tous les pays européens, on a repoussé l'âge légal de la retraite".

Vraiment, Fion se paye la tronche du monde. La statistique européenne montre que l'âge normal de la retraite varie de 57 ans pour l'Italie à 67 ans pour le Danemark mais, car il y a un MAIS de taille, ce qu'oublie de nous dire le pilote de bolides, c'est que les cotisations varient de 13,1 à 45 ans et que dans la plupart des cas, à partir de 40 ans de versements, l'âge légal n'existe plus. Dans ce cas une personne qui a cotisé 40 ans après avoir commencé à travailler à 16 ans peut partir à 56.

Quoiqu'il en soit, le Fion a toujours l'alibi des "voisins européens" quand ça l'arrange mais il faudrait une bonne fois qu'il enfonce dans les sables mouvants qui lui servent de cerveau que les français n'ont rien à foutre de ce qui se passe chez les voisins dès l'instant où les acquis sociaux sont tirés vers le bas. Ce n'est pas parce que les anglais mangent des petits pois avec de la marmelade que nous devons manger de la choucroute avec de la crème de marrons.

Pour résumer, une fois encore, notre gouvernement fait preuve de beaucoup d'esprit de concertation en annonçant par avance ce qu'IL a décidé pour NOS retraites.

Après tout, pour le sinistre Fion, les syndicats, c'est de la merde.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 18:32

Avant de partir de la place Vendôme, entre deux courses devant la porte de son ministère, chez Chaumet ou Dior, Rachi dard venimeux (la carotte râpée du blog Pipolin) a laissé une bombe à retardement à sa successeuse.

Ah, les congratulations, les manifestations d'amitié, les formules de politesse réciproques, les déclarations d'amour entre les deux ministres au moment de la passation de pouvoir, c'était beau à voir. Dati heureuse d'avoir Alliot Marie pour successeuse, elle-même ravie de succéder à celle qui a apporté tant de joies à la justice et surtout à la magistrature, un vrai bonheur de les voir s'embrasser.

Oui, mais voilà, on ne se méfie jamais assez de ses ami(e)s. Vous me rétorquerez que quand on est sponsorisée par quelqu'un dont la principale habitude est de trahir ses amis, on ne peut être différente de lui. Le mimétisme de son supérieur le plus élevé est une seconde nature en politique, tout le monde vous le dira.

Voilà donc la garde des sceaux, remplaçante de la garde des sauts, plongeant dans un cul de seau, à cause d'un procureur sot, drôle de sauterie me direz-vous ? Non, c'est de la sau…vagerie.

Si mon copain m'avait planté un tel couteau dans le dos, ma vengeance serait publique et surtout acerbe.

Pour installer le décor, le procureur de la république de Riom Marc Robert s'est ouvert auprès de la garde des sauts de son opposition à la suppression du juge d'instruction. Il ne se doutait certainement pas qu'on ne va pas à l'encontre des idées du président, aussi farfelues soient-elles, surtout quand elles sont défendues par sa tigresse acharnée.

Voici donc l'article recueilli sur free.fr concernant les représailles de rachidard que Mimi va devoir assumer en cadeau de bienvenue.

Vous noterez qu'on n'arrête plus le progrès en matière de démocratie en sarconerie de France d'en bas.

 

"A peine nommée au ministère de la Justice, Michèle Alliot-Marie fait face à une possible plainte pénale des syndicats de magistrats à propos de la mutation forcée d'un procureur dans des conditions jugées illégales. Le jour même de la nomination de la nouvelle ministre place Vendôme, la mutation à la Cour de cassation du procureur de Riom (Puy-de-Dôme) Marc Robert, contre son gré, a été officialisée par la publication d'un décret au Journal officiel. Les deux principaux syndicats de magistrats le jugent illégal car il mentionne un avis du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) qui n'a pu, selon eux, être vraiment rendu. "Cette affaire constitue une atteinte extrêmement grave à l'institution judiciaire, désormais soumise, en violation de tous les principes républicains, à l'arbitraire du pouvoir exécutif", disent dans un communiqué commun vendredi l'Union syndicale des magistrats USM, majoritaire) et le Syndicat de la magistrature (SM, gauche). L'USM et le SM ajoutent se réserver 'la possibilité d'entreprendre toute action en justice, notamment par la voie pénale, pour contester la légalité de cette mutation forcée".

Selon eux, Marc Robert fait l'objet d'une vindicte politique car il s'est disputé en septembre 2008 avec Rachida Dati lors d'une réunion et a manifesté publiquement son opposition au projet de suppression du juge d'instruction."

                                                           

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 17:19


Il y est !!!!

Ce n'est pas le cri de la foule des supporters dans le stade au moment où le but ou un essai est marqué, c'est le cri du cœur de ceux qui étaient persuadés que Niqu' Haut allait se rendre aux Antilles immédiatement après la période de blocage de la Guadeloupe et la Martinique.

Il a enfin pris son courage à deux mains, (pardon entre deux de ses petits doigts, ça suffit vu la quantité de courage) et après avoir attendu quatre longs mois, il est allé expliquer aux antillais que les îles au milieu de la Caraïbe, ce n'était pas pareil qu'un département français. Ces braves gens ne s'en étaient certainement pas aperçus jusqu'à son arrivée.

"Le statu quo n'est plus possible" leur a-t-il dit. Doivent-ils comprendre qu'enfin la vie chère est terminée ? Qu'au lieu, soit disant, d'assister les personnes en donnant de l'argent aux chefs d'entreprises l'Etat va enfin faire baisser les prix en finançant le transport ? Que le département allait devenir un Etat souverain ?

Peut-être en dira-t-il plus en Guadeloupe sur les 200 euros qu'attendent vainement la plupart des ouvriers ou sur la baisse pérenne du prix des carburants. En attendant, c'est comme toujours, du clinquant, de la poudre aux yeux, du déplacement d'air, des mots pour ne rien dire, du vent.

Il leur a promis qu'il allait rencontrer beaucoup de gens pendant ces deux jours (sauf Elie Domota faut pas déconner non plus, lui il risque de répondre), écouter, faire des propositions et les décisions seront prises en Octobre (demain on rase gratis). Comme d'habitude, nous allons voir que les propositions correspondent à ses désirs et que les décisions correspondent à ses propres propositions.

En tout état de cause, Notre Sapeur a remis à demain les décisions urgentes et fait des constats si vagues qu'aucune réponse ne peut y être apportée et ce n'est certainement pas la perspective d'autonomie qui peut arranger les choses en matière de production et de consommation.

On notera au passage qu'il a fait pas mal de séances d'UV pour pouvoir affirmer plus facilement que nos sangs sont mêlés, il se prendrait pour Napoléon au pays de Joséphine que ça n'étonnerait personne.

La boucle est bouclée, après les états généraux de Versailles, le voyage chez Joséphine, on a brossé toute la Révolution Française en moins d'une semaine. Raccourci poignant d'une tentative de répétition de l'histoire héroïque de la France entre 1789 et 1804, mais le changement ne peut s'apparenter à la révolution et, à part la taille des hommes, rien de semblable entre Napo et Nabot.

Napoléon que je considère comme le plus grand prédateur de l'histoire avait au moins une qualité, il était courageux, lui. Il ne se déplaçait pas avec 600 gendarmes chargés d'écarter les opposants qui étaient susceptibles de le huer quand il allait visiter un département. C'est vrai qu'il n'y avait pas la TF1 et la famille Bouygues.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article