Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 17:59


Si vous mettez un gros morceau de fromage près d'un trou de souris, vous pourrez constater qu'elle ne le mange pas d'un seul coup.  Peu à peu, jour après jour, elle va grignoter le morceau, jamais au même endroit, mais en faisant des trous comme dans le gruyère, jusqu'à ce que les trous se rejoignent et là, elle achèvera le dernier morceau.

La France d'aujourd'hui, c'est ce morceau de fromage, un beau et bon morceau, au moins 70% de matière grasse, de matière grise, de matière vivante.


La souris, elle porte un nom, elle s'appelle Sarkozy, elle se faufile partout, s'immisce dans les moindres recoins, grignote tout ce qu'elle peut et nourrit sa tribu.

Il a entamé le fromage en 2006. Alors ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire, il a participé à la grande braderie des autoroutes aux investisseurs privés : Vinci dont le PDG n'est autre qu'Antoine Zacharias proche d'Alain Minc (conseiller de Sarko) Ding !!!! Premier round.  Eiffage dont le PDG Jean François Roverato est l'ancien conseiller de Robert André Vivien au secrétariat d'état au logement entre 1971 et 72, lui-même proche de Charles Pasqua mentor à Neuilly de qui vous savez. Ding !!! Ding !!! Deuxième round. Enfin Abertis, société espagnole qui a servi d'alibi pour faire passer les autres (encore que je ne sois pas certain qu'il n'y ait pas quelques fils qui relient cette société à des hommes politiques).

Toujours dans son ministère, il a préparé le regroupement gendarmerie police pour se mettre les forces de l'ordre plus facilement dans la poche et inventé des lois sur l'immigration qu'il amplifie aujourd'hui, pour fortifier l'appui de ces flics.

Le fromage était bien entamé, et il attaque la grosse part depuis qu'il est Roisident.

En vrac : Le paquet fiscal puis l'aide aux banques, à l'industrie automobile et la privatisation de La Poste et du pôle emploi pour faire plaisir aux amis. La réforme des retraites et la démolition programmée de la Sécu pour faire enfler les capitaux des assurances et fonds de pension privés. Le travail le dimanche et la refonte du code du travail pour agréer le MEDEF. La privatisation des universités et la suppression des maternelles au profit de garderies pour avoir un contrôle de l'éducation.

Il a les mains partout, sur tout, il met sous l'éteignoir tout ce qui ne va pas dans le sens qu'il veut et tous les moyens sont bons : mensonges, promesses, bluff, reniements sont à l'ordre du jour en permanence.

On trouve dans cet échantillonnage les promesses de Mital, les pêcheurs, France Télécom, les tergiversations avec les lobbies agricoles … la mainmise sur les médias avec les amis pour le privé et la nomination du PDG de France Télévision, le contrôle du net avec HADOPI, … etc …

Le prochain trou dans le fromage va être d'une importance énorme, il va lui permettre le mettre la main sur la justice. En fait, il y a déjà deux ou trois doigts, mais là, ça va être quelque chose. Il va s'aliéner la justice. Prévue pour passer devant le parlement en septembre ou octobre, la loi sur la suppression du juge d'instruction est pratiquement bouclée. Les citoyens que nous sommes vont devoir, lorsqu'ils auront affaire à la justice, faire confiance à des gens dont le principal souci sera de conserver leurs places. En effet, plus de juge d'instruction signifie que seul le parquet interviendra dans les jugements et comme les magistrats du parquet sont nommés par le ministère de la justice, ils obéiront à leur hiérarchie. Finies donc les instructions à charge et à décharge faites par les juges libres de toute attache étatique. On va se retrouver devant la même justice que celle des Pinochet ou Staline pour ne citer qu'eux. Dans l'histoire, le Roi décidera de ce qui est bon ou non pour la Nation. Oh, rassurez-vous, si vous avez volé des pommes, il n'interviendra pas, mais si un copain à lui a détourné des milliards, il expliquera aux juges ce qu'il est bon (pour lui) de faire.

On n'avance plus vers la dictature, on y court plus vite que le recordman du monde du 100 mètres.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 18:48

Hier, c'était le rugby, aujourd'hui, c'est la voile et pas n'importe laquelle, la voile de luxe. Vous ne connaissez peut-être pas les bateaux Wauquiez mais je peux vous dire que c'est le must de la plaisance à voile, la villa flottante avec baignoire et congélateur. La classe quoi !

Eh bien, figurez-vous que ça n'a rien à voir avec le Wauquiez que tout le monde connaît, grand, svelte, bellâtre, sourire aux dents blanches de requin, Laurent, sous ministre chargé de l'emploi, mais comme il n'y a pas de boulot, chargé du pôle emploi.

Celui-là, je ne sais pas s'il flotte, mais il sait certainement nager … et faire la brasse à l'envers, les bras ramenant l'eau vers lui. Il vient de nous inventer l'ANPE privée, peut-être aidé, voire poussé par sa sinistre de tutelle La Garde (meurt mais ne se rend pas: Cambronne).

Voyez-vous, il parait qu'il n'y a pas de travail, que le chômage augmente (sauf en juin avec les jobs d'été), mais, les boites privées seront là pour donner le travail qui n'existe plus à des demandeurs d'emploi qui ont renoncé à en chercher depuis longtemps. On nage en plein delirium tremens, peut-être même très épais.

On va donner à quelques sociétés spécialisées dans l'intérim ou le reclassement de licenciés la gestion de 320 000 chômeurs pour sois disant délester les pôles emploi débordés de travail. Il rigole le grand WL (non, pas Wagon Lits, Wauquiez Laurent) ou il se paye notre tête. Pour "gérer" cette cohue, on met 466 millions d'euros sur la table et on va payer 1580 à 2000 euros par emploi trouvé, c'est-à-dire, donner du fric à des boites pour faire exactement le travail que font les employés de l'Etat pour un salaire mensuel.

Sur le coup, je n'ai pas trop compris. Je me suis pris à part dans un coin de mon WL (pardon WC), je me suis concerté et à l'unanimité, j'ai décidé d'aller gratter le vernis pour savoir ce qui se cachait sous les cendres fumantes de l'opération "délocalisation" du chom'du. J'ai donc tapoté les touches de mon clavier dans l'espoir de réveiller une ruche et je ne suis pas déçu, j'ai même récolté le miel.

Il serait trop long de rechercher les imbrications de toutes les boites gagnantes des soumissions légales, mais, indépendamment d'Altedia ayant appartenu à Raymond Soubie, conseiller "social" de Sarko, j'ai fouiné sur les trois premières.

A tout seigneur, tout honneur, commençons par celle qui a obtenu 22% des parts distribuées. Elle se nomme SODIE Emploi. Recommandée dès 1995 par Juppé pour le reclassement des sidérurgistes lourdés (ils apprécieront l'efficacité), elle est expertisée annuellement  puis happée par le cabinet Secafi-Alpha et travaille pour Perrier, Coca-cola, Digital … (parlez-en avec les ouvriers licenciés). Le PDG d'alpha est Pierre Ferracci (ancien chouchou de la CGT pour les reclassements), nommé conseiller spécial Formation Professionnelle par Sarko, et faisant partie de la "commission pour la libération de la croissance française" plus connue sous le nom de commission Attali … avec les résultats que l'on sait. Ca, c'est une boîte qu'elle est bonne, la preuve, à l'origine, c'est une filiale chargée du reclassement des "emplois supprimés" d'USINOR-SACILOR devenu ARCELOR puis MITAL. Et vlan ! Passe-moi l'éponge.

MANPOWER suit avec 11%. Là, c'est plus soft. Juste le PDG, Françoise Gri, est membre du comité d'éthique du MEDEF et membre du conseil d'administration de l'école Centrale. Cerise sur le gâteau, le magazine US Fortune déclare madame 43ème femme d'affaire la plus influente au monde. Ne vous attendez pas à ce que Françoise Gri masse.

Arcade Conseil, ça, c'est une vrai charade à tiroirs. Dans cette honnête maison, une société répondant au doux nom de Solexia (rien à voir avec les carburateurs et les célèbres deux roues) possède des participations chez Arcade, et le patron de Solexia se nomme Hervé Kratinoff. Il passe son temps entre Lyon, siège d'Arcade et Le Puy en Velay où il vient d'acheter une société fabricant des fleurs artificielles et fief du secrétaire d'Etat chargé de l'emploi (donc du chômage) : Laurent Wauquiez.


Il y a fort à parier que les autre sociétés élues ont quelques doigts posés au MEDEF, chez les élus ou dans des sphères du genre CAC40.

Bon, j'ai été un peu long, alors je me dois de résumer.

On possède un pôle emploi chargé de trouver du travail aux chômeurs mais on a décidé  de le délester de 320 000 "pékins" sur 2 524 500, soit 7,89% pour faire réaliser le même travail moyennant 466 millions d'euros par des sociétés privées qui se sont battues pour avoir le marché ( signe de désintéressement).

Le calcul est vite fait : 45 000 salariés du pôle emploi pour 466 millions d'euros, ça donne 10 356 euro pour chacun et ils continuent de faire leur travail. Mieux encore, ça correspond à 42 ans de travail pour 660 employés à 1400 euros par mois, de quoi renforcer les agences les plus nécessiteuses.

NON ! On a préféré, chez les valets du Sarkozysme, refiler du fric aux amis et, en même temps, lancer un ballon d'essai sur la privatisation d'un service supplémentaire plutôt que d'embaucher.

Telle est la vie en Sarkozye, et ce n'est pas une vie d'ange, c'est plutôt la vie gît.

                         
Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 16:25

Pour les amateurs de rugby ou les simples spectateurs de ce sport, aujourd'hui c'es le jour de la pénalité : 3 points !

C'est pour l'essentiel ce qui va être examiné en conseil des sinistres, le dernier avant les vacances des valets de Notre Saigneur, et son repos au tout à l'égout de belle maman. Fi ! Du fort de Brégançon où Chichi a montré ses fesses, lui n'a rien à montrer à part sa Rollex et ses Ray Ban.

Voyons donc les trois points dont on va parler :
















1 -  La carte électorale.

Le fils spirituel de Pas Quoi, grand magouilleur devant l'éternel, la Corse et la justice, le nommé Alain (en latin Alanus) Marleix, a concocté une nouvelle carte électorale pas piquée des vers qui va permettre à l'UMP and Co de conserver la majorité parlementaire pendant des décennies. Juste pour l'exemple, on y trouve la création de 11 circonscriptions (traduire députés) pour les français à l'étranger qui, on le sait, ont toujours voté à droite. Il est supprimé 33 circonscriptions : 19 PS, 1 PC, 2 Verts et 10 UMP (qui sont tombées de justesse entre leurs mains aux dernières législatives comme dans la Creuse). De toute manière, le sieur Marleix n'hésite pas à faire état de subtils équilibres politiques pour justifier son redécoupage. Voyez-vous, j'accuse ce monsieur de magouilles, mais c'est quelqu'un de bien. La preuve ? Il a cosigné en 2004 une proposition de loi pour rétablir la peine de mort pour les auteurs d'actes de terrorisme … c'est dire! Il a même été chef du service politique du feu journal La Nation (à la limite de l'extrême droite) … Un patriote, je vous dis.

Pour clore ce premier volet, sachez que la gauche devrait recueillir 51,3% des suffrages contre 48,7% à l'UMP pour obtenir la majorité en sièges à L'assemblée. C'est quoi déjà qu'il défend le petit président ? L'égalité ?

J'oubliais, il parait que cette salade à la mode Marleix devrait être ratifiée par le parlement à l'automne. Et elle le sera par la majorité asservie qui règne au parlement.



2 – L'augmentation du prix du Kilowatt.

Vous n'avez peut-être pas remarqué, mais on ne parle pas de cette augmentation qui pourtant est décidée en conseil des sinistres. Il faut dire que l'actualité la plus urgente était de faire parler le Rat Courci (merci JF) sur son état de santé. M'enfin, c'est autrement plus important de savoir que la santé de Sarko est florissante plutôt que celle du porte monnaie des français qui dépérit à vue d'œil. Eh! Vous l'avez vu, avec son air suffisant et ses tics de névrosé, sur le perron (enfin, la marche ajoutée pour qu'il ait l'air plus grand) de l'Elysée ?

-"Il faut que je me repose" qu'il a dit, sous entendu, la nuit, je vais dormir, finies les gâteries bucco génitales de Car Là pour m'aider à sombrer dans le sommeil, je vais devoir me démerder tout seul.

Je m'égare, on en était donc à la hausse de 1,9% que La Garde hyène de l'économie juge raisonnable. C'est vrai finalement qu'une moyenne par ménage de 22 euros sur la facture annuelle, ça ne fait pas plus, que l'augmentation mensuelle du SMIC. De quoi ils se plaignent ces français toujours en train de rouspéter alors qu'ils ont un président en pleine forme avec une femme pleine de formes et qu'on entube en mettant les formes ? Allez, 1,9%, c'est mieux que les 20% demandés par Gadonneix et fermez-là.



3 – Le passage de La Poste en SA.

Conformément à mes prédictions parues dans l'article "La Poste prive, attise et meurt." du 27 juillet, c'est bien la solution de l'ouverture aux capitaux publics qui a été choisie. Preuve donc que les conclusions étaient dictées avant que l'étude du dossier ne soit réalisée, comme toujours avec les caprices de notre despote.

Bon, la consultation sera gratuite cette fois pour mes amis blogueurs parce que je l'ai réalisée avec l'aide du marc de café largement amorti pour avoir servi à trois reprises.

On va donc, peu à peu, voir passer La Poste au privé … et un service public de plus qui disparaît, un !

A ce propos, je vous recommande tout particulièrement le site ici et surtout la vidéo qui y figure, c'est très édifiant sur les services en général et les services publics en particulier.

Quant à moi, je voulais me cantonner à l'envoi d'E-mails, mais je crois que je vais rester fidèle à La Poste et ses timbres avec l'accord de Béa.

PS : Marleix au découpage électoral, Gadonneix à EDF et Boulesteix administratrice à La Poste : il faut être des EIX pour avoir la une à ce conseil des sinistres.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 17:51

Un Rocard* sinon rien !

Il est évident que je ne serai pas le seul à disserter sur le comportement de Rock Art et ses conclusions téléguidées sur la taxe carbone, mais j'en ai tellement gros sur le coeur que je dois extérioriser sous peine de faire un infarctus.

Rock Hard, c'est quoi ?

Un grand navigateur devant l'éternel à tous les sens du terme. Il a navigué tant en politique que sur les mers.

En politique, il est parti du PSU, parti limitrophe de l'extrême gauche, pour arriver par des chemins détournés à l'UMP, parti limitrophe de l'extrême droite. Sur l'eau, il est reconnu comme un excellent navigateur à la barre de son voilier.

Les deux activités se sont de tout temps imbriquées. Notre kamarade a connu des passages à vide, un peu comme la lune, il devait tourner autour de la terre, ce qui le rendait invisible, puis il sortait lentement de la léthargie pour apparaître peu à peu au grand jour et éclairer la France d'un de ces feux d'artifice dont seul il a le secret.

Chaque fois qu'il a été en pleine lumière, c'était pour mieux nous passer à la baston, nous, ouvriers et prolétaires qu'il était censé défendre. Il a créé le RMI, qui revenait à accepter les licenciements en offrant des compensations propres à aider les "réorganisations" dans les entreprises et encourager les magouilles qui n'ont pas manqué de se développer. Il a fabriqué l'engrenage de la CSG, cet impôt provisoire qui dure depuis 1990 et dont le but était de relever la sécurité sociale. On sait ce qu'il en est aujourd'hui, les explications sur le sujet sont inutiles et vaines. Et maintenant, il nous crée la taxe carbone pour exaucer le vœu d'un président dont il disait le 1er mars 2007 dans une interview à Libération :

-" Sarkozy est un danger public par sa façon de gérer".

Notons que son point de vue a changé, mais Roc Art, il suffit de le mettre en lumière pour qu'il brille. Il est comme les moucherons, il tournoie toujours autour des lampes éclairées même si celles-ci consomment de l'énergie inutilement.

Là je dois reconnaître à Sarko Quint, un sens pratique de la dérision.

Il a commencé petits bras par souhaiter un prompt rétablissement au Roc lors de son hémorragie cérébrale en Inde. Il a ensuite franchi des étapes où le fier à bras montait peu à peu vers la lumière : commission sur la condition enseignante (les profs sont ravis), ambassadeur chargé des négociations sur les pôles nord et sud, président de la conférence d'experts sur la contribution climat énergie et enfin, chargé de réfléchir sur l'utilisation de l'emprunt Sarko.

Voilà comment, en flattant l'ego d'un énarque en mal de reconnaissance, on réussit à faire passer les idées de gauche à droite à une personne dont le seul but à défendre est sa propre aura.

Aujourd'hui, et depuis fin septembre 2008, il juge rase mottes "un homme de droite ouvert" représentant "une droite réformatrice et intelligente avec laquelle la gauche non révolutionnaire peut trouver une grande convergence". Il ne peut y avoir qu'un abruti pour trouver le Roisident ouvert.

Bon, la taxe carbone créée, car elle l'est, n'en doutons pas, qui devra la payer ? Le bon peuple pardi ! Celles et ceux qui ont besoin de rouler pour le travail, de se chauffer et de manger.

La large prévision de Rhô Kart à 32€ la tonne de CO2 début 2010, s'échange aujourd'hui à 14,15€ et l'exécutif (Nico 1er) réfléchirait à un prix encore plus bas. Comme pour la CSG, la nouvelle taxe, un impôt en réalité, s'appellerait CCE (Contribution Climat Energie). Je suis très préoccupé par la manière dont on va calculer le tonnage de mes émissions de CO2 car avec mon aérophagie, j'émets beaucoup.

Si l'Etat veut réellement réduire les émissions de CO2, deux solutions sont possibles :

- Limiter la dépense d'énergie en rationnant les carburants y compris et surtout aux grandes entités telles les usines et autres centrales, ce qui, mécaniquement fera chuter la pollution,

- Taxer les carburants de toutes sortes, mais là, ce n'est pas en payant que l'on diminuera la pollution et si diminution il y a, elle sera le fait des "petits" dont les revenus sont comptés et non des riches, quant aux usines, si elles paient, elles reporteront la taxe sur les prix à la consommation ce qui retombera encore sur les mêmes.

On va donc choisir la deuxième solution car le nain de jardin (non polluant ?) l'a décidé dès le départ et, comme il a prétendu ne pas augmenter les impôts où en créer de nouveaux, il établit une "contribution". Excellent tour de passe-passe sémantique.

Moralité : celui qui se dit de gauche n'a rien compris au peuple et je préconise une solution et deux possibilités. Solution : le virer du PS comme un malpropre. Possibilités : le mettre dans son bateau et le couler au large ou l'envoyer chez le taxidermiste se faire empailler.

Pour le nano président, la démission pour sauver à la fois ce qui lui reste de cœur et la France.

 

* L'abus de carbone est dangereux pour la santé, consumer avec modération.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 22:20

 

C'est ma prière

Eh! Casse-toi,

C'est ma prière

Je ne suis pas tes lois.

C'est ma prière

Un jour viendra,

C'est ma prière

Et la France changera.

Un nouveau jour Sans Sarko

Nous otera le fardeau

Et le soleil brillera

Comme un message d'espoir

Sur la France déchirée.

Si tu entends ma prière

Tous les hommes de la France

Bâtiront une vie meilleure

Dans ce pays de beauté,

D'amour et de liberté.

C'est ma prière,
Entend nos voix
C'est ma prière
Et vite tire-toi.
Un nouveau jour sur la France,
Où la joie sera immense,
Terminé l'UMP,
Vous vous serez tous barrés,
Toi Sarkozy et ta bande.
C'est ma prière,
Affreux Picsou,
C'est ma prière,
Reste loin de nous.


Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans Béa
commenter cet article
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 18:37

Mercredi 29 juillet 2009, la date va être à retenir. C'est lors de ce conseil des sinistres, le dernier avant les vacances, que devrait présider nano 1er s'il a bon cœur, que le sort de La Poste va être scellé.

Les choses devraient donc se discuter, mais en réalité, elles sont arrêtées ainsi :

-" La Poste va devenir une SA à capitaux publics le 1er janvier 2010".

POURQUOI ?

Il semblerait que La Poste ait demandé à l'état le statut de SA pour pouvoir financer sa croissance.

Dans quel but ce service public a-t-il besoin de croître? Pour être le plus important possible lorsque notre gouvernement le privatisera au 1er janvier 2011. C'est, en effet à cette date que se situe l'ouverture complète du courrier à la concurrence.

Pour en arriver là, Sarkoco a créé une commission à la tête de laquelle il a bombardé l'homme le plus apte à décider, le nommé François Ailleret DG honoraire d'EDF et président de l'Institut Pasteur qui n'a vu le courrier qu'au travers de ses secrétaires et ne sait peut-être même pas coller une enveloppe autocollante. Cette commission, composée de 24 membres dont la minorité était confiée aux représentants des syndicats, a rendu des conclusions conformes aux souhaits de notre guide détenteur de vérité. Attention quand même, la CGT s'est retirée le 10 décembre 2008 de cet organisme éphémère, au lendemain de la publication dans la presse de conclusions qui n'avaient pas encore été délibérées et la CFDT déclare avoir défendu les postiers jusqu'au bout (mais lequel?).

Le 11 décembre, le Roisident a eu entre les mains ce rapport qui devait être rendu fin novembre 2008. Il pouvait y voir deux solutions possibles :

- Apport supplémentaire de capitaux de l'état, donc, conservation du statut actuel avec dotation sur le budget de l'état. La Poste restant ainsi un service public.

- Transformation en SA avec intervention de la Caisse des Dépôts et ouverture à des investisseurs institutionnels dès maintenant ou plus tard. En clair, privatisation progressive et larvée.

Sans être grand clerc ni devin, je crois que nous pouvons nous attendre à l'adoption de la deuxième solution puisque, déjà en 2008, un grand con ça y est du Château avait annoncé, avant la création de la commission, que La Poste serait transformée en SA.

Encore une administration payée par les contribuables, qui va être vendue aux squales amis de Notre Saigneur, à partir de quoi nous pouvons nous attendre au pire.

Des exemples édifiants sont à nos portes. La poste italienne organisme d'Etat mais ouvert aux actionnaires : envoyez une carte postale de Rome, elle arrive en France dans les 48 heures, expédiez-là de Rieti par exemple et elle vous parviendra 10 jours après. Autre exemple, en Espagne, depuis janvier 2008, le courrier n'est plus distribué en campagnes dans les habitations à plus de 250 mètres d'une route principale. Il est mis dans une boite commune où chacun peut aller se servir.

Actuellement, certains pays ont refusé la privatisation et d'autres sont en train de nationaliser à nouveau.

Nous, français ringards, on fait l'inverse malgré toutes les protestations comme celle des 6000 élus du comité de Roquebrun, ou les menaces de grève des syndicats majoritaires de La Poste.

Ce matin, est-ce trop zizi a reçu les syndicats pour les "rassurer", leur affirmer qu'il voulait faire de La Poste l'un des premiers opérateurs postaux en Europe (qu'est-ce qu'on s'en foutre, le courrier en France nous suffit, celui de l'étranger se démerde) et qu'il prenait trois engagements:

- Un capital détenu à 100% par des acteurs publics (Etat et Caisse des Dépôts)

- Garantie de la mission de service public (on fait déjà payer la course du facteur qui va chercher les médicaments des personnes âgées habitant dans des maisons de campagne reculées)

- Préservation du statut et des droits des postiers (Quid des nouveaux embauchés ?).

On sait ce que valent les engagements des ministres qui sont assis sur des sièges éjectables et croire que la privatisation n'aura pas lieu, c'est croire que demain on rase gratis.

En tant qu'investisseur institutionnel, la caisse des dépôts s'est forgé un déficit de 1,5 milliards d'euros et il faudrait être totalement niais pour croire qu'elle ne va pas vendre des actions de La Poste pour se renflouer une fois qu'elle les aura acquises.

Souvenez-vous du facteur qui, comme dans Les Ch'tis, passe de maison en maison pour distribuer le courrier et boire son café. Avec la nouvelle poste, c'est fini, vous irez lui apporter le café dans son bureau.

                                                                                  

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 11:14

Moi qui ne lis pratiquement jamais la presse de droite, sauf quand il n'y a que cela dans une salle d'attente de médecin ou de dentiste, sur les conseils de ma voisine de lit, je suis allé voir dans Le Figaro un article consacré à la libéralisation du rail.

C'est instructif et édifiant.

On comprend, au travers de quelques phrases, que seul le profit compte et que les leçons de la crise économique mondiale n'ont pas été profitables, mieux encore, que tout est en train de repartir comme avant. On va encore foncer dans le mur en klaxonnant et c'est tout.

Les syndicats CGT et CFTC affirment que la libéralisation du transport ferroviaire provoquera d'avantage d'accidents. Le premier nommé dénombre un accroissement des incidents tandis que le second (qui n'est pas connu comme bolchevique) se demande comment les opérateurs privés peuvent être compétitifs sans rogner sur la sécurité.

Souvenez-vous, le 20 mai, le trafic était interrompu entre Paris et Bordeaux au niveau d'Angoulême suite à un déplacement de chargement d'un tractopelle sur un train Cargo Rail, ce qui avait provoqué un déraillement. Le week-end dernier, un train de la même société déraillait et arrachait 350 mètres de voie à Forbach tandis qu'un train Colas Rail faisait de même dans la marne arrachant voie et caténaires.

Depuis 2008, le syndicat CGT rapporte que plusieurs franchissements de feux rouges par des trains appartenant à des opérateurs privés ont été signalés, jusqu'à ce train fou de Véolia qui a traversé la gare de Montauban à 70Km/h à cause d'absence d'un frein.

Si je reprends cet article, c'est parce que j'habite tout près de la voie ferrée, mon jardin est contigu au talus de la ligne de chemin de fer et j'entends évidemment les trains passer. Hier soir, j'ai entendu le bruit caractéristique d'une chape d'attelage pendante cognant sur les traverses. Il s'agissait d'un train de fret de chez ECR. Songez un instant à ce qui pourrait se passer si la chape accroche une partie d'un aiguillage dans une gare où des voyageurs attendent sur le quai.

Ce n'est pas tout. La commission européenne a décidé voici quelques années qu'il fallait également libéraliser le transport ferroviaire de voyageurs et cela doit intervenir en 2010. Quand on sait que grâce à cette libéralisation, les opérateurs privés ont augmenté leurs parts de marché de 12% depuis 2006 en rognant sur les conditions de travail et la sécurité (notions souvent liées), on imagine ce que donnera  cette même libéralisation sur les trains de voyageurs. Et puis, n'imaginez rien, voyez ce que ça donne en Grande Bretagne : un vrai bordel inorganisé.

La privatisation et les incidents ça n'a rien à voir disait le st jean bouche d'or Bussereau au lendemain de l'accident d'Angoulême. Qu'aurait-il dit si le train croiseur avait été un TGV ou un TER et qu'il y ait eu des morts ?

Bien sûr, les directions concernées de la SNCF ont repris à l'unisson cette ânerie car chacun souhaite garder sa place dans les hautes sphères de l'entreprise.

En tout état de causes, la commission européenne qui n'est que l'émanation de 27 "faits du prince" et non des citoyens européens, décide, tranche et brise à sa guise, approuvée par les députés dont la majorité libérale impose ses vues. Et dans cette majorité libérale, on trouve l'UMP dont fait partie le ministre des transports Domi nique But zéro. Voilà comment on pille un service public qui fonctionne très bien pour le donner à des faiseurs d'argent sans scrupule et sans aucun respect de la vie humaine dès l'instant où ils peuvent engranger des profits.

Nous avons les pieds dans les starting blocs, le signal de départ va retentir pour la braderie de la SNCF et le petit roi et ses valets vont aller faire les carpettes à Bruxelles et à Strasbourg avec l'entreprise en offrande aux requins de la finance. Notre président n'en sortira pas grandi.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 15:28

Encore un bel exemple de brimade dictatoriale approuvée par un ministre, voire initiée par lui.

Oui, chers amis, chers camarades, chers bloggers, chers concitoyens et même chers citoyens tout court, oui, nous glissons dangereusement vers la dictature, et celle-là n'a rien de prolétarienne.

Certains d'entre vous connaissent de nom Alain Refalo ce professeur des écoles "désobéisseur" qui a refusé d'appliquer la directive du curé à lunettes (pardon, de Dard cosse) sur le dispositif d'aide personnalisée ? Certains ont peut-être signé la pétition qui circulait et dans laquelle il était explicité les raisons pour lesquelles cet enseignant de Colomiers (31) ne voulait pas de ce dispositif, comme d'ailleurs un grand nombre d'entre eux.

Eh bien, cet homme vient d'être rétrogradé d'un échelon par mesure disciplinaire. Cette sanction, qui s'ajoute au refus de promotion dont il a été victime en février, est celle qui a le plus de conséquences financières sur son salaire. On vient de le priver en gros de 7000 euros sur 4 ans.

Il est bon de préciser que les rapports pédagogiques de ses inspecteurs d'académie sont élogieux à son égard.

Alors, pourquoi ? Pourquoi l'ancien puis le nouveau ministre de l'éducation n'ont-ils pas cherché à comprendre celui qui est sur le terrain ce qui, par voie de conséquences, lui confère un jugement autrement plus pointu qu'un vague scribouillard dans un bureau de ministère qui a soufflé au ministre une litanie de conneries. Pourquoi reproche-t-on à un homme de ne pas vouloir renouveler les expériences malheureuses de la lecture globale, des mathématiques modernes ou de l'histoire allégée ? Il a pu voir, lui, comment on a sacrifié des générations sur l'autel de la réforme à tout prix. Ce ne sont pas les ministres décideurs à coups de baguette magique qui ont compris ou, du moins, s'ils ont décidé, ce n'est que dans le but de laisser une trace de leur passage. Le samedi chômé, par exemple, n'est rien d'autre que le souhait de faire plaisir aux parent qui privilégient le week-end à la scolarité de leur progéniture, car cette demi journée perdue ne fait qu'alourdir les programmes dans le reste de la semaine et vient ensuite justifier le dispositif d'aide personnalisée.

Entre autre reproche, les motifs invoqués pour la sanction de cet enseignant sont le manquement au devoir de réserve (comme dans la gendarmerie) et d'incitation à la désobéissance collective (Vichy, reviens !!!!). On voudrait bâillonner les enseignants qu'on ne s'y prendrait pas autrement.
                                                                                                      

La décision de sanctionner est clairement politique et le nouveau ministre de l'éducation, Luc Châtel (on dit châtel quand il n'y a qu'un seul château) qui a fait toutes ses études primaires aux USA puis a obtenu des diplômes de gestion et de marketing à Paris n'est absolument pas là pour l'éducation nationale mais pour faire de la gestion, ce que le joyeux appelait "dégraisser le mammouth".  En passant, s'il peut se payer un enseignant "pour l'exemple" (comme sous l'occupation), il ne se gêne pas car il sent bien que la rentrée scolaire sera chaude et s'il peut mater la révolte dans l'œuf par cet exemple, c'est tout bonus pour lui.

Que voulait cet enseignant, comme celui de Marseille et bien d'autres ? Simplement que tous les enfants soient égaux et aient les mêmes chances dans l'école publique. Il voulait que ce qu'on lui demandait de faire individuellement soit réalisé quotidiennement en classe pour tous.

L'école publique, c'est l'école de l'égalité et pas celle de l'élitisme, c'est l'école de la vie et pas celle d'une caste. L'école publique doit donner sa chance à chacun ce qui ne signifie pas pour autant que chacun ressemble à son voisin et doit recevoir les mêmes formes d'enseignement. Le contenu des cours est une chose, la manière de les dispenser en est une autre et c'est cette dernière qui permet l'adaptation à tous pour que chacun tire profit du contenu désigné.

Monsieur Alain Refalo, je ne vous connais pas, mais sachez que je soutiens votre action et vos démarches et je suis persuadé de n'être pas seul.
                                                           

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
24 juillet 2009 5 24 /07 /juillet /2009 17:05

Il est à la fois ancien et nouveau ministre. Avant les municipales, il était assis sur un strapontin du gouvernement Fion, secrétaire d'état chargé de l'outre mer, mais depuis le dernier remaniement, il a obtenu une selle biplace de moto, ministre chargé de l'industrie auprès de Cricri La Garde. Pas un fauteuil, il ne faut pas déconner non plus, tout au plus une chaise à peine rembourrée.

Vous l'avez deviné, c'est du motodidacte Estrosi dont il s'agit.

Comme il est mini ministre de l'industrie, activité pratiquement disparue en France,  il lui faut se mettre en valeur par tous les moyens et actuellement, les occasions ne manquent pas avec tous les plans sociaux et leur cortège de séquestrations de patrons et de menaces de destructions. Il a donc choisi de rouler les mécaniques avec les New Fabris qui demandaient 30 000 euros et pour lesquels il en a obtenu 11 000 "parce qu'ils ont besoin de se remettre au travail" découvre-t-il.

Eh oui! Il est devenu tellement "social" que son nouveau surnom est "ministre des ouvriers". Si ça continue, on va le retrouver en col Mao en tête des manifs pour réclamer le retour aux 35 heures, la retraite à 55 ans et les remboursements sécu à 100%. Il a effectué un virage à 180 degrés, en quelques sortes un tête à queue (c'est comme ça qu'il risque de se retrouver avec la tête dans le cul), c'est fréquent chez les motards de compétition me direz-vous, sauf que là, il ne s'agit pas de moto.

Petit historique des exploits politiques d'Estrosi :

- Fin 1991, dépôt d'un projet de loi pour le rétablissement de la peine de mort.

- 1994, il considère que les assassins d'enfants doivent purger une peine de perpétuité réelle pour rester en prison vu que c'est là qu'ils sont le mieux.

- Novembre 1998, hostile au PACS, il demande à ce que ne soient pas sacrifiés 200 ans d'histoire pour faire plaisir à quelques uns.

- En 2003, il demande l'augmentation de la limitation de vitesse sur autoroutes à 150 km/h eu égard à la qualité du réseau autoroutier et au renforcement de la sécurité des véhicules.

- Février 2008, remise en cause du droit du sol notamment à Mayotte alors qu'il est secrétaire d'état à l'outre mer.

- Il réclame, avant 2010, le retour en France des cendres de Napoléon III.

Si l'on rajoute à ce palmarès les quelques casseroles plus ou moins attachées à ses basques comme l'affaire du golf de Nice, le magouilles des balcons du Mercantour ou le voyage en jet privé à New York pour pouvoir assister à un apéro à l'Elysée, nous voilà devant un élu pour le moins enclin à faire du social.

C'est vrai qu'il n'a pas de scrupules. Après avoir démissionné lors des municipales pour se consacrer à sa ville de Nice, il est revenu manger au râtelier du gouvernement et lorsqu'un journaliste du canard lui a posé la question suivante :

- "Le chef de l'état vous a demandé d'être toujours à 200%, comment allez-vous faire pour gérer en plus la ville de Nice ?"

Réponse du motodidacte :

-"Je peux être à 300%".

Voyez-vous, ça ne s'invente pas, un cyclomoteur à la vitesse d'un dragster, c'est de l'Estrosi pur jus. En tout cas, j'espère qu'il met un casque, ça empêchera sa tête d'enfler.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 18:06


Un régal !

C'est la nouvelle trouvaille du CSA (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel), on va partager le temps de parole à la télé entre la majorité et l'opposition en tenant compte de certaines interventions du nain. Ceci sera applicable au 1er septembre.

Le président de la raie publique qui, comme l'élastique du slip, doit se situer au-dessus des partis, se comporte aujourd'hui comme le vulgaire chef d'un parti politique. Il fallait bien faire semblant d'en tenir compte.

Le CSA, dans sa toute puissance, a tranché dans le vif et, comme d'habitude ajouté du merdier au boxon régnant.

Désormais, tout va changer, ce sera … au petit bonheur la chance, la roue de l'infortune en quelques sortes. On va compter le temps de jactance de Zébulon seulement si son intervention n'est pas régalienne.

Pour bien comprendre, il faut aller dans le petit Larousse illustré et consulter la définition du mot "régalien" c'est criant de vérité et d'actualité. Je cite :

-" REGALIEN : Se dit d'un droit attaché à la royauté, ou qui manifeste une survivance des anciennes prérogatives royales (le droit de grâce du président de la république en France, par exemple)".

Si cette définition est appliquée à la lettre par les "sages" (sous entendu les larbins du pouvoir) du CSA, le temps de parole du lilliputien devra être systématiquement décompté puisqu'il n'est pas roi et qu'il n'entrait pas dans les prérogatives de Louis Philippe (dernier monarque) de s'exprimer à la télévision.

Comment va-t-on décompter tous ces passages dans le petit écran ?

Les "casse-toi pauv'con", "descends si t'es un homme", ces morceaux de bravoure qui sont autant de régals sont-ils régaliens ?

Les autosatisfactions que notre monarque se décerne tout comme les fleurs qu'il s'envoie à l'occasion du conseil national de l'UMP et dont on nous livre à domicile de larges extraits sont-ils régaliens ?

Les promesses mirobolantes faites devant les caméras aux "Camarades" licenciés, spoliés de leur outil de travail, jetés dans la rue, seront-elles régaliennes ?

Les petites phrases recueillies durant ses voyages tant officiels que privés et largement commentés par les télés à ses ordres auront-elles un écho régalien ?

Toutes ces interventions pour ne rien dire d'autre que l' annonce de ses caprices et l'application de la méthode coué pour convaincre les citoyens que son opinion est la seule valable peuvent-elles être qualifiées de régaliennes ?

Mesdames et messieurs du CSA, vous vous êtes mis dans une sale situation mais le pire c'est que vous entraînez le peuple dans un débat démagogique d'où ni vous, ni la majorité ne sortirez grandis. La majorité on s'en fout royalement, mais vous, on vous pensait impartiaux. On a eu tort.

Au fait, dites-moi, aujourd'hui Fion assiste au tour de France, si par hasard il lâche quelques mots, est-ce que vous les décompterez dans le temps de parole de la majorité ?

Tiens, à propos de Fion, puisque c'est le centième article que je vous inflige, je vais lui attribuer l'honneur de clore cette page en beauté.

Jaloux de son mini patron, le premier sinistre a, lui aussi, dépensé l'argent de la nation à des fins inutiles et auto satisfaisantes, et pas qu'un peu. 365.000 euros ont été donnés au cabinet "Giacometti Péron et Associés" pour, je cite :

-"Elaborer et présenter les diagnostics hebdomadaires synthétiques basés sur les différents matériaux d'information relatifs au Gouvernement, et sur la veille média ainsi que l'accompagnement des investissements du Cabinet du Premier ministre en matière d'achat d'études".

Ceci constitue très exactement la mission du SIG (Service d'Information du Gouvernement) confié à Thierry Saussez depuis le 16 avril 2008 qui dispose d'un budget de 16,7 millions d'euros.

Un doublon donc, voulu certainement pour remercier Giacometti de ses bons et loyaux services en matière de sondages orientés quand il était DG d'IPSOS. Encore un excellent fait de guerre de notre état, mais me direz-vous, dès l'instant où le roi donne l'exemple, pourquoi les valets ne feraient-ils pas de même ?

 

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article