Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 22:40

Quand c'est trop, ce n'est pas toujours TROPICO, mais c'est trop.

Je veux bien qu'on me prenne pour un idiot, un demeuré, voire un fou, mais pas question de me prendre pour un con. Et pourtant, c'est ce que fait Fion non seulement pour moi, mais pour tous mes concitoyens.

Il nous reparle de la taxe carbone que le Roisident veut que l'on appelle contribution climat énergie, pour nous raconter des histoires à dormir debout.

Flash back.

Fion annonce une taxe de 14 euros la tonne de CO2. Le lendemain, son boss raconte une autre histoire aux écolos pour les amadouer et décide, comme d'habitude, que c'est lui qui va décider du montant et des modalités. Il annoncera son oukase jeudi 10 septembre, et le Fion n'a qu'à s'écraser, après tout, c'est qui le patron ?

Retour à l'actualité.

Passant outre le camouflet que lui a infligé la nouvelle idole verte, notre cher Fion a décidé de s'émanciper et il ramène à nouveau sa science avant que son chef entonne la chanson de geste du parfait conteur d'histoires abracadabrantes.

Mais c'est qu'il relèverait la tête l'effronté, il damerait le pion au Roy, le Fion, il aurait évoqué devant le groupe UMP, la possibilité d'une baisse de l'impôt sur le revenu pour compenser la taxe carbone.

J'ai l'impression d'écouter la radio sous un tunnel du périphérique à Paris, plusieurs stations FM se chevauchent et la cacophonie l'emporte sur la musique que j'aurais voulu écouter. De toutes parts arrivent des informations sur cette connerie de taxe qui est de 14 euros mais qui ne le sera pas parce que le nain a dit que rien n'était arrêté et Fion qui prétend ne pas avoir été désavoué, soutenu par des dépités de la majorité qui prétendent qu'il aurait dit que le montant serait faible au début et augmenterait au fil des ans … du grand n'importe quoi.

En définitive, on va payer cette taxe et si l'impôt sur le revenu diminue, il va falloir nous expliquer.

Personnellement, je suis assez bon en math et très calé sur certaines lois de physique, en particulier celle sur les vases communicants.

Je me pose donc une question essentielle, vitale même :

-" Si la taxe doit être compensée par une baisse d'impôts, pourquoi ne pas prendre l'argent sur l'impôt et ne pas créer la taxe ?"

C'est con comme question et je ne comprends pas que nos dirigeants ne se la soient pas posée, à moins que ….

A moins que la fameuse baisse d'impôts soit ciblée de sorte que, comme d'habitude, suivant le sacro-saint principe d'égalité cher à Sarko, une partie seulement de la population ne soit concernée. Par exemple, tout le monde paie la taxe sauf les grosses entreprises et les impôts sur le revenu sont diminués dans ces mêmes entreprises seulement. Voilà une chose qui est fort susceptible de sortir tout droit de l'esprit tordu de Notre Saigneur, lui qui ne veut pas être le président qui augmente les impôts.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 22:10
  

Le tube de la rentrée, indépendamment de l'augmentation de 25% du forfait hospitalier, c'est le tube d'aspirine.

En effet, c'est le premier réflexe que, parait-il, doit avoir un médecin qui détecte une grippe, quelle qu'elle soit. Lors de ma dernière grippe qui remonte au moins aux années 70, mon toubib m'avait marqué de l'aspirine et des préservatifs pour baiser la grippe sans risque m'avait-il dit.

Depuis, les choses ont évolué, la grippe est devenue cochonne sous le nom A H1N1, ce qui fait nettement plus scientifique et l'épidémie a fait place à la pandémie, ce qui nous oblige à nous moucher dans le coude avant de le jeter, à éternuer dans un mouchoir jetable avant de le plier et à se laver les mains dans une poubelle pouvant se fermer. Ces mesures, plus des initiatives inédites de Maires en folie comme l'interdiction de s'embrasser ou de se serrer la main, sont censées mettre fin à la vie facétieuse du virus H1N1. Oh là ! Je me sens fiévreux, j'ai crois que je délire, j'ai le curieux sentiment que je mélange les conseils dispensés par les médias pour préserver la santé des autres.

Allez, c'est décidé, dès demain matin, je file chez mon médecin. Je vais poireauter deux heures dans sa salle d'attente à refiler mon microbe à mes voisins de misère, en espérant que ce n'est pas le fatidique H1N1.

Quoiqu'il en soit, si c'est la cochonne de grippe, je repartirai vers la pharmacie pour me faire délivrer du TAMIFLU, et le tour sera joué, parce que, le TAMIFLU, c'est le vrai remède qui guérit cette grippe. Oyez plutôt ci-dessous.





Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 00:03

Le serpent de mer est de retour, il y avait bien quelques mois qu'on n'avait pas reparlé du trou de la Sécurité Sociale. Ca nous manquait ce remue ménage autour du "trou", toute cette culpabilisation des pauvres gens, malades de surcroît, qui font grimper le déficit vers des sommets vertigineux, alors que l'Etat qui "oublie" de verser des millions d'euros de cotisations annuelles pour l'assurance maladie des fonctionnaires est une personne morale vertueuse. On se souvient d'ailleurs de Dati qui a repris le travail dans les jours qui ont suivi son accouchement pour faire économiser des indemnités maladie à notre Sécu.

L'Assurance Maladie, sous le vocable de Sécurité Sociale, est née le 4 octobre 1945. Comme son nom l'indiquait elle était mise en place pour que le peuple soit assuré. Aujourd'hui, son nom signifie qu'on a la certitude qu'elle est malade.

Trêve de plaisanterie, indépendamment des oublis coupables de l'Etat, comment se forge l'essentiel du déficit ?

Les licenciements, les faillites, les remplacements de personnel par des machines sont pour l'essentiel un élément de la baisse des recettes alors qu l'augmentation de la population est l'élément majeur de la hausse des dépenses.

Qu'a-t-on fait jusqu'à présent ? De vaines tentatives, aussi infructueuses qu'incongrues. Création de la CRDS et de la CSG, augmentation des cotisations, création du forfait hospitalier, invention des vignettes de couleur pour moduler les remboursements, forfait sur les boites de médicaments et les actes de médecine, retrait d'une quantité énorme de médicaments du droit au remboursement, etc … autant de "mesures" qui ont fait la preuve de leur inefficacité.

On nous annonce un déficit de 20 milliards d'euros pour 2010 et nos ministres nous expliquent qu'il faut faire quelque chose, relayés en cela par des médias tout acquis à la cause. Et voilà la nouvelle idée de génie (sans bouillir) de nos grands penseurs Bâche l'eau et Dard Cosse : on va augmenter le forfait hospitalier de 25% et commettre une nouvelle liste de médicaments non remboursés, par exemple, le paracétamol.

La situation va certainement s'arranger grâce à ça. Adeptes des délocalisations qui fabriquez du chômage en quantité, dormez en paix, le peuple veille, vous n'aurez plus à payer pour ces malades qui ne sont même pas des ouvriers de vos usines si ça se trouve, et vous n'aurez plus à faire de retenues sur les salaires de ceux que vous aurez jetés à la rue, les français paieront pour vous surtout s'ils sont malades car l'entraide joue à plein dans notre pays, ce sont les malades qui financent les remboursements des malades. L'égalité selon l'interprétation étatique du moment.

Il y a fort à parier que, comme pour la taxe carbone, on nous annonce un passage du forfait hospitalier de 16 à 20 euros pour finalement le fixer à 16, comme cela, le français moyen (très moyen d'ailleurs) aura l'impression d'avoir gagné deux euros. Toujours ces mathématiques ultra modernes qui vous donnent l'impression de gagner quand vous perdez moins. C'est d'une mièvrerie et d'une bassesse totalement navrantes.

Et dans tout ce micmac, il y a les mutuelles qui peu à peu répercutent les baisse de remboursements Sécu en augmentant les cotisations pour pouvoir compenser, si bien que dans peu de temps, le pauvre citoyen de base ne pourra plus payer une mutuelle et par voie de conséquence, se retrouvera écarté des soins. La médecine à deux vitesses n'est plus en marche, elle court, à la grande joie des assurances privées qui n'attendent qu'une chose, reprendre les mutuelles sous leur coupe. Et vous, sinistres sarkozystes, serez heureux de ne plus avoir à payer des retraites car sans soins, les vieux mourront plus "jeunes".

L'Etat a trouvé des dizaines de milliards pour sauver les banquiers à l'origine de la crise et il fait payer les malades pour financer l'Assurance Maladie. En quelques sortes, l'autofinancement de la maladie. Un comble!

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 23:23

Naïve peut-être, mais pas conne.

Naïve est une maison de disques dont le directeur se nomme Patrick Zelnik. Son nom ne dira probablement pas grand-chose aux profanes de la musique ou de la cacophonie qui en tient lieu et nous y reviendrons plus loin.

Naïve ? C'est ce que vous croyez de Carlita la Sarkoquine ? Mais elle est beaucoup moins idiote que ce qu'elle laisse paraître, serait-elle vénale ?

Figurez-vous que celle que l'on appelle la première dame de France (qui n'est en réalité que l'épouse du président de la France et pas des français), donnait dans la chansonnette avant de convoler avec le Saigneur. Les CD qu'elle a commis, dont le dernier a été écoulé à 200 exemplaires au moins dont 150 en cadeau aux amis et connaissances du Roy, ont été édités par la maison de disques Naïve qui est le producteur attitré de madame.

Jusque là, rien de bien particulier si ce n'est la voix fluette et soporifique de la potiche décorative de l'Elysée dont les relations se limitent au milieu du show binz.

Mais voilà, on reparle de la loi HADOPI, vous savez, celle qui doit permettre aux maisons de production de CD et DVD de se remplir les poches à la santé des auteurs et compositeurs suite à l'interdiction de téléchargements "pirates" par les internautes. Cette loi est tellement mal emmanchée que personne ne s'y retrouve tant dans l'opposition que dans la majorité, alors, voilà que Zorro est arrivé, sans se presser, sous les traits de Freddy Vétéran, sinistre de la culture, qui a chargé de conduire une mission sur le développement de l'offre légale de contenus culturels sur Internet l'ami Patrick Zelnik. Cette mission est, bien entendu profondément indépendante, la preuve en est que le nom de Mitterrand à la culture a été soufflé à l'oreille de Naboléon par sa femme (on ne sait pas si c'est dans la cuisine ou sur l'oreiller), et Freddy, à l'évidence, revoie l'ascenseur. Le fric qu'il a perdu en produisant le dernier album soporifique de Carlita est ainsi restitué à ce courageux Patrick.

Pour parfaire tout cela et bien montrer l'indépendance de cette commission, il faut savoir que le Patrick en question est également président du syndicat européen des sociétés phonographiques indépendantes (IMPALA) et sera assisté du tout jeune gauchiste bien connu des milieux artistiques Jacques Toubon ministre de la culture des dinosaures et Guillaume Cerutti bien connu des artistes qui peuvent se servir chez lui qui est président de Sotheby's France.

Tout ce petit monde devra rendre des propositions "concrètes et rapides" au plus tard le 15 novembre pour que la mise en œuvre en soit faite avant la fin de l'année.

En Sarkozye, même la femme du Roisident met les mains dans la soupe pour la touiller. Ce soir, j'ai décidé d'être poli afin que chacun puisse mesurer ce qu'en France les polis sont.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 20:48

Il n'y avait déjà plus de fric dans les caisses de l'Etat aux dires de Naboléon premier et sa clique lorsqu'ils sont arrivés au pouvoir en 2007, mais à présent, les choses s'arrangent.

A partir des caisses vides, grâce aux cadeaux du type bouclier fiscal faits aux amis et aux aides diverses pour entretenir les corporatismes électifs, Bercy avait réussi à faire gonfler le déficit de notre pays jusqu'à l'amener à 51,4 milliards d'euros en juillet 2008, y compris les déplacements de ces messieurs de la France d'en haut, les mondanités internationales et les promenades pendant ses RTT du locataire provisoire de l'Elysée avec son italienne préférée. Voyez, maintenant comment les choses s'arrangent.

Avec l'aide de la crise (si c'était une femme, elle porterait un soutien gorge taille 120, bonnet A soit, deux tétons et le dos extra large), des nouveaux cadeaux aux banques, restaurateurs ou industriels de l'automobile, entre autres, la France, soit l'Etat, soit Notre Saigneur (puisque l'Etat c'est lui, comme Louis ixe i vé "c'est du nouveau français") a réussi l'exploit de doubler cette somme en un an. Nous avons désormais, grâce au petit Roy, un déficit qui atteint 109 milliards d'euros.

Rassurez-vous, braves gens, les choses sont en voie d'amélioration. Nous ne devrions pas dépasser 130 milliards à la fin de l'année (le 31/12 pour ceux qui auraient des vertiges dus aux chiffres), comme le dit si bien Eric Beurgh. Je traduis pour les non scientifiques : 1800 euros par tête de pipe, soit 1,5 SMIC, y compris les nouveaux nés. Méditez !

 

Hier, grande et dramatique démonstration de l'aberration qui a consisté à envoyer des troupes en Afghanistan. Une embuscade des talibans a provoqué la mort du trentième soldat français et les blessures de 9 autres dont 4 dans un état grave. Voilà, Monsieur le président rase mottes, où mènent vos accointances avec le cow-boy dégénéré qui servait de chef aux USA. C'est vrai que votre demi frère est gestionnaire des biens de cet olibrius ce qui doit vous donner l'impression que vous êtes redevable de quelques faveurs à ce yankee. Seulement, voilà, les faveurs, c'est avec la vie des hommes que vous les accordez, elles ne vous coûtent que des médailles à titre posthume et vous rapportent une aura auprès des cercles fermés de tordus américains que vous aimez tant. C'est vrai que pour vous, une aura vaut plusieurs vies humaines, pourvu que ce ne soit pas dans votre famille, tant vous privilégiez l'image à tout le reste. Et en y réfléchissant bien, ça vous donnera l'occasion de "passer à la télé" le jour des obsèques. Au fond, ça vous arrangerait presque que l'on rapatrie tous les mois des victimes d'une guerre qui ne nous concerne pas, ça rappellerait au bon peuple éploré que vous êtes toujours là.

 

Air France prépare un plan social qui prévoit 1500 départs volontaires, mais pas de licenciements, pour adapter son offre à la diminution de la demande. Attention, ça ne concerne ni les pilotes ni les mécaniciens. En plus, il y aurait 3000 postes menacés dans la branche cargo (- 15%) et passagers (-5%) qui feraient l'objet d'un plan social.

Y a-t-il un pilote dans l'avion ? Oui, mais il n'y aura bientôt plus que lui et son mécanicien, les hôtesses et stewards auront disparu suite à leur volontariat de départ. C'est bien connu que ce genre de personnel a horreur des voyages et souhaite prendre la retraite à 30 ans. Une fois inscrits dans les pôles emploi, ils rempliront leurs fiches avec comme principale spécialité : Voler.

Pourquoi ces réductions de personnel ? Pour permettre aux actionnaires de continuer à percevoir des dividendes sans diminution. En clair, ce sont les licenciés et départs volontaires qui paient les actionnaires.

 

Des nouvelles people enfin. Jauni Alité, le copain belgo helveto St Barthélémien de mini Sark, qui a passé neuf jours dans un hôpital français est parti à St Barth dès sa sortie pour retrouver Laetitia et ses fifilles achetées en Asie (tant mieux pour elles). Certains disent qu'il a été opéré d'une hanche, d'autres d'un cancer du colon. La production a précisé que c'était la compagnie d'assurances qui avait exigé des examens du vieux rocker (mon cul, on n'a pas besoin de 9 jours pour examiner un homme en bonne santé). Le tout est que la grippe A H1N1 est la bienvenue pour prolonger sa convalescence puisqu'il profite de l'occase pour annuler le concert qui devait avoir lieu le 20 septembre à St Denis de la Réunion en application du principe de précaution compte tenu que son assureur ne prend pas en compte cette grippe. Les assureurs sont des salauds qui empêchent Jauni de tourner en rond.

Le 25 de ce mois, il sera quand même à Lille pour assurer la suite de la tournée à moins que d'ici là, une école ait été fermée pour cause de trois bambins atteints de cette grippe bienvenue.

 

C'était le serf vice d'in formation de Béa et Lucien, en direct des coups lisses du pouvoir.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 23:27

Le retour du serpent de mer en cette journée de rentrée scolaire des maternelles et des primaires, c'est bien le moment d'en faire état.

S'il est des lieux sacrés qui ne souffrent d'aucun compromis, ce sont bien  les classes primaires où l'on apprend les premiers rudiments de la langue française.

Aujourd'hui, il faut qu'un petit noble de province né un jour de Noël à Enghien-les-bains, remette en cause la complexité de notre langue. François des waters closets a pondu un ouvrage dénonçant une langue figée et des règles arbitraires. Comme le niveau des élèves en orthographe s'effondre à cause des nouvelles technologies …, il préconise de diminuer la difficulté au lieu d'augmenter le niveau des élèves.

On est dans l'onirisme le plus complet, c'est comme si on réduisait l'épreuve du 100 mètres à 90 mètres pour que le record du monde soit battu, une aberration complète.

Le nobliau prend pour exemple le son "o" qui s'orthographie de 13 manières et souhaiterait que l'on réduise ces différences. Imaginez la phrase suivante :

-"O ! l'o chode tonifie la nageoire codale o bo lo de poissons là o".

Sympa non ? Je suis certain que vous avez mis du temps à comprendre la signification de tous ces "mots" mis bout à bout. Ceci prouve simplement que l'écriture est un complément de l'expression orale et vice versa.

Il est évident qu'aujourd'hui avec les SMS et leur cortège d'abréviations, on assiste à une confusion des genres de la part des jeunes qui mélangent allègrement l'argot, le français et les abréviations utilisées dans les messages écrits par téléphone portable.

Déjà, lors des corrigés du baccalauréat, les correcteurs se voient interdire de retirer plus de deux points pour cause de fautes d'orthographe. On rend un fier service à ces jeunes qui postulent dans les administrations ou le privé à grands coups de lettres de motivation truffées de fautes en tout genre depuis les accords jusqu'à la conjugaison en passant  l'orthographe. Devinez ce que deviennent toutes ces lettres lorsqu'elles arrivent sur les bureaux des DRH ? C'est directement à la poubelle.

Il se trouve en plus quelques "pleureuses" qui s'épanchent sur le sort de ces pauvres enfants qui souffrent chaque jour pour ingurgiter toutes les règles de la langue de Molière. Dès lors, la chose à faire, d'après cette catégorie de penseurs, serait de simplifier l'orthographe au maximum depuis la suppression des doubles consonnes et des divers accents jusqu'à la ponctuation et l'élimination des notions de pluriel ou singulier. En quelques sortes, l'écrit comme on parle : en phonétique.

Quelques questions sont tout de même en suspend :

-" La méthode globale n'est-elle pas un peu à l'origine de cette dégradation de l'orthographe ? La suppression des notes n'a-t-elle pas accéléré la désaffection des élèves pour la dictée ? Le peu de lecture que réalisent les enfants chez eux n'est-elle pas à mettre en cause (et les parents avec) ?... bien d'autres questions pourraient être posées et trouver une réponse avant de simplifier.

A force de simplifier, on organise la régression du savoir, le baccalauréat d'aujourd'hui correspond à peu près au BEPC des années 60 et il n'est pas étonnant de voir les pourcentages de réussite augmenter chaque année dès l'instant où l'on abaisse le niveau.

Eh ! J'y pense, est-ce que, par hasard, ça n'arrangerait pas le pouvoir de diminuer le savoir du peuple, comme on le fait dans les dictatures de tous bords et de tous pays ?

Et pendant ce temps là, notre minimoy national se gratte la tête pour savoir comment il va arbitrer le montant de la taxe carbone, lui dont la constitution stipule qu'il donne la ligne politique de l'Etat que le gouvernement est chargé d'appliquer.

Il e or de la constitucion, me il san fou ce lui le patron ki decide de tou e surtou de se kil ve. (1)

En nouveau français dans le texte.

 

(1) Pour ceux qui souhaiteraient passer outre les manigances du monsieur des WC, voici la traduction:

Il est hors de la constitution mais il s'en fout, c'est lui le patron qui décide de tout et surtout de ce qu'il veut.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 23:02

Le "TASER", arme électrique, soit disant inoffensive d'après Antoine di Zazzo directeur de TASER France vient d'être retiré des mains des policiers municipaux.

Le conseil d'Etat a annulé le décret du 22 septembre 2008 qui avait permis à onze villes d'équiper leur police avec des pistolets à impulsion électrique. Ce décret, signé Fion, est l'œuvre de Michèle Aligot Pourri alors ministre de la police dont le compagnon, Patrick Haut Lié, maire de Rueil-Malmaison, souhaitait équiper les gardes champêtres de cette arme.

Pour une fois, le conseil d'Etat a bien réagi, serions-nous tentés de dire, mais à y regarder de plus près, si plusieurs dizaines de villes avaient émis le souhait d'équiper leurs cow-boys de ces flingues électriques, onze seulement étaient passées à l'acte. Conclusion, encore un gros effet d'annonce, ou mieux, un marteau pilon pour enfoncer une punaise.

En son temps, la sinistre au foulard pendant, avait prévu d'équiper 17 000 policiers municipaux de ce joujou dangereux capable d'envoyer des décharges de 50 000 volts (une paille) et qu'elle prétendait sans danger. C'est une grande réussite que les prévisions de cette madame soleil en herbe puisque l'équipement a été fourni à 338 cow-boys dont 236 dotés de 20 TASER pour la seule ville de Nice. Je pense que ça n'étonnera personne quand on sait que son maire actuel, le motodidacte, a déposé un projet de loi interdisant la cagoule (même l'hiver) dans les manifs et réprimant la participation à une bande, qu'il a tenté de faire rétablir la peine de mort, et essayé de faire substituer le droit de sang au droit du sol à Mayotte. Le facho dans toute son impureté et sa bassesse.

Mais, le motard n'est pas le seul a équiper ses limiers municipaux de cet arsenal, les maires de Mandelieu la napoule, Romans, Castelginest, Montrabé, Woippy, Claye-Souilly, Emerainville, Etampes, Vigneux sur Seine et, bien sûr, Rueil-Malmaison ont également cédé aux sirènes de l'arme made in USA.
Notons au passage que sur les onze communes, dix sont dirigées par des élus UMP, simple coïncidence. Mis à part Vigneux qui dispose de 6 flingues pour 7 keufs, les autres sont dotés de 1 à 3 appareils. Au rayon des curiosités (si on peut dire), Castelginest et Montrabé, villages de la banlieue toulousaine, comptent chacun 2 pistolets pour 2 gardes champêtres … il était une fois dans le "sud-ouest" !

Le Conseil d'Etat a, par contre, confirmé l'arrêté permettant d'équiper environ 4000 policiers nationaux de cette arme, car il s'agit bien d'une arme. D'après Amnesty International, 334 personnes sont mortes aux USA entre 2001 et août 2008 après avoir reçu une décharge de TASER, et 90% de ces victimes ne représentaient une menace pour personne.

Quand on sait comment les flics français sont poussés à faire du chiffre à tout prix, on peut émettre des réserves sur l'opportunité d'équiper nos gardiens de la paix de tels engins eux qui dégainent déjà le flash ball facilement et qui ne reçoivent que deux à trois jours de formation pour l'utilisation de l'engin électrique.

A propos de cette arme, SMTP Technologies, distributeur de ce pistolet en France, a été débouté par le TGI de Paris pour son action contre Olivier Besancenot qui affirmait que le TASER avait déjà tué.

Imaginez un cardiaque qui s'ignore, pris dans une manifestation se faisant tirer comme un lapin à l'aide de ce jouet par un keuf énervé … 50 000 volts, même à faible intensité, pensez-vous que le cœur pourra résister ?

Bof, on parlera d'une personne morte d'émotion pendant une manif ou au mieux d'une bavure.

En définitive, on va bien finir par regretter le bon vieux Kärcher de Naboléon 1er quand il n'était encore que bon  aparté, lui, au moins, savait se mouiller sous pression.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 22:53

Cygnes d'étang  (non, ça, c'est pour le Berry et ses mille étangs qui abritent des cygnes). Donc, corrigeons et voyons ce que sont les signes des temps.

Il est effectivement un signe qui ne trompe pas et qui se manifeste depuis le début des années 2000 pour arriver à une espèce d'apogée en ce moment. Il s'agit de la corruption.

On a vu apparaître ce phénomène dans les milieux politiques, souvent de droite, lorsque des juges d'instruction tels Eva Joly exerçaient leur profession avec droiture et fermeté. A ce propos, et juste pour l'anecdote, il faut remarquer que les juges d'instruction qui ont eu à décrypter des affaires touchant aux élus de gauche sont aujourd'hui  majoritairement élus ou sympathisants de l'UMP. D'autre part, on trouve là une raison solide (pour ne pas dire sordide) de vouloir la suppression du juge d'instructions.

Ce n'est pas mon propos de ce soir, mais je ne pouvais pas passer ceci sous silence.

J'en reviens donc à la corruption pour laquelle on apprend aujourd'hui l'accusation dont fait preuve l'Imprimerie Nationale, société anonyme détenue à 100% par l'état. Cette société est soupçonnée d'avoir versé des pots-de-vin de plusieurs centaines de milliers d'euros pour obtenir des contrats dans quatre pays étrangers : Roumanie, Syrie, Géorgie et Sénégal.

Les détournements sont chiffrés par le magistrat instructeur et le plus important d'entre eux serait de 300.000 euros dans le contrat avec la Roumanie.

Plusieurs choses me chiffonnent dans cette affaire :

1 – Dire que l'imprimerie nationale est soupçonnée de corruption est une pure fantaisie car s'il y a magouille, elle vient d'un ou plusieurs hommes (ou femmes) et pas d'une société.

2 – Il est curieux de constater que c'est au moment du renouvellement éventuel du mandat de président de (accrochez-vous et allez boire un coup avant de lire le nom sans quoi vous aurez soif après) Loïc Lenoir de la Cochetière. Nommé le 17 juin 2003 sous Raffanul avec Francis Mer comme ministre de tutelle, il passe sous la tutelle de … Sarkozy en Mars 2004 lorsque ce dernier a commencé à dilapider l'argent des français.

3 – Ce Loïc Lenoir (décidément, un nom prédestiné) a œuvré pour la destruction de l'Imprimerie à commencer par la vente des bâtiments de la Rue Convention à Paris au profit du groupe Carlyle (gestionnaire des fortunes des Bush et de Ben Laden) pour 85 Millions d'euros, rachetés par l'Etat en 2007 pour 376,5 millions d'euros, …. Au passage, la commission d'enquête mise en place par Woerth a trouvé qu'il s'agissait d'une bonne gestion.  Cherchez l'erreur !!!

Le même Loïc a fermé plusieurs sites, mis du monde au chômage, provoqué des grèves pour cause de sous-traitance de marchés,vendu les ouvrages à un éditeur privé, mis un site en location gérance ….. un vrai parangon de vertu, le bonheur personnifié, le porte drapeau des délégations ouvrières sur les barricades que cet homme-là.

4 – Enfin, on retrouve un fil rouge qui s'appelle Sarkozy. Bizarre, vous avez dit bizarre …

Il est clair que le Roisident veut privatiser cette entreprise d'Etat et qu'il ne sait pas trop comment faire pour la liquider. Parions qu'il a trouvé une méthode digne de l'affaire Clearstream pour faire plonger tout un pan de la boîte, et il y met le prix puisqu'il fait mettre à sa tête un homme du sérail.

Gageons qu'avec la suppression du juge d'instruction, le déroulement de l'enquête ira dans le sens de l'histoire, celle que se raconte Notre Saigneur tout puissant et qui tire sur la corde.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 23:14

Lorsque j'étais enfant, ma sœur, plus âgée que moi de presque 7 ans, me chantait une comptine dont je me souviens des paroles :

-" Les petits nains de la forêt

Ont d'amusantes barbichettes

De beaux yeux couleur de noisette

Et d'étranges petits bonnets".

Ces mots me reviennent en boucle aujourd'hui et j'ai tendance à remplacer certains termes par d'autres :

-" Forêt par UMP, barbichettes par blagounettes, noisette par sanisette et bonnets par benêts"

Ainsi, je retrouve tout de suite mes nains favoris, ce qui ne veut pas dire aimés car on peut très bien haïr les favoris.

Et, parmi les nabots favoris, il y a l'assureur privé qui fut chargé de porter des coups à la Sécurité Sociale en 2004 par le baudet du Poitou, Raffarâne, puis d'entamer la destruction des retraites par répartition et la mise à sac du code du travail à la demande de Naboléon premier (et dernier j'espère). Je pense que vous avez reconnu, à ma droite, mon extrême droite : Xavier Bertrand ! En abrégé, BX. Je sais, elle est largement dépassée et Citroën ne la construit plus, mais elle existe toujours sous les traits du petit président de l'UMP.

Notre BX donc vient de frapper avec son petit poing sur la table, comme le fait si souvent son idole (dont il a été porte parole pendant la campagne de 2007). Il a décidé, lui-même, sur ordre de son Dieu, que les ministres devraient choisir entre le gouvernement ou la Région. Non, mais qu'est-ce qu'ils croient ces larbins de Sarko ? Qu'on peut cumuler les fonctions impunément ? Que nenni, BX les avertit, s'ils sont élus, ils ne pourront plus être ministres.

Ah, j'oubliais de vous livrer la chose la plus rigolote de ce coup de colère. Il ne s'adresse qu'aux têtes de liste de l'UMP aux régionales de 2010 et ne s'applique que si ces ministres têtes de liste sont élus présidents de Région. Bonjour le nombre de "si". On peut dire qu'il s'agit d'un coup de colère conditionnel.

BX a déclaré sur Europe 1, relayant les souhaits de l'Elysée (pour les non initiés, cette expression signifie "les ordres de Sarko") :

-" Pour moi, les choses sont claires, si un ministre qui a choisi d'être candidat est élu président de Région, il devra se consacrer pleinement à cette fonction, c'est une question de respect des électeurs".

Il veut autant de clarté que celle qui a prévalu lors des européennes où Dati et Barnier avaient dû abandonner leur maroquin…

Et voici la liste de ceux qui ont été cueillis à froid par ce direct entre les omoplates, je vous fais grâce des prénoms, vous pourrez les ajouter ou les changer à votre convenance :

Darcos, Pécresse, Bachelot, Le Maire (il cumule déjà), Novelli, Joyandet, Bussereau, Létard, Falco et Penchart, pour le moment.
Il parait que l'ami Brice de Clermont Ferrand renoncerait à l'Auvergne, pourtant, il est l'exception qui a confirmé la règle des parlementaires élus pour Strasbourg. Nico a trop besoin de lui, il parait qu'il surveille l'entrée des appartements privés de la reine quand le nain est absent, il remplace la ceinture de chasteté dépassée de mode et pour laquelle n'importe qui est capable de fabriquer un passe.

De deux choses l'une, ou bien les ministres seront élus mais en minorité, auquel cas, ils diront à leurs électeurs :

-" Je vous emmerde, je reste ministre".

Ou bien ils seront battus à plate couture et ils diront à leurs électeurs :

-" Je reste ministre et je continue à vous emmerder".

Vous remarquerez que je n'envisage pas une seule seconde qu'il y ait assez de benêts en France pour donner la victoire à l'un quelconque des ces bons à rien.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 23:47

Juge d'instruction : Magistrat du tribunal de grande instance chargé de l'instruction préparatoire en matière pénale. (Il est aussi officier de police judiciaire).

Instruction : Phase de la procédure pénale pendant laquelle le juge d'instruction met une affaire en état d'être jugée (recherche des preuves d'une infraction, découverte de son auteur, etc …).

Procureur de la République : Magistrat qui exerce les fonctions de ministère public près le tribunal de grande instance.

Voici les définitions telles que l'on peut en prendre connaissance dans le petit Larousse illustré.

La différence essentielle entre le juge et le procureur, se situe au niveau de la dépendance. Le juge, doit instruire une affaire à charge et à décharge pour que le TGI puisse juger en connaissant les éléments pour et contre un accusé. Il est donc totalement indépendant et agit en son âme et conscience en fonction de certitudes et de preuves. Le procureur est chargé de représenter le "peuple", il dépend donc de la hiérarchie judiciaire dont le numéro un est le chef de l'Etat, il requiert ou non l'application de la loi à l'encontre des prévenus ou des accusés.

En clair, le juge d'instruction prépare un dossier qui est transmis à toutes les parties d'un jugement, chacun prenant sa part pour rechercher des arguments d'accusation ou de défense.

Voilà les bases posées.

Mardi, le rapport Léger, très léger d'ailleurs, doit être remis au Roisident.

Pourquoi très léger, simplement parce qu'un rapport qui a été commandé par quelque personne que ce soit doit être remis à son initiateur avant les médias. S'il fallait une preuve de la dépravation des mœurs politiques en Sarkozye, en voila une, et elle n'étonne personne tant le peuple est habitué à l'étalage des caprices de son roi.

En fait, il faut avant tout remarquer que le fameux rapport préconise deux choses essentiellement qui avaient été énoncées le 7 janvier 2009 par le Saigneur des ânons  lors de la rentrée judiciaire :

-" Introduction de "plaider coupable" dans le tribunal de grande instance et suppression du juge d'instruction".

Comme par hasard, ce hasard sarkozyste qui fait toujours bien les choses en sa faveur, les conclusions du rapport  de sieur Philippe Léger correspondent trait pour trait aux caprices enfantins de Naboléon qui n'a, comme d'habitude, fait aucun cas de la pétition aux 8000 signatures contre ce dernier projet. Cela s'appelle: concertation.

Si, si la concertation telle qu'elle est pratiquée par notre roi d'opérette, comme d'ailleurs la faisait un certain Adolf. On nomme une commission dans laquelle on donne la majorité à des amis à qui on dicte les conclusions du rapport que l'on demande et … concordance à l'arrivée.

Que va-t-il se passer si le juge d'instruction disparaît ?

Le pouvoir en place pourra agir directement sur le levier justice en expliquant au procureur comment il faut faire juger telle ou telle autre affaire, sans le menacer, simplement en lui montrant gentiment des postes qui se libèrent à l'autre bout du pays et pour lesquels il aurait toutes les compétences. Ainsi, certaines affaires comme les financements occultes, les prises illégales d'intérêt et autres abus de confiance pourraient se retrouver abandonnées pour cause de manque de preuve.

Résumons la situation :

Sarko a la mainmise sur les médias publics par son pouvoir de nomination du PDG, sur les autres médias par le truchement de ses frères et amis, sur la police et la gendarmerie par son pouvoir de nomination du ministre de tutelle, il est en train de prendre le pouvoir sur la culture avec HADOPI et le sponsoring des musées par ses amis, il met la finance de son côté en faisant des prêts remboursables en trois traites, une à vue, une à longue vue et une à parte de vue, ne lui reste plus qu'à s'arroger les arcanes de la justice et le voilà Roi de France ou Empereur suivant son choix. Personne d'ailleurs ne va le contredire puisque les deux assemblées sont à sa botte.

C'est ainsi que bien des dictateurs sont arrivés. Elus démocratiquement, ils se sont peu à peu emparés de pans entiers de leur démocratie pour faire régner leur ordre.

Seulement, voilà, on est en France et la dernière chose qu'il aura, c'est le domaine social qu'il veut à tout prix démolir mais qui résiste, et cette résistance va s'amplifiant au fil des licenciements et le mènera à sa perte s'il persiste.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article