Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 12:17

L'équipe du blog "No Sarkozy Day" m'a signalé que le blog n'avait pas été victime de la censure mais d'un des administrateurs qui avait "pété un plomb".

Ceci prouve la fragilité de l'information et surtout du support de celle-ci.

Je tiens donc à réagir doublement. Pour remettre les choses dans le droit chemin de la vérité et pour commenter la réaction que j'ai eue à l'annonce de la disparition du blog.

Je vous donne donc, en fin de cet article, la copie de l'explication de l'équipe "No Sarkozy Day" et ci-après, mes autres commentaires.

Comme je l'écrivais dans mon article "Fesse bouc", et je persiste, nous sommes en présence, avec Facebook, d'un média dangereux et le pire c'est que le danger est provoqué par l'adhérent lui-même.

Tout ce que vous pouvez donner comme renseignements personnels, familiaux, politiques, religieux ou syndicaux peut être vu et enregistré par n'importe qui. Les malveillants peuvent éventuellement s'en servir contre vous et il est bien connu que la malveillance est le sentiment qui est en plein développement dans le monde.

Songez à cette fille qui a été licenciée parce qu'elle s'affichait avec le sourire sur Facebook alors qu'elle était en arrêt maladie pour dépression. Savez-vous que de plus en plus de patrons vont chercher sur ce média le profil des candidats à l'embauche avant même de les recevoir. Les renseignements généraux français trouvent plus d'informations sur ces plateformes qu'en menant des enquêtes classiques.

Tout ceci devrait faire peur et rendre méfiant surtout avec le développement de l'Etat policier que nous connaissons en Sarkozye.

En plus, s'il est si aisé que cela de supprimer un compte Facebook, quel intérêt d'en ouvrir un ou d'y participer ?

En attendant, le compte est à nouveau accessible et tant mieux pour ceux qui ne sont pas de mon avis, l'essentiel étant tout de même que nous soyons le plus grand nombre possible à participer au No Sarkozy Day.

Voici donc le démenti des organisateurs.

 

 

La censure venait de l'intérieur

Vendredi 29 janvier peu après 20h40, le Groupe Facebook « No Sarkozy Day 27 mars 2010 » disparaissait subitement de nos écrans, et les publications de ce Groupe sur nos fils d’information avec.

Devant l’instantanéité de la chose, nous avons très vite pensé à une indisponibilité technique de notre groupe.

Puis les minutes et les heures passant, nous fûmes convaincus d’un acte de censure sur ce Groupe, forcément dû à une action externe.

Notre premier instinct fut de crier notre révolte de voir disparaître ainsi l’outil de Rassemblement et de Cohésion de ce formidable élan citoyen et démocratique qu’est le No Sarkozy Day… 365 000 membres réduits au silence, effacés, instantanément… ça fait froid dans le dos !

Toute la nuit d’hier, et toute la journée de samedi, nous avons oeuvré à inviter nos contacts, activer nos réseaux, pour remonter un nouveau groupe.

Vous avez été nombreux à vous mobiliser avec nous, pour relayer l’information de la disparition du Groupe Facebook des plus populaires du moment !
Nous vous remercions chaleureusement de votre implication sans réserve, et de vos nombreux témoignages de soutien !

Le Groupe No Sarkozy Day 27 mars 2010 n’avait pas pu être effacé d’un instant sur l’autre. C’était une certitude…
La disparition du Groupe No Sarkozy Day sur Facebook n’était pas due à un problême technique du Réseau Facebook, ou autre intervention externe…
Et nous devons faire notre mea-culpa de l’avoir pensé trop fort, trop vite…

Après 24 heures de travail sans repos, nous avons du nous rendre à cette évidence :

Le ver était dans le fruit.

Un des administrateurs du groupe a trahi la confiance que nous lui avions accordée, pour user d’une astuce très simple consistant à rendre le groupe inaccessible.

« Rien ne nous protège contre l’orgueil de certains. Et c’est essentiellement pour cela que la lutte est difficile. »  (parole d’indien).

Nous remercions, du fond du cœur, encore une fois, toutes celles et tous ceux qui nous ont soutenus pendant ces dernières 24H00.

Nous tenons à nous excuser auprès de vous tous, de cet incident qui nous a tous profondément choqués.

Le Groupe Facebook « No Sarkozy Day 27 mars 2010 – Objectif 1 million » est à nouveau accessible !

L’aventure continue.

L’équipe du No Sarkozy Day

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 17:20

flic_choc.gifLe roi de la démagogie, c'est qui ?

L'empereur des preneurs de rebonds, c'est qui ?

Le profiteur des incidents de toute nature, c'est qui ?

Le conteur de sornettes, c'est qui ?

-"Une seule réponse à ces quatre questions : Brice de Clermont Ferrand."

Le voilà qui nous joue les pucelles effarouchées à propos du meurtre aussi sordide que sauvage de deux retraités dans l'Oise. Réaction "à chaud" et surtout, réaction bien médiatisée.

Il ne sait pas encore quelles sont les circonstances, les causes et la date de ces assassinats qu'il se jette sur le fait divers comme un mort de faim pour nous déclarer qu'il était obsédé par la protection des personnes âgées parce que l'espérance de vie de la population croît. Au passage, remarquez la rhétorique sur la croissance de l'espérance de vie, la ligne éditoriale du préparateur de refonte des retraites. C'est excellent de le placer pour bien l'encrer dans les cerveaux jugés atrophiés du peuple, et ça "mange pas de pain".

Il veut protéger quoi, notre "Columbo" national ?

-"Les retraités qui vont fouiller dans les poubelles pour survivre ? Les personnes âgées abandonnées par les enfants ? Les vieux harcelés par d'incessants coups de téléphone de démarcheurs qui ont pignon sur rue ? Les anciens qui meurent de ne pas avoir les moyens de se faire soigner ?"

Pour répondre à ces questions, il faut investir en moyens financiers et humains et ça ne se fait pas en Sarkozye ce genre de chose. Si on investit, c'est uniquement pour permettre aux riches de tout poil d'engraisser leur compte en banque et de se gaver du fric des pauvres.

Non ! Le Brice, ce qu'il veut, c'est de la bonne vieille annonce, celle qui fait voter les retraités à droite, voire à l'extrême droite, et en cela, ce fait divers tombe à pic. On aurait voulu le provoquer, il ne serait pas mieux arrivé : juste pour l'ouverture de la campagne des régionales.

Parole, parole, comme disait Dalida, tout en gueule et rien en actes. La justification du coq, emblème national : chanter avec les pieds dans la merde.

Et à part son obsession, qu'est-ce qu'il dit le chef keuf ? De la REPRESSION !!!!!

On va appeler les réservistes pour des opérations "tranquillité seniors". Je traduis donc en langage militaire, l'opération est quelque chose de ponctuel, les truands à la petite semaine n'auront qu'à attendre que l'opération soit terminée pour agir. Et le must, c'est que ces opérations doivent "permettre aux personnes âgées, isolées, inquiètes, de téléphoner au commissariat ou à la gendarmerie". Eh, les vieux ! Jusqu'à présent, vous ne pouvi ez pas le faire ? Il vous prend vraiment pour des cons Brice, il croit que vous ne serez capable d'appeler ses sbires que quand il aura mis en place son dispositif de nul.

Il rajoute une couche de pommade démagogique en expliquant que les délinquants ayant agressé des personnes âgées seront signalés aux forces de l'ordre à leur sortie de tôle. Moi, ce truc, ça me fait rêver, j'imagine un agresseur dans mon département signalé chez tous les flics de France et je multiplie le tout par le nombre de départements et celui des agressions et … bonjour l'efficacité.

Il nous sort enfin un feu d'artifice d'âneries pour clore son exposé inutile :

-"Les sanctions pénales seront aggravées pour ce type de délinquance".

Là, on atteint le sommet de l'ubuesque. Sachez que pour aggraver les sanctions de quelque nature qu'elles soient, il faut que le code pénal le prévoit et ce code n'est rien d'autre qu'un recueil de textes législatifs. Il faut donc faire voter des lois pour augmenter les peines et déterminer les cas d'application.

Voyons donc les variables qui peuvent être évoquées :

-" A partir de quel âge est-on considéré comme une personne âgée ? C'est important car en plus vient se greffer dessus la détermination de l'âge de la retraite.

Quand considère-t-on qu'une personne est isolée ?

-"Quand elle est seule dans un immeuble, dans une villa, dans une ferme au milieu des champs, au milieu des bois ? Quand son conjoint est à l'étage et elle au rez-de-chaussée ? Quand ses enfants ne viennent plus la voir ?"

Quand une personne peut-elle faire valoir son inquiétude pour appeler la police ?

-"Là, je ne suis pas psy, je vous laisse le soin de trouver les réponses."

Quand la loi que doit faire voter le roi du Massif Central aura répondu à toutes ces questions, on pourra envisager d'alourdir les peines pour les délinquants coupables d'actes sur les personnes âgées. Il ne restera plus alors à notre Brice national qu'à répondre à ma dernière question :

Comment va-t-il faire, alors qu'à partir de 18 heures il ne reste plus qu'une seule gendarmerie de permanence avec une dizaine de flics, pour assurer la tranquillité dans 5 ou 6 villages et que, les appels tombant sur le poulailler départemental, le temps de réaction des braves pandores est d'au moins 30 minutes ?

Il peut toujours appeler les réservistes, les truands ont encore de beaux jours devant eux, hélas !

Allez, Brice, continue, tu nous fait trop rire et on en a besoin en cette période de connerie sérieuse.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 21:53

lastdays.gifJe crois que mes intuitions sont souvent très bonnes, quand ça pue la fesse mal lavée et le bouc en rut, je le sens de loin et même avec le nez bouché.

Tout ceci pour vous expliquer que le support soi-disant ouvert à tous de Facebook (prononcer fesse bouc), qui se veut une vitrine ouverte sur le monde et la famille, n'est en définitive qu'un entonnoir à l'envers.

Vous qui possédez un compte sur ce média, sachez que vous êtes fliqués et que votre tête peut être coupée si elle ne revient pas à ses dirigeants. Soyez certains que la bande de techniciens qui sont présumés indépendants, préfèreront laisser passer sur leur média une série pornographique qu'une contestation sur le pouvoir en place.

La dernière bonté dont ces gentils policiers amateurs ont fait preuve s'adresse aux organisateurs du No Sarkozy Day. Dans leur courage incommensurable, ils ont fermé la communauté qu'avaient ouverte les opposants à notre petit président, probablement de peur de se faire tirer les oreilles par le pouvoir.

Personnellement, je ne vais jamais sur ce genre de support qui nécessite de donner trop d'informations sur soi et me parait trop surveillé pour que j'adhère à son concept. Peut-être suis-je trop "vieux jeu", mais raconter ma vie sur la toile parce qu'un média me le demande me gêne énormément, si je souhaite donner des informations sur moi, je le fais spontanément, mais si on me demande de le faire, je refuse. La carte forcée, très peu pour moi, c'est bien loin de mes principes si tant est que j'en possède.

Pour le staff de ce média, il y a fort à parier que le but essentiel est de gagner du fric en faisant profiter tous les "marchands du temple" des noms et adresses des inscrits. Surtout qu'il n'y ait pas de vagues, ça pourrait faire perdre un annonceur ou mettre en colère un dirigeant politique.

Je vous engage donc à venir assister au No Sarkozy Day le 27 Mars dans les conditions qui sont données dans mon article précédent, à contacter les organisateurs, signer la pétition et surtout boycotter ce média dont le soucis est d'étouffer la démocratie par le biais de la censure. Même si la page devait être remise en ligne, je maintiens que la censure règne au sein de ce média, et le pire, c'est qu'elle est sélective dans le pire sens du terme.

 

Voici la preuve de mes allégations, c'est le groupe d'organisation du No Sarkozy Day qui en est à l'origine parce que victime de cette censure immonde.

 

Le Groupe du No Sarkozy Day supprimé de Facebook.

Ce message doit être diffusé partout, il est indispensable de le faire parvenir à tous vos contacts presse!!! Le groupe Facebook du No Sarkozy Day a été supprimé. Il semblerait que nous commencions à devenir gênants. Facebook aurait-il subit des pressions? Voici le nouveau en attendant pensez à vous y inscrire et à en diffuser l’adresse http://www.facebook.com/groups.php?id=672773856#/group.php?gid=280340015994 Dénoncez la censure écrivez tous un email à cet adresse et surtout mettez ce petit message sur votre blog. disabled@facebook.com Nous avons déjà écrit un message à Facebook avec une réponse automatique pour le moment : « Bonjour, Nous avons reçu votre demande et devrions pouvoir vous répondre bientôt. Dans l’entre-temps, nous vous recommandons de consulter nos pages d’aide (http://www.facebook.com/help.php). Vous y trouverez les réponses aux questions les plus fréquentes. Nous vous remercions d’avoir contacté Facebook. -L’équipe Facebook » L’équipe du No Sarkozy Day 06 01 99 20 10 - 06 99 88 18 69 coordination@no-sarkozy-day.fr

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 20:00

nsd-320x200-21

Je vous en ai pas mal raconté des histoires,

Combien de fois j'ai dû vous traîner dans mes foires,

Combien j'ai pu râler après notre minus

Tellement mon esprit me criait "j'en peux plus".

 

J'ai pesté, j'ai boudé, eu des insultes saines,

J'ai laissé s'échapper moins d'humeurs que de haine

Et la gorge serrée j'ai tenté l'exercice

De hurler tout mon saoul contre les injustices.

 

J'en ai beaucoup voulu et j'en veux plus encore

A ces pseudos gauchos qui entre eux se dévorent

J'aurais souhaité les voir se lever comme un seul

Face à ce tout petit et à son esprit veule.

 

Rien ne me sera donc aujourd'hui épargné,

Du "Fraîche" et son cerveau en toile d'araignée

Au rase mottes en titre avec sa suffisance

Qui pousse mon séant vers la fosse d'aisance

 

Rien vous dis-je, c'est sûr, n'aura autant d'ampleurs

Que de voir ces deux nuls au journal de treize heures.

Et pourtant, voyez-vous, en y réfléchissant

Je crois que je vais être encore un peu blessant.

 

Je vais souhaiter très fort, pour son anniversaire

La pire des années à Nico le primaire

Et que les cinquante cinq années autoguidées

S'écrasent sur le mur du "No Sarkozy Day".



No Sarkozy Day

- Appel au peuple -

Inconséquence politique, échec économique, casse sociale, rupture du pacte républicain, atteinte à l’égalité des chances, politique de la peur, stratégie de la division, lois liberticides, pratiques autocratiques du pouvoir, favoritisme, népotisme, manipulations médiatiques, ingérences judiciaires, collusion avec le monde des affaires et les forces de l’argent…

Nous avons tous nos raisons pour nous opposer à Sarkozy et à son clan, pour résister au sarkozysme. Mais ce président sans envergure, effrayé par le peuple, prend grand soin de le tenir à l’écart, muselant au besoin sa parole derrière des cordons de CRS.

Alors, ENSEMBLE, nous élèverons la voix plus haut, nous nous ferons entendre plus fort, unis dans la défense des valeurs de notre République :

Liberté – Egalité – Fraternité – Laïcité – Démocratie

Nous, simples citoyens, vigilants et inquiets, en conscience et indépendamment de tout parti ou syndicat, appelons toutes celles et tous ceux qui ressentent l’envie, le besoin de dire NON ! à Nicolas Sarkozy, à se rassembler pour un No Sarkozy Day.

Le 27 mars 2010 : une journée pour lui dire NON !

Des rassemblements seront organisées partout en France, à partir de 14 Heures devant les préfectures et les sous-préfectures, à Paris place de la Bastille, et dans le monde entier devant les ambassades de France.

A l’issue de cette journée de mobilisation, se tiendront partout des réunions ouvertes, où nous pourrons ensemble, démocratiquement, décider de la suite à donner à ce mouvement de contestation populaire du sarkozysme, contestation que nous espérons aussi large que possible.

*****

Nous appelons l’ensemble des blogueurs à diffuser cet appel sur leurs blogs et à nous en informer via un message adressé à blogs@no-sarkozy-day.fr

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 23:43

fragments misereDes cailloux, des rochers, des plots de toutes les formes, des grilles à barreaux serrés, des grillages verticaux, le tout disposé de manière harmonieuse pour servir de décor ou d'accessoire, voilà la nouvelle mode dans les grandes villes et plus particulièrement à Paris et ses villes de banlieue les plus huppées.

Les rebords des plus larges baies sont ainsi décorés de grilles en fer forgé, les porches devant les portes des immeubles les plus bourgeois sont agrémentés de rochers scellés, de plots en ciment ou en acier ou bien encore d'une succession de pierres arrondies formant un superbe matelas. On trouve également, dans le genre décor, des parterres au long des trottoirs les plus larges plantés de cactus ou des arceaux de blocage de roues de vélos.

Tout ça, on y a eu droit au journal de 13 heures sur la 2, juste après qu'on nous annonce le retour du froid pour au moins une semaine.

Ah, les images ! Des marbres partout devant les immeubles des quartiers chics avec le sol recouvert de gros galets de différentes tailles serrés les uns contre les autres, des arceaux chromés ou peints scellés au sol pour positionner les roues de vélos, des bornes anti-stationnement plantées en quinconce devant les magasins, voilà comment sont occupés de plus en plus d'espaces qui devraient être de liberté.

Mais pourquoi cette décoration se multiplie-t-elle ?

Pour que les SDF ne puissent pas occuper les lieux.

Que voulez-vous, signe des temps, personne ne supporte plus personne, l'amour fait place peu à peu à la haine, la peur engendrée par le manque de dialogue est amplifiée par l'incompréhension de l'autre, et la pire des choses, la honte du SDF entraîne son rejet.

Le délégué français d'ATD quart monde est venu rappeler que les gens de la rue sont nos frères, que chacun d'entre nous peut, à un moment ou un autre, se retrouver parmi eux. Il a expliqué que ces gens sont des personnes que l'on chasse sans impunité et sans aucun reproche moral.

Il faudra qu'un jour on réalise qu'il est immoral de chasser des personnes par n'importe quel moyen que ce soit. Il fut une époque où l'on chassait des catégories entières de personnes sous le prétexte qu'ils étaient lépreux ou de religion juive et on a vu où ça menait.

La discrimination dont il est fait état aujourd'hui envers les sans logis est une discrimination sociale qui finira par tomber sous le coup de la loi.

Il faut apprendre ou réapprendre à vivre ensemble et insister pour que les pouvoirs publics fassent construire des logements, aménager des immeubles existants inoccupés. Trop d'élus se retranchent derrière le fait que le mobilier étant placé sur des espaces privés ils ne peuvent pas intervenir ou bien que les administrés ne veulent pas voir de sans abri dans leur commune.

La tolérance est une des vertus qui faisait du peuple français l'un des exemples de l'humanité, qui lui donnait la possibilité de faire valoir les droits de l'homme dont il est l'initiateur, ce peuple, dirigé par un pouvoir qui s'appuie essentiellement sur la division des citoyens pour asseoir sa suprématie, ce peuple, disais-je, est en train de galvauder cet héritage vertueux.

Bercé par des promesses qui ne sont jamais tenues, le citoyen français est en passe de devenir un citoyen aigri quelconque, prêt à remplacer la tolérance par l'égoïsme, cette tare qui est entretenue avec minutie par l'action quotidienne d'un Etat qui a érigé la communication en principe de base et s'en sert pour diviser la population et pour mieux imposer ses diktats.

Pauvre France, pauvres français qui avez accordé à un démagogue des pouvoirs beaucoup trop grands pour sa stature parce qu'il vous a inondé de belles promesses qui n'étaient là que pour cacher les mauvais coups qu'il préparait depuis déjà des années.

Vous qui avez élu un loup habillé en grand-mère, n'oubliez jamais ce proverbe médiéval:

-" Si derrière toute barbe il y avait de la sagesse, les chèvres seraient toutes des prophètes."

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 21:48

maitrejeu.gifIls étaient vingt et cent, ils étaient des milliers, … Jean Ferrat le chantait dans son "Nuit et Brouillard".

Et c'était, hier soir, dans le brouillard de la nuit qu'ils étaient également des milliers, plus encore, des dizaines des centaines de milliers plantés devant leur poste de télévision à contempler émus leurs émissions favorites.

Pour être honnête, je dois dire qu'ils étaient exactement 67,6% de part d'audience, soit environ 17,9 millions de téléspectateurs à s'être défiés des sautillements et tics présidentiels.

Si on en croit médiamétrie, 32,4% de parts d'audience, soit 8,6 millions de téléspectateurs en moyenne ont été réunis sur l'édition spéciale de soirée électoraliste sur TF1 : "Paroles de français". A noter qu'en même temps, les hasards de la programmation avaient fait diffuser "Portés Disparus" sur la 2, qui a quand même culminé à 5,4 millions de téléspectateurs, autant dire qu'ils n'avaient pas tous disparus.

Comment interpréter ces chiffres ?

Par des comparaisons les plus simples du monde.

Le journal quotidien de Laurence Ferrari tourne autour de 33% de parts d'audience. Comme le petit Nicolas  a "fait le journal" et joué les prolongations avec la blondinette et son farouche opposant Pernaut, on peut considérer qu'il n'a attiré personne d'autre que les habitués de la télévision attrape nigauds du parrain Martin.

De plus, il est  peut-être relativisant de reporter les chiffres de cette fantastique audience du Roy sur celui du nombre de téléspectateurs pouvant capter la télé : 58.100.000. Ceci nous donne un petit aperçu de l'immense popularité de notre chef : presque 6 français sur 7 se sont passés de son image. (pour une fois, je suis fier d'appartenir à la majorité).

Pour relativiser encore plus, on peut constater qu'il est deux fois moins attrayant que la demi finale de la coupe du monde de rugby qui a fait en 2007 64,9% … bon, ils étaient 30 sur le terrain plus les remplaçants et les arbitres, mais tout de même … Et que dire des scores de Mitterrand (le vrai) ou Chirac qui tournaient autour des 40% dans les pires moments de leurs septennats, c'est vrais qu'eux étaient plus grands, par la taille et par l'esprit.

Quand je pense que ces 8,6 millions de téléspectateurs comprennent les enfants à partir de 4 ans, je me dis que finalement, rien n'est perdu. S'il n'intéresse pas plus de monde que ça, tous les espoirs sont permis à ceux dont je suis fier de faire partie : les opposants.

Je ne parlerai pas du contenu de sa pièce de théâtre car j'avais d'autres chats à fouetter que de me coller devant la lucarne magique, mais d'après les quelques échos que j'ai vus ça et là, heureusement pour lui que nous avons perdu Coluche et autres Desproges, sans quoi il mourrait sous le poids du ridicule qu'il crée lui-même.

C'est vrai que les pauvres invités d'hier soir ont dû se sentir dans le brouillard avant de poser leurs questions et en pleine nuit après les réponses. ….

Nuit et brouillard …

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 22:44

democratieC'est plus qu'un tag, c'est un sujet philosophique.

Disserter sur la démocratie directe est presque une gageure, et pourtant, nous qui évoquons souvent le mot démocratie, sommes-nous conscients de ce que le mot recouvre ?

Il est bon, je crois, de donner la définition du mot démocratie avant d'aborder ses divers côtés. D'après mon petit copain quotidien Larousse, démocratie signifie :

Régime politique dans lequel le peuple exerce sa souveraineté lui-même sans l'intermédiaire d'on organe représentatif (démocratie directe) ou par représentants interposés (démocratie représentative). Le reste de la définition n'est qu'une explication de types de démocratie (chrétienne, populaire …).

Dans notre pays, le seul exemple de démocratie directe que nous ayons, c'est l'élection du chef de l'Etat, puisqu'il est quasi impossible de parler de démocratie sans un chef.

Partant de l'étymologie grecque démôs (le peuple) et kratos (le pouvoir), on ne peut considérer qu'une seule façon de l'appliquer : démocratie directe.

Il me semble, mais je ne détiens pas la vérité, que l'on pourrait imaginer une République basée sur cette étymologie, à savoir un chef élu au suffrage universel sur un programme général, les grandes lois étant ensuite votées directement par le peuple.

Cette méthode aurait l'inconvénient majeur d'appeler le peuple aux urnes fréquemment, mais l'avantage d'éviter l'élaboration de lois pour un oui ou un non comme s'est trop souvent le cas, dans le genre que j'appelle loi "pompiers", votée pour montrer aux citoyens qu'on s'occupe de la préoccupation du moment mais qui ne sert à rien.

Avant tout, ce qui émergerait de l'application de la démocratie directe, c'est l'économie financière que nous ferions, mais c'est une gageure voire une utopie  que de croire qu'un jour les femmes et hommes qui ont fait de la politique un métier à temps complet accepteront d'abandonner leurs privilèges.

En résumé, si le peuple veut une démocratie directe, il faudra qu'il aille la chercher par la révolution, mais là aussi il y aura des chefs qu'il faudra ensuite caser …

On tourne en rond et la Sarkozye et ses républiques suivantes ont de beaux jours devant elles.

Je tague ceux qui se sentent concernés par la démocratie sans donner de nom, histoire de voir ....... 

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 21:38

paris_2012.gifFaites vite ! Dépêchez-vous d'être gravement malades ou pour accoucher si vous habitez la région parisienne, ou bien déménagez au plus tôt dans une autre région.

Les hôpitaux de Paris vont appliquer le dogme de la nouvelle religion sarkozyste :

-"Le service public ne doit plus être déficitaire. C'est le libéralisme qui l'exige car il faut ouvrir le système de santé au privé pour lui permettre de faire son beurre grâce à la sécu."

Benoît Leclercq (avec un Q), ci-devant directeur de l'Assistance Publique Hôpitaux de Paris (AP-HP), prévoit une réorganisation des hôpitaux parisiens et la suppression de 3000 à 4000 postes d'ici 2012. La moitié concernera les médecins et soignants, l'autre moitié, les administratifs.

Pour les services administratifs, j'ai ma petite idée édictée par ma triste expérience.

Vous savez peut-être que lorsqu'on subit une opération ou que l'on fait un séjour à l'hôpital de quelque nature qu'il soit, un compte rendu doit être adressé au médecin référent. Eh bien, voyez-vous, depuis l'intervention que j'ai subie en juin, mon médecin traitant attend le compte rendu (tout va bien merci) et je ne vous parle pas de mon séjour en cardiologie début novembre (là aussi, ça va). Ces "rapports" sont établis par les services administratifs, et je n'ose imaginer combien d'année s'écouleront si on supprime la moitié du personnel d'administration. Dans la même veine, allez passer une radio ou un scanner à l'hosto et vous verrez combien de temps il faut actuellement pour avoir le résultat écrit … alors dans le futur ????

Et tout ceci est à l'avenant, jusqu'à la facturation à la sécu et aux mutuelles.

Savez-vous ce qui nous est répondu quand on réclame auprès des directions ?

-" C'est la faute des 35 heures."

Si l'on tient compte que les 35 heures qui devaient créer des emplois dans la santé publique n'ont rien amené du tout, vous devinez un peu le joyeux bordel auquel nous prépare la bande à Sarko.

Je n'omets pas de vous signaler que je ne vis pas en région parisienne, mais je ne me fais aucune illusion, ce qui sera fait dans la capitale sera reporté au carbone (ou à la photocopieuse, c'est plus moderne) en province.

Ce Leclercq nous annonce également la disparition de 1500 à 2000 postes de médecins et soignants, comment va-t-il faire ?

Tout simplement, il va regrouper des services et spécialiser les hôpitaux et il prévoit, le bougre, que grâce à son idée de génie (sans bouillir je suppose), certaines spécialités pourrons accueillir plus de monde. Il donne en exemple le service de périnatalité pourrait faire progresser l'offre de 5 à 10% soit  2000 à 4000 accouchements en plus par an.

Je lui suggère de revenir au bon vieux temps des salles communes et de procéder par séries. Par exemple 10 tables de travail avec 10 femmes qui "poussent" en cadence pour "pondre" en même temps. Imaginez un grand bonhomme comme dans les BD d'Astérix qui donne la cadence en frappant une grosse caisse à l'aide de deux mailloches et en criant "poussez !". Avec un peu d'expérience, le gars pourrait même faire accélérer le mouvement pour permettre au médecin accoucheur d'aller à la cantine pour midi. Les pères, obligatoirement présents pour couper le cordon, emmener les nouveaux nés au bain collectif et hop ! Faites entrer les 10 suivantes. Je sais, vous allez me direz que j'ai des idées à la con, mais il faut rendre l'hôpital rentable pour permettre aux cliniques de faire du fric.

Pour les regroupements de services, voilà une idée qu'elle est bonne (comme disait Coluche). Les services de chirurgie de Cochin et de l'Hôtel Dieu dans un seul hôpital alors qu'ils sont distants de 6 Km, c'est un plaisir de faire le trajet dans les embouteillages, surtout si vous avez une péritonite à opérer en urgence. Même constat pour un regroupement de services entre St Louis et Lariboisière distants de 2,5 Km.

Bon j'arrête là le délire de cet hurluberlu qui ne connaît de la médecine que les comptes bancaires et les méthodes de gestion puisqu'il est diplômé de l'ENSP (Ecole Nationale de Santé Publique et pas école nationale supérieure de la pâtisserie) qui forme à la gestion et à la comptabilité. De plus, à sa charge, il est membre de l'INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale), vous savez, cet organisme qui réduit les subventions accordées aux chercheurs pour favoriser la recherche des labos privés.

Allez, bon poids, comme disait mon épicier, je vous donne la dernière bonne nouvelle prévue par le mec pas très clair :

-" D'ici à 2020, quelques sites d'hôpitaux parisiens seront supprimés."

Ce n'est pas mon métier, ni mon habitude, mais je vais vous faire une prédiction :

-" Dans le même temps, de nouvelle cliniques privées vont voir le jour."

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 20:07

manif_nice.jpgJe vais vous dire très honnêtement que je m'en fous et avec moi une bonne partie de la population française.

Comment font les autres pays pour faire fonctionner leurs administrations avec moins de fonctionnaires et une bonne qualité de service public? C'est ce que tente de nous expliquer le sinistre Beurgh, chargé du budget de la nation et adepte du maximum de privatisations pour économiser les deniers de l'Etat.

En fait, ce gentleman de la dépense nationale, veut bien ouvrir le portefeuille pour les riches, mais il n'est pas question d'en sortir des subsides pour les pauvres. Il va donc dans les autres pays d'Europe prendre des exemples qu'il voudrait voir appliqués en France. Le dernier en date est le modèle allemand où le déficit public est limité à 3,5% du PIB alors que le nôtre tourne autour de 8,5. Il voudrait, comme nos voisins teutons, faire inscrire l'obligation de l'équilibre financier de l'Etat dans la constitution. On connaît le résultat de l'opération outre Rhin avec la prolifération des emplois à 1 euro de l'heure, le développement exponentiel des emplois précaires, la baisse vertigineuse des indemnités de chômage, l'allongement du chômage de longue durée et, cerise sur le gâteau, dégradation de la qualité de l'emploi suite à l'obligation d'accepter un job pour tout chômeur et le pire, un enfant sur six vivant dans la pauvreté. C'est un expert en audit ce sinistre. Vous souvenez-vous de la société américaine ENRON, sixième capitalisation boursière, multinationale spécialisée dans l'énergie, qui a plongé en 2001 pour pratiques financières douteuses ? Cette boîte était auditée par la société Andersen qui a subi le même sort pour avoir fermé les yeux sur les pratiques comptables douteuses d' ENRON. Andersen était l'employeur d'un homme habilité à signer les comptes sans les vérifier : Woerth. Bon, je sens que je m'égare un peu, mais il est toujours bon de savoir à qui l'on a affaire.

Il parait donc que chez les autres, c'est mieux … qu'il y aille, on ne le retient pas.

En attendant, il y a aujourd'hui des milliers de fonctionnaires dans la rue un peu partout en France et que croyez-vous qu'en disent les médias ?

Tout d'abord, l'annonce de cette journée n'a été faite qu'une fois il y a environ 10 jours et depuis, on ne nous en parle plus, en ce sens, le séisme de Haïti a bien arrangé les choses. Aujourd'hui, on nous explique que la mobilisation est faible un peu partout en France et la télé nous montre des images de regroupements de manifestants avant le départ des manifs ou de défilés pris sous un angle tel qu'il donne l'impression d'une population clairsemée. Quand on a fait un  peu de photo, on sait que pour montrer qu'il y a foule, il faut filmer en plan serré à hauteur d'épaule, pour le contraire, plan large depuis un étage.

Bien sûr, il faut justifier les chiffres truqués des ministères, donc adapter les images et les commentaires. Il n'empêche, les vrais chiffres sont connus des ministres et ça ne les fait pas tellement rire quand ils voient tout ce monde dans la rue. Mieux encore, avec l'approche des régionales, ils sont de plus en plus soucieux car ils savent que les fonctionnaires qui ne sont pas venus manifester leur préparent certainement un comité d'accueil dans les urnes qui pourrait ressembler à une Bérézina moderne.

Enfin, pour l'évocation des autre pays, c'est devenu la grande mode, quand on n'a pas vraiment d'argument à faire valoir, on évoque ce que font les autres, mais uniquement quand ça arrange, faut pas déconner non plus. Quand on raconte que ça va mieux chez les autres avec moins de fonctionnaires, c'est vrai, il y a beaucoup moins de fonctionnaires dans la plupart des autres pays européens parce qu'on les a fait passer au statut de droit public, mais c'est toujours l'Etat qui les paye et lorsque les statistiques "bien pensantes" vous donnent en exemple l'Allemagne, l'Italie, la Grande Bretagne ou la Suède, je réponds par l'Espagne, le Portugal ou la Belgique. Une preuve de la démonstration sélective et par conséquent absurde de nos dirigeants. De plus, pour certains pays comme l'Italie, il faut être conscient que l'école privée est plus importante que la publique et réclame donc moins de fonctionnaires et pour l'Allemagne, l'armée est moins fournie.

Si je convertis la cuisine politicienne en cuisine proprement dite, on voudrait nous faire avaler des petits pois avec de la marmelade cuisinés à la graisse de phoque, posés sur un fond de pizza tapissé de choucroute à la place de notre cassoulet.

Ce que voudrait l'Etat sarkozyste, c'est brader tous les services publics de sorte que plus un fonctionnaire n'existe et que, parallèlement, les requins et autres crabes du privé viennent s'engraisser sur le dos des citoyens. Il a commencé en vendant les autoroutes; EDF, GDF … etc. Il est temps de mettre un terme à cette escroquerie légale organisée dans l'ombre de Bruxelles pour le plus grand bien du libéralisme.

Que les fonctionnaires soient dans la rue, c'est peut être choquant pour certains, mais il faut savoir que c'est aussi pour nous, pour que nous cessions enfin ces queues interminables dans les services de l'Etat, pour que nos villes soient propres, que nous soyons toujours mieux soignés dans nos hôpitaux, que l'école publique soit de plus en plus formatrice de citoyens ou que la police nous protège et ne nous agresse pas. Tout ça, c'est au prix d'une augmentation du nombre de fonctionnaires ou au moins du statut quo.
Une dernière info, pour bien montrer la liberté d'expression en France, la manif d'Estrosi City a vu l'arrestation par la police zélée du motodidacte, de deux personnes qui étaient déguisées comme sur la photo et portaient la même pancarte... démocratie, quand tu nous tiens !

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 23:27
Voici, telle qu'elle lui est parvenue, la réponse que la députée de la première circonscription de la sarthe a adressée à notre ami Pat59.
Compte tenu que le point de départ de tout ceci est ma lettre aux élus, je me suis permis de répondre à cette dame et je vous donne copie de mon courrier à la fin de mon article.

Monsieur,

 

 

 J’accuse réception de votre courriel de ce mercredi 13 janvier, par lequel vous me transmettiez, pour information, copie d’une lettre adressée à l’ensemble de la représentation parlementaire, sur la question du droit au logement et la situation des SDF.

 Si cette question, est bien évidemment, particulièrement importante, plus encore, en cette période hivernale, je m’étonne toutefois que vous vous sentiez obligé de faire allusion à quelconque chantage électorale qui n’a aucun sens, s’agissant d’une telle question et qui m’apparait pour le moins déplacé.

 En qualité d’élue et, je pense que cette position personnelle, vaut pour l’ensemble des parlementaires ou des élus locaux, quelque soit leur appartenance politique, nous agissons en notre âme et conscience globalement au mieux de l’intérêt général, même si parfois, certaines options ou certains choix se révèlent à terme moins efficaces que les élus le prévoyaient.

 Je me méfie toujours de ces vérités et de ces leçons de morale à l’emporte-pièce que certains se croient obligés d’adresser aux élus, tant il est difficile de mener une politique cohérente, susceptible de satisfaire près de 65 millions de français et qui plus est, d’apporter des résultats positifs dans un délai que l’on souhaiterait le plus bref possible.

 Piloter un Etat comme le nôtre doit se faire avec une volonté de tout les instants, d’améliorer la vie de ses administrés et c’est l’objectif majeur que s’est fixé le Président de la République et son Gouvernement.

 On peut toujours polémiquer sur telle ou telle décision, reprocher d’en faire trop ou de ne pas en faire assez, mais c’est, en tout état de cause, de cet état d’esprit que sont animés les hommes et les femmes qui représentent la France au plus haut niveau de l’Etat.

 La question du droit à l’hébergement, est l’un de ces dossiers prioritaire aux yeux du Gouvernement et tout doit être mis en œuvre pour y apporter des réponses concrètes.

 Aucun état, ni en Europe, ni au Monde, n’a aujourd’hui trouvé les solutions adéquates pour éradiquer cette situation qui laisse dans la rue des personnes qui ont été victimes d’accidents de la vie et qui se retrouvent, très rapidement, totalement démunies et sans aucun repère.

 A la situation de ces personnes s’ajoute également celle des ressortissants étrangers arrivés sur un territoire national en toute illégalité, sans aucun visa, ni titre de séjour, et qui aspirent également à pouvoir disposer d’un toit.

 Là encore, s’il n’est pas question de laisser des familles dehors, il est aussi délicat de trouver des solutions « systématiques » qui aboutiraient à inciter un plus grand nombre de ressortissants étrangers en situation illégales à venir sur le territoire, s’ils étaient persuadés de disposer d’un logement.

 La priorité du Gouvernement doit donc être de résoudre le problème de logement de celles et ceux, français ou étrangers, en situation régulière, qui se retrouvent sans toit ou dans l’incapacité d’assumer seuls le paiement d’un loyer.

 Cela passe aussi par la solidarité nationale puisque c’est la population dans son ensemble qui contribue à travers les caisses d’allocations familiales, à prendre en charge une partie des loyers des personnes qui peuvent être ainsi hébergées, grâce aux allocations.

 Vous reprochez également au chef de l’Etat et à son Gouvernement de s’en remettre aux associations et à leurs membres bénévoles, pour faire face aux besoins de ces personnes sans logement.

 C’est faire peu de cas de l’action du Gouvernement et des politiques dans leur ensemble à destination de ces associations, qui, sans les subventions qu’elles perçoivent des élus locaux ou nationaux, ne parviendraient pas à exister.

 Dans le cas d’espèce il me semble plus important de verser des subventions à ces associations reconnues pour leurs compétences et leurs résultats en matière d’aide aux plus démunis, pour que cet argent puisse servir concrètement et directement à l’accompagnement aux personnes en situation défavorisées, plutôt que de demander à l’Etat de créer de nouveaux services et de recruter de nouveaux fonctionnaires pour accomplir un travail auprès des sans logis, des personnes fragiles, travail qu’ils n’effectueront, en tout état de cause, pas mieux que les associations elles-mêmes.

 Se pose, en revanche, la question de l’augmentation du nombre de logements ou de structures susceptibles d’accueillir ces personnes et vous émettez un certain nombre d’hypothèses concernant des bâtiments publics aujourd’hui inutilisés. Cette piste doit être à mon sens être examinée en tenant compte, bien évidemment, de l’ensemble des conséquences que cela entrainerait en terme d’aménagement, de mise aux normes de la sécurité des bâtiments, afin que les personnes hébergées ne soient pas non plus soumises à d’autres risques liés à une non-conformité des locaux, par exemple, car je ne doute pas que dans une telle situation, nous entendrions, alors, encore de nouvelles critiques formulées à l’encontre des politiques.

 Telle est la position dont je souhaitais vous faire part et restant à votre disposition, je vous prie de croire, Monsieur, à l’expression de ma considération distinguée.
                                                                                                                                    Le Député,

                                                                                                                 Fabienne LABRETTE-MENAGER


ET VOICI MA REPONSE :


Bonjour madame la députée,

 

 

Je suis Lucien Aymard, l'auteur de la lettre concernant les SDF et mal logés que vous a adressé par soutien l'un de mes correspondants blogueurs. Je vous avais, par ailleurs, envoyé ce courrier par e-mail à votre adresse à l'Assemblée Nationale.

Je me permets de répondre au mail que vous avez adressé à ce blogueur et  qu'il m'a transmis.

Je vous précise que mon courrier a pour point de départ un extrait du discours prononcé le 18 décembre 2006 par Monsieur Sarkozy, candidat à la présidence de la République. Il était alors question d'un engagement à ce que plus personne ne dorme sur le trottoir et n'y meure de froid dans les deux ans s'il était élu.

Partant de ce postulat, je n'ai effectué aucune espèce de chantage, j'ai simplement exprimé mon avis et, sans forfanterie, celui d'un grand nombre de nos concitoyens.

Je conçois que piloter un Etat n'est pas chose facile, ça l'est d'autant moins lorsqu'on dicte sa volonté y compris lorsque celle-ci n'a rien de commun avec le programme pour lequel on a été élu.

Lorsque vous parlez d'améliorer la vie des administrés, je suis persuadé, comme pour toute votre argumentation, que vous êtes sincère et croyez à ce que vous dites, mais je suis plus dubitatif quant à la manière dont  les choses se déroulent. La matière à polémiquer foisonne dans notre Etat depuis 2007, de la façon dont sont  imposées certaines mesures à l'erreur qui fait refaire un vote, ces trois dernières années sont émaillées d'excès qui justifient aujourd'hui la pauvreté des sondages à l'égard de la majorité. Preuve, s'il en était besoin, que sans être le représentant d'une couche de la population, je suis porteur de certaines idées partagées par un grand nombre.

Dire que l'idée du droit à l'hébergement est une priorité aux yeux du gouvernement me parait pour le moins exagérée quand on sait que la totalité des députés de la majorité a voté contre le projet de loi N° 1993. D'autre part, faire état d'une impossibilité en Europe comme dans le Monde, de résorber le problème des SDF ne peut que vous attirer mon acquiescement à ceci près qu'aucun chef d'Etat en Europe ou dans le Monde n'a fait de promesse d'éradication pour ne pas avoir à la tenir.

Les familles "sans papiers" ne viennent pas dans notre pays pour un logement me semble-t-il, mais pour tenter de vivre tout simplement. Je ne veux pas dire par là que je prône l'envahissement par les personnes en situation irrégulière, mais il y a matière à discuter sur la mixité des ethnies et des races dans la France de toujours.

La solidarité nationale, parlons-en, lorsque les CAF permettent le développement des marchands de sommeil et que les efforts des Don Quichotte sont réduits à néant par la destruction des tentes certes, posées bien en vue, par la grâce des CRS envoyés par l'Etat. De plus, c'est vrai que je fais peu de cas des efforts des politiques à destination des associations car ces efforts ne devraient pas être. Au lieu de jeter des millions en Afghanistan par exemple, on pourrait dépenser cet argent à payer du personnel et des infrastructures propres à aider les mal logés, cela participerait à la diminution du chômage et éviterait de se servir de bénévoles pour pallier certaines carences.

Ceci me conduit tout naturellement au point sur lequel nous semblons en partie en accord, à savoir l'utilisation des bâtiments publics inoccupés. Le financement des mises en conformité pourrait être assuré comme je le dis ci-dessus.

Encore une fois, je ne viens pas en donneur de leçons ou en détenteur de vérité, mais en défenseur des pauvres gens qui, si l'on en croit les statistiques, sont de plus en plus nombreux à l'image de ces retraités aujourd'hui obligés de fouiller dans les poubelles pour survivre ou de ces ouvriers à temps partiel qui dorment dans les rues pendant que les plus aisés continuent à voir grossir leur patrimoine démesurément. Certes, me direz-vous, il y a des riches et des pauvres dans tous les pays, mais ce qui m'importe ici, c'est la France et on y constate une grande différence de traitement entre les uns et les autres.

Je respecte votre position, mais permettez-moi de ne pas la partager totalement car je suis beaucoup plus proche des gens de la rue que ceux du parlement, toutes tendances confondues, ou presque.

Veuillez agréer, madame la députée, mes salutations républicaines.
                                                                                                                             Lucien Aymard

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article