Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 15:32

arrete_ramer.gifDepuis des lustres, on entend dire des abstentionnistes qu'ils sont allés à la pêche. En y réfléchissant, je me dis qu'en définitive, ce sont surtout les salariés, les chômeurs ou les petits patrons qui vont à la pêche, en majorité donc, les citoyens qui votent traditionnellement à gauche. Dès lors, bien des déclarations et des réflexions prennent un relief différent de l'expression consacrée. "Aller à la pêche" un jour d'élection, c'est forcément enlever un maximum de voix à l'opposition d'aujourd'hui. Ne nous y trompons pas, le fond de commerce de la droite en général et de l'UMP en particulier, soit environ 30% des citoyens, se déplace systématiquement et ne mégote pas sur tel ou tel point du programme qui lui déplait. Ces citoyens votent comme un seul homme pour soutenir la droite libérale quoiqu'il advienne et ce qui les arrange le plus, c'est que l'abstention soit forte, ceci  provoque mécaniquement la chute des voix de l'opposition. Et la voici chiffrée l'interprétation de l'expression : 38 millions de votants dont 11 pour la droite. Si l'abstention atteint 50% soit 19 millions, il reste pour la gauche 8 millions. On s'aperçoit ici que l'intérêt de l'UMP, est de prôner l'abstention compte tenu que les réserves de voix de leur côté sont quasi nulles, d'où démolir l'adversaire par le biais d'une action de sape.

Comment s'y prend-on ?

En premier lieu, on n'organise pas de campagne officielle sur les médias et on se garde bien de provoquer des débats contradictoires … et pour cause, pas de programme à étaler face à la gauche serait appeler la majorité au suicide.

Ensuite, on fait intervenir les directeurs de conscience de l'Etat qui précisent ne pas se mêler de la campagne mais en parlent quand même. Le petit chef qui explique que tout ceci est régional, sous entendu, de moindre importance, et n'entravera en rien la continuité d'une action menée à la demande du pays en 2007 (re-sous entendu : vous pouvez voter contre nous, ça ne servira à rien, autant vous abstenir). Le calife qui déclare sur la deux, comme un écho, nous avons été élus pour mettre en place un programme et nous continuerons puisque les français nous le demandent, les régions devraient même nous épauler au lieu de s'ériger en contre-pouvoir (en passant, les termes sont identiques à ceux utilisés par BX). Là, c'est un peu plus fin comme traduction : les français veulent qu'on continue, qu'ils n'aillent pas soutenir nos détracteurs régionaux, sous entendu : allez à la pêche.

C'est drôle, depuis le week-end dernier où le président d'une partie (de plus en plus réduite) des français a reçu les têtes de … liste UMP aux régionales, on n'a pas eu de compte rendu ébouriffant dans les médias et le langage est devenu le même pour tous. Les mots ne se ressemblent pas, ils se superposent, les arguments ne sont pas similaires, ils sont identiques. On ne voit plus qu'une tête derrière laquelle se cachent hommes et femmes de la majorité pour qu'ainsi tous parlent d'une seule voix, nous expliquent qu'il serait vain de penser que les choses changeront après ce scrutin et qu'une élection de mi-mandat n'est représentative de rien. Très exactement l'argutie contraire à celle avancée par Fion et Sark Ubu en 2004 quand l'un avait l'éviction amère et l'autre l'ambition débordante. A cette époque, la doublette infernale prétendait qu'il fallait tenir compte de la vox populi et organiser un remaniement gouvernemental géant.

Depuis, la doublette a renié la foi du charbonnier pour adopter celle de l'égoutier (deux métiers que je respecte d'ailleurs beaucoup plus que celui inventé d'homme politique), mais elle n'en est ni à un reniement, ni à une trahison près. Quand on a mis la main sur un bâton merdeux, on peut continuer à touiller la merde, sale pour sale, la main reste la même.

Voilà pourquoi, chers lecteurs amis, aminautes et amis pas nautes, l'UMP pousse à l'abstention, et voilà pourquoi, si vous voulez fesser ceux qui nous mangent la laine sur le dos et nous dépouillent de toutes nos richesses sociales et nationales, vous devez aller voter dès ce dimanche, et à gauche, bien sûr. Vous pourrez toujours aller à la pêche avant ou après le vote.

Je donnerai même dans la ringardise en vous rappelant que nos ancêtres, surtout les femmes, ont dû se battre pour acquérir ce droit que bafouent celles et ceux qui ne l'utilisent pas volontairement. Mieux vaut voter blanc que s'abstenir : ainsi on s'exprime.

Enfin, j'y reviendrai certainement pour le second tour, une bonne fessée dans les urnes au petit Roy le fera réfléchir, quoiqu'il en dise et quoiqu'en disent ses valets de pied.

Pour nous, le PS étant dans un état de délabrement avancé, le choix (comme de coutume) se porte naturellement sur le FRONT DE GAUCHE, en attendant le deuxième tour.

Pour vous, nous demandons simplement que vous alliez voter CONTRE LA BANDE A SARKO.

Merci pour les salariés, les retraités, les chômeurs et tous les opprimés sociaux de la Sarkozye qui ne doit plus être triomphante.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 22:59

gueule.gifDécidément, on n'arrête pas la connerie à l'UMP, et en matière de records, le petit BX, directeur de conscience de ce parti de bénis oui oui, est largement en tête.

Tous ses camarades candidats aux régionales sont à la ramasse dans les sondages comme dans les argumentaires totalement creux qu'ils tentent de développer, et lui, fanfaronne comme le Tartarin de Tarascon (con) du Nord qu'il est. Un vrai coq, je vous dis, capable de chanter dès le matin, les deux pieds dans la merde ou debout, bien droit, sur un tas de fumier, le fumier qu'il a lui-même accumulé pour se donner un peu plus de hauteur, quitte à oublier l'odeur qui se répand avec ce monticule nauséabond.

Il n'a rien à proposer, rien à dire sur le programme transparent de son ramassis de pauvres bourgeois adorateurs du phénix, alors, il dénigre, il maudit, il dénonce des dérives chez les autres qu'il a lui-même organisées.

Dans une interview au journal Le Parisien (il ne se frotte jamais aux journalistes de l'Humanité, c'est bizarre …) il explique qu'il croit plus au grand chelem de l'équipe de France de rugby qu'à celui de la gauche aux régionales.

Il annonce la couleur des "débats" qui suivront la branlée monumentale de l'UMP. Les petits soldats du sarkozysme devront donc appuyer sur le fait que la gauche n'a pas réussi à tout rafler, si tel est le cas et inutile de dire qu'il prie plusieurs fois par jour pour que son parti conserve au moins une Région, car si la carte de France se teinte totalement en rose, il ne lui restera plus qu'à tenter de culpabiliser le peuple.

Pour lui, Martine Aubry a fait un pronostic très arrogant. C'est vrai que dans son camp, des arrogants, il n'y en a pas … enfin, pas trop, à part Lefebvre, la quasi totalité des ministres, lui et son idole. C'est vrai que, pour lui, ce n'est pas arrogant de déclarer que les réformes continueront même si les citoyens ne sont pas d'accord, tout comme il n'est pas arrogant d'expliquer que lorsqu'une grève a lieu en France, personne plus ne s'en aperçoit.

Pour faire bonne mesure, il nous gratifie de l'argument le plus fallacieux qui soit car il découle des magouilles que son chef et ses camarades ont organisées, j'ai nommé : l'explosion de la fiscalité.

Qui a décidé de décentraliser la gestion et l'entretien de certaines parties de notre patrimoine, comme les routes nationales, sans donner le budget nécessaire, sinon les calculateurs de l'UMP ? Qui a fait voter les lois de décentralisation dans les mêmes conditions, sinon l'UMP. Il est facile ensuite de reprocher à la gauche qui gère les Régions d'augmenter les impôts.

Quant aux questions subsidiaires qu'il pose sur la gestion de gauche, il est facile de répondre tant l'argumentation est pauvre :

-"Qu'ont-ils fait pour s'opposer à la montée du chômage ?

- Beaucoup mieux que le gouvernement que vous soutenez, puisqu'ils ont embauché les fonctionnaires territoriaux que vous leur reprochez aujourd'hui.

- Qu'ont-ils fait pour les transports ?

- L'amélioration des TER pendant que vous bradez la SNCF et les bus à 1 euro dans certains départements à titre expérimental en attendant l'extension à la Région et aux transports collectifs en général (comme en Languedoc Roussillon)."

Allez ! Vous allez boire le calice jusqu'à la lie. Je vais vous asséner les petitesses du nain de service :

-"Le PS est dans une logique d'anti-sarkozysme. C'est leur fil conducteur depuis 2007, mais ça ne fait pas un projet. Les Régions n'ont pas joué le jeu du plan de relance parce qu'elles ont leur logique ahurissante d'être des contre-pouvoirs. Or, nous avons besoin de Régions partenaires de l'Etat, pas de Régions adversaires."

Pour le cas où certains de mes aimables lecteurs auraient besoin de décryptage, je me fais un plaisir de leur donner les clés nécessaires à la compréhension de ce salmigondis d'absurdités.

Depuis 2007, effectivement, les opposants au régime instauré par le nouveau despote français (donc, pas seulement le PS) se sont fait les portes paroles des véritables démocrates qui combattent le totalitarisme du Roy Sarko et il aurait été à la fois malvenu et anti-démocratique que les Régions agissent autrement. Alors que l'Etat, que dis-je, le roi de l'Etat impose sa volonté aux Régions sous prétexte qu'il a été élu pour appliquer son programme, comment les élus régionaux abandonneraient-ils celui pour lequel ils ont été mis en place pour le bon vouloir de sa disgracieuse majesté ?

BX a besoin des Régions partenaires et non adversaires ?

Faites payer le ravalement de votre façade à votre voisin et demandez-lui en même temps de vous prêter sa voiture. Vous allez voir la coopération qu'il aura envers vous. C'est tout à fait ce que fait l'Etat avec les Régions.

Allez, BX, quand on a autant de bons arguments à faire valoir que ceux que vous étalez dans votre presse préférée, on reste dans son coin et surtout, on ferme sa gueule.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 23:28

leroi.gifLa folie des grandeurs, la mythomanie géante mais aussi les idées fixes et le port d'œillères : ainsi pourrait-on qualifier l'"ordonnateur du Grand Paris".

Dans la série "les bâtisseurs de l'Elysée", il veut se distinguer par le gigantisme de son œuvre, laisser à la postérité une présence magistrale de son passage, à moins qu'il ne veuille préparer sa retraite de petit président en créant dès à présent une enclave genre Etat dans l'Etat dont il se ferait nommer président … pourquoi pas à vie.

Pompidou a fait bâtir Beaubourg, Giscard a fait créer le TGV, Mitterrand est le père de l'Opéra Bastille, de la Pyramide du Louvre et de la bibliothèque qui porte son nom et Chirac a fait construire le musée des arts premiers (appelé musée du quai Branly ... normal pour un branleur).

Eh bien lui, le plus petit de tous par la taille, veut s'octroyer la paternité de l'œuvre la plus colossale : Le Grand Paris.

Attention ! Les choses doivent se faire en grand, d'après les déclarations qu'il a faites au bimestriel "Architecte Aujourd'hui", Paris devrait s'étendre jusqu'au Havre, rien que ça. En plus, partout où c'est possible, les pavillons devraient être remplacés par des immeubles, des nouvelles tours et au besoin, les maisons devraient être collées les unes aux autres.

Il veut, le bougre, stopper la dérive pavillonnaire qui gangrène nos paysages et escamoter le périphérique qui "constitue un mur" (ce doit être ça qu'on appelle le mur du çon).

Il a des comparaisons qui dénotent une finesse d'esprit digne d'une feuille de papier de verre :

-"Paris est un cœur coupé de ses membres, menacé d'infarctus."

C'est ça qu'il aimerait le pitchou, que nous soyons des cœurs pour donner et des membres pour bosser, sinon, infarctus pour se débarrasser de nous. Franchement, dites-moi, vous imaginez un cœur avec deux bras, deux jambes et une verge pour les hommes, le tout menacé d'infarctus ? Avec lui, ce ne sont plus des métaphores, ce sont des mets ta veste et casse-toi.

J'ai gardé pour la fin le morceau de bravoure de son délire onirique.

Il veut rapprocher la "philharmonie" de Paris en cours de construction et qui doit ouvrir en 2012 (?...) avec le projet "commercial, culturel, sportif et récréatif" du groupe AUCHAN. Ce complexe qui, parait-il, va surprendre, devrait voir le jour entre Paris et Roissy dans le Nord Est parisien. Ce sera le nouveau prototype d'un urbanisme commercial à visage humain. En clair, si on comprend bien le projet, on pourra acheter dans cet Auchan des DVD de "La ferme des célébrités en Afrique". Commercial = achat, culturel, sportif et récréatif = La ferme. CQFD. Et de reprendre à son compte l'idée du tout jeune architecte Frank Gehry (81 ans le 28/02) : relookage de la tour Montparnasse pour en faire un symbole de la créativité échevelée du nouveau Paris. Putain que c'est bien dit, mais qu'est ce que ça veut dire ? La créativité échevelée, c'est probablement celle des mecs qui souffrent d'alopécie.

Allez, je vais être terre à terre. Ce que veut notre saigneur, c'est créer une espèce de région qui pourrait écraser les autres par sa dimension, sa vitalité et les capitaux qu'elle drainerait, dont il serait le maître absolu depuis  la capitale nommée Neuilly. Il laisserait le reste du pays à son successeur élyséen, sauf, peut-être la côte d'azur où il passe des vacances en paix près de belle maman pendant que les agriculteurs trempent dans leur jus (pardon leur lait).

C'est qu'il en a des idées de grandeur notre Roy, d'ailleurs, elles sont si grandes qu'elles le dépassent.

Bon, la France en 1180 allait de Sens à Vernon et d'Orléans à Senlis, il lui reste donc à annexer les boucles de la Seine de l'ancien duché de Normandie, et le voilà juste au-dessus de Louis VII le pieux (lui, c'est Nico 1er le plumard), au milieu du règne de Philippe Auguste, vers 1204… quand je vous le dis qu'on régresse …

Encore un effort, petit homme, et je vais vivre dans le comté de Barcelone, à moins que je ne reste Cathare … et toujours contestataire du roi de France.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 23:19

race.gifComme le disait mon père, un con sera toujours un con, même habillé en homme.

Aujourd'hui, cette pensée pour profonde qu'elle soit, s'applique également aux femmes, et surtout aux politiques de tout sexe mais pas de tout bord.

Pour se voir correctement appliquer cette devise, il est indispensable d'appartenir à l'UMP ou assimilé et être candidat ou souteneur de candidat dans le département du Val d'Oise. C'est le cas d'Axel Poniatowski, fils du prince polonais Michel Maurice Poniatowski, ardent soutien de la peine de mort pendant qu'il était ministre de l'intérieur de Giscard et fin nageur en eaux troubles de l'OAS à l'accusation infondée de Patrick de Ribemont sur l'assassinat de Jean de Broglie. C'est aussi celui de Francis Delattre, autre calamité née le 11 septembre (mais en 1946), notoirement inconnu de Wikipedia.

Ces deux écornifleurs de la raie publique sont des adeptes du touillage de merde, mais pas n'importe laquelle, celle qu'ils vont fabriquer chez les autres mais surtout pas celle qui traîne chez eux … et pourtant, sans avoir besoin de gratter le vernis bien profondément, on peut trouver pire chez eux que chez les autres.

Ces deux messieurs et leurs soutiens se vautrent dans une affaire qu'ils ont montée de toute pièce en allant chercher des petits larcins à un candidat PS nommé Ali Soumaré et en lui attribuant un casier judiciaire long comme le bras. Ironie de l'histoire, le bras est amputé d'un bon morceau, le meilleur même, puisque le plus gros délit appartient à un homonyme. Ce n'est pas grave pour ces sous produits de la politique, ils insistent encore sur le reste. En fait, il faut expliquer au monde que le seul soutien aux noirs qu'apportent ces apprentis fascistes, sont en direction d'Obama, mais en France, leur racisme n'a d'égal que la haine de la noblesse pour le peuple pour l'un et la haine basique de tout ce qui ne dit pas amen pour l'autre. C'est tout simplement par racisme que ces deux énergumènes ont tenté de déshonorer Mr Soumaré. Certes, ce dernier a peut-être commis des actes répréhensibles dans sa jeunesse, mais dès l'instant où il a payé pour cela, il ne doit plus rien à personne et surtout pas à ces deux amnésiques et à leurs complices (car il fallait des complices au sein des tribunaux pour connaître certains faits).

Je parle d'amnésiques car, voyez-vous, je n'ai jamais entendu un seul mot de leur part à propos des condamnations de Devedjian et Madelin suite au vol, dans la nuit du 5 au 6 août 1965 de la SIMCA 1000 immatriculée 73 QT 83 à La Croix Valmer. Poursuivis ils sont ramenés au bateau de Madelin dans lequel les gendarmes trouvent un 6,35 avec 5 balles, des pièces de voiture, et la carte d'identité de Melle Eliane Castells. L'enquête déterminera les quelques peccadilles suivantes à mettre à l'actif de nos deux rigollots :

-"Vols d'une SIMCA 1000 à St Cyr le 02/08/65, un moteur de bateau à Laréol le 19/07/65, de pièces d'identité à Villefranche de Lauragais le 23/07/65. Usage de fausses plaques d'immatriculation le 6/08/65 à La croix Valmer et détention d'arme à Cavalaire le même jour."

Le résultat de l'équipée est inscrit au casier judiciaire : 1 an de prison avec sursis et 3 ans de mise à l'épreuve.

Voilà, les amnésiques, je vous rappelle que ces faits sont vérifiables dans les archives de Nice Matin et si vous avez la flemme de chercher, l'article est reproduit ici.
Je ne voudrais pas clore ce papier sans donner un petit coup de pied au cul de BX (le petit patron de l'UMP, successeur de … Devedjian).

L'ignoble nous raconte que les choses se sont éclairées et il ajoute, je cite :

-"Le maire de Franconville (décomposez les trois syllabes en lisant le nom de la ville, ça correspond au maire) Francis Delattre a présenté ses excuses pour s'être trompé sur l'une des cinq affaires judiciaires attribuées au jeune candidat d'origine malienne. Il y a en revanche les autres sujets pour lesquels Ali Soumaré aurait dû s'expliquer dès le départ parce que je pense que la transparence est une condition indispensable quand on sollicite la confiance des électeurs."

Cette déclaration se passerait presque de commentaire s'il n'y avait cette arrière pensée de merde digne d'un adepte du nazisme : "candidat d'origine malienne". On ne lui demande pas s'il a remplacé un élu d'origine arménienne ou s'il soutient un président de la république d'origine Hongroise, et encore moins si ses ancêtres descendent des Huns ou des autres. Et au sujet de la transparence, il ferait bien de mettre des lunettes et de regarder au sein de l'UMP et ses Carignon et autres Pasqua pour ne pas dire mieux.

Ah, ce Bertrand, il est vraiment comme les roquets, toujours prêt à mordre, mais il a de toutes petites dents. Tiens, je le verrais bien en Yorkshire, comme chien de président. Mitterrand a eu son labrador, Chirac son bichon et Sarko son York … la taille du chien diminue avec le temps, comme l'intelligence des hommes politiques de droite.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 19:19

raison.gifVous avez dit solidarité ?

Ce mot, à lui seul nous parle d'une actualité brûlante savamment diluée dans les médailles olympiques et la Sécurité Sociale d'Obama par les médias nationaux à l'écoute attentive du pouvoir.

Ce mot comporte un début "SOL" de solitude et une fin "ITE" qui donne congé. On pourrait donc penser à la fin de la solitude, mais hélas, les seules lettres qui sont retenues constituent le centre du mot "DAR" qui évoque la blessure, la piqûre, le meurtre. Notre pays est donc en train d'interpréter ce mot comme la mort de la fin de solitude, en d'autres termes, le retour à la solitude, donc l'abandon de l'entraide. Et les preuves nous arrivent en foule justement dans cette période d'heures sombres pour la société et ses acquis. Je sais que ce mot "acquis" révulse et hérisse le poil de tous ces petits bourgeois de droite qui se prennent pour ce qu'ils ne pourront jamais être : des citoyens réfléchis. Tous ces minus qui prétendent à l'instar de leur idole macro présidentielle qu'il faut remettre en cause justement ces acquis pour mieux réformer le pays. Certes, comme j'ai eu l'occasion de le dire, réformer est nécessaire à l'adaptation de la société au siècle dans lequel elle vit, mais adapter ne veut pas dire reculer et il n'est nul besoin de prendre en exemple les pires choses qui se font "ailleurs" pour justifier les exactions sociales de nos gouvernants. Que se passe-t-il aujourd'hui ?

Tout d'abord, on a les retraités dans la rue, et ils ont bien du mérite car ce ne sont pas les journaux télévisés qui les ont informés sur la tenue des manifestations de ce jour. Ils sont dans la rue pour demander à notre gouvernement de fantoches un permis de vivre plus décemment et si possible plus longtemps. A l'heure des largesses de notre souverain à l'égard de l'étranger et des marchands d'armes qu'il fait travailler en expédiant toujours plus de chair à canons dans des lieux où notre présence n'est nullement indispensable, nos retraités crèvent de faim et sont obligés d'abandonner les mutuelles qu'ils ne peuvent plus payer. Elle est belle la solidarité telle que nous la montre notre exécutif ! Il a d'autres soucis que celui de veiller sur les anciens, ceux-là même qui apportent une grande partie des voix de la droite sarkophile. Des manifs, ils peuvent en faire autant qu'ils veulent les vieux, nabot et ses boys n'en ont rien à secouer. 674 euros par mois pour cette dame qui nous a gentiment expliqué ce midi qu'une fois le loyer et la nourriture réglés, il ne lui reste plus de quoi se payer un loisir type cinéma ou théâtre, ou cet autre monsieur qui se considère comme privilégié avec ses 1300 euros par mois mais qui vient manifester parce qu'il pense à ses petits enfants. Cette dame enfin qui vient de prendre une retraite bien méritée et passe du jour au lendemain de 1600 à 1096 euros par mois…

Et l'autre tordu qui veut faire travailler les gens plus longtemps, on sait pourquoi : il y aura de moins en moins de vieux et de plus en plus de morts et ceux qui cotiseront encore permettront de … de rien du tout parce qu'ils seront de moins en moins nombreux puisque les boites ferment à tour de bras créant des chômeurs âgés en plus des jeunes qui arrivent sur le marché de l'emploi … mais, chut ! Ce n'est pas la même caisse, chômeurs et retraités ne sont pas payés par les mêmes instances. Et d'un !

Autre solidarité notoire, celle des syndicats de TOTAL.

En voilà des lèche-cul, ils prennent le train de la grève en marche, suivent les ouvriers de toutes les raffineries qui, par solidarité avec Dunkerque, ont voulu se mettre à l'unisson de leurs camarades du nord dans un mouvement de défense de leur outil de travail, pour enfin commander la reprise (suspension qu'ils appellent ça) en larguant les ouvriers de la raffinerie nord. C'est beau la solidarité dans ce sens, ils ont obtenu que les autres établissements que Dunkerque ne fermeraient pas dans les 5 ans et ça suffit à leur bonheur quant aux camarades touchés dans l'immédiat, on les largue. On conserve notre boulot : ils n'ont qu'à se démerder … le "DAR" de solidarité.

Eh ! Les gars, il ne vous est jamais venu à l'esprit que sans fermer une raffinerie on peut en réduire le personnel de façon drastique et mettre à la porte l'équivalent de deux ou trois sites ? Et si vous faisiez partie de la prochaine charrette des vidés ? Ca vous ferait quoi d'avoir appelé à la reprise ? Des regrets seulement ou des remords ?

Et pendant ce temps là, fidèle à son incorrigible tendance au n'importe quoi, le PS nous envoie des signaux qu'il voudrait en morse mais qui sont en bègue. Ils sont solidaires de leur tête de liste du Val d'Oise, trouvent des raisons valables à la nomination d'un des leurs au Conseil d'Etat, comprennent la collusion d'un ancien avec Sarko pour le Conseil Constitutionnel et excluent les amis de Frêche au prétexte qu'ils sont restés sur la liste de celui-ci pour qui on veut monter une cabale dans le but de déstabiliser Ségolène Royal. Comment voulez vous monter dans un voilier dont la barre suit le mouvement des vagues sans tenir compte de la direction du vent.

Finalement, ces rigollots du Parti Simpliste, finiront par donner raison à Sarko qui veut être leur Directeur des Ressources Humaines. La solidarité, au PS, c'est une affaire de courant mais il s'agit probablement de courant alternatif.

Finalement, j'ai une suggestion quant au mot "solidarité". Prendre en considération le "AR" symbole d'Aller et Retour et lire le reste …. "Solidité".

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 23:19

vieille-canaille.gifSinistre de l'éducation, on comprend pourquoi il a été viré de ce poste. L'éducation, elle ne lui sort pas par le nez, les yeux ou les oreilles, si elle devait sortir de lui, ce serait plutôt par un orifice nauséabond que la décence et la bienséance me retiennent de nommer.

Sinistre du travail, il est nettement mieux placé pour mener des actions coup de poing en dehors de ses heures de bureau ou des horaires de son secrétariat. Il applique à la lettre le "travailler plus pour gagner plus" dans le ferme espoir que son idole, par cette formule magique, aura trouvé le moyen de faire mettre en valeur la pauvreté de ses compétences. Eh oui, comme l'énonce le principe de Peter, chacun tend à atteindre le seuil de son incompétence. La théorie est exacte et frappante, il suffit de se rendre sur Wikipedia pour la détailler, seulement, il existe des exceptions dont celle de Dard Cosse qui a réussi, comme d'autres sinistre du casting royal de Sarko, à dépasser allègrement ce seuil.

Voyons donc de quoi est capable ce virus de la politique pour tenter d'être élu en Aquitaine aux prochaines régionales.

J'ai une tante âgée de 90 ans qui demeure sur la Pointe de Grave. En début de semaine dernière elle a reçu une communication téléphonique de la secrétaire du candidat Dard Cosse lui vantant les mérites incommensurables de son patron, lui expliquant qu'il était le meilleur candidat possible pour l'Aquitaine parce qu'il détenait les clés pour améliorer le devenir de la Région de par sa position au gouvernement. Cet homme est un homme de foi et de parole auquel il faut accorder toute confiance, c'est le mieux placé pour éradiquer l'insécurité qui a pris des proportions considérables sous la présidence socialiste de la Région. Un comble quand on sait que les promesses faites depuis des années par la droite n'ont abouti à rien d'autre qu'à des lois liberticides inapplicables et surtout inefficaces puisque la délinquance stagne et nos libertés se meurent.

La question subsidiaire qui a été posée à ma chère tante par la suite laisse pantois :

-"Est-ce que vous voterez pour la liste de Xavier Darcos à la prochaine élection ?"

La réponse a été à hauteur de la question :

-"Je ne connais pas ce monsieur et je ne vote pas pour les inconnus. Envoyez-moi un dossier sur lui et je verrai."

Sur ces bonnes paroles, ma tante a raccroché et m'a appelé pour avoir quelques  tuyaux sur le triste sire. Je ne vous précise pas qu'elle a reçu ma bénédiction urbi et orbi avec la demande de canonisation du saint apôtre du Roisident.

Tout ceci pour vous expliquer comment le sinistre du travail racole comme le font les prostituées de luxe, par téléphone, en vantant son "corps" car il n'a rien d'autre à proposer. De plus, et là comme le font les prostituées sur le trottoir, il rabat "le client ou la cliente" qu'il soupçonne être le plus facile à convaincre.

Ainsi, il cherche à appâter les anciens auxquels il distille des joyeusetés sur l'insécurité qu'il est seul capable de juguler et en profite, comme tous les tordus de l'UMP, pour dénigrer la gestion du sortant.

Il existe deux méthodes pour tenter de se mettre en avant, soit on prouve qu'on est le meilleur, soit on tente de dénigrer l'adversaire. La première méthode est honorable, la seconde est utilisée par les incapables, et c'est, au hasard, celle qu'utilise notre (enfin, pas le mien) ministre candidat.

Le costume qu'il tente d'enfiler est beaucoup trop étroit pour lui, mais la veste qu'il va prendre ressemblera à un pardessus.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 22:58

don_camillo.gifM'enfin, gras du tif, comment avoir le toupet de demander au PS d'élever le débat ?

Il est scandalisé mon saigneur Lefebvre de constater que les dirigeants du PS s'attaquent à l'idole à talonnettes et ses boys.

D'abord, cadrons les choses une fois pour toutes. Si le PS élève le débat, lui, l'archevêque de la religion sarkozyste ne pourra pas l'atteindre car il ne peut dépasser la hauteur de la vase de fond, son idole non plus, d'ailleurs, car il n'aura pas la taille pour y arriver.

Cela posé, que nous raconte l'inénarrable gras de la tronche ?

Le PS n'a plus rien d'un parti de gouvernement. C'est vrai qu'à l'UMP, on est un vrai parti de gouvernement puisqu'on dit toujours oui au seul décideur de la majorité actuelle : sa majesté Naboléon. Comme l'Etat c'est lui et que les élus godillots disent amen en se prosternant aux pieds du petit homme comme on dépose des carpettes ou un tapis bleu (rouge ne peut pas être le mot, ça les ferait crever de daltonisme), les traîne-savates constituent bien un parti de gouvernement.

L'archevêque reproche à Martine Aubry d'insulter le président et le premier sinistre, en admettant que ce fut la vérité, elle ne ferait que rendre au millième ce que font régulièrement les deux affreux jojo de l'exécutif. Le roi profère carrément des insultes à la foule et son vizir, beaucoup plus sournoisement, insulte l'honneur des salariés et retraités entre autre. Tout ceci, le prêcheur carnivore en fait une crise d'amnésie, quant à poser la question :

-"Où se croit le PS ?"

Je me permets de lui donner la réponse :

-"Dans la dictature qu'il soutient."

Comme d'habitude, enfin, il atteint des sommets en matière de connerie lorsqu'il prétend que seul le PS pense que la campagne des régionales est un champ de bataille où tous les coups sont permis et utilise des méthodes indignes d'un pays démocratique.

Une fois encore, je vais me faire un devoir de remettre ce type dans le droit chemin, par mes mots, parce que je n'ai pas la jambe assez longue pour le faire à coups de pieds au cul.

La majorité, angélique à souhaits, nous explique qu'il est normal qu'une ministre des DOM TOM veuille privilégier l'Ile dans laquelle elle est née sous prétexte que ça lui fait mal de voir qu'on donne de l'argent aux autres DOM TOM et cette ministre, elle-même tente de nous faire avaler que ce sont des extraits de son discours qui sont publiés par les médias, comme si on allait croire que tous publieraient le même extrait. Non seulement, pour elle, tous les coups sont permis, mais en plus elle tente de nous enfariner. C'est peut-être parce que la période est au carnaval qu'elle veut nous déguiser en cons.

Et ce n'est qu'un exemple des contre pieds que l'on peut faire à l'archevêque. Tiens, on peut parler aussi des interventions à répétition du "Président de TOUS les français" qui mène allègrement campagne au seul bénéfice de son camp ou ce premier sinistre qui conspue l'opposition sur les bancs de l'Assemblée au seul motif qu'elle n'est pas en accord avec sa politique de riches. Et lui, par les propos qu'il tient dans ce dernier acte de bravoure, pour qui il la prend la campagne ? Et tous ces peigne zizis qui critiquent le PS ou Georges Frêche pour des propos qui n'ont rien de plus infamant que ceux tenus sur les homosexuels par le député UMP Christian Vanneste,et qui pour le coup trouvent cela hilarant.

Je vous dis non ! Non, mon saigneur, nous ne sommes pas en démocratie, nous sommes dans une république, oui, une république bananière et vous êtes le porte parole des loups qui hurlent avec les singes bananiers.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 22:28

vieux reveAujourd'hui c'est le jour "J". J comme "jusant", cette marée qui descend naturellement mais que notre micro président fait tout pour accélérer lorsqu'il s'agit de détruire les acquis sociaux de ceux qui travaillent pour le nourrir, lui et ses carpettes.

Il a décidé, d'ailleurs il décide de tout, que c'était aujourd'hui qu'il devait parler retraites (entre autre) avec les partenaires sociaux.

Fion et Dard Cosse ont déjà largué des boules puantes sur le sujet, histoire de commencer à convertir les pauvres d'esprit qui croient que le régime général des retraites est en train de s'effondrer, les gogos qui sont persuadés que c'est de la faute des ouvriers si leurs retraites baissent ou que les vieux que nous sommes sont en train de manger le pain des générations futures.

Les deux grands arguments qui sont assénés par les partisans de la destruction des retraites (je vous rappelle qu'il existe des socialistes dans le lot) et repris en chœur par les médias, sont le vieillissement de la population et la baisse du nombre de cotisants par rapport au nombre des retraités.

En y regardant de plus près, on s'aperçoit que les chiffres qui circulent dans les médias sont en grande partie en contradiction avec une réalité quotidienne qui est diffusée à petites doses.  On nous parle du nombre d'actifs qui diminue par rapport au nombre de retraités qui augmente, mais on oublie de nous expliquer que la chute des emplois est accélérée par la fermeture des entreprises due aux délocalisations. A coup de 400.000 emplois par an supprimés par les entreprises ou même l'Etat qui donne l'exemple en la matière, il n'y a rien d'étonnant à voir le nombre d'actifs diminuer. Voyez un peu, pendant que les élus péroraient autour d'une table d'hôte à l'Elysée, on proposait à des cadres de Philips un poste à 450 euros à Székesfehérvár en Hongrie, un bled introuvable sur la carte d'Europe (bonjour à qui accepte lors du retour pour la retraite  ….)

A ce régime, d'ici à 2050 qui semble être la date d'horizon de notre saigneur, ce sont 16 millions d'emplois qui seront effacés de la carte du travail. Compte tenu de l'augmentation démographique, on peut déduire que ce sont ces destructions qui créent le déséquilibre. Moralité, on veut faire payer aux salariés les conséquences des dérives du capitalisme libéral et leur réduire les revenus pour mieux augmenter celui des patrons et actionnaires de tout poil.

Qu'ont-ils donc fait de leur peau les élus et les partenaires sociaux en ce jour maudit de février ?

Ils ont acquiescé aux incantations du Dieu vivant qui donne le départ de "négociations" au mois d'avril (juste après les régionales), parle de prendre tout le temps pour dialoguer et limite ce temps à septembre, juste à la fin des vacances, quand les gens sont fauchés et ne peuvent pas se permettre une grève. La preuve donc que le sort des retraites est déjà bouclé et que la fameuse concertation ne sera, comme d'habitude, qu'un faux alibi. Le pire, dans l'histoire, c'est que nos syndicats semblent prendre la chose avec une certaine philosophie puisqu'ils veulent simplement "marquer leur réprobation" avec une journée de grève générale qui sera suivie par 5% des salariés écoeurés de la manière dont on se paye leur tête dans les arcanes du pouvoir syndical. A croire que tous ces dirigeants élus pour représenter les actifs sont devenus comme les politiques, conservateurs de leurs places et des prérogatives qui s'y rapportent. A croire qu'ils attendent que tous ces gens qu'ils appellent "la base", lassés de se sentir bernés de toute part, prennent leur sort en main, ce qui leur fournira l'alibi suprême :

-"On est obligés de prendre le train en marche pour éviter les débordements des inorganisés."

Vous avez pu constater que seule la représentante des patrons était optimiste car le roi était allé dans le sens qu'elle souhaitait et dans le même temps, les représentants des travailleurs promenaient la mollesse de leurs protestations de micro en micro avec des plaintes sur la durée limitée des discussions à venir où le besoin de rechercher un front commun pour une journée d'action. J'en ris encore.

Syndicats ! Où est passée votre combativité ? Où est passée votre notion de lutte pour le progrès social ? Où sont passés vos dirigeants qui "mouillaient la chemise" autrement que par la diarrhée de trouille ?

De tout temps, il a fallu avoir des choses dans le pantalon pour représenter les salariés. Aujourd'hui, ces choses sont des poches et vous les rempliriez que ça ne m'étonnerait pas.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 00:12

retour_idiot.gif

Coucou, nous revoilà !!!!
Finalement, on a décidé de jouer les prolongations, on a éclusé la totalité des RTT qui nous restaient pour le mois de janvier. On n'a plus maintenant que quinze jours de février et autant pour chaque mois à venir.

Bon, je vous raconte des blagues, nous sommes en RTT en permanence mais on a parfois besoin d'un peu décompresser.
Cela dit, nous voici d'attaque pour dégommer quelques tordus qui se prennent pour des femmes ou hommes politiques mais ne sont que les laquais et cireurs de chaussures du saigneur à talonnettes.

La cible de choix de ce jour est le nommé Beurgh, sinistre de la fonction publique. Il défend l'indéfendable, il argumente sur du vent ce qui explique que ses arguments sont creux. Ce type a décidé de justifier le décret sur la mobilité des fonctionnaires.

Il faut savoir que le mot mobilité englobe tant la partie fonctionnelle que la partie géographique, ce qui signifie qu'un fonctionnaire peut (et même doit maintenant) changer de boulot et de ville.

Il faut être sacrément tordu pour justifier que les compétences requises pour un poste peuvent s'adapter. Il est vrai qu'un instit pourra toujours devenir secrétaire d'académie, mais qu'en est-il de l'inverse.

Il y a donc fort à parier que côté fonctionnel, des changements d'affectation pourront se faire, mais il est plus que probable que ce sera vers le bas, sans pour autant que ce soit déshonorant. Un directeur pourra toujours assurer un travail de balayeur, mais rarement l'inverse (quoique …!). En ce qui concerne la mobilité géographique, c'est encore plus vaporeux, si le sieur Beurgh pense qu'un fonctionnaire qui a sa vie établie à Montpellier va accepter une mutation à Vichy, Brest ou Lille, il se plonge le doigt dans l'œil jusqu'au coude et plus si affinité.

Les deux arguments choc du sinistre à lunettes sont que le décret fait suite à une large concertation avec les syndicats dont 6 sur 8 ont signé le protocole et que la règle précédente voulait qu'un agent occupant un poste supprimé devait accepter le poste qu'on lui attribuait sous peine de révocation et de perte de ses droits à l'allocation chômage.

Juste une petite remarque, on devait lui proposer un poste dans la même résidence et les allocations chômage, les fonctionnaires cotisent pour mais n'y ont jamais eu droit. Une absence de mémoire ministérielle est probablement à l'origine de ce couac.

D'autre part, comment expliquer que 7 des 8 organisations syndicales ont décidé de boycotter la réunion d'explication qu'organisait le sinistre aujourd'hui ?

Probablement parce que le décret correspond à la loi votée en catimini l'été dernier et pas au protocole signe par les syndicats, mais, chut ! Il ne faut pas vexer le roi puisque c'est lui qui a décidé.

En résumé, on va proposer à monsieur Dupont, professeur des écoles à Béziers, successivement trois postes de secrétaire de mairie à Grenoble, Beaune et Guéret et on pourra se débarrasser de lui car il y a fort à parier que, marié à une ouvrière d'usine, père de famille et propriétaire d'une maison, il refusera toute mutation. Ce n'est qu'un exemple, mais il y a d'autres méthodes, comme celle de proposer des postes identiques dans des résidences de plus en plus éloignées du domicile.

Et ce mec là ose dire qu'il mène de vraies réformes. Il confond certainement les mots et remplace destruction par réforme : il y a quand même trois lettres communes …

Et le coup de grâce arrive avec le bémol qu'il met sur la titularisation des contractuels annoncée à grands renforts de mensonges par son idole. Il donne tant de critères que les pauvres gens ne rentreront jamais dans l'une des catégories qu'il définit et qui vont du CDD au CDI en passant par le reconnaissance de l'expérience et l'emploi abusif : que des qualifications abstraites et forcément au désavantage des personnels concernés.

Toujours égal à lui-même ce Beurgh, il détient la vérité, sa vérité, enfin, celle qui lui est ordonnée par son guide spirituel, son mentor, son gourou, son idole : le saigneur à ressorts.

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 21:43

Eh bien, quand on entend Fion, on se dit que finalement il est encore pire qu'on peut imaginer.

Je l'ai entendu raconter que la gauche voulait transformer l'élection régionale en scrutin national. Il a même ajouté que la gauche refusait tout changement dans le pays.

Mais qu'est-ce qu'il croit, le premier sinistre ? La gauche est pour le changement, le vrai, pas celui qui consiste à détruire les acquis sociaux, ni celui qui engage les plus riches à faire de plus en plus de bénéfices. Les changements, à gauche, c'est autre chose que l'on souhaite. C'est l'abandon de toutes les destructions organisées par cette droite infernale, c'est la face tournée ver le progrès social, c'est la mise en avant de l'homme au détriment de toute autre théorie passant par l'argent et le profit, c'est enfin le retour des libertés bafouées par ce gouvernement que le souriant Fion dirige.

Alors, maître fantoche, quand vous assurez que la gauche française est contre le changement, je vous dis oui, mille fois oui, la gauche et ses supporters sont contre le changement, mais surtout contre le votre, celui qui favorise vos amis au détriment de la France qui travaille et vous apporte l'argent que vous mangez inutilement.

Vous ne détenez pas la vérité sur le changement. Certes moi non plus, mais je suis dans le camp des ouvriers, des opprimés, des exploités, des trompés, des reniés, en quelques mots, celui diamétralement opposé au votre.

 

Sur ces paroles, chers lecteurs, je vous donne rendez-vous à Lundi car je nous accorde deux jours de RTT.

Nos amitiés à tous !!!!!

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article