Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 23:02

Ah, nous étions jeunes! Nous écoutions la radio car la télé était encore en recherche d'identité et la loi Evin n'avait pas encore sévi dans les cantines, sur les ondes ou les affiches publicitaires. Les émissions de Paris Inter sur la TSF nous envoyaient de la pub avant les infos, aux heures de plus grande écoute et les informations (appelées nouvelles) étaient sponsorisées par Dubonnet ou Bergé. Une pub résonne encore aujourd'hui dans ma tête :

-"Midi, sept heures, l'heure du Bergé".

Aujourd'hui, la pub "alcoolisée" est interdite mais le Bergé amène toujours son lot de "pastis".

Seulement, le Bergé en question n'a plus rien à voir avec l'anis (non, je ne ferai pas la vilaine allusion à la lettre près), il n'a aucun rapport avec l'alcool, par contre, il prend la parole à contre temps pour soulever une grosse polémique sur le Téléthon.

Président du Sidaction, monsieur Bergé reproche au Téléthon de "parasiter la générosité des français" en ce sens qu'il apporte d'énormes sommes à une seule organisation alors que d'autres pourraient en prendre une partie.

L'affaire fait réagir à gauche où Manuel Valls dénonce une "concurrence ignoble entre les grandes causes", ce qui a le don de me mettre en colère et à droite Mon saigneur l'inutile qui se gausse des liens de proximité entre Ségolène Royal et Pierre Bergé, ce qui a le don de me faire réagir.

Pourquoi réagir ?

Parce que ce qui est le plus ignoble en l'occurrence, c'est l'argent.

Je ne prendrai jamais position pour une cause aussi noble soit-elle au détriment ou en faveur d'une autre. En l'espèce, qu'il s'agisse de myopathie, de SIDA, de leuco dystrophie ou de leucémie, toutes les associations méritent le respect de la population, mais je ne peux pas laisser passer une dénonciation de Manuel Valls et encore moins une quelconque prise de position du chien de garde de la présidence.

Comment, pour l'un, ne pas dénoncer et pour l'autre oser réagir à ce combat entre causes qui ne devraient pas exister. Je dis bien que ces causes ne devraient pas exister car elles sont approvisionnées par ce que j'appelle l'impôt du cœur ou de la générosité.

Comment admettre au vingt et unième siècle, alors que l'Etat, à l'exemple de son chef, jette l'argent par les fenêtres, que le recherche autre que militaire soit financée par des dons de la population déjà oppressée par les impôts et taxes de toutes natures ?

Oui ! Ces associations ne devraient exister que pour apporter aide morale et réconfort aux patients, mais en aucun cas pour financer la recherche en substitution à l'Etat qui compte sur cette manne pour se désengager.

Comment un Valls n'a-t-il pas honte de ne pas dénoncer cet abus légal et comment Lefebvre peut-il s'appuyer sur une cause que son "saint patron" devrait prendre en charge pour polémiquer sur son apposition ?

Des enfants cassent leur tirelire, des parents se privent, des personnes âgées sautent un ou plusieurs repas pour apporter leurs oboles à ces causes pendant que nos ministres députés et autres sénateurs regardent les émissions qui leur sont consacrées en mangeant caviar et langouste. Cela ne vous paraît pas ignoble monsieur Valls ? Cela ne vous coupe pas l'envie de polémiquer Mon saigneur l'inutile ?

Heureusement qu'elles existent ces associations, comme d'autres, des restos du cœur aux banques alimentaires en passant par les secours populaire et catholique, car si on comptait sur vous dont l'ego est plus important que tout au monde, le citoyen de base pourrait crever, l'argent de l'Etat, votre argent, notre argent ne ferait rien pour le sauver. Pire que tout, on ne nous parle jamais des sommes que vous investissez dans la recherche militaire pour fabriquer la mort avec nos deniers pendant que vous vous gargarisez de la solidarité des français pour financer la recherche pour la vie.

Il y a quelque chose d'indécent à prendre la parole sur ces sujets quand on est une personnalité politique, autrement que pour regretter que l'état ne fasse pas son devoir, celui de sauver des vies en finançant la recherche sous toutes ses formes. Et on trouve encore des abrutis de droite reprocher aux collectivités de financer les associations, ce qui oblige à des dépenses inconsidérées débouchant sur l'augmentation des impôts locaux.

On n'est pas à une contradiction près au sommet de l'Etat, c'est même un lieu de con … centration.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article

commentaires

Pat59 24/11/2009 18:32


Bonsoir Béa et Lucien,
Je ne sais pas si vous avez regardé le Grand Journal hier, JM Aphatie a donné un rectificatif juste sur cette polémique.
Vu et entendu en brut, la déclaration de Berger est choquante, et je rejoins assez Aphatie dans son analyse... S'il lui également trouve les termes employés choquant il relativise en expliquant
assez justement que le fond de la pensée ne se trouvait pas dans ce qu'on avait entendu.
Il explique que le texte qui aurait du être dit est : "Avec la publicité et le soutien que portent les médias au Téléthon, les autres associations ne récoltent plus que les miettes des donateurs et
sont de ce fait privés de moyens pour leurs recherches, il dénonce également le fait que l'Etat ne fait pas son travail en ne faisant rien pour la recherche et se repose encore une fois sur le
citoyen pour financer la recherche dont les groupes pharmaceutiques vont récolter les fruits en commercialisant les médicaments trouvés avec notre argent."
Je dois dire que je soutiens des associations caritatives mais pas toutes, ma priorité va aux restos du coeur - l'armée du salut - le secours populaire... car heureusement que ces associations
existent pour pallier aux manquements et errance de l'Etat, qu'il soit de gauche de droite ou du centre.
Car le jour où nous n'aurons plus besoin de ces associations une grande victoire sera pour le peuple et je reprendrais confiance dans nos gouvernants.
Amitiés et bises à Béa
Pat


Lucien Aymard 24/11/2009 22:35


Bonsoir Patrick,
Pour nous, les assiciations qui ont notre soutien sont celles qui ne demandent que des dons en nature comme les restos, lesbanques alimentaires et autres secours populaire et catholique. Les
demandes d'argent nous rebutent car comme dit le proverbe, l'argent n'a pas d'odeur et les grosses associations sont de grosses dépensières en frais de fonctionnement.
Amitiés et Bises de Béa
Lucien


Traumatisme 24/11/2009 18:15



La comptétition (devrais-je dire la compétitivité ...) entre les bonnes oeuvres est un peu dérangeante, surtout dans le domaine de la médecine..ou devrait règner , pour le plus grand bien de
tous, des échanges pluridisciplinaires tant en moyens financiers, qu'en recherche fondamentale.
Peut-être que le coup de gueule de P. BERGE n'est pas dénoué de sens et pourrait déboucher sur plus de transparence et d'échanges transversaux....
GIHER aborde aussi ce sujet etr il cite quelques interrogations d'un bloggeur :Il est vrai qu'au "premir rabbord" l'intervention de p. BERBE est agaçante...mais sait-on jamais.


désengagement de l'état ? où va le fric de nos impôts? associations à but non lucratif ? quelle transparence? qui donne un compte rendu de l'utilisation des fonds récoltés et dans l'affirmative à
qui ? qui est propriétaire des brevets des résultats des recherches financées par les dons ? qui reçoit les bénéfices de la vente des médicaments trouvés grâce à la recherche ? Quel prix payent
les malades dont les soins sont financés en partie par les donateurs ?



Lucien Aymard 24/11/2009 21:53


Bonsoir Traumatisme,
Seul, je crois, le téléthon donne un compte rendu public, mais il est si succint que personne ne peut savoir ce qui est réellement fait de l'argent.
Pour exemple, j'ai une amie ex secrétaire d'un celèbre cancerologue qui nous a avoué que la première demande de fonds au public par la télé dans les années 60 avait servi à payer le congrès sur le
cancer et les logements des professeurs invités dans les hôtels. Dont Acte.
Amicalement
Béa et Lucien


melina 24/11/2009 17:48


bravo Béa et Lucien!
pour cette belle et courageuse prise de positon!
je suis sur la même ligne que vous, et je conforme mes actes à mes idées en ne répondant jamais à aucune sollicitation de ce genre. Ce n'est pas toujours facile d'aller contre sa générosité
instinctive. Mais il faut réfléchir et se dire que lorsqu'on lutte contre un système il ne faut en aucun cas lui venir en aide. Lorsqu'on donne au téléthon au Sidaction et même aux miséreux qui
crèvent dans la rue, ce ne sont pas le myopathe le séro-positif ou le sdf que l'on aide mais l'Etat qui se décharge des devoirs qui lui incombent sur le dos des bonnes poires dont la compassion est
titillée à longueurs de journée et d'ondes.
Il n'est qu'à observer à la sortie des super-marchés ces gens qui quêtent pour les affamés, et voir qui donne? les moins nantis bien évidemment.
Tout cela est, à mes yeux, scandaleux et il faut absolument que les citoyens demandent des comptes à leurs élus: que font-ils de l'argent des impôts?
Mesdames et messieurs les députés, avant d'installer des caméras de surveillance des  radars etc... veillez d'abord à ce que tous vos concitoyens aient de quoi vivre décemment!
Excusez-moi, CHers Amis, il vaut mieux que je m'arrête parce que je sens en moi s'installer la COLERE.  


Lucien Aymard 24/11/2009 21:45


Bonsoir Melina,
On touche bien là à la notion d'impôt du coeur. Nos personnages politiques de tous bords jouent volontiers sur la générosité des citoyens nbien souvent les plus pauvres. On a ateint le fond en 2006
lorsque Raffy, le baudet du poitou, a présidé à l'ouverture des restos du coeur dans un arrondissement parisien. Ce n'est pas du courage politique, c'est du culot éhonté.
Amicalement
Béa et Lucien


Jean-François Vionnet 24/11/2009 10:25


Depuis son début, je n'ai pas aimé le telecon, on ne se refait pas. Je pense que l'Etat devrait avec nos impôts répartir la richesse de manière juste et équitable. Utopie ! ça surement, puisque
personne ne le propose. Alors les maladies rares ou pas, la faim, les sans logis, tout ça ne devrait pas exister, mais je trouve indécent d'utiliser de pauvres enfants, pour attendrir le bon
peuple, et qu'il mette la main au porte monnaie, même si il prouve chaque année, qu'il n'est pas plus pauvre pour autant.
Salut et Fraternité. Bises à Béa.


Lucien Aymard 24/11/2009 21:41


Bonsoir Jean François, Ce qui est écoeurant, c'est d'entendre les politiques de tout bord raconter que l'Etat ne peut pas tout faire. A quoi servent alors nos impôts ? J'en ai une petite idée
...
Amitiés
Béa et Lucien


luange66 24/11/2009 09:54



EXCELLENT !



Lucien Aymard 24/11/2009 21:38


Merci Luange, je fais de mon mieux, comme de coutume.


jacques 24/11/2009 07:34


bonjour béa et lucien
je ne donnerien a personne !! non pas que je ne pourrai pas mais je trouve que c'est aux gouvernants a financer tout cela !!
amitiés drômoises


Lucien Aymard 24/11/2009 21:37


Bonsoir jacques,
Pour notre part, seule la banque alimentaire trouve grâce à nos yeux car il s'agit de dons en nature.
Amitiés
Béa et Lucien


Renard 24/11/2009 02:43


Bonjour Béa et Lucien
C'est drôle, car ce soir, j'ai répondu à peu près la même chose à un article qui parlait de la sortie de Bergé... comme quoi, nous avons la même sensibilité vis-à-vis de ce qui devrait être fait,
comment et par qui... 
Gros bisous de Toulouse à vous deux. 


Lucien Aymard 24/11/2009 21:35


Bonsoir Renard,
Nous n'avons jamais douté une seule seconde que tu pensais autrement que nous et notre souhait serait qu'il y ait beaucoup de citoyens qui pensent ainsi, les choses changeraient certainement.
Bises
Béa et Lucien


Sonya 24/11/2009 00:57


comme je suis d'accord avec ton point de vue quant au devenir des associations et tout le gaspillage qui se fait à côté. Je pense qu'il devait normalement y avoir une nette progression au niveau de
cette maladie (guérison) cela tarde et c'est dommage Chose bizarre le vaccin de la grippe n'a pas pris une année. Beaucoup de questions se posent.. Encore un très beau billet ce soir. je vous fais
de gros bisous.


Lucien Aymard 24/11/2009 21:33


Bonsoir Sonya,
Les associations ont besoin d'argent pour exister, mais les plus grandes sont aussi les plus consommatrices de produits des dons. C'est ça qui est gênant et de surcroit, ces associations se
substituent à l'état qui se repose sur elles.
Gros bisous catalans
Béa et Lucien