Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 23:43

fragments misereDes cailloux, des rochers, des plots de toutes les formes, des grilles à barreaux serrés, des grillages verticaux, le tout disposé de manière harmonieuse pour servir de décor ou d'accessoire, voilà la nouvelle mode dans les grandes villes et plus particulièrement à Paris et ses villes de banlieue les plus huppées.

Les rebords des plus larges baies sont ainsi décorés de grilles en fer forgé, les porches devant les portes des immeubles les plus bourgeois sont agrémentés de rochers scellés, de plots en ciment ou en acier ou bien encore d'une succession de pierres arrondies formant un superbe matelas. On trouve également, dans le genre décor, des parterres au long des trottoirs les plus larges plantés de cactus ou des arceaux de blocage de roues de vélos.

Tout ça, on y a eu droit au journal de 13 heures sur la 2, juste après qu'on nous annonce le retour du froid pour au moins une semaine.

Ah, les images ! Des marbres partout devant les immeubles des quartiers chics avec le sol recouvert de gros galets de différentes tailles serrés les uns contre les autres, des arceaux chromés ou peints scellés au sol pour positionner les roues de vélos, des bornes anti-stationnement plantées en quinconce devant les magasins, voilà comment sont occupés de plus en plus d'espaces qui devraient être de liberté.

Mais pourquoi cette décoration se multiplie-t-elle ?

Pour que les SDF ne puissent pas occuper les lieux.

Que voulez-vous, signe des temps, personne ne supporte plus personne, l'amour fait place peu à peu à la haine, la peur engendrée par le manque de dialogue est amplifiée par l'incompréhension de l'autre, et la pire des choses, la honte du SDF entraîne son rejet.

Le délégué français d'ATD quart monde est venu rappeler que les gens de la rue sont nos frères, que chacun d'entre nous peut, à un moment ou un autre, se retrouver parmi eux. Il a expliqué que ces gens sont des personnes que l'on chasse sans impunité et sans aucun reproche moral.

Il faudra qu'un jour on réalise qu'il est immoral de chasser des personnes par n'importe quel moyen que ce soit. Il fut une époque où l'on chassait des catégories entières de personnes sous le prétexte qu'ils étaient lépreux ou de religion juive et on a vu où ça menait.

La discrimination dont il est fait état aujourd'hui envers les sans logis est une discrimination sociale qui finira par tomber sous le coup de la loi.

Il faut apprendre ou réapprendre à vivre ensemble et insister pour que les pouvoirs publics fassent construire des logements, aménager des immeubles existants inoccupés. Trop d'élus se retranchent derrière le fait que le mobilier étant placé sur des espaces privés ils ne peuvent pas intervenir ou bien que les administrés ne veulent pas voir de sans abri dans leur commune.

La tolérance est une des vertus qui faisait du peuple français l'un des exemples de l'humanité, qui lui donnait la possibilité de faire valoir les droits de l'homme dont il est l'initiateur, ce peuple, dirigé par un pouvoir qui s'appuie essentiellement sur la division des citoyens pour asseoir sa suprématie, ce peuple, disais-je, est en train de galvauder cet héritage vertueux.

Bercé par des promesses qui ne sont jamais tenues, le citoyen français est en passe de devenir un citoyen aigri quelconque, prêt à remplacer la tolérance par l'égoïsme, cette tare qui est entretenue avec minutie par l'action quotidienne d'un Etat qui a érigé la communication en principe de base et s'en sert pour diviser la population et pour mieux imposer ses diktats.

Pauvre France, pauvres français qui avez accordé à un démagogue des pouvoirs beaucoup trop grands pour sa stature parce qu'il vous a inondé de belles promesses qui n'étaient là que pour cacher les mauvais coups qu'il préparait depuis déjà des années.

Vous qui avez élu un loup habillé en grand-mère, n'oubliez jamais ce proverbe médiéval:

-" Si derrière toute barbe il y avait de la sagesse, les chèvres seraient toutes des prophètes."

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article

commentaires

Sonya972 28/01/2010 17:35


Petit coucou pour vous souhaiter un bon jeudi
gros bisous




Lucien Aymard 29/01/2010 00:00


Bonsoir Sonya,
Ce jeudi a été à l'image de ton gif : splendide.
On te fait de gros bisous
Béa et Lucien


Pat59 28/01/2010 09:43


Bonjour Béa et Lucien,
Nous avons eu l'occasion d'en parler hier et de toute façon tu connais ma position et mon engagement pour les sans abris.
"Retirez de ma vue ces mécréants qui salissent le paysage" voila ce que la bonne société fait, voila ce que donne la politique libérale et capitaliste, bientôt on parquera comme du bétail
les pauvres hors de la cité pour ne pas les mélanger avec l'élite et les cacher comme une tare de France et donner aux touristes une image de la France heureuse sous l'ère sarkozien
Amitiés et bisous à Béa
Pat


Lucien Aymard 28/01/2010 16:44


Bonjour Patrick,
Comme tu le dis, bientôt, les pauvres seront comme les indiens d'amérique, parqués dans des réserves et il y aura bien quelques riches pour faire leur beurre en organisant des visites des
réserves.
Amitiés
Lucien
Bises de Béa


cacahuette83 28/01/2010 09:22


Que dire de plus? Je crois que tu as tout dis dans ton article. Je trouve ça écoeurant... Paris est une vitrine pour le tourisme et donc il ne faut surtout pas salir l'image... Voilà tout! Je me
souviens d'une certaine époque où la RATP laissait ses bouches de métro ouvertes pour laisser entrer des malheureux aux chaud... De nos jours, il n'est même plus question de ça sous le couvert du
plan vigipirate! Ben oui, il faut bien une excuse...
Bon, je sens la nausée me reprendre alors je vous embrasse bien fort tous les deux et vous souhaite une très bonne journée.


Lucien Aymard 28/01/2010 16:40


Bonjour cacahuette,
Nous avons honte de cet état de fait, mais tout est fait pour que Paris soit la ville parfaite aux yeux de ceux qui amènent leur fric aux commerçants. C'est à vomir.
Gros bisous à toi
Béa et Lucien