Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 22:48

                               
Mes larmes se répandent sur cette France où s'organise peu à peu le malheur du peuple.

 

A quand un pays de joie de vivre où les citoyens se rapprocheront les uns des autres sans barrière de langue, de religion, de couleur ou d'origines ?

Quand les femmes et les hommes de ce pays  respecteront-ils les valeurs et s'aimeront-ils au lieu de s'envier et se haïr ?

Quand les hommes comprendront-ils enfin le mot "humanité" ?

 

Oui, je rêve de cette terre où il n'y aura plus de destructions, où la nature ne sera plus saccagée mais reconstruite, de cette terre où les dirigeants écouteront leurs concitoyens et n'imposeront plus leurs volontés, où l'entraide prendra le pas sur les égoïsmes.

 

Alors, mon beau pays, pour que mes larmes cessent, apprend tes habitants à faire preuve de bonne volonté, pour aider, aimer et répandre le bonheur. Apprend-leur à voir avec le cœur, à ne pas juger l'autre, ils n'auront plus ainsi ni l'envie, ni la nécessité de se battre ce qui leur fera enfin ignorer le malheur.

 

Je pleure, c'est vrai, mais l'air déplacé par le battement de mes ailes finira, j'en suis sûre, par sécher mes larmes.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans Béa
commenter cet article

commentaires

fleche 11/10/2009 09:02


Quelque soit la politique choisie à l'avenir, il faudrait remettre l'homme au coeur de la politique et non l'argent. Ca irait déjà mieux.


Lucien Aymard 11/10/2009 15:42


Bonjour flèche,
Oh que oui ! L'homme doit être remis au centre des politiques, mais l'homme étant un loup pour l'homme, il s'en trouvera toujours pour proner le toujours plus à leur avantage au détriment des
autres. Le pire, c'est qu'il s'agit d'une infime minorité qui conditionne une enorme majorité aveuglée par le chatoiement du miroir aux alouettes que montre cette minorité.
Amitiés
Béa et Lucien


sixtine 10/10/2009 17:11


Bonjour, Béa et Lucien !
Cri de douleur et larmes de désespoir...
La prière de Béa est de celles que les religions ne cessent clamer depuis des lustres ! Elle est de même nature et de même intensité !
Sommes-nous tous devenus sourds ?
Bon week-end !


Lucien Aymard 11/10/2009 00:21


Bonsoir Sixtine,
Nous ne somme pas devenus sourds, mais probablement égoïstes, ce qui est encore pire.
Amitiés de Catalogne
Béa et Lucien


segolin 09/10/2009 23:50


Malheureusement Bea ,il y a moins de compassion et de fraternité dans la tête
d'un electeur de droite que dans le visage d'un chien!
Unissons d'abord toutes les gauches ,gouvernons pour le peuple et aprés ceux qui veukent venir viennent ,voiçi mon mesage de paix !
pour lucien ,je suis à la salvetât du 10 au 17 ,soyez sages!
                                        
Aminautiés            Segolin


Lucien Aymard 09/10/2009 23:56


Bonsoir Ségolin,
Définition d'un électeur de droite : riche ou lobotomisé (ou les deux).
Oui, il faut s'unir à gauche, mais pour celà, il faut faire taire les egos de certains.
Attention aux champignons de la Salvetât, certains sont remplis d'eau minéraje gazeuse et le gaz crée des balonnements.
Amitiés
Béa


la fleur 09/10/2009 21:19


Si j'étais un extraterrestre , je me dirais :

" c'est quoi cette planéte de primitifs, qui s'entretuent entr'eux .. qui sont séparés par des piquets , avec des barrières dans tous les coins , ou on trouve des endroits de nantis , qui
contrastent avec d'autres endroits de créve- la faim ... c'est quoi, cette planéte ? "


Lucien Aymard 09/10/2009 23:51


Bonsoir La fleur,
La planète que verrait l'extra terrestre est celle des hommes, ces êtres dits intelligents parce que conscients de leur existance mais certainement inconscients de ceux qu'ils font.
Amicalement
Béa


Olive 09/10/2009 18:46


Salut Béa et Lucien,

Bien aimé ce billet, je suis ému, espérons qu'un jour les français ouvriront les yeux.

Avec du retard, alors Lucien les travaux, finis, car si tu t'ennuis, j'ai du boulot dans ma maison.

Amitiés Olive


Lucien Aymard 09/10/2009 23:49


Bonsoir Olivier,
N'aie pas d'inquiétude, j'ai fini les travaux, mais je n'ai pas le temps de m'ennuyer, vois un peu à quelle heure je réponds sur mon blog ... Pour le boulot chez toi, ce que je peus faire, ce sont
les conseils  ça ne me fatiguera pas trop.
Content que tu aies aimé le billet de Béa, il reflète bien sa sensibilité.
Amitiés
Béa et Lucien


philippe 09/10/2009 09:22


tu pourras continuer à pleurer, car au premier janvier : augmentation du pétrole, des mutuelles, du prix de la cigarette


Lucien Aymard 09/10/2009 10:36


Bonjour Philippe,
On ne fume pas, mais on roule et on est adhérents à une mutuelle ... on roulera moins et peut-être qu'on sera moins malades puisque la grippe A semble s'évanouir
Amicalement
Béa


Jean-François Vionnet 09/10/2009 08:28


Et bien, les Bealucs, on fait dans la poésie, et la tristesse.
Bien joli récital en prose, et choses très vraies, pour un vieux con de mon âge qui voit avec effroi que plus rien ne bouge, et que les pauvres gens qui ont la chance de travailler encore, ne
savent plus se révolter. C'est navrant, mais attendez, nous allons descendre dans la rue, avec nos chaises roulantes et nos béquilles pour faire comme les routiers, tout bloquer, comme au bon vieux
temps.
Amitiés ardéchoises à vous deux.


Lucien Aymard 09/10/2009 10:45


Bonjour Jean François,
Nous descendrons même avec les déambulateurs si c'est nécessaire, et chaque poignée sera équipée de flingues comme dans les James Bond.
Bises
Béa


des pas perdus 09/10/2009 06:11


Ne perdons pas espoir...


Lucien Aymard 09/10/2009 10:41


Bonjour,
L'espoir sera toujours là et nous l'entretiendrons jusqu'à ce qu'il devienne victoire.
Amicalement
Béa


Renard 09/10/2009 01:14


Tout ce que je viens de lire ici, je dois dire que j'y pense tout le temps, que ça m'afflige d'autant plus, que je sens partout une recrudescence de la jalousie, de la concurrence, même entre
simples employés, ces salauds de gouvernants, ont réussi, ils ont remplacé la pression verticale (chefs sur les employés) en une pression horizontale (employés les uns contre les autres), ils ont
réussi à ce que chacun ait si peur de son avenir, qu'il n'hésite pas à écrabouillr l'autre pour rester.... 

Quand il y a une grève (dont personne ne parle), c'est juste les futurs licenciés d'un site, alors, quel poids peuvent ils avoir, puis, c'est le tour d'une autre... alors, que si tous se
soutenaient, il n'y aurait qu'un mouvement national, mais si fort, si puissant si remarquable, que peut-être les choses bougeraient....
Que sommes nous devenus...

Amitiés à vous Béa et Lucien 


Lucien Aymard 09/10/2009 10:39


Bonjour renard,
Ton analyse est parfaite. Tant qu'il restera un peu de combativité, nous serons dedans.
Amitiés
Béa


sonya972 09/10/2009 00:23


c'est un vrai cri de douleur Béa, je sais qu'on vit dans un monde imparfait.

l'incompréhension et l'injustice vont de pairs 
je comprends ton désarroi et cette révolte ma douce .
je vous souhaite une belle nuit
gros bisous 


Lucien Aymard 09/10/2009 10:38


Bonjour Sonya,
Ce sont les bons termes, desarroi et révolte, le second découlant naturellement du premier. On ne peut que continuer à se battre, fut-ce contre des moulins ...
Bises
Béa