Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 00:41

Le langage du gnome fait des émules. Le néo sinistre du travail Xavier Dard Cosse utilise de plus en plus les mêmes expressions et les mêmes mots que son vénéré mètre.

C'est qu'il en prend des airs de chef, des accents de fermeté, le Xavier. Après avoir foutu un indescriptible merdier à l'éducation nationale, le voilà qui se met en route pour maculer les instances du travail de sa boue fétide.

"Je veux !" Voilà son nouveau leitmotiv, comme son directeur de con science (ou inversement), il décide, et après ?

Il "veut" un texte de loi sur la parité dans les entreprises de plus de 300 salariés dans le premier semestre 2010. Et si les syndicats avaient par hasard l'intention de discuter de la chose, il n'en a rien à foutre, il a décidé, point.

Vous imaginez donc que dans les entreprises, on aurait moitié-moitié ? Vous pensiez mesdames que vous seriez soignées par une moitié d'hommes dans les cliniques ? Et vous, messieurs, vous étiez déjà persuadés que vous tiendriez la pelle pendant que votre collègue féminine de travail utiliserait le marteau piqueur ? Eh bien, vous rêvez.

La parité pour lui, ce n'est pas l'égalité mais l'équité de sorte que les sexes soient répartis à due proportion de leur représentation dans l'entreprise au prétexte que l'on ne peut exiger le même chiffre du BTP et des entreprises de cosmétiques. En clair, pour lui, il existe toujours une différence, mais il peut s'en arranger.

En guise de parité, il commence déjà à prévoir des calculs savants pour ne pas défavoriser certains des amis du maître par rapport à d'autres. Il compte pour cela mettre en place un système de bonus (pas le Bonnux de la pub) malus. Voyez plutôt ce qu'il déclare :

-"Je souhaite aboutir à un système de transparence (pour vérifier s'il s'agit d'une femme ou d'un homme probablement). Ecarts de salaires, formation, promotions : j'envisage une publication obligatoire des résultats, y compris des points noirs (cela s'appelle des comédons). Au-delà, si l'évolution est positive, l'entreprise pourra recevoir une aide à la formation ou à l'amélioration des postes de travail des femmes. Si elle est négative, je soumettrai aux partenaires sociaux l'idée d'une pénalité assise sur la masse salariale affectée d'office à des actions favorisant l'égalité entre hommes et femmes."

La pénalité dont il s'agit serait calquée sur le 1% applicable à compter du 1er janvier 2010 pour non emploi de seniors.

Difficile d'interpréter la tirade. "Evolution positive" veut dire plus de femmes ou plus d'hommes selon le cas, mais alors, pourquoi aider à la formation ou à l'amélioration des postes de travail des femmes uniquement?

A contrario, en cas d'évolution négative,  pénalité sur la masse salariale (donc, diminution des salaires) pour mener des actions en faveur de l'égalité hommes femmes. En clair, ce sont les ouvriers qui vont payer pour que le patron applique l'égalité.

Il parait qu'un rapport de l'IGAS indique que la rémunération brute totale moyenne des femmes est inférieure de 27% à celle des hommes. C'est très bien de le faire ressortir, mais ce serait mieux, beaucoup mieux de détailler par qualifications et on verrait apparaître des disparités encore plus criantes comme les caissières de la grande distribution et autres exploités de Mac merde.

Ca ne fait rien, Xavier veut des sanctions financières (que les employés paieront à la sortie).

Et puis, il entre dans le cafouillage complet plutôt que 40% à leur tête il prône une représentation des femmes proportionnelle à la structure de l'entreprise dans les instances de direction comme dans les organes de  représentation du personnel.

J'aimerais rappeler à ce monsieur que la représentation féminine à la tête de son parti, dans chacune des chambres et dans le gouvernement dont il est membre, la parité est loin d'être acquise, et je ne parle pas des autres strates de la sphère politique.

Donnez l'exemple, vous verrez quelle est la difficulté à assurer la parité, et si vous souhaitez pénaliser les entreprises, c'est avec joie que nous vous soutiendrons à conditions que vous pénalisiez les responsables et non la personne morale qui revient à handicaper les salariés.

Je me suis permis de prendre connaissance de la composition de votre cabinet et j'y ai trouvé 23 membres dont 7 femmes parmi lesquelles 6 tiennent des postes subalternes. (Je n'ai pas cherché les agents d'entretien et les techniciennes de surface).

Alors, vos leçons, vos désirs, vos conseils et vos injonctions, vous savez où vous pouvez les mettre ?…

Dans … la pile des conneries que fait en permanence votre gouvernement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article

commentaires

Sonya972 10/11/2009 17:37


Alors je viens aux nouvelles ce matin
comment vas tu?

je pense à vous , je vous fais de gros bisous 


Lucien Aymard 10/11/2009 20:06


Bonsoir Sonya,
Je vais de mieux en mieux. La fatigue disparait peu à peu mais ce n'est pas pour ça que je vais me remettre à travailler. REPOS !!!!!  Voilà le maître mot maintenant.
Gros bisous de nous deux
Béa et Lucien


philippe 10/11/2009 03:39


Lucien de quelle région es tu ?


Lucien Aymard 10/11/2009 20:13


Je demeure dans les Pyrénées Orientales ... le bout de la France "d'en bas"


philippe 10/11/2009 03:37


Les adhérents fuient , mais ils soont toujours dans les 28% aux européennes...
Nous ici on se bat chaque jour pour développer notre organisation locale "je dit bien locale" , on va encore faire une conférence sur les alternatives écologiques le 28 novembre, mais également en
janvier sur les réformes territoriales certainement.. tout cela avec 0 euro...


Lucien Aymard 10/11/2009 20:12


Bravo pour les initiatives locales dont tu te charges, chez nous, la coûtume nous conduit à nous réunir entre gens de "bonne volonté" adhérents ou non à un parti politique pour discuter, débattre
et faire des propositions aux élus qui veulent bien nous écouter. Bizarrement, les plus réfractaires sont ceux de droite ... coïncidence.


Sonya972 08/11/2009 23:32


Je passe vous souhaiter un bon début de semaine

gros bisous des Antilles


 


Lucien Aymard 09/11/2009 18:40


Bonsoir Sonya,
Bon, c'est raté !!!
Gros bisous catalans
Béa et Lucien


philippe 08/11/2009 08:02


Quand on voit les représentants à l'UMP !! on se dit franchement que l'on est tombé bien bas... c'est vraiment incompréhensible !!!


Lucien Aymard 09/11/2009 18:27


Bonsoir Philippe,
Ce qui me console, c'est que peu à peu, ils ne représentent plus grand chose. Il parait que les adhérents fuient de plus en plus nombreux. Auraient-ils compris ?
Amicalement
Béa et Lucien


Jean-François Vionnet 06/11/2009 18:50


Et bien, comme d'habitude, il faut noyer le poisson pour éviter les sujets qui fachent. La parité, l'identité nationale, la grippe porcine, vont peut être nous faire oublier l'angoisse du panier
vide quand on va faire les courses, le chomage des jeunes et des vieux, les délocalisations, la misère des SDF, tout ça.
Tout ça s'appelle démagogie, et en aucun cas politique. Mais ça fait parler.
Amitiés à toi Luc, et bises à Béa.


Lucien Aymard 09/11/2009 20:03


Bonsoir Jean François,
Démagogie et provocation sont à Sarko ce que labourages et paturages étaient à Henri IV à ceci près qu'au lieu des mammelles de la France, c'est la connerie internationale.
Amitiés catalanes
Béa et Luicen


sixtine 06/11/2009 15:17


Bonjour, Béa et Lucien,
Et merci pour vos petites visites bien sympathiques !
Je constate que l'inspiration ne faiblit pas sur votre blog et tant d'autres.
J'ai le sentiment que ce gouvernement est en train de se torpiller. Dans ce fatras de réformes, mesures et propositions diverses tous azimuts, la provocation reste la feuille de route de chaque
membre... On lance ! Sans se préoccuper des retombées !
Plutôt étrange, non ?
Amitiés.


Lucien Aymard 09/11/2009 20:00


Bonsoir sixtine,
L'inspiration, c'est la bande d'incapables et de limités qui nous la donne. Comme tu le dis, leur politique s'appuie sur la provoc mais peu à peu ça va se retourner contre eux et si ça arrive, ils
vont être cuits pour longtemps. Restons vigilants.
Amitiés
Béa et Lucien


Sonya972 06/11/2009 15:05


Parité hommes /femmes , je ne pense pas que cela puisse exister un jour
C'est du leurre

je crois qu'il veut tout essayer pour avoir l'approbation du peuple français, vu que l'Elu a fait une "évaluation" d' une partie de son mandat
Donc pour ce qu'il lui reste il faut adopter des "démagogies" 

Bref ça devient de plus en plus écœurant

gros bisous martiniquais 

 


Lucien Aymard 09/11/2009 19:58


Bonsoir Sonya,
Je trouve ton analyse juste et pertinente. La parité est utopique et les démagogues s'en servent pour attirer les gogos.
Bises
Béa et Lucien


Pat59 06/11/2009 09:39


Bonjour Béa et Lucien,
Je pense que tu confonds et a mal interprété le texte, lorsqu'il parle de pénalité sur la masse salariale en me placant du côté comptable, je suppose que ce serait une pénalité qui serait assise
sur le montant des salaires versés (c'est cela la masse salariale) je ne pense pas que celle-ci sera répercuté sur les salaires des salariés car cela n'a rien à voir.
Pour simplifier, c'est sur la base de la DADS (Déclaration Annuelle Des Salaires) que les entreprises doivent rentrer annuellement qui reprends tous les salariés, salaires et cotisations versés que
va se calculer la pénalité, ainsi si une entreprise a payé 100 000 € et a 1% de pénalité l'employeur payera 1 000 €.
Bon, mis à part cela je suis entièrement d'accord avec toi, le saccage continue allégrement du côté des emplois.
Amitiés et Bises à Béa
Pat


Lucien Aymard 06/11/2009 10:45


Bonjour Patrick,
Bien sûr que je connais le système de calcul, mais pour payer moins, le patron va déclarer moins et pour déclarer moins, il payera moins ou dans le pire des cas, embauchera moins et augmentera la
pression sur les salariés restant.
Et, comme tu dis, le saccage continue, mais l'édifice commence à se fissurer...
Amitiés Lucien
Bises de Béa


kalei 06/11/2009 08:23


Et toc!!  Encore 897 jours à rire de leur conneries... On va pouvoir ecrire des annales!!
Bizzz Béa et Lucien


Lucien Aymard 06/11/2009 11:19


Bonjour Kalei,
Le temps nous passe trop vite, sauf quand on pense à ce qui reste à supporter, là, chaque jour est une éternité. Ca me fait la même impression que lorsque j'étais ado et que j'attendais la
majorité, c'était pire que la ligne d'horizon, j'avais l'impression que ça reculait toujours.
Bises à notre amis Mam Zic


Monzoeil 06/11/2009 07:39


la parité okay mais c'est moi qui cause hein ! toi Carlita, tu chantes !
salutations de http://monzoeil.over-blog.com/


Lucien Aymard 06/11/2009 11:15


Bonjour Monzoeil,
Faut quand même faire gaffe à ce qu'elle chante, elle pourrait sussurrer quelques conneries qui mettraient son schtroumpf en difficulté.
Amicalement
Béa et Lucien


Renard 06/11/2009 01:09


Bonsoir Béa et Lucien.
J'ai lu que LIDL a renvoyé une employée car elle n'avait pas atteint ses objectifs consistant à ouvrir au cutter 250 colis en 1heure, elle n'en aurait ouvert que 239... une boulangère itinérante a
été mise à pied par ses patrons pour une quinzaine de jours (sans salaire bien sûr) car elle faisait 100 euros de vente par jour avec le camion de la boulangerie et qu'on lui avait fixé ses
objectifs à 300 euros, avec l'affichage sur son camion de sa mise à pied... un autre je ne sais plus où a refusé de travailler le dimanche et hop... viré...et tous les jours il y a des exemples
comme ça...
Ne ferait il pas mieux de s'attaquer d'urgence à toutes ces dérives qui nous ramènent au temps des serfs? 
Bises de Toulouse à vous deux 


Lucien Aymard 06/11/2009 11:05


Bonjour Renard,
C'est vrai que dans le commerce et la restauration les abus sont légion, mais ce qui intéresse avant tout les petits bonshommes de la politique, c'est de faire baisser le taux de chômage. Un
contrat à 20 heures, c'est un chômeur en moins et s'il crève de faim, on s'en tamponne, s'il est licencié pour ne pas avoir atteint les objectifs, il n'a droit à rien donc, ces messieurs s'en
foutent aussi.
C'est sûr qu'ils devraient stopper toutes ces dérives.
Bises catalanes
Béa et Lucien