Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 22:28

vieux reveAujourd'hui c'est le jour "J". J comme "jusant", cette marée qui descend naturellement mais que notre micro président fait tout pour accélérer lorsqu'il s'agit de détruire les acquis sociaux de ceux qui travaillent pour le nourrir, lui et ses carpettes.

Il a décidé, d'ailleurs il décide de tout, que c'était aujourd'hui qu'il devait parler retraites (entre autre) avec les partenaires sociaux.

Fion et Dard Cosse ont déjà largué des boules puantes sur le sujet, histoire de commencer à convertir les pauvres d'esprit qui croient que le régime général des retraites est en train de s'effondrer, les gogos qui sont persuadés que c'est de la faute des ouvriers si leurs retraites baissent ou que les vieux que nous sommes sont en train de manger le pain des générations futures.

Les deux grands arguments qui sont assénés par les partisans de la destruction des retraites (je vous rappelle qu'il existe des socialistes dans le lot) et repris en chœur par les médias, sont le vieillissement de la population et la baisse du nombre de cotisants par rapport au nombre des retraités.

En y regardant de plus près, on s'aperçoit que les chiffres qui circulent dans les médias sont en grande partie en contradiction avec une réalité quotidienne qui est diffusée à petites doses.  On nous parle du nombre d'actifs qui diminue par rapport au nombre de retraités qui augmente, mais on oublie de nous expliquer que la chute des emplois est accélérée par la fermeture des entreprises due aux délocalisations. A coup de 400.000 emplois par an supprimés par les entreprises ou même l'Etat qui donne l'exemple en la matière, il n'y a rien d'étonnant à voir le nombre d'actifs diminuer. Voyez un peu, pendant que les élus péroraient autour d'une table d'hôte à l'Elysée, on proposait à des cadres de Philips un poste à 450 euros à Székesfehérvár en Hongrie, un bled introuvable sur la carte d'Europe (bonjour à qui accepte lors du retour pour la retraite  ….)

A ce régime, d'ici à 2050 qui semble être la date d'horizon de notre saigneur, ce sont 16 millions d'emplois qui seront effacés de la carte du travail. Compte tenu de l'augmentation démographique, on peut déduire que ce sont ces destructions qui créent le déséquilibre. Moralité, on veut faire payer aux salariés les conséquences des dérives du capitalisme libéral et leur réduire les revenus pour mieux augmenter celui des patrons et actionnaires de tout poil.

Qu'ont-ils donc fait de leur peau les élus et les partenaires sociaux en ce jour maudit de février ?

Ils ont acquiescé aux incantations du Dieu vivant qui donne le départ de "négociations" au mois d'avril (juste après les régionales), parle de prendre tout le temps pour dialoguer et limite ce temps à septembre, juste à la fin des vacances, quand les gens sont fauchés et ne peuvent pas se permettre une grève. La preuve donc que le sort des retraites est déjà bouclé et que la fameuse concertation ne sera, comme d'habitude, qu'un faux alibi. Le pire, dans l'histoire, c'est que nos syndicats semblent prendre la chose avec une certaine philosophie puisqu'ils veulent simplement "marquer leur réprobation" avec une journée de grève générale qui sera suivie par 5% des salariés écoeurés de la manière dont on se paye leur tête dans les arcanes du pouvoir syndical. A croire que tous ces dirigeants élus pour représenter les actifs sont devenus comme les politiques, conservateurs de leurs places et des prérogatives qui s'y rapportent. A croire qu'ils attendent que tous ces gens qu'ils appellent "la base", lassés de se sentir bernés de toute part, prennent leur sort en main, ce qui leur fournira l'alibi suprême :

-"On est obligés de prendre le train en marche pour éviter les débordements des inorganisés."

Vous avez pu constater que seule la représentante des patrons était optimiste car le roi était allé dans le sens qu'elle souhaitait et dans le même temps, les représentants des travailleurs promenaient la mollesse de leurs protestations de micro en micro avec des plaintes sur la durée limitée des discussions à venir où le besoin de rechercher un front commun pour une journée d'action. J'en ris encore.

Syndicats ! Où est passée votre combativité ? Où est passée votre notion de lutte pour le progrès social ? Où sont passés vos dirigeants qui "mouillaient la chemise" autrement que par la diarrhée de trouille ?

De tout temps, il a fallu avoir des choses dans le pantalon pour représenter les salariés. Aujourd'hui, ces choses sont des poches et vous les rempliriez que ça ne m'étonnerait pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article

commentaires

Fred de Roux 21/02/2010 14:17


Mon bonjour dominical, jour du seigneur par excellence et surtout jour où je peux m'adonner à mon sport favori : aller de blog en blog.
Pas mal du tout ton article. Un bon résumé de ce que pense la france d'en bas. Hélas, elle ne proteste presque plus cette France-là et c'est bien regrettable. Serait-ce à dire qu'elle n'a plus de
ressort et qu'elle est devenue fataliste en diable ? Peut-être. Il faut dire, à sa décharge, qu'on lui lessive la tronche par des infos contradictoires, mineures et qu'on évite de mettre au grand
jour ce qui l'intéresse au premier chef. Le coup des retraites ? Bien entendu, c'est dans les cartons déjà tout ficelé. La concertation ? Un leurre qui ne leurre personne, et surtout pas les
syndicats qui font leur lit comme ils ont envie de se coucher. A plat ventre. Pour subsister. La réélection de BT ? On se demande bien pourquoi (il devrait changer de coupe de douilles, elle n'est
plus à la mode. Mais elle est représentative d'une époque désormais révolue. Ceci explique certainement cela). Un seul syndicat échappe au laminoir : FO qui ose ne pas être d'acord avec les autres.
Parce que bien plus proche de la base, de ces culterreux que nous sommes, de cette France d'en bas qui en bave et qui n'en peut plus.
Bientôt, si un mouvement ne vient pas réveiller cette France d'en bas, tout sera lamnié. Avec la complicité des "défenseurs" des salariés, ces syndicats qui tiennent la dragée haute par devant et
qui se déculottent par derrière. Où sont passés nos résistants d'après-guerre ? C'est bien la peine qu'en 2003 les survivants aient osé dire ce qu'ils pensaient de la politique menée depuis des
décennies et du danger qu'il y avait à vouloir tout réformer. Ils avaient même osé parler de facisme...


Lucien Aymard 22/02/2010 00:30


Bonsoir Fred,
La réélection de BT, c'est la preuve que tout est endormi y compris dans les arcanes de ce syndicat pour lequel j'ai longtemps milité et que je ne reconnais plus aujourd'hui. D'ailleurs, les Saints
Diktats (j'ai tendance à les nommer ainsi), ne sont plus que des faire valoir de l'Etat et du MEDEF. Les vrais combattants ont disparu et fut un temps où il était de bon ton de railler la tiédeur
de FO qui effectivement parait aujourd'hui le plus révolutionnaire.
Tous ces représentants des salariés sont devenus aujourd'hui comme les hommes politiques, ils ne pensent plus qu'à conserver leur place et leur seule activité est d'attendre qu'un jour la "base"
bouge d'elle même. Alors, et alors seulement, on s'apercevra de leur existence au moment où ils appelleront à la reprise du travail. Le syndicalisme est pratiquement mort mais il n'a qu'à s'en
prendre à lui-même et à ses dirigeants actuels.
Amitiés
Béa et Lucien


sixtine 19/02/2010 11:40


Bonjour, Béa et Lucien,
Pauvre de nous et de notre jeunesse !
Pas d'autres perspectives que d'espérer travailler jusqu'à la mort avec la situation actuelle... J'aime autant ne pas trop y songer...
Amicalement.


Lucien Aymard 19/02/2010 19:35


Bonsoir Sixtine,
Ne pas trop songer à la retraite ne veut pas dire abandonner l'idée qu'elle doive exister. C'est ainsi que, bien que retraité, je continue à me battre pour les générations futures ... et
heureusement car elles n'ont pas l'air bien combattives.
Bises catalanes
Béa et Lucien


des pas perdus 17/02/2010 18:46


Tous les salariés vont devoir se battre. Ne pas attendre mais lutter. Je pense que cette réforme peut déclancher un gransd mouvement, voire une crise politique, parce que les gens ne sont plus
dupes.


Lucien Aymard 17/02/2010 23:10


Comme le dirait un prêcheur :
Dieu vous enten,de mon fils !!!!!!
Mais c'est vrai que les gens commencent à saturer.
Amitiés
Béa et Lucien


Olive 16/02/2010 21:46


Bonsoir Lucien et Béa,

Et oui Sarko continue à demonter les acquis des français comme la retraite.

Pour les salariés de Philips, en plus cette proposition est légale, merci qui et bien Sarko, car c'est lui qui a fait modifié la loi pour faire une proposition de reclassement en priorité dans
l'entrepris, bravo.

Pauvre France.


Lucien Aymard 17/02/2010 23:04


Bonsoir Olivier,
Il me vient toujours la même question, lancinante comme un leit motiv :
Mais quand le français se réveillera-t-il ?
Amitiés
Béa et Lucien


cacahuette83 16/02/2010 21:15


Je voulais justement faire un article sur la situation avec Philips! Un vrai scandale! Personne n'accepterai de telles conditions! Ce n'est pas parceque je n'étais pas là que je n'ai pas suivi les
news! Au contraire! Je suis un peu trop fatiguée ce soir (viens juste de rentrer) pour le faire maintenant mais au plus tard demain, c'est fait! Bisous à vous deux mes chers Béa et Lucien...
Heureuse de pouvoir de nouveau correspondre avec vous; Vous m'avez manqués. @ bientôt!


Lucien Aymard 16/02/2010 21:59


Bonsoir Cacahuette,
Nous espérons que tes quelques jours de "vacances" se sont bien passés et que tu as pu te resourcer avec les tiens.
Ne t'inquiètes pas, lorsque tu n'es pas là, nous sommes nombreux à veiller et notre filtre ne laisse pas passer grand chose.
Nous sommes heureux nous aussi de pouvoir te retrouver et nous t'assurons de toute notre amitié.
Gros bisous
Béa et Lucien


fanfan 16/02/2010 15:18


Tu as raison nos syndicats ne sont plus ce qu'ils étaient ! Les gens deviennent fatalistes et croient tout ce qu'on leur raconte!
Il serait temps de se bouger pour arrêter toutes ces délocalisations au profit des patrons et des actionnaires
On peut comprendre aussi que beaucoup de salariès ne peuvent se permettre une grève  par manque d'argent , bonne fin de journée


Lucien Aymard 16/02/2010 21:55


Bonsoir Fanfan,
Les syndicats ne servent pratiquement plus que d'alibis, quand on voit comment ils laissent tomber les enseignants, les grêvistes et les manifestants, on peut se demander s'ils ne sont pas devenus
adeptes de l'anti solidarité. Personne ne bouge quand le gouvernement laisse pourrir les mouvements sociaux.
Celà dit, les gens ont une excuse majeure pour ne pas arrêter le travail : le manque d'argent bien orchestré par le pouvoir. On arrive peu à peu à la France du 18ème siècle.
Bises catalanes
Béa et Lucien


Jean-François Vionnet 16/02/2010 09:34


Pour ce qui est des retraites, nos gouvernants et patrons du CAC 40, oublient une chose en plus des délocalisations. Ce sont les gains de productivité que les ouvriers français ont fait ces
dernières décennies. C'est particulièrement frappant dans l'automobile. Et les Français sont les champions du monde de la productivité, nos dirigeants n'en parle pas du tout. Nous ne sommes que de
gros faignants, et les 35 heures ont été une erreur historique de Martine Aubry. J'ai entendu ça ce matin de Laurent Wauquiez. Y a qu'à regarder les chiffres du chomage sous le gouvernement Jospin.
Alors pour les retraites, il faudrait simplement arrêter d'alléger les charges patronales sur les petits salaires et favoriser une politique de l'emploi réelle. Les délocalisations par exemple, et
une forme de protectionnisme à l'américaine. Il ne faut surtout pas être naïf comme le nain, et ne pas croire qu'il n'y a que les patrons qui aient raison.
Allez, je pourrais presque écrire un livre la dessus, alors amitiiés à toi et bises à Béa.


Lucien Aymard 16/02/2010 21:44


Bonsoir Jean François,
Totalement d'accord avec toi (mais pourrait-il en être autrement). C'est tout simplement le MEDEF qui dirige la France avec l'aide des banquiers et tout ce monde impose sa volonté au poltron qui
est censé nous gouverner mais qui n'est capable que de gouverner sa cuillère à soupe quand elle est vide.
Amitiés et bises à Idelette
Béa et Lucien


Renard 16/02/2010 00:11


Bonjour mes amis

Et vous avez trouvé normal que Thibault soit réélu, alors qu'il passe plus de temps à trinquer avec nanissime qu'à écouter les gens du syndicat qu'il est censé défendre!!!
En plus, je ne suis pas d'accord avec cette journée d'action qui va torpiller notre No sarko day
Bien sûr qu'elle est ravie la garce du MEDEF, c'est elle qui dirige la France et fait pencher les décisions en faveur des grands patrons;....
Mais les retraites des députés, des hauts fonctionnaires, des grands patrons, ils vont les amener à autant d'annuités que celles des ouvriers? Ils vont les baisser???
Mais QUAND les gens vont ils réagir!!!
Excusez moi, mais je suis en colère là...
Gros bisous de Toulouse à vous deux 


Lucien Aymard 16/02/2010 21:27


Bonsoir Renard,
La CGT, j'en suis parti en 93 à la suite des "ordres" de reprise après 15 jours de grèves alors qu'on était au bord de la chute du gouvernement.
Pour leur jour d'action, comme ils disent, ils vont passer une fois de plus pour des incapables car le mouvement sera très peu suivi, par contre, comme tu le dis, ils risquent de casser le NSD ...
je me demande si ce n'est pas orchestré. La vengeance serait qu'il y ait plus de monde au NSD qu' leurs manifs.
Après, pour les retraites, ils vont nous en faire baver pour permettre aux plus nantis de se gaver ... comme d'habitude.
Gros bisous catalans
Béa et Lucien


SONYA 9 7 2 15/02/2010 23:28


Concernant les retraites, je me demande ce que va touché la nouvelle génération.
Nous l'attendons mercredi en Martinique
on verra ce qu'il a à dire
gros bisous à vous


Lucien Aymard 16/02/2010 21:20


Bonsoir Sonya,
Crois-tu que des mangues pourries feraient autant l'affaire que des tomates trop mures pour l'accueillir ???
Je plaisante, comme d'habitude, pour le voir, il faudra attendre le reportage télévisé car on va écarter la foule pour lui éviter les insultes.
Gros bisous
Béa et Lucien