Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 18:10


Je reviendrai à Montréal, dans un grand Boeing bleu de mer … C'était  Robert Charlebois dans les années 80 …

Je reviendrai  à Gandrange … c'était Naboléon l'année dernière …

Que de souvenirs dans les deux cas, que d'évocations. Les grandes étendues blanches et le final où le chanteur veut se marier avec l'hiver nous laissent rêveurs et envieux. Les ambiances grises,  noires ou rougeoyantes de la sidérurgie et le final de ce discours où le nain veut venir en voyage de noces nous émeuvent. Nostalgie, quand tu nous tiens …

C'est beau comme du Victor Hugo ou du  Zola, on est sous le charme, sous le coup de l'émotion … et tout à coup, on réalise que le décor est bien planté, mais les acteurs ne vivent pas la même scène.

Charlebois, lui, il est revenu et revient encore à Montréal, dans des avions de plusieurs compagnies, aux côtés de monsieur tout le monde. Il n'a pas peur d'aller affronter l'hiver, admirer les aurores boréales, revoir ces rues qui n'en finissent pas ou sentir mourir le froid au fond de chaque pierre. Il n'a pas peur, il sait affronter la foule de ses admirateurs, les vrais.

Pour court en cuisses, c'est un tout autre problème.

Il est revenu … en Moselle, à Hambach et Sarreguemines (chez Smart) et Woippy (chez les bidasses), mais il s'est bien gardé de passer par Gandrange. Bon, vous me direz que son voyage de noces est fini depuis belle lurette, qu'il a affirmé à la télé que les promesses de Mital, donc les siennes, étaient tenues et que finalement, il n'avait plus rien à faire dans le coin. Erreur !

C'est justement parce qu'il a affirmé que les promesses de Mital étaient tenues qu'il na pas eu le courage de venir. Il a la trouille d'aller voir les ouvriers à qui il avait fait miroiter des lendemains florissants. Il a honte d'aller constater que cette usine qui devait continuer n'est plus, depuis le mois de mars, qu'un vulgaire campement de gens du voyage. Il n'a même pas le courage de parler avec ceux qui sont maintenant sur le carreau, laissés pour compte de la communication étatique, abandonnés sur le chemin qui mène à la misère et à la déchéance. Il ne peut être conscient, lui le noble des beaux quartiers, que des familles entière vont peut-être éclater, perdre leur logement, tout perdre finalement parce que tributaires de cette usine de malheur. Il avait évoqué Jaurès dans la même région lorsqu'il était candidat, aujourd'hui, il pourrait tout aussi bien évoquer Pétain ou Laval, ces courageux qui clamaient "armons-nous et partez". D'ailleurs, il n'est pas loin du compte puisqu'il a déclaré :

-"Je vais demander à Angéla Merkel de déménager l'Allemagne en France d'un point de vue économique bien sûr".

Serait-il prêt à faire allégeance à nos voisins et amis comme autrefois ?

Il faut dire qu'il trouve l'économie allemande meilleure que la française… je me demande à qui la faute …

Alors ? Cette visite mosellane, elle a servi à quoi ?

Non seulement il a évité soigneusement Gandrange au point de ne pas inviter son maire (qui n'est pas UMP c'est vrai), mais il est passé à côté de Metz où la grogne éclate suite à la suppression de 5700 postes de militaires. Tiens, pour faire bonne mesure, on a écarté des manifestations d'agriculteurs qui avaient commencé à distribuer des poules aux invités, d'ouvriers de Johnson Control et autres opposants à l'implantation d'une centrale thermique. Il a été noté par des internautes que la nationale 52 était "tenue" pas des CRS et il n'y avait pas un chat dans les rues ce matin à Hambach.

A Woippy, il a justifié le démantèlement militaire de l'Est par la fin de la conscription, une ânerie pour justifier une connerie.

Tiens, ancien cheminot que je suis, je ne peux passer sous silence le fait qu'il n'a même pas abordé le problème du fret à la SNCF (alors qu'un préavis de grève court à partir du 23) dans cette ville qui abrite le prmier triage fret de France, c'est dire l'attention qu'il porte à l'environnement car il ne faut pas oublier que l'abandon du transport ferroviaire est concomitant avec l'augmentation du trafic routier … et il est où le grenelle de l'environnement ? ...

Somme toute, un voyage comme tous les autres, qui aura coûté cher, rien rapporté sauf  l'auto satisfaction  du petit homme et des quatre apôtres de son paradis artificiel qui l'ont accompagné dans sa quête aux applaudissements de personnes choisies pour leur appartenance, leur taille et peut-être leur talent de comédiens : Maux reins, le papa d'Angélique, le motodidacte et Mort anneaux.

Avant de vous quitter, je vous dois le scoop du jour :

-" Il reviendra à Gandrange … avant les élections régionales".

Il l'a dit, donc il le fera … avant quelles régionales ? … Quand on aura chassé les gens du voyage ? … Lorsqu'on aura passé de désherbant aux abords de l'usine ?

A moins que ce soit quand ses promesses seront réalisées et qu'il aura réussi à trouver la croissance qu'il est allé chercher avec ses dents et qu'il a dû laisser partir en urinant. Ce n'est pas demain la veille. On ne va pas allumer le feu sous les fours des aciéries tout de suite, laissons les chômeurs toucher leurs allocations avant.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article

commentaires

segolin 09/10/2009 23:52


Lucien ,te rappele tu des "trois stooges " ,voilà à quoi ces guignols me font
penser!                                                                            
Segolin!


Lucien Aymard 09/10/2009 23:58


Eh ségo, si je m'en souviens, un jour, au cinéma du patronnage, j'ai pissé au froc ... bonjour la drague après...
C'est vrai qu'ils leurs ressemblent.
Amicalement
Lucien ... et Béa


Renard 09/10/2009 16:42


Il commence à avoir les pétoches quand même, il ne se déplace plus jamais sans que la police ait tout bouclé à des kilomètres à la ronde... sans que tous ceux qui doivent l'approcher aient été
fouillés...
Oui... il doit sentir que les français commencent à réaliser... tard.. je suis de ton avis, mais mieux vaut tard que jamais...
Amitiés à vous deux 

PS: Et quand même hier, sur Le Monde que je reçois sur le net, il y avait 3 longues pages édifiantes du livre de son ministre de la culture... preuve aussi que même les médias commencent à sentir
le vent tourner, car je trouve que Le Monde était passablement frileux depuis son élection et je ne suis pas sûre qu'ils auraient produit ces pages il y a quelques mois... 


Lucien Aymard 09/10/2009 23:45



Bonsoir renard,


Les médias commencent à sentir tourner le vent et tentent de s'acheter une conduite, mais c'est timide. Peut-être si les résultats des régionales sont mauvais pour Naboléon en viendront-ils à
refaire surface, mais ...


Amitiés


Béa et Lucien



Pat59 09/10/2009 08:12


oups exécution..;


Lucien Aymard 09/10/2009 10:43


C'était corrigé mentalement...


Pat59 09/10/2009 08:11


Bonjour Béa et Lucien,
Gandrange.... Gandrange... ? Ne serait ce pas le nom d'un cimetière célèbre ? Ah vi, c'est là que sont tombés des milliers de courageux ouvriers trahi par leur commandement qui a préféré fuir dans
la capitale plutôt que d'affronter l'ennemi.
En temps de guerre cela mérite le peloton d'execusion.
Amitiés et bises à Béa
Pat


Lucien Aymard 09/10/2009 10:42


Bonjour Patrick,
Mais, nous sommes en temps de guerre ...
Bises de Béa
Amitiés
Lucien


fanfan 08/10/2009 21:40


La vérité avec humour !
ou, il a trop peur d'affronter les ouvriers en colère ! il y a des gens ui ont décidé de porter plainte contre les industriels qui prennent les subventions et puis s'en vont! Ils font signer des
pétitions aux gens de la rue  pour cela; je touve que c'est une très bonne idée ! après tout c'est notre argent!
bonne soirée, amitiés


Lucien Aymard 08/10/2009 22:02


Bonsoir Fanfan,
C'est tout de même navrant que ce soient les gens qui déposent des plaintes alors que l'état possède tous les atouts pour sévir. Mais c'est vrai que chez nous, on ne poursuit pas les délinquants en
col blanc.
Amicalement
Béa et Lucien


Pascale 08/10/2009 19:10


Une fois de plus, j'ai bien ri (à mes dépens !) ! Quel talent ! Bravo !


Lucien Aymard 08/10/2009 21:59


Bonsoir Pascale,
Rire, oui, mais à tes dépends  ?
C'est sûr qu'il vaut mieux en rire, ça évite d'enpleurer.
Amitiés
Béa et Lucien