Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 22:26

Et allez donc ! Ca manquait au paysage politique, il me tardait le retour du "je dis", monsieur bourdes, l'homme à la connerie chevillée au corps, le seul, l'unique, le vrai, l'authentique doberman de l'UMP, le toutou à Nic, celui qui balance les boules puantes dans l'espoir que personne n'osera dire que ça sent mauvais. Vous avez reconnu Monseigneur Lefebvre, Frédéric de son prénom, Fred pour les amis et Freddy pour les horreurs commises.

Donc, voici de retour l'ancien dépité et probablement futur sous ministre de son mètre après la digestion de son éviction légale de la chambre par le corse d'Issy (pas de là bas) Santini qui voulait retrouver ses pénates.

Que voulez-vous, il est difficile de se passer d'un pompier pyromane quand l'Elysée fournit le carburant et les allumettes nécessaires aux incendies.

C'est parti ! Il a commencé à sévir dans les médias. Après l'annonce de la "crise cardiaque" du Roy en début de vacances, il nous gratifie, à la rentrée, d'une de ses phrase dont il a le secret:

-" S'il y a des banques qui ne jouent pas le jeu des mesures qui ont été arrêtées au niveau international, il ne faut pas hésiter à ce que les autorités publiques ne travaillent pas avec elles."

Et vlan ! Il faut que l'Etat français ne travaille plus avec les banques, toutes trichant honteusement avec les mesures arrêtées, il ne restera plus qu'à transformer la ministre des finances en ministre du bas de laine.

Remarquez, c'est moitié mal, elle a des jambes longues, le magot sera grand. Imaginez que Borloo ait été maintenu aux finances, c'était la faillite assurée avec sa taille de schtroumpf.

Trêve de plaisanteries, La Garde a reçu les banquiers aujourd'hui pour leur expliquer ce que le Roy voulait entendre lorsque demain ils iront faire la révérence chez lui puisqu'il les a invités pour un menuet entre hommes (avez-vous remarqué l'absence de femmes responsables de banques ? C'est criant).

Et mon saigneur de reprendre :

-" Il y a beaucoup de choses qui ont déjà été faites, mais il faut aller beaucoup plus loin, on verra ce que les banquiers mettront sur la table mardi. Nous, à l'UMP, on veut que les banquiers rendent des comptes sur le crédit et sur les bonus. Les autorités de notre pays sont exemplaires sur la scène internationale, il s'agit que nos banques le soient aussi."

Comme il y va le fils de l'évêque ! Il faut sortir les petits poings des poches pour combattre avec acharnement ces banquiers qui font à peu près ce qu'ils veulent puisque c'est eux qui détiennent le nerf de la guerre et peuvent ainsi asphyxier l'économie quand ils le souhaitent.

Une fois encore, on fait des effets d'annonce, on fustige les méchants banquiers qui ne respectent rien mais c'est totalement gratuit car la seule mesure pour les contraindre serait de nationaliser mais le libéralisme, chassé verbalement par le Roy, revient au galop dès qu'il s'agit de prendre des mesures concrètes.

Par contre, mon attention a été attirée par notre aminaute RENARD sur une épée de Damoclès qui nous pend au-dessus de la tête et dont le nom barbare s'écrit en trois lettres : LBO (Leverage Buy Out). Une rigolade qui risque bien de coûter la bagatelle de 28 milliards d'euros aux banques françaises, et ça, personne dans le staff du mégalomane élyséen ne nous en pipe mot, et pour cause, c'est une affaire purement libérale qui, entre autre, prend les salariés en otage. Je m'explique:

-" Les banquiers prêtent de l'argent à des holdings montées artificiellement par des groupes majoritairement constitués de fonds de pensions. Ces sociétés écran achètent des entreprises proches du dépôt de bilan, souvent petites ou moyennes, auxquelles elles imposent des gains de productivité pour pouvoir rembourser les emprunts de la holding. Or, en ce moment, crise oblige, les PME sont au bord de la faillite et, par voie de conséquence, ne peuvent pas rembourser."

 Ce système a engendré une espèce de bulle financière qui menace d'éclater très vite si la reprise se fait encore attendre.

La CGPME qui hurle à la mort pour que les banques respectent leur engagement pris en contrepartie du soutien public, voudrait que des prêts leurs soient alloués pour "tenir le coup". En fait, ce serait des prêts pour rembourser des prêts. Le nom de ces opérations s'appelle de la cavalerie et c'est interdit par la loi pour la simple raison que c'est le motif d'éclatement de la bulle financière.

Ce sont des informations qui seraient certainement plus importantes pour les citoyens que les bavardages inutiles et vains d'un petit porte parole plus grande gueule qu'informateur.

 

    La voix de son maître. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article

commentaires

PIPOLIN 26/08/2009 23:02

Bonsoir les amisTu as tout compris pour les holdings.C'est un arbre et les branches qui donnent pas de fruits et bien on les coupe.Renard a raison, on peut appeler cela "épée de Damoclès" ou "bombe à retardement" et quand cela va pêter on aura pas le temps d'enfiler un masque.Alors les duconnos du jt..............feraient mieux de nous donner les conseils pour réussir une mayonnaise sans huile, au moins il raconterait pas de conneriesje vous dirai bonsoir sur le dernier article, c'est la crise, je rationne

Lucien Aymard 26/08/2009 23:45


Re ...
Comme tu dis, ça va faire tellement mal que personne n'ose en parler, on péfère nous apeurer avec la gripe du cochon (tout est bon dans le cochon, même la gripe .
Amités
Béa et Lucien


Renard 25/08/2009 18:39

Les banquiers n'ont rien eu à signer lorsqu'on les a aidés, alors, pour eux, c'était un don gratuit..Dommage que ce ne soit pas la même chose pour le pékin de base qui a besoin d'un prêt à la consommation..Ils ont peut-être perdu les imprimés à remplir pour nationaliser....Bises à vous deux 

Lucien Aymard 25/08/2009 23:41


Bonsoir renard, C'est exactement ce qui s'est passé, les imprimés se sont perdus en route. En plus, ils n'ont même pas peur des coups de poing furieux de Sarko sur son bureau.
Amicalement
Béa et Lucien


fanfan 25/08/2009 17:04

il paraît que ce matin le président allait taper sur les doigts des banquiers pour leur rappeler leurs promesses!!ils ont su prendre l'argent du guvernement mais ils on vite oublié leurs engagements!

Lucien Aymard 25/08/2009 23:39


Bonsoir Fanfan,
A mon avis, il leur a tapé dans la main pour leur dire de continuer car il ne pouvait rien contre eux. La preuve, j'en parle ce soir, il n'a obtenu que le partage en 3 des primes et leur versement
sur 3 ans donc, au bout de 3 ans, la prime sera complète
Amicalement
Béa et Lucien


jacques 25/08/2009 06:26

de laé bonne information tes articles merciamitiés de la drôme

Lucien Aymard 25/08/2009 10:49


Bonjour Jacques,
Résultats de la recherche encouple ... c'est tout simple.
Amicalement à vous qui êtes si matinaux...
Béa et Lucien


Sonya 25/08/2009 03:48

lol ...toujours impressionnant tes articles. Je suis en admiration chaque jour devant tes affiches. C'est un talent. Bisous à Béa et très belle nuit à vous deuxc. MOI JE FILE ME COUCHER.

Lucien Aymard 25/08/2009 10:46


Bonjour Sonya,
Nous espérons que ta nuit a été douce. Les articles sont le fruit derecherches communes entre Béa et moi, ensuite je rédige et elle décore. Chez nous, c'est l'osmose permanente.
Bises de catalogne
Béa et Lucien


Rébus 25/08/2009 01:22

La sauterie avec les banques sera demain de tous les commentaires médiatiques, histoire de montrer que le Mètre, à peine ressuscité, se bouge et est du côté des braves veaux, euh, français regardant TF1 je veux dire

Lucien Aymard 25/08/2009 10:44


Bonjour Rébus,
Nous allons déjà avoir droit à un discours à midi paraît-il. Il est parti à 200 à l'heure. En ce jour anniversaire de la libération de Paris, pourvu qu'il nous fasse une "fracture de la cocarde"
(pardon infarctus du myocarde).Amicalement
Lucien


Jean Georges 25/08/2009 00:14

resalut,Je t'ai laissé un mot sur le blog de Fred, non! pas le pitt bull l'ami fred. C'est vrai que l'article des Echos dit par Lefevre m'a troué le Q. J'extrapole pas car je deviendrai comme lui.Rebonne nuit. JG.

Lucien Aymard 25/08/2009 01:00


Eh coucou !
On a vu ta prose sur le blog de Fred. On en rit encore et tu en rajoutes ici.
Amicalement
Béa et Lucien


Jean-François Vionnet 24/08/2009 23:42

Les banques ont abandonné les PME, il y a déjà bien longtemps, bien avant la crise, quand elles ont eues comme premier ministre Ballamou, alors avec Cogne mou, notre président, on n'aura rien de bon. La première entreprise que j'ai créé, j'ai eu un effet levier qui m'a permis d'obtenir 500 000 F avec 100 000 F apportés. Ah ! oui, j'oubliais c'était sous Mitterrand, et les banques françaises jouaient le jeu des PME. Maintenant les banques gagnent beaucoup plus avec les hedges funds et cie.Bises à Béa, salut et fraternité et vive la révolution.

Lucien Aymard 25/08/2009 00:58


Bonsoir JF,
Et dire qu'on nous a obligés à être client des banquiers sous De Gaulle pour limiter les mouvements de fonds à l'époque. Déjà, on venait nous voler notre argent et ça ne s'est pas arrangé
depuis.
Amitiés à vous deux
Béa et Lucien


Pat59 24/08/2009 22:54

Bonsoir Lucien et Béa,Bien vu, les banques vont être reçues en audience par l'Empereur Naboléon 1er, soit, mais un autre sujet va soigneusement être évité... les prêts accordés aux petites entreprises...- 10 % sur le premier semestre, or ces petites PME ont besoin d'air et de liquidités, sur le principe du réglement des fournisseurs et l'encaissement aléatoire des clients.Donc les banques ne prêtent plus aux petites entreprises qui sont obligées de licencier voir fermer car les saigneurs les poussent à la faillite et reprennent leurs billes sur la vente des biens, pour les prêter aux grands groupes et prendre des bonus.Belle mentalité du libéralisme à l'Américaine, sujet que le connard qui nous sert provisoirement de président se veut un adepte in-con-ditionnel.Amitiés et bises à BéaPat

Lucien Aymard 25/08/2009 00:54


Bonsoir Patrick,
Les PME sont les premières écrasées par les banques car les banquiers savent qu'ils ont très souvent la possibilité de se reprendre sur les biens des dirigeants et leur truc favori, tu le sais par
expérience, c'est de tabasser le petit pour le faire cracher.
Bonne nuit et amitiés.
Lucien
Bises de Béa