Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 23:18

Aujourd'hui, l'actualité est certainement bloquée dans les bouchons du chassé croisé des vacanciers.

Bien sûr, on trouve quelques infos qui font ou non plaisir suivant les yeux avec lesquels on les regarde.

La Camargue qui voit sa réserve naturelle "endeuillée" par une bande de pétrole noir échappé d'un oléoduc enfoui depuis pas mal de temps. J'ai habité cette région pendant dix ans, en 1971, lors de construction de cet oléoduc, on avait manifesté et expliqué que ce n'était pas bien de le faire passer par là justement à cause des risques encourus par l'environnement, et le site n'était pas encore déclaré réserve naturelle. Comme bien souvent en France, on a eu tort d'avoir raison trop tôt. Il y avait, à l'époque, des solutions différentes, mais les autistes (déjà) de l'Etat avaient fait la sourde oreille, le pétrole et l'argent primaient, comme aujourd'hui, sur tout le reste. On récolte donc les fruits de l'arbre à conneries qu'ont planté les ingénieurs de l'époque avec la bénédiction de Pompidou et Chaban-Delmas émanations de l'UDR, ancêtre de l'UMP. Pour ceux qui connaissent un peu la région, on cueille des champignons appelés bolets de Crau dans tout le coin où passe le tuyau magique. A dater de ce jour, et pour longtemps, on pourra dire "on ramassait" des bolets et les alouettes, lièvres et lapins qui nichaient là auront tout loisir de se rabattre sur l'autoroute ou la ligne de chemin de fer.

On trouve aussi d'autres nouvelles réjouissantes au possible telles les 142 emplois supprimés à l'usine Cameron de Béziers. C'est la seule usine du groupe en France, elle est chargée de la fabrication de vannes et clapets à l'usage des forages pétroliers. (Y aurait-il un lien ?). Je crois que c'était la dernière industrie biterroise, elle se réduit comme peau de chagrin et la ville va devenir un dortoir à retraités. Et puisque nous en sommes à la suppression des emplois, il faut savoir que Pôle emploi déclare que l'emploi salarié a reculé de 0,6% en 2008, ce qui représente 92 700 pertes nettes. Il faut remonter à 1991 pour voir la perte de 87 300 postes. Ce n'est pas tout, le premier trimestre 2009 a vu la suppression de 192 500 emplois (pudiquement appelés postes, des fois qu'un emploi correspondrait à 50 postes). Et le bouquet final de la statistique se passe de commentaire : suppression de CDI : 67%, créations de postes : 64% en CDD. CQFD.

Après ce petit éventail de réjouissances, je dirai que les 64 personnes atteintes de la grippe A H1N1 au cap d'Ail devrait résonner comme une peccadille si ce cap n'était pas à portée de vol de microbe d'un autre cap célèbre. Pourvu que le vent d'est souffle et pousse le H1N1 jusqu'au cap Nègre, histoire de prolonger l'arrêt maladie du petit incompris et nous apporter le calme, la sérénité et les bulletins de santé hyper médiatisés multi quotidiens du Roi.

Vous aurez remarqué que, comme d'habitude, j'ai insisté sur les statistiques de l'emploi ou plutôt du non emploi. Ce n'est pas un hasard si justement ce soir j'insiste sur ce point. C'est pour expliquer que je me suis fait une règle, sinon un devoir, et ce depuis toujours, de dépenser un maximum de mon énergie à prendre le parti des "petites gens", vous savez, ceux qui sont exploitées, utilisés jusqu'à "la corde" et payés avec un lance pierres, ceux dont le nombre d'heures hebdomadaires ne dépasse pas le seuil qui permet de les sortir des statistiques du chômage. C'est aussi le cas de ces retraités dont les 500 euros par mois ne permettent pas de faire les trois repas normaux sans aller chercher dans les poubelles, ces chômeurs de longue durée auxquels on ne verse qu'une obole avec laquelle ils doivent se loger, se nourrir et élever l'enfant ou la famille dont ils sont responsables. J'en oublie, je suis certain des "petites gens" dont le qualificatif ne peut s'appliquer qu'aux oboles que leur donne la société, le plus souvent d'ailleurs par le truchement d'associations bénévoles parce que l'Etat préfère engraisser les banquiers que leur venir en aide.

Alors, oui, je deviens hargneux et je peux même être grossier et insultant quand quelqu'un vient me vanter les mérites des traders auxquels on veut verser plus de 50 000 euros en fin d'année alors que cette somme représente 4 ans de SMIC. Oui, je peux même réitérer ma grossièreté lorsque quelqu'un vient m'expliquer que je me prends pour celui qui détient la vérité et qui pense que les autres sont des imbéciles voire des cons. Bien sûr que je suis conscient que ce n'est pas notre petit chef qui peut empêcher ce genre d'exaction des banquiers parce qu'il les fait rire doucement quand il les menace de ses petits poins. Il le sait d'ailleurs qu'il ne peut rien et faire des moulinets avec ses petits bras ou convoquer les dirigeants dans son bureau ne peut qu'impressionner les rigollots qui croient ce que leur raconte les médias. Seulement, il y a une méthode pour couper court à tous les abus bancaires et ça s'appelle la nationalisation, oh, pas totale évidemment mais suffisante pour siéger aux conseils d'administration et avoir enfin voix au chapitre. Mais ça, ça ne peut pas exister en Sarkozye puisque ce sont les forces de l'argent qui mènent l'Etat par le bout du nez.

Alors, voilà, il ne nous reste plus qu'à nous battre pour faire reculer la misère, nous battre avec des moyens légaux, les urnes sont là pour nous y aider à condition de ne pas aller à la pêche les jours d'élection, de ne pas se laisser berner par des résultats de sondages fabriqués d'avance ou de ne pas céder aux sirènes des médias sous la coupe directe ou non du pouvoir.

Voilà pourquoi je défendrai les pauvres, les exploités et les faibles de toutes les façons qui me seront permises même si je dois encore insulter ou proférer des grossièretés. Et ce, jusqu'à mon dernier souffle.

Pas la peine de dire "amen", c'est fait !


Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article

commentaires

Fred de Roux 14/08/2009 10:34

Bonjour Lucien, Quelle diatribe ! Tu n'as rien oublié, tout y est. Le style employé fait très fort : il cogne mieux que des poings. J'applaudis des deux mains et des deux pieds (si, si puisque je n'ai pas quatre mains...). Je n'ai rien à ajouter sauf ceci : pourrais-tu utiliser des caractères plus gros (je sais ça tient davantage de place) : visuellement, ça m'arrache les yeux (ma vue faiblirait-elle à ce point ? Ou bien mes lunettes... ?)Bonne journée          FdR

Lucien Aymard 14/08/2009 20:46


Bonsoir Fred,
C'est vrai que j'y mets du coeur, mais c'est le coeur de quelqu'un qui a été élevé dans l'esprit de l'ent'aide et qui ne supporte pas les gens qui tirent la couverture à eux.
J'ai pris note, je vais tenter d'écrire plus gros.
Amicalement
Béa et Lucien


sixtine 10/08/2009 17:17

Je ne sais pas quel sera notre avenir... Mais tout ce que je lis ou entend ne m'inspire rien de bien réjouissant, en particulier pour les générations futures !Il est fort probable que les générations de quiquagénaires, fortes de cet amer constat, montent au créneau pour leurs enfants et petits-enfants !

Lucien Aymard 10/08/2009 18:01


Bonsoir Sixtine,
Les quinquas ne seront pas seuls s'ils bougent, les anciens soixante huitards dont je suis, sont en train de revivre socialement l'avant mai 68 et ils n'aiment pas ça car c'était dur.
Amicalement
Béa et Lucien


fleche 10/08/2009 07:37

Il y a déjà bien longtemps que le rendement a pris le pas sur la sécurité dans l'industrie. Au fur et à mesure où les "vieux" qui avaient la connaissance, le goût du travail bien fait sont partis, leurs tâches ont été données à des sous traitants qui emploient le plus souvent des travailleurs intérimaires. Il y a du souci à se faire quant à la sécuité dans les usines.Par rapport au vote, il sera bientôt inutile de se déplacer car à force de tripatouiller les circonscriptions, l'UMP sera majoritaire dans la plupart des endroits.

Lucien Aymard 10/08/2009 12:02


Re-bonjour fleche,
Comme tu le dis, les vieux sont mis au rancart par les jeunes incompétents qui sortent des grandes écoles et pour qui travail rime avant tout avec productivité. Quelle que soit la branche dans
laquelle on est, nous sommes confrontés à ces "je-sais-tout" dont l'avenir, croient-ils est lié à la productivité de la boite où ils sévissent.
Pour les élections, ils finiront par pousser le peuple à la révolte. On ne le verra peut-être pas mais si ça continue, nos enfants y seront. C'est peut-être ça l'avenir qu'ils préparent.
Amicalement
Lucien


Olive 09/08/2009 21:24

Exactement Lucien

Lucien Aymard 09/08/2009 21:41


Bonsoir Olivier
On applique le principe des vases communiquants.
Amicalement
Béa et Lucien


Olive 09/08/2009 18:03

Ouais les médias tv ne parlent pas du plus intéressant, Bouygues et compagnie défendent le petit SArko

Lucien Aymard 09/08/2009 19:54


Bonsoir Olivier,
Les TV, tu veux sûrement parler des écrans qui vomissent l'info trafiquée ?
Amicalement
Béa et Lucien


aliciabx 09/08/2009 16:24

Super le géovisite

Lucien Aymard 09/08/2009 19:53


Bonsoir Alicia,
Merci pour le géovisite, tu y es pour beaucoup, à force de tripoter, j'ai fini par trouver la solution. Pour coller, il faut utiliser Ctrl + V ... et ça marche !!!!
Bonne soirée et bises
Béa et Lucien


aliciabx 09/08/2009 12:10

Ne vous inquétez, Béa et Lucien, 



L'insurrection viendra des quinquas C'est indéniable, il semblerait que notre génération soit plus choquée et indignée que nos jeunes, qui, eux, n'ont qu'une idée en tête, trouver du boulot à un salaire de misères.A nous de les protéger donc.Amitiés à tous les deux de Gironde où il pleut des cordes. La nature va respirer un peu.

Lucien Aymard 09/08/2009 14:56


Bonjour Alicia,
Nous sommes allés voir le reportage qu'on n'avait pas pu consulter hier cause obligations de courses (et oui, ça mange un méditerranéen).
C'est un peu plus que parlant, c'est du réalisme.
On te fait de gros bisous
Béa et Lucien


des pas perdus 09/08/2009 11:40

La révolution par les urnes...

Lucien Aymard 09/08/2009 14:00


On y aspire, mais serait-elle suffisante aujourd'hui quand on voit comment se comporte le principal parti dit d'opposition ?
Cordialement
Lucien


Jean-François Vionnet 09/08/2009 09:45

J'ai bien connu la Cameron à Béziers. Un mien cousin, Hollandais, y était directeur technique, mais il y a longtemps qu'il est retraité.Pour ce qui est du salaire des dirigeants ou des traders, c'est vraiment honteux, et le reflet d'une réelle décadence qui va mal finir. Avant un patron qui gagnait 4 à 10 fois le SMIC, était un nanti.Maintenant c'est un pauvre, qui a mal négocié. Mais où va-t'on ?Même voter ne sert plus à rien contre le pouvoir financier.Peut-être une bonne et vraie révolution.Salut et Fraternité.

Lucien Aymard 09/08/2009 13:59


Bonjour JF,
Ne me dis pas que ton cousin est de Maastricht, ça me démoraliserait. J'ai eu dans mon ex-famille des ouvriers de la Cameron ;.. ils en chiaient à l'époque, mais ils étaient considérés.
Aujourd'hui, ce sont des numéros que l'on jette à la poubelle lorsqu'on n'a plus besoin de compter.
Tu as raison, je pense qu'à présent on a atteint un point où seule une révolution pourra tout changer.
Amitiés
Béa et Lucien


jacques 09/08/2009 05:06

bonjour matinalle seul moyen de lutter ce sont les urnes comme tu dis je n'ai jamais loupé un seul vote !!helas , mille fois helas , les gens croient que voter ne sert a rien !!comme disait cesar (a juste raison ) "qu'on leur donne des jeux" a notre epoque on nous donne des loisirs en guise de jeuxencore faut il avoir les moyens pour en profiter

Lucien Aymard 09/08/2009 13:55


Bonjour jacques,
Tu as totalement raison, les urnes sont le seul moyen démocratique de changer les choses, ancore faut-il que les gens réalisent que contrairement à ce qu'on leur affirme, droite et gauche ce n'est
pas la même chose.
Pour ma part, j'ai manqué un premier tour de législatives car j'étais en vacances à l'étranger où j'avais réservé avant que les dates d'élection soient définies. Mon vote n'aurait rien changé,
mais j'y pense encore tant ça m'a marqué. Les jeunes n'en sont pas là aujourd'hui, loin s'en faut ...
Amicalement
Béa et Lucien


Renard 09/08/2009 00:38

Bonjour Lucien et BeaJ'arrive de chez Fred, où il est justement question des traders, et avant, j'étais chez... qui parlait de l'usine Mollex près de Toulouse.. et j'ai l'impression que la rage gronde, la vraie, celle qui fait sauter les vannes jusqu'à parfois engloutir les innocents...et ceux qui souffraient déjà..Que faire?Lorsque j'arrive dans un bureau de vote où je m'attarde pour "étudier ce qui s'y passe", que je vois si peu de gens qui se déplacent pour voter, et qu'ensuite, je vais sur les bords de la Garonne et qu'ils sont tous là, les pieds dans l'eau, j'ai envie de leur crier que la liberté non seulement c'est bien de l'avoir, mais que pour la garder, il faut se battre.. Et que regarder comme de pauvres illuminés ceux qui essaient de les prévenir, n'est pas le mieux qu'ils puissent faire..Que faire?Comment le faire?Amitiés à vous 

Lucien Aymard 09/08/2009 01:14


Bonsoir renard,
Tes analyses sont pertinentes et j'ai particulièrement apprécié celle de chez Fred avec laquelle je suis entièrement d'accord.
Nous n'avons que nos mots pour nous battre c'est d'ailleurs ce qui explique que quelquefois, ils dépassent notre pensée dans la pâssion qui est la notre. Que faire quand les gens refusent de voir
que le bonheur n'est pas ce qu'on leur dit mais ce qu'ils peuvent vivre ? Continuer à nous battre evec nos mots en se disant que les petits ruisseaux finissent par faire les grandes rivières et
espérer que les ruisseaux soient de plus en plus nombreux.
Je me suis permis de mettre un lien vers ton blog.
Amicalement
Béa et Lucien