Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 21:59

Lorsque les dirigeants des grandes entreprises investissent, ce n'est pas pour le bien de leurs ouvriers mais seulement pour percevoir des bénéfices les plus importants possibles. Ils appellent cela pudiquement les retours sur investissements.

Pourquoi vous, ouvriers, paysans, fonctionnaires, lycéens, étudiants, chômeurs, travailleurs précaires, auxiliaires de justice, pourquoi n'auriez-vous pas également droit à un retour sur investissement ?

Vous avez, tour à tour, manifesté, défilé et fait grève contre toutes les attaques ciblées du pseudo "grand de ce monde" qui, sous prétexte de réformer la France, joue simplement à satisfaire ses caprices d'enfant gâté et pourri (surtout), il n'est qu'à voir comment il a supprimé la pub et décidé de nommer le PDG de France Télévision.

Vous avez investi par les pertes de salaires dues aux grèves, par l'usure de vos chaussures sur le pavé des villes et par vos larmes en fin de mois lorsque vos enfants se nourrissaient de pain trempé dans du lait pendant que "Môsieur" faisait un caca nerveux pour le tout à l'égout de belle maman  les doigts dans le caviar.

Il serait on ne peut plus normal qu'aujourd'hui vous perceviez vos dividendes, qu'un minimum de vos légitimes revendications soient satisfait, ce serait votre retour sur investissements. Au lieu de ça, Il vous bafoue, Il vous ignore, Il vous a fait des promesses qu'Il ne tiendra pas, mais sa traîtrise est une seconde nature, Il fait tout pour vous monter les uns contre les autres, enfin, je vous comprends, Il vous écoeure. Votre retour sur investissements, en l'occurrence, c'est son ignorance pure et simple.

Que va-t-il se passer maintenant ? Tout d'abord deux mois pendant lesquels le pays va tourner au ralenti à cause des vacances d'été mais pendant lesquels, le mini sadique va profiter de l'apathie générale pour faire passer quelques textes liberticides ou réducteurs d'avantages sociaux. Mais après, il y aura la rentrée et là … à nous de jouer.

Comme le dit notre juridiction, il peut y avoir retournement de la preuve. Il nous suffit de considérer les choses comme elles se sont déroulées et de retourner le raisonnement qui deviendra tout aussi logique.

Considérons que le fait d'avoir répondu par la négative, l'ignorance ou le mépris aux revendications des français de la rue constitue pour le monarque un investissement négatif, il nous suffit alors de lui envoyer un retour sur investissement tout aussi négatif. A la rentrée de septembre, unissons nos revendications sous la bannière d'une même rancoeurs et nous serons des centaines de milliers dans la rue. Voilà la réponse que mérite celui qui se targue de représenter 38% de la France alors qu'il devrait avoir honte d'avoir 62% face à lui, et ce, sans parler des abstentionnistes.

Seulement voilà, j'ai juste une crainte que j'exprimerai sous forme de questions :

-" Y a-t-il un syndicat assez fort dans l'opinion (suivez mon regard) pour réunir et fédérer toutes ces frustrations ?

Existe-t-il des hommes à la tête des organisations syndicales suffisamment indépendants, détachés du pouvoir et volontaires pour donner le tempo de la révolte ?"

Je doute de tout cela et je crains fort qu'il ne soit nécessaire, une fois encore de "prendre le train en marche" derrière les étudiants et les lycéens comme ce fut le cas en 1968 pour d'autres motifs que les raisons actuelles.

Nous blogeurs, avons notre rôle à jouer, bien sûr nous ne remplacerons pas les organisations de représentants des diverses professions, mais nous pouvons, en tout cas, nous devons tenter de rassembler tous ces mécontentements en faisant partager à chacun les soucis des autres.

En 68, le chef de l'état faisait près du double de l'actuel, dans tous les sens du terme, ce qui devrait nous faciliter la tâche et nous faire enfin percevoir ces fameux retours sur investissements.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article

commentaires

TendrePoison 01/07/2009 15:41

Ceux*

Lucien Aymard 01/07/2009 17:45


Vu !!!!! Comme disait ma prof de français. (lol)


TendrePoison 01/07/2009 15:41

Ce qui ont investi chez Madoff attendront toujours le retour dans 150 ans lol Ca, ça s'appelle l'effet boomrang

Lucien Aymard 01/07/2009 17:43


J'avais traduit ton CE en CEUX et pour l'affaire Madof, j'en ris encore.
@ +


Jean-François Vionnet 01/07/2009 08:19

J'ai mis sciemment les mots : return on invests, car il fût une époque où il était bon d'utiliser le franglais pour être dans le coup. Qu'est ce que ça pouvait me faire chier !!!Mais c'est vieux, maintenant on écrit des courriels, on a des imeles, etc.Bonne journée.

Lucien Aymard 01/07/2009 17:41


Et maintenant tout est en "ware", software, hardware, freeware et bientôt le répartware de sarkoware. Mais celui là, qu'il aille se faire ware.
Cordialement
@ +


Jean-François Vionnet 30/06/2009 22:41

return on invests : j'ai appris en cours de management. Mais heureusement, je n'ai pas tenu compte, et mon personnel a touché une participation aux bénéfices. On était pas beaucoup, mais l'ambiance était bonne.Salut et Fraternité, je n'ai jamais vu aucun syndicat qui ne mange pas la soupe du pouvoir en place. J'espère être con vaincu du contraire.

Lucien Aymard 30/06/2009 23:46


Ton "return on invests", moi qui ne parle l'anglais que sous la torture, m'a fait penser à certains membres du PS et j'aurais traduit par "retourne la veste" . Pour les syndicats, tu peux
vraiment être convaincu, ils continueron à manger au ratelier de Sarko.
Amicalement
Lucien