Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 16:55



Voici longtemps que les médias, probablement à la demande de l'Etat, n'avaient pas mis en exergue un quelconque motif de dresser la population contre les enseignants.

C'est chose faite aujourd'hui, on nous explique que 45% (presque 1 sur 2) des professeurs des écoles ont posé un arrêt de travail pour raison de santé en 2007/2008, ce qui représente 2 millions de jours d'absence. Et je t'enfonce le clou en précisant que "seulement" 22% des salariés du privé ont fait de même l'an dernier.

Premier constat :

- " On compare des choux avec des chèvres à savoir que l'année scolaire se déroule de Septembre 2007 à Juin 2008 et que l'année civile va de Janvier à Décembre 2008 ".

Deuxième constat :

- " Quelle commune mesure peut-il y avoir entre une secrétaire travaillant devant son écran d'ordinateur et une institutrice devant une classe d'enfants en matière de risque de contamination virale " ,

La déduction est vite faite. On veut commencer à fustiger ces enseignants qui partent pour deux mois de vacances et vont certainement manifester leur désaccord à la rentrée lors des suppressions massives de postes. Bande de fainéants va !

Regardons de plus près, sans les œillères que nous distribuent les pseudo ministres au travers des journaux écrits, parlés ou télévisés à leurs petits soins.

Un enseignant, c'est qui ? C'est quoi ? Ca travaille quand ? Comment ? Pour qui ? Pour quoi ?

Voilà les bonnes questions. Je me permets d'analyser ce métier que je ne connais pas parfaitement mais que j'ai eu l'occasion d'apercevoir de très près pour avoir été instructeur informatique dans un centre de formation ou les élèves, par classes de 20, étaient âgés de 18 à 55 ans.

L'enseignant, c'est qui ?

C'est une personne qui a un cursus Bac + 5 et qui doit travailler à former des enfants jusque, parfois, à rattraper les carences d'éducation familiale.

L'enseignant, c'est quoi ?

C'est l'instituteur chargé de développer l'intelligence naturelle de l'enfant en lui donnant la meilleure instruction  "livresque" possible.

L'enseignant travaille quand ?

De septembre au mois de juin suivant à raison de 6 heures par jour plus trente minutes de soutien scolaire devant les élèves sauf vacances de noël, toussaint, février et pâques. Pendant ces vacances, il (elle) prépare les classes vertes ou de neige (non prévues aux programmes), les projets de cours pour la période suivante ou la fabrication des cadeaux de fête des mères ou des pères (non prévu au programme). Après la journée, il faut corriger les cahiers et devoirs, préparer les cours du lendemain, remplir les livrets scolaires et les documents demandés par l'inspection académique. Toute cette partie cachée de l'iceberg que l'Etat se garde bien de montrer de peur que le français moyen prenne conscience de la réalité des choses.

L'enseignant travaille comment ?

Devant des classes avoisinant 30 élèves la plupart du temps, sous la pression de la hiérarchie qui veut du résultat sans donner les moyens, sous les coups de boutoir des parents pour la plupart démissionnaires qui reportent sur eux l'éducation qu'ils sont dans l'incapacité de donner à leur progéniture.

L'enseignant travaille pour qui ?

Pour les enfants et uniquement pour eux, les parents feraient bien de s'en souvenir, ça leur éviterait d'intervenir inutilement dans la vie scolaire.

L'enseignant travaille pour quoi ?

Pour un salaire qui est calculé sur 10 mois et versé sur 12, donc qui ne laisse pas de place aux "vacances gratuites" que la plupart des français leur envie. Par-dessus tout, ils travaillent pour que les enfants soient au moins aussi instruits que ces parents qui trouvent toujours à redire à l'enseignant.

Alors, si parfois ils sont malades, c'est peut-être à cause des épidémies dues à la promiscuité, des "pétages de plombs" dus à la pression conjuguée de la hiérarchie et des parents ou tout simplement à l'agression de quelques enfants mal élevés par leurs familles.

Papa, maman du petit saint que vous avez engendré, soutenez les enseignants avant de faire aveuglément confiance à cette chair de votre chair qui finira par vous coûter cher.
                                                                                        

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article

commentaires

sixtine 02/07/2009 07:44

Excellent, Lucien ! J'applaudis ! Tu as cerné l'ampleur du problème !Défendons l'Education nationale dont nos enfants ont tant besoin !Ensuite, il faudra se battre pour la Santé, tout aussi menacée... What else ?Ravie de te retrouver, Lucien !

Lucien Aymard 02/07/2009 14:13


Tu as totalement raison, avec l'enseignement et la culture à un degré moindre, la santé est l'un des piliers de la cohésion sociale. Laisser partir ce trésor serait une énorme catastrophe pour les
générations futures. Nous, blogueurs, dans notre petit espace, nous devons nous battre et attirer l'attention sur le système de santé qui est attaqué de toutes part et surtout de l'intérieur. En
tout cas, tu peux compter sur moi pour me battre avec mes armes.
Heureux également de ton retour.
Cordialement
Lucien


Rébus 30/06/2009 19:39

Tactique classqiue de stigmatisation et de division sarkozienne. la stratégie du bouc émissaire est leur préférée

Lucien Aymard 30/06/2009 22:27


Qui veut noyer son chien ..... voilà le crédo des sarkozystes.


Emile Zona 30/06/2009 17:19

Je suis consterné par la casse du service public. Les journalistes adorent "dénoncer" les soi-disants avantages des enseignants (et de tous les fonctionnaires en général). Il ne faut pas oublier que pour la plupart, il y a une vingtaine d'années, être fonctionnaire n'était pas un sort enviable. Il fallait passer un concours (souvent laborieux) avec au bout du compte, un poste dans la capitale, mal payé, avec une possibilité de retour en Province plus de 10 ans après pour certaines localités du sud de la France. Cette volonté délibérée, de montrer à l'opinion, que l'enseignement public français est obsolète, est tout à fait écoeurant, quand on sait que tout est fait pour nuire à son bon fonctionnement. Ce n'est pas faute d'enseignants valeureux, car nombreux sont ceux, qui vaille que vaille, luttent avec les moyens du bord, pour offrir aux élèves un enseignement digne de ce nom. Il en va de même pour toutes les administrations, n'oublions pas que la France est régie par un gouvernement de droite libérale, qui n'a cure de la masse populaire, qui calcule sur du court terme le meilleur bénéfice qu'elle pourra tirer. Comment expliquer par exemple que la sécurité sociale qui faisait des bénéfices de plusieurs millions d'euros sous Jospin, se retrouve aujourd'hui, avec un trou de 20 milliards d'euros, alors que les cotisations ont augmentées et que les remboursements sont moindres? Où passe tout cet argent? Tout cela est scandaleux. Sans être fonctionnaire ni enseignant, je trouve cela très inquiétant, qu'une poignée de voyous ruinent le pays, en  toute impunité, au détriment des futures générations. Bien à vous Lucien

Lucien Aymard 30/06/2009 22:26



Le service public ne rapportant pas, il faut le privatiser pour que de l'argent rentre dans les poches de ceux qui en ont déjà quantaux enseignants, effectivement il est plus facile de montrer
qu'il est mauvais que de prendre les vrais mesures pour l'améliorer.


Cordialement



Pat59 29/06/2009 20:46

J'ai particulièrement apprecié le passage" Les enseignants travaillent quand ?"C'est en effet une rectification importante, les gens voient quoi en majorité ? Qu'ils ont des congés comme les enfants (ou étudiants ) mais ne voient pas qu'une fois chez eux une deuxième journée commence !Sans oublier ceux qui sont obligés de galoper entre plusieurs établissements !Bravo pour la mise au point.(heu Lucien, j'ai pas pû m'empêcher... tu es dans ma dernière BD )

Lucien Aymard 29/06/2009 22:14


Je pense que le français en général et les cons en particulier ont tendance à critiquer ce qu'ils ne connaissent pas. J'ai été critiqué dans mon boulot et j'ai invité l'énergumène à passer une
journée avec moi. Il a accepté par défi mais n'a plus jamais porté de critique sur mon travail. Il avait vu.


Jean-François Vionnet 29/06/2009 20:29

Tu as bien raison, ces français qui calculent le nombre de jours de congés maladie à finir de prendre dans l'année, ces français qui ne veulent pas travailler le dimanche, ces français fainéants qui refusent le travail, tous ces empêcheurs de tourner rond, il faut les sanctionner. Si ce n'est pas du Lefebvre Inutile, c'est quand même rien qu'à des conneries. Je sais que dans toutes les professions, il y a des profiteurs, mais mon père enseignant (il a même obtenu les palmes académiques), n'a jamais pris un jour d'arrêt. Mais monter les français contre les français, est une méthode de gouvernement (Voir Machiavel le florentin)

Lucien Aymard 29/06/2009 22:10


Tu as tout dit Jean François, sous la royauté, c'était diviser pour reigner. Aujourd'hui c'est monter les gens les uns contre les autres pour reigner ... et ça marche!


beignetcaramel 29/06/2009 18:50

Tout à fait d'accord. Devant une classe de 30 élèves dont certains sont des petits voyous, le stress du prof est différent de la secrétaire dans son bureau. Sans parles de la proximité d'un groupe et du risque de propagation. Encore un sujet de désinformation et qui marche devant des gens un peu niais. A nous de dénoncer encore et encore.

Lucien Aymard 29/06/2009 22:08


Dans la parodie, je dirais désinformez, désinformez, il en restera toujours quelque chose.