Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 23:08

                                                                                   
C'est ainsi que l'on pourrait titrer la nouvelle lubie de notre Guide bien aimé. En effet, Claude François chantait "ça s'en va et ça revient" dans son opus "chanson populaire" et il était drôlement en avance sur son temps le bougre !

Nous avons entendu toute la journée sur les ondes ou vu sur les téléviseurs, cette chanson populaire qu'est la lutte contre l'insécurité.

C'est fortement bizarre, oui j'ai dit bizarre, notre Cicérone en chef nous braille le même refrain à chaque élection : nous sommes cernés par la délinquance et je vais l'éradiquer. Ceci prouve, au passage, que toutes les  lois, tous les édits, tous les décrets qu'il imagine ne servent à rien, sauf, peut-être à effrayer le bon peuple bien préparé par l'info téléguidée.

Décortiquons :

1 – La télé, les radios, les journaux, relayés largement par la famille politique du Guide suprême, montent en épingle un évènement dramatique et répréhensible qui, si possible, touche l'âme sensible du français moyen. Au passage, on fait développer le côté glauque par les journalistes savamment briffés, on interroge des gens soigneusement triés sur le volet qui rajoutent une pincée de dramaturgie et suggèrent, comme par hasard, quelque remède répressif.

2 – Le lendemain, on fait réaliser un sondage sur la généralisation éventuelle de cet évènement par un institut hautement choisi pour servir qui de droit.

3 – Le surlendemain, on publie le résultat de ce sondage réalisé sous le coup de l'émotion provoquée non pas par le drame, mais par son interprétation, et le tour est joué : 80% des français (interrogés, il faut le dire car les sondeurs et les télés ont interdiction de le préciser) sont pour la répression.

4 – Le jour suivant, on convoque la presse, et on annonce la mise en place de lois (qui théoriquement doivent être discutées et votées par le parlement) répressives en se targuant du soutien de 80% des français.

Tout ceci se passe en France, dans les deux semaines qui précèdent une élection que l'on a peur de perdre.

Pour faire bonne mesure, le même jour, on publie un sondage disant que les français placent l'UMP en tête des élections européennes, histoire de sous entendre que ce n'est pas la peine de se déranger le 7 juin,  les jeux sont faits.

Eh bien, non !

Ce n'est pas ainsi que ça marche dans une démocratie digne de ce nom (donc pas chez nous). Si on fait le total des voix opposées à l'UMP augmentée du Nouveau Centre, on s'aperçoit qu'une large majorité de la population rejette la politique spectacle européenne menée par notre Berger. Nul n'est besoin d'être grand clerc pour parier sur une autosatisfaction des grands perdants si le scénario UMP+Nouveau Centre = 28% des voix de la nation.

Revenons-en à la délinquance.

Dans son discours sur la criminalité, notre Cornac prétend que "croire que la criminalité engendre la pauvreté" relève de l'angélisme. Certes, son fils n'a certainement pas vendu les bijoux de famille ou les appareils électroménagers pour se payer de la drogue et c'est très bien ainsi. Je veux dire par là que lorsque l'argent manque et qu'il n'y a ni travail, ni espoir d'en trouver parce qu'on habite une banlieue ghetto, on se procure des billets dans n'importe quelles circonstances. Sachez que je n'approuve pas le deal de drogue, les vols mais aussi la prostitution (n'oublions pas qu'il n'y a pas que des hommes dans ces ghettos), pas plus que je ne cautionne le dépouillement des parents par des enfants en manque.

Toujours dans ce discours, il nous rappelle les 17 morts dans une école en Allemagne sans pour autant nous parler des dizaines de fusillades dans les établissements scolaires des USA pour la simple raison qu'il voudrait calquer notre pays sur eux. C'est clair comme de l'eau de roche.

Je terminerai sur la note que je pense la plus optimiste de son allocution :

-" Ne nous laissons pas intimider par la dictature des bons sentiments "

A laquelle je répondrai:

-" Ne nous laissons pas berner par le dictateur aux mauvais pressentiments".
                                                    

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article

commentaires

aliciabx 29/05/2009 18:27

Absolument d'accord. Tout est fait sur le coup de l'émotion, jamais de recul et les conséquences seront, à terme, désastreuses...

Lucien Aymard 31/05/2009 22:31


Eh oui, c'est comme le réchauffement de la planète. Ca a commencé le désastre mais tant qu'il y aura plein de dénonciateurs comme nous, l'espoir subsistera.
Cordialement