Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Commentaires

Articles Récents

19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 22:10


Le jour de gloire serait-il arrivé ?

Voici quelques jours, TF1, groupe de copinage avec qui vous savez, a licencié un cadre trop dynamique au motif qu'il n'avait pas à faire savoir qu'il était opposé à la loi HADOPI. Dès l'instant où tu ne penses pas comme ton patron, tu dois te taire ou tu gicles même si tu désapprouves de chez toi. C'est la règle de TF1 croyait-on ? La seule liberté chez la famille des bâtisseurs, c'est de se taire.

Eh bien non ! Il y a beaucoup mieux. Un professeur de psychologie, leader du mouvement de défense de l'hôpital public s'est vu interrompre la messagerie électronique et effacer 6 mois de réception de mails pour avoir diffusé un message disant qu'il désapprouvait la loi de la pharmacienne. Qu'il s'estime heureux, il aurait pu se faire démissionner, avec comme motif les économies dans le service public. Mais enfin, de quoi il se mêle, qu'est-ce qu'il connaît à l'hôpital ? Il n'est pas directeur. Il est là pour alourdir le déficit de la sécu. Il exerce une spécialité marginale. Il ne comprend donc rien à toute autre chose qu'aux réflexions de fous.

Lui aussi, il a un gros défaut, celui de ne pas être d'accord avec le directeur de son hôpital, lequel directeur est d'accord avec le projet de loi de la pharmacienne. Il n'est pas exclu qu'il soit condamné à une amende pour rébellion.

C'est comme ce professeur qui a crié l'insulte suprême en pleine gare St Charles à Marseille, au milieu d'un indescriptible brouhaha, pendant un contrôle d'identité "au faciès". Il a insulté le grand YAKA, et par deux fois, s'il vous plait !

100 Euros, c'est l'amende demandée par le procureur pour avoir prononcé : "X, je te vois!" (Remplacez X par le nom qui vous semble adéquat).

Ah ! Si j'avais su, lorsque j'étais gamin et que je jouais à cache-cache, je me serais rempli les poches avec tous ces copains qui me criaient : "aymard, je te vois !"

Allez, trêve de plaisanterie;. Comme le disait un vieil instituteur, il n'y a pas qu'un âne à la foire qui s'appelle Aymard. Il n'y a donc pas qu'un X qui s'appelle X. Alors, au nom de quoi condamnerait-on quelqu'un qui prononce un nom accompagné de mots qui n'ont rien d'infamant ?

Je crois, hélas, l'avoir déjà dit, nos libertés sont réduites, bafouées, foulées au pied par une poignée de pseudos érudits qui croient détenir LA vérité et se font un devoir de l'imposer à tout un peuple. Et le mot IMPOSER est encore faible, je dirai CONTRAINDRE le peuple à épouser cette vérité.

PS : Je n'ai volontairement cité aucun nom, sauf Aymard, pour éviter d'être condamné, et je prie pour qu'aucun Aymard ne se sente insulté par mes écrits. Quant à moi, je ne porterai pas plainte contre moi et si je me sens insulté, c'est uniquement par ce monsieur X.

Et pour faire la liaison avec le jour de gloire de La Marseillaise, je complèterai mon article avec cette autre partie de notre hymne : liberté, liberté chérie, combats avec tes défenseurs.
(merci a http://politic-circus.com)

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien Aymard - dans aymard
commenter cet article

commentaires